Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Regards sur la communication

Les apports de l'analyse transactionnelle, les outils relationnels, la résolution de conflits. Jean Noël Obert, Eric Obon. CEMEA
by

Eric OBON

on 9 June 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Regards sur la communication

les leviers de la motivation
2-CONFIANCE
4-COMPRÉHENTION
1-APPRÉCIATION
3-PARTICIPATION
les "signes de reconnaissance"
C+
C-
i+
i-
ETRE
FAIRE
Dire le + et dire le - sans les conditionner l'un à l'autre, ne pas enrober le - avec le +

car c'est le négatif qui sera surtout perçu
En amont du conflit:
le "triangle dramatique"
Stephen Karpman
P
V
s
" Tu n'as pas honte de refuser de manger ces bons haricots verts ?
Quand je pense aux efforts que Pépé a fait pour les semer, les desherber, et les ramasser alors qu'il a mal au dos, tu me fais de la peine ! "
Dans cet exemple, où le grand-père (décrit en Victime) est bien sûr absent, le parent qui gronde l'enfant aurait tout aussi bien pu évoquer la personne qui a fait l'effort de cuisiner, les africains qui meurent de faim ou n'importe qui d'autre, comme victimes du bourreau... Nous ressentons dans de telles circonstances l'envie de dire : " mais ça n'a rien à voir ! " au manipulateur, qui se fait passer ici pour un Sauveur, alors qu'il fait pression de manière indue (alors qu'il serait possible de parler de l'utilité qu'il y a à goûter de chaque plat...)
(ou Bourreau) : il s’agit du rôle de l’agresseur, de l’attaquant. Le persécuteur peut être une personne, un événement, une situation donnée. Il est généralement perçu comme négatif quoique dans certaines situations, le persécuteur puisse être un innovateur, un initiateur, la source d’une salutaire remise en question.


il s’agit du rôle de la personne qui subit l’agression du persécuteur. A nouveau, ce rôle est généralement perçu comme non désirable quoique dans certains cas, la victime puisse profiter du déséquilibre créé pour enclencher un changement bénéfique.


il s’agit du rôle du protecteur, du chevalier blanc. A première vue, ce rôle est perçu comme positif alors qu’il contribue souvent à renforcer la dynamique du triangle dramatique.
un exemple de jeu psychologique: le "Oui, mais..."
ça marche aussi à deux!
extrait du film "oui, mais..." Rezo films - avril 2011 réalisateur Yves Lavandier
de l'analyse transactionnelle
Persécuteur
Victime
Sauveteur
Dans cette scène, le directeur se comporte alternativement en "persécuteur" et en "sauveteur" l'animatrice est donc en "victime".
Puis changement dans les rôles:
L'adjoint va reprendre le rôle du "persécuteur", le directeur celui de "victime" et l'animatrice, à la fin, celui de "sauveteur".
quand les rôles s'échangent...
extrait du film "nos jours heureux"
Ce jeu relationnel fonctionne comme un piège:
Un personnage se pose en victime "t'as de la chance toi..." l'autre en sauveteur "t'as qu'à..." le premier piège le second en répondant "oui, mais..." jusqu'à son but inconscient : pousser l'autre à l'exaspération pour lui prouver qu'il ne peut pas- qu'il ne veux pas-le comprendre
ordre
menace
morale
sermon
conseil
critique
flatterie
apaisement
analyse
jugement
question
ironie
les 12 types de « messages à risques » selon T.Gordon:
Il correspond à nos normes sociales et à nos schémas (ou modèles) de comportement ; de ce point de vue, il y a les choses qui se font et celles qui ne se font pas.

L’état parent se subdivise en deux :
Le parent normatif (PNF), qui donne la norme, le sens, pose le droit, voire juge, critique, dévalorise, etc…
Le parent parent nourricier (PNR), qui aide, facilite, protège, voire surprotège, étouffe, inhibe etc.


Il correspond à un équilibre entre les « pulsions » de l’état enfant et les « normes » de l’état parent. Il y a les choses qui sont possibles et raisonnables, et celles qui ne le sont pas de façon objective.
Il analyse, il réfléchit, il demande, il évalue, il pèse le pour et le contre.



Il correspond à nos capacités intuitives et à notre spontanéité, c’est l’enfant qui sommeille en chacun de nous. Il y a les choses que nous aimons et celles que nous n’acceptons pas sans trop savoir pourquoi.

L’état enfant se subdivise en trois :

L’enfant adapté soumis qui s’adapte et/ou se dévalorise (EAS)
L’enfant adapté rebelle qui prend le contre-pied (EA)
L’enfant libre qui exprime spontanément ses envies et ses émotions
Avec une subdivision enfant créateur (EA) et enfant spontané (ES)
un "jeu psychologique" est une demande indirecte de reconnaissance
La soif de reconnaissance est un besoin vital ; un enfant n’hésitera pas à faire une bêtise même s’il doit se faire réprimander par ses parents s’il a le sentiment qu’ils ne font pas assez attention à lui. Tout comme un adulte qui se sent mis à l’écart d’une réunion de travail peut mettre en place des stratégies plus ou moins conscientes pour se faire remarquer en tapotant son stylo contre la table, ou en renversant son verre.

Il n’y a pas de bons ou de mauvais signes de reconnaissance. Il est aussi important de féliciter quelqu’un qui vient de réussir un examen que de marquer son désaccord sur une initiative ou de critiquer une réalisation : c’est un excellent levier de motivation.
Ne donne pas les signes de reconnaissance que tu souhaites donner (”Tu n’en auras plus !”)
Garde de côté les signes positifs pour les utiliser au moment ou il faudra donner des négatifs
Ne te donne pas de signes de reconnaissance positifs à toi-même (”C’est du gâchis !”)

Ne demande pas les signes de reconnaissance dont tu as besoin (”Ils sont trop chers, on ne te les donnera jamais !”)
N’accepte pas les signes de reconnaissance dont tu as besoin (”En période de disette, il vaut mieux les stocker à la cave que les utiliser”)
Ne refuse pas les signes de reconnaissance dont tu ne veux pas (”Ceux là je peux me les offrir, ils sont moins chers”)
une "économie" des signes de reconnaissance
accepter/refuser
demander/donner
et le directeur ?
Les drivers (ou mots d'ordre)
Des situations de stress peuvent rendre manifestes des systèmes de croyances personnelles, autour de cinq groupes de comportement les "Drivers" et qui peuvent conduire à des situations d’échec:

Fais Plaisir : J’ai besoin de faire plaisir aux autres pour être aimé.
Sois Fort : Je peux tout gérer, et je n’ai besoin de personne.
Sois Parfait : J’ai besoin de me sentir irréprochable et que tout soit exécuté de manière parfaite.
Fais des Efforts : Plus je m’acharne, plus je transpire, plus ce que je fais est important, peu importe le résultat.
Dépêche-Toi : Je vais pouvoir tout faire, même si je suis débordé, il suffit que je me dépêche.
les drivers
les apports de l'Analyse Transactionnelle
les états du moi
la "matrice" de tous les jeux psychologiques!
NORMATIF
A
Parent
Adulte
Enfant
libre
adapté
NORMATIF
NOURICIER
NORMATIF
NOURICIER
A
Parent
Adulte
Enfant
soumis
rebelle
adapté
NORMATIF
NOURICIER
NORMATIF
NOURICIER
A
Parent
Adulte
Enfant
soumis
rebelle
adapté
NORMATIF
NOURICIER
NORMATIF
NOURICIER
A
Parent
Adulte
Enfant
soumis
rebelle
adapté
NORMATIF
NOURICIER
NORMATIF
NOURICIER
A
Parent
Adulte
Enfant
NOURICIER
NORMATIF
A
Parent
Adulte
Enfant
soumis
rebelle
libre
adapté
créateur
spontané
NORMATIF
A
Parent
Enfant
soumis
rebelle
adapté
A
Parent
Enfant
soumis
rebelle
adapté
-parles plus fort!
-exprime toi!
-arrete de t'excuser!
-fais toi violence!
-réagis!
"je m'excuse"
scène de "nos jours heureux":
-c'est pour toi!
-tout le monde t'aime ici!
-moi, je t'aime Caroline!
NORMATIF
NOURICIER
persecuteur
sauveteur
A
Parent
Adulte
Enfant
soumis
rebelle
libre
adapté
créateur
spontané
-c'est bon, elle a compris!
-on en a discuté
-on est tous d'accord
-t'as mis une distance
-t'es plus très ouvert...
-je dirige ce séjour comme j'en ai envie
-je t'emmerde!
-t'as rien dans le bide!
le père du directeur
le directeur
Joseph
Caroline
le québequois relou
la fille
l'adjoint
le québequois relou
l'AS
Mimoun le cuistot
les inspecteurs
le Dr Pichavent
conflit
Joseph
La soif de structure : c’est le besoin d’avoir des limites. C’est en effet rassurant, de savoir que l’on ne peut pas tout faire. C’est également le besoin de structurer le temps d’une journée… Comme celui d’une vie, de savoir comment occuper ce temps entre notre naissance et notre mort. Songez à l’ennui, à ces changements de vie (un licenciement qui bouleverse votre rythme : et demain que vais-je faire ?). Or, cette soif est à la fois “mentale“, mais également physique : revoyez un adolescent qui vient vous dire pour la énième fois “j’sais pas quoi faire“, on peut dire de lui qu’il est “mou” ; son dos est courbé, les épaules sont tombantes… Il s’affale à présent… Structurer son temps c’est aussi un besoin biologique, comme la nourriture.

La soif de stimulation : c’est le besoin de “nourrir” ses cinq sens, de se sentir au contact du monde et de la vie. Comparez n’importe quel bureau fermé sans fenêtre et le même avec une fenêtre… Ça change tout, non ? A l’inverse, des bureaux en open space risquent de “suralimenter“. Petit conseil : quand vous vous sentez déprimé, ne restez pas chez vous, allez marcher, prendre un café, même seul(e) ; vous nourrirez votre soif de stimulation, vous vous ferez du bien.

La soif de reconnaissance : c’est le besoin de se sentir reconnu par l’Autre. Cela va du simple retour que j’attends lorsque je dis bonjour à quelqu’un, à l’amour que je peux lire dans les yeux de mon amie. Cette soif “s’étanche” par les signes de reconnaissance. La soif est variable selon chacun, certains vont avoir de grands besoins de reconnaissance : ils pourront devenir comédiens et être applaudis tous les soirs par un public conquis - ou ennemi public n°1 - d’autres moins : ils pourront travailler en tant qu’archivistes ou à leur domicile.
structure
stimulation
reconnaissance
les besoins:
et surtout...
arrete de te moucher !
-je récupère vos conneries
Il est parfois troublant de constater que les gens qui font ce qu'ils doivent faire, donnent l'impression qu'ils le font pour vous aider ou pour vous rendre service.
P
A
E
révolté
C'est une croyance de pénurie (il n’y a pas assez de signes de reconnaissance positifs pour tout le monde) qui génère des principes de l’offre et de la demande:
(c'était très bien.......MAIS.......)
STOKES
soumis
rebelle
adapté
-parles plus fort!
-exprime toi!
-arrete de t'excuser!
-fais toi violence!
-réagis!
"je m'excuse"
1
les "jeux psychologiques"
P
A
E
P
A
E
contamination de l'adulte par le parent:
"On le sait tous qui a piqué du fric... c'est la gamine de la DDASS, comme l'année dernière..." (l'adulte normatif)
P
A
E
contamination de l'adulte par l'enfant
partager une cigarette avec les jeunes (enfant libre)
P
A
E
E
A
P
hypertrophie de l'Enfant:
hypertrophie du parent:
hypertrophie de l'adulte:
P
A
E
E
A
P
animateur
directeur
inhibition de l'Adulte
"neutralité
bienveillante"
l'adjoint
Dupont, la réunion commence !
Oui, Chef, j’arrive tout de suite !
Quel jour sommes-nous ?
Le huit mai.

Quelle heure est-il ?
Tais-toi et travaille !

Je n’ai pas de leçon à recevoir de vous !
Nous n’avons pas les mêmes valeurs !
Mimoun le cuistot
l'AS
"le huit infernal!"
NORMATIF
sources:
analysetransactionnelle.fr
Jérôme Fargette- formateur consultant
S'appuyant sur les travaux du médecin analyste René Spitz, Eric Berne a mis en évidence trois besoins essentiels à tout être humain :
en savoir + sur l'AT:
http://www.ifat.net/
Institut Français d'Analyse Transactionnelle
site d'information:
http://www.analysetransactionnelle.fr/
site institutionnel:
Jérôme Fargette- formateur consultant
une illustration à partir du film "nos jours heureux"
Le triangle dramatique illustre schématiquement un jeu de pouvoir impliquant trois rôles différents mais intimement liés :
"l'expérience des nourrissons mal aimés"
René Spitz
les bébés affamés :
bébé A : il attend, il est nourri avant d'avoir faim
bébé B : il crie, il est nourri ensuite
bébé C : il crie, et s'entend dire "j'arrive, c'est presque prêt"
Bébé D: il crie, rien ne se passe
pas besoin de demander

c'est en hurlant qu'on obtient satisfaction
apprendre à demander... et à obtenir
dépression possible
le "marché" des signes de reconnaissance
le retrait
les rituels
les passe-temps
les activités
jeux psychologiques, "jeux de con(flit)"
l'intimité
les émotions:
colère
tristesse
peur
joie
danger
changer la situation
deuil, perte
satisfaction
la "carte à pizza"
on accumule des points
puis la carte est pleine...cadeau!
on n'est pas tous équipé de la même carte
transactions croisées
transactions complémentaires
transactions cachées
transactions tangentielles
il sera seul
en groupe réduit
en groupe nombreux
retrait
activité
intimité
les rituels de fonctionnement
une situation insatisfaisante
consoler
origine
besoin
maintenir la situation
rassurer,
l'adjoint passe de l'état ENFANT rebelle à l'état parent Normatif - quand il doit remplacer le directeur dans le car
vie collective en séjour de vacances:
introduction:
regards sur la communication
qui a le problème ?
l'écoute compréhensive
L'AUTRE
le conflit existe, et alors ?
Quand la relation va mal
reformuler:
+les faits
++le probléme
+++le ressenti, les émotions
http://goo.gl/atmkr
Les attitudes spontannées dans la relation d'aide
un exemple de méthode pour gérer les conflits entre enfants, adaptable à la gestion de conflits entre adultes
pb de A
(demande
de A)
(demande
de B)
Noter les solutions des enfants
SANS LES JUGER
dans un premier temps
étudier les solutions
choisir une solution, et
prendre rdv
pour l'évaluer
pb de B
besoin
de A
besoin
de B
repérer les besoins masqués par le conflit
arbitrage#médiation
reformuler la demande
comprendre le problème
identifier le besoin
renvoyer à un autre espace, un autre temps
rechercher d'adhésion
favoriser une approche coopérative
"Vous voulez fouiller tous les sacs de la colo parce qu'on vous a volé des bonbons . OK, c'est important de pouvoir avoir ses affaires personnelles en sécurité, mais ça, c'est pas possible. Si vous en êtes d'accord, on va essayer de trouver une solution tous ensemble, ce soir à la réunion"
faire référence au cadre
repérer les besoins masqués par le conflit
recherche créative de solutions, SANS ÉVALUATION
étude des solutions
choix d'une solution
évaluation
croiser les points de vue
séparer-protéger, entendre la demande et renvoyer à plus tard: autre espace, autre lieu (ex: la réunion)
1
2
3
A
B
4
5
6
7
8
sortie du conflit, ou
EN RÉSUMÉ
c'est A qui présente le pb de B, et B qui présente le pb de A
pour apprendre aux enfants à résoudre eux-même leurs problèmes
une situation de conflit: le vol de bonbons
reprérer les solutions possibles
mettre en application
évaluer, changer de solution, si besoin
Quand je rencontre un problème avec quelqu'un
Les 3 étapes du message « je »
étape:
exemple:
conditions:
Enoncer les faits, situer le pb
de façon précise et neutre
Dire son sentiment, en utilisant le « je »
avec sincérité
Evoquer les conséquences
de façon réaliste
Pour faire passer un message difficile, je porte moi-même le problème pour signifier à l’autre ce qui me gêne, ce que je ressens devant telle ou telle situation. Ainsi l’autre reste libre de sa réaction et ne se sent pas piégé par une réaction accusatrice qui entrainerait plus facilement la justification que la recherche de solution.
2
1
3
je porte le pb:
le message "je"
"ce matin, tu m'as coupé la parole alors que je devais présenter le jeu...
...ça m'a géné, je me suis senti dévalorisé...
...et ça rique de diminuer mon autorité devant les enfants"
En général, les gens détestent qu'on leur dise ce qu'ils ont à faire
le "tu" tue !
Gérer les problèmes relationnels
en savoir +
"négocier, ça s'apprend tôt"
pratiques de résolution de problèmes avec des enfants de 3 à 12 ans
Elisabeth Crary
Université de paix
Thomas Gordon
http://www.delphinebardon.com/methode-gordon/le-message-je.html
pour en savoir +
"Il vaut mieux débattre d'une question sans la régler que la régler sans en avoir débattu."
Joseph Joubert.
MOI
LES DEUX

Parent (P) : qui conserve l’ensemble des pensées + sentiments + comportements de modèles parentaux et intégrés tels quels,
Adulte (A) : qui conserve l’ensemble des pensées + sentiments + comportements liés à l'adulte, ancré dans la réalité, ici et maintenant,
Enfant (E) : qui conserve l’ensemble des pensées + sentiments + comportements tels que la personne les a vécus dans son enfance.
les "transactions":
Eric Obon
Jean Noël Obert
CEMEA

PARENT
ENFANT
ADULTE
Pour Eric Berne, la structure de la personnalité se compose de trois États du moi, quel que soit l’âge :
Notre principale "monaie d'échange" dans le grand marché des signes de reconnaissance...
scènes du film "nos jours heureux"
le spectre d'intervention du directeur est plus réduit que celui de l'animateur, surtout construit à partir de l'adulte
dans la scène de la réunion
au moment des olympiades
en conseiller conjugal
à propos du vol de l'argent
+
la crainte que l'enfant discrédite l'adulte:
saurez vous les reconnaitre ?
les contaminations:
4 situations:
Quand on pense agir avec son Adulte, mais que ce dernier est "contaminé" par un autre état
contamination de l'Adulte par le Parent:
contamination de l'Adulte par l'Enfant:
Perte de sang froid au foot (l'adulte persécuteur)
injustice aux olympiades (enfant adapté)
retrouvez les états du moi:
Dans un cadre professionnel, on se limite aux signes de reconnaissance "conditionnels", qui portent sur les comportements des personnes, alors que les signes "inconditionnels" portent sur les identités des personnes.
il faut pouvoir "vider sa carte" régulièrement
ou comment gérer l'accumulation de"strokes" négatifs
Quand Caroline "vide sa carte" immense !
saurez-vous qualifier ces transactions ?
Les signes de reconnaissance obéissent à une règle humaine fondamentale :
mieux vaut un signe de reconnaissance négatif que pas de signe de reconnaissance du tout
, ou autrement dit : tout mais pas l’indifférence.
"Psychogenic Disease in Infancy"
Rene A. Spitz 1952

Recevoir avec empathie les
demandes de l'autre sans entendre
la moindre exigence
Communiquer de façon non-violente
Marshall Rosenberg :
Exprimer avec clarté ce qui se
passe en moi sans faire de
reproche ni de jugement
Recevoir avec empathie ce qui se
passe en l'autre sans entendre
critique ni reproche
1. les observations de ce qui contribue
ou non à mon bien-être
2. Comment je me sens en relation
avec ces actions.
3. les besoins qui sont à l'origine
de mes sentiments
"Lorsque je vois (entends)...
je me sens...
parce que j'ai besoin..."
1. Les observations de ce qui contribue
ou non à son bien-être
2. Comment elle/il se sent en relation
avec ces actions
3. Les besoins qui sont à la source
de ses sentiments
"Lorsque tu vois (entends)...
est-ce que tu te sens...
parce que tu as besoin... "
Exprimer mes demandes
clairement et sans qu'il y ait
d'exigence
4. les actions concrètes que je
voudrais voir entreprises
"et j'aimerais que tu.../que vous..."
4. Les actions concrètes qu'elle/il
voudrait voir entreprises
"et souhaiterais-tu que je...?"
https://docs.google.com/file/d/0B0ropMOlAdv7ZW5OWWkzc0R2YmM/edit?usp=sharing
« La mère (Sauveteur) : Regarde cette nouvelle chemise que j’ai acheté pour toi, elle te plait ?
Le fils (Persécuteur, en colère après sa mère) : Tu sais bien que j’ai horreur du bleu !
La mère (Victime du fils) : De toute façon, j’ai toujours tort avec toi
Le père (Sauveteur de la mère et Persécuteur du fils) : Comment oses-tu parler ainsi à ta mère. Va dans ta chambre sans diner.
Le fils (Victime puis Persécuteur, boudant dans sa chambre) : Ils me disent d’être francs puis ils me punissent.
La mère (Sauveteur du fils, lui amenant un plateau repas en cachette du père) : Ne le dis pas à ton père. Tu ne devrais pas t’énerver ainsi pour une chemise.
La mère (Persécuteur du père) : Tu es trop sévère avec ton fils. Je parie qu’il te déteste maintenant.
Le père (Victime de sa femme) : Je croyais t’aider et voilà que tu m'engeules !. »
Le Sauveteur est bon et généreux
La Victime est irréprochable, elle n’y est pour rien
Le Persécuteur est droit, il a raison et il peut même s’appuyer sur la loi.
comment en sortir ?
Dans un cadre professionnel: remplacer le jeu de rôle par un transfert d'information
identifier ses vulnérabilités, ses "zones sensibles", en se posant quelques questions:
qu'est-ce qui me flatte ?
qu'est-ce qui me fait honte ?
quelles sont les idées et les valeurs que je défend?
Full transcript