Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

La synthèse des protéines.

Pour fabriquer ses protéines,la cellule utilise un langage codé: le code génétique.
by

Jacques florimont

on 15 October 2014

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of La synthèse des protéines.

Une molécule d’ARN messager ne comporte qu’une seule chaîne de nucléotides, assemblés selon un ordre imposé par la séquence des nucléotides de l’un des brins de la molécule d’ADN.
Plusieurs molécules d’ARN messager sont synthétisées simultanément à partir d’un même gène. Elles quittent le noyau par les pores nucléaires pour gagner le cytoplasme, où elles gouvernent la synthèse du même polypeptide.
Le code génétique est commun à l’ensemble des êtres vivants, hormis quelques exceptions pour lesquelles un ou 2 codons sont différents.
Cette
universalité
ne peut s’expliquer que par une
origine commune de tous les êtres vivants
.
On a pu constater que l’enchaînement des acides aminés d’une protéine suit le même ordre que la succession des informations sur l’ADN: c’est la
colinéarité gène/protéine.
On comprend ainsi la signification de l’information codée par l’ADN.
La succession des nucléotides d’un gène détermine l’enchaînement des acides aminés qui constituent la protéine codée par ce gène
Différentes expériences historiques ont montré que des mutations touchant un gène affectaient le fonctionnemnt des protéines. Elles ont abouti au
concept un gène une protéine.
Cette idée a ensuite été affinée: par exemple dans le cas de maladies génétiques touchant l’hémoglobine, on a constaté qu’une
mutation
de l’ADN
modifiait un acide aminé
de la protéine. Par la suite, on a pu comparer la position des mutations sur un gène donné et la position des acides aminés dans la protéine.
L’enchaînement des acides aminés d’une protéine est contrôlé par l’enchaînement des nucléotides.
Chapitre 3:

L’expression du patrimoine génétique.

La traduction commence toujours par un codon particulier de l’ARNm, le
codon initiateur AUG
codant la méthionine. Ensuite, le ribosome se déplace de triplet en
triplet
, en formant des liaisons peptidiques entre les acides aminés, c’est l’
élongation
. Cette phase se poursuit jusqu’à la lecture d’un codon stop par le ribosome; celui-ci se dissocie alors et libère la protéine ainsi formée.
Plusieurs ribosomes effectuent la synthèse de protéines à partir d’un même ARN m; ils se succèdent sur le brin d’ARN m et forment un ensemble appelé
polysome
.
Les ribosomes assemblent les acides aminés en suivant les informations de l’ARN messager.
La synthèse protéique est localisée dans le cytoplasme, au niveau de structures appelées
ribosomes
.
Les ribosomes sont formés d’une petite sous unité capable de reconnaître et de se fixer sur une molécule d’ARNm, et d’une grosse sous unité qui réalise l’assemblage des acides aminés.
La traduction a lieu au niveau des ribosomes.
4°) La traduction de l’ARN messager, en protéine.
Un même ARN pré messager peut donner des ARN messagers différents en fonction de facteurs tels que le type de cellule ou bien le moment où le gène s’exprime. Ce phénomène est appelé
épissage alternatif.
De ce fait si la taille du génome humain est estimé entre 20000 et 25000 gènes, la taille de son
protéome
, c’est à dire de l’ensemble de son bagage protéique est infiniment plus grande. Cette découverte a amené les scientifiques à remettre en cause le postulat "
un gène une protéine
".
De nombreux gènes peuvent subir un épissage différent suivant le contexte cellulaire.
La transcription de l’information au sein du noyau.
Le
code génétique
est le système qui établi la correspondance entre un
triplet de nucléotides
(appelé codon) et un
acide aminé.
Plusieurs codons codent le même acide aminé. On dit que le
code génétique est dégénéré ou redondant.
en revanche, chaque codon ne code qu’un seul acide aminé, toujours le même, le
code génétique est univoque
.

Le code génétique est le système de correspondance entre les nucléotides de l’ADN et les acides aminés d’une protéine.
Structure d’une protéine.
Un
polypeptide
est une macromolécule formée par l’union d’un nombre important d’
acides aminés
(souvent entre 50 et 1000).
Vingt types d’acides aminés se retrouvent dans tous les polypeptides de tous les êtres vivants.
Dans le milieu aqueux de l’organisme (cellulaire ou extracellulaire), chaque polypeptide prend spontanément une
conformation spatiale définie
.
Les protéines, produit de l’expression des gènes.
1°) Les gènes contrôlent la
synthèse des protéines.
Chez les eucaryotes pluricellulaires, la comparaison de la séquence complète des gènes avec celle de leurs ARNm, montre qu’en moyenne, la longueur totale du gène est 5 fois plus importante que celle de l’ARN m exporté dans le cytoplasme. Il se produit donc dans le noyau une maturation de l’ARNm.
Les gènes des eucaryotes sont morcelés.
3°) La maturation de l’ARN pré-messager, en ARN messager.
Chez les eucaryotes, l’ADN est toujours localisé dans le noyau cellulaire, séparé du cytoplasme par l’enveloppe nucléaire. A aucun moment l’ADN ne quitte le noyau, or c’est dans le cytoplasme que s’effectue la synthèse des protéines.
Des copies du gène à exprimer sont fabriquées dans le noyau sous forme d’ARN, une molécule très proche de l’ADN.; cette étape est la transcription.
Du gène à la protéine deux grandes étapes.
2°) La transcription de l’ADN en ARN, première étape de l’expression des gènes.
Dans un polypeptide, les
acides aminés réagissent avec leurs voisins selon leurs affinités chimiques
(acide, basique, hydrophobe, hydrophile), si bien que la chaîne polypeptidique ne conserve jamais une forme linéaire, elle se replie dans l’espace et adopte une
forme caractéristique qui lui confère ses propriétés
(sa fonction et son rôle dans l’organisme).
En 2012, c'est la fin du monde!
Profitez-en pour mourir moins bête;
consultez http://florimont.info
FIN!
Full transcript