Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

formation anel 2

No description
by

Jean Paul Thomin

on 26 January 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of formation anel 2

Partie B: Comment orienter le développement d’affaires

1- L’organisation de la commercialisation sur les réseaux sociaux:

1.1- Le cas Facebook
Facebook constitue le modèle des stratégies commerciales sur les réseaux sociaux.
- La plateforme compte deux fois plus d’applications faites pour elle que Apple et elle a maintenu Flash en vie dans sa querelle contre la firme de Cupertino.
- Facebook suit et analyse les comportements, les choix et les contenus de ses usagers pour leur présenter des publicités dites ciblées. 1.3- Optimiser l’usage des réseaux sociaux grâce au…réseautage d’affaires traditionnel
Avant que la popularité du 2.0 n’amalgame réseautage et réseautage social, le terme évoquait les rencontres, salons, partie de golf et cocktails en tous genres où l’on s’adonnait au réseautage tout court et au réseautage d’affaires, cette formule séculaire où l’on pratique
l’art de se créer un précieux réseau de contacts personnels pour à terme, développer son entreprise.

En principe, le marketing à travers les réseaux sociaux et le réseautage d’affaires traditionnel devraient se compléter à merveille. Et pourtant, les deux sont incompatibles.

Le e-marketing considère les opérations sur les réseaux sociaux d’une manière technologique :
Il existe une masse X d’usagers
Il y a des logiciels et des tactiques pour rejoindre ces usagers et les convaincre,
Exploitons ce bassin d’usagers d’une manière systématique.

Le réseautage d’affaires repose sur un principe simple :
The law of giving que l’on peut résumer ici:

Most people are familiar with the saying, “Give and you shall receive.” Many have seen this principle operating in their lives. It’s simply one manifestation of the Law of Cause and Effect.
Understanding The Law of Successful Giving And Successful Receiving
From [Bob Burg ->http://www.burg.com] Au final, pour profiter efficacement des réseaux sociaux afin de monétiser un produit il faut :
- Du temps
- Développer un réel intérêt pour chacun des membres du réseau
- Savoir à l’avance tout ce que l’on peut donner ou confier qui porte une réelle valeur
pour les membres du réseau.
- Privilégier la qualité des relations à l’exploitation statistique. Voici une série de tableaux proviennent du site Occam’s Razor : http://www.kaushik.net/avinash

Leur méthode plus élaborée intègre les actions significatives posées par chaque usager : un commentaire, un partage ou un J’aime. Qui plus est, cette méthode intègre ce type d’actions sur plusieurs plateformes sociales simultanément. - Facebook exige également un paiement de la part de détenteurs de pages d’artistes ou de corporations (les pages avec le bouton J’aime) pour offrir la totalité de leurs nouveaux contenus à leurs adhérents.

- Facebook vend à ses annonceurs sa capacité à rayonner partout sur le Web et le 2.0 avec par exemple le fameux bouton J’aime qui se retrouve sur les pages Web et les vidéo ainsi que les logiciels qui permettent de gérer simultanément plusieurs plateformes sociales en même temps comme Facebook, YouTube et Twitter.

Les entreprises s’installent sur Facebook avec en tête l’idée d’entretenir avec leurs clients une conversation qui devienne rapidement une conversion à l’achat des produits. Les blogues et sites de e-marketing regorgent de conseils sur la manière de créer ces conversations avec le ton et l’apparence du plus sincère intérêt tout en optimisant les retombées commerciales de ces dialogues avec notamment des mesures très précises du taux de conversion à l’achat. 1.2- Un exemple réussi de mise en marché de produit culturel sur Facebook : Victor & Penny :
Le duo utilise Facebook comme outil promotionnel, comptoir de vente, journal de bord, agent, organisateur de tournée, concours, etc. Ce principe reconnaît une réalité incontournable du monde des affaires: celui-ci se compose d’êtres humains et non de statistiques:

All things being equal, people will do business with, and refer business to, those people they know, like and trust.
The Grand Paradox: Real-World Giving and Receiving
From Bob Burg

Amener d’autres êtres humains à nous faire confiance et à travailler avec nous demeure un processus empirique où l’altruisme et l’authenticité demeurent essentiels.

Genuine networkers give. They give actively and without expectation.
[[Tim Sanders-> http://www.timsanders.com] : [Love is the Killer App-> http://www.timsanders.com/books/love-killer-app.html] Au niveau du principe de départ, le e-marketing sur le 2.0 et le réseautage d’affaires divergent donc sur la cible.
- Le e-marketing vise la masse et les statistiques
- Le réseautage traditionnel vise l’être humain

En ce qui concerne leurs intentions ils sont également aux antipodes.
Le e-marketing souhaite vendre, le réseautage d’affaires veut donner.
Cette divergence d’orientation se manifeste forcément dans la qualité de l’attention portée à l’autre.
Là où le e-marketing mesure des quantités de ‘’Like’’ sur Facebook par exemple, ou comment on peut traduire ces ‘’Like’’ par des ventes, le réseautage d’affaires évalue les choses différemment :
And the key word is “people.” Not products, not services, not directions, and not ideas. Of course, all of these must be good and worthwhile, as well. But it’s the people and the relationships that are key and that make the difference in your success.
The Grand Paradox: Real-World Giving and Receiving
From Bob Burg

Dans le réseautage d’affaires, les bienfaits doivent être répartis ; profitant à chaque membre du réseau. Les ‘’conversations’’ créées de toutes pièces par le e-marketing n’ont pour autre but que le profit du vendeur. Peut-on vraiment profiter d’une ‘’conversation’’ sur les chaussures de sport ? Peut-on en profiter par exemple financièrement ? Est-ce que 150 entreprises qui chacune vendent des chaussures de sport peuvent toutes nous offrir une ‘’conversation’’ qui nous est profitable ? La chose est loin d’être évidente. En même temps, le e-marketing, qui calcule le pourcentage d’usagers susceptibles de se transformer en consommateurs rate une réalité fondamentale de n’importe quelle relation :

People are attuned to your intent; it’s human nature.
[Thomas Power-> http://www.ecademy.com/module.php?mod=blog&uid=8] founder of the online network, Ecademy, and author of Networking For Life, puts it very nicely: “The energy…arises from a willing suspension of self-interest.”

The Grand Paradox: Real-World Giving and Receiving
From Bob Burg

La personne est au cœur de la démarche du réseautage d’affaires alors que sa quantification et le profit éventuellement généré, entraîne le démarrage du processus de e-marketing. Ces visions différentes de l’être humain expliquent sans doute que le réseauteur constitue son réseau lentement, durant des années, personne par personne. Alors que l’entreprise qui se livre au e-marketing sur les réseaux sociaux utilise les réseaux existants en multipliant le plus rapidement possible des ‘’conversations ‘’ factices.

Le réseautage d’affaires est un processus que chacun peut entreprendre. Sa duplication est profitable. Plus le réseau compte de membres, plus il prospère. Chacun y obtenant des bénéfices. Pour le e-marketing et le développement d’affaires sur les réseaux sociaux, c’est moins clair. Le premier vendeur de chaussure sport sur les réseaux risque d’en tirer effectivement des avantages. Les dix suivants ? Nettement moins. Et vient un stade exponentiel où l’abondance des entreprises du même secteur coincées dans les limites de la ‘’conversation’’ fait stagner ou reculer les bénéfices des ventes. On pourrait aussi ajouter que de toute manière, il y a une limite mathématique à ce que six milliards d’être humains peuvent consommer.

Mais surtout, en négligeant systématiquement l’usager ; ses caractéristiques et son potentiel sur le très long terme, pour créer le plus vite possible des consommateurs et des statistiques, le e-marketing sur les réseaux sociaux ne fait pas seulement fausse route. Comme il envahit toutes les sphères d’activités du 2.0, il nuit éventuellement au développement optimal des relations entre les usagers et entre les usagers et les entreprises. Comment le mesurer concrètement dans un processus à long terme?
En établissant un rapport mathématique entre :
- La croissance de la page Facebook, passée de 500 à 3000 fans en six mois, celle de l’infolettre avec une présence de 0 à 1000 usagers sur l'infolettre, une moyenne de 125 re-posts par posts, etc.
- ET : la croissance de la vente de billets et de la vente de chansons en magasin et sur le Web.

Exemple : 1% des fans achètent directement et le chanteur les exclut du nombre de 3000 fans. Il lui reste un réservoir de 2 770 fans. Lequel réservoir, en comparaison du chiffre de vente habituel (sans effort 2.0) génère après six mois une hausse de 75 ventes d’albums à 10$ sur le Web et 125 albums à 15$ en magasin. Auquel il faut ajouter une hausse de 200 achats de places pour des spectacles, à 25$ la place et une hausse de 50 albums achetés en concert à 15$ l'album.
75 albums X 10$ = 750$
125 albums X 15$ = 1 875$
200 places de spectacles X 25$ = 5 000$
50 albums achetés en concert 15$ = 750$
Total : 8 375,00$, reporté sur 2 770 fans
Chaque fan Facebook vaut 3,02$ chacun

Les 30 qui achètent directement pour mettons un montant de 15$ définissent une valeur macro de 450$ à 15$ par fan.

Les 2 770 autres apportent une valeur micro de 8 375$ à 3,02$ par fan.
Sans compter qu'à 1000 usagers, l'infolettre possède également une valeur commerciale au prix du marché publicitaire. De même que le nombre de fans qui redirigent un post ou qui en commentent un indique pour un annonceur la vitalité de la page Facebook.

Ce qui précède a-t-il une part d'empirique? Bien sûr. Mais il y a toujours moyen d'établir des critères qui pour être empiriques, n'en permettent pas moins de définir la valeur réaliste d'un effort sur les réseaux sociaux. C'est le cas pour le théâtre, le livre, la photo, la musique, la peinture, etc.

Pour en connaître davantage :
http://bit.ly/fTmGGQ
http://bit.ly/az9ZVu
http://bit.ly/qm0Q5U
http://bit.ly/oausnG 1.4- Calculer le ROI sur les réseaux sociaux
Le ROI ou: Return On Investment
Il existe des méthodes pour évaluer la valeur financière des activités sur les réseaux sociaux et même pour la valeur de chaque abonné à une page Facebook.

Une approche relativement simple consiste à trouver une manière de mesurer les retombées financières macro et micro.

Le macro peut se définir sommairement comme la somme des ventes entraînées directement par les activités du promoteur sur le 2.0.

Le micro représente l'ensemble des usagers sur l'une ou l'autre des plateformes 2.0 et qui ne consomment PAS directement un produit mais qui vont l’acquérir éventuellement au fil de leur relation avec les installations 2.0. Si 1% de ceux qui visitent une des activités 2.0 du promoteur achètent un album, le 99% qui reste constitue en quelque sorte la réserve de vitalité de la commercialisation.

Les fans définissent une étape essentielle de la commercialisation : la promotion par les pairs, le bouche-à-oreille numérique, le viral, peu importe comment on la nomme et la manière précise dont elle évolue en lien, cette promotion définit le succès ou l'échec du projet. 2- Promouvoir et mettre en marché

2.1- Le rôle pivot de l’usager :
1- C=M : Le contenu égale le média. Les usagers suivent de plus en plus le produit et se détachent de plus en plus de l’identité de la plateforme de diffusion originelle.

2- $=M360 : Générer des revenus signifie le marketing 360 : la maîtrise totale des différents modes de diffusion et l’adaptation aux différents modes de commercialisation : e-commerce, publicités, etc. La monétisation des contenus suppose une adéquation maximale avec les possibilités offertes.

3- U= C+M360 : L’Usager constitue la finalité de toutes les opérations. Toutes les opérations de commercialisation à travers tous les contenus se définissent pour l’Usager et sa capacité d’achat. 2.2- Être pro-actif en promotion et en marketing 360 :
Utiliser toutes les plateformes numériques : 2.0, mobile, Web, etc., permet d’optimiser le déploiement du contenu et d’accentuer son rayonnement. Entre autres parce que des communautés d’intérêt peuvent se former, s’alimenter à même les différents niveaux d’expertise présente, et générer à leur tour à la fois des contenus, de la fréquentation et même de nouvelles structures 2.0, par exemple d’autres pages Facebook, qui peuvent à leur tour prendre de l’expansion.

Pour orchestrer un marketing 360 efficace, il faut être présent sur l’ensemble des plateformes numériques mais aussi sur les plateformes traditionnelles comme la télé ou l’imprimé. La stratégie promotionnelle doit également optimiser l’usage de chaque structure Internet.

La promotion de type ancrage s’est fait connaître durant la campagne électorale 2008 de Barack Obama. En gros : les outils promotionnels rayonnent partout sur le Web et le 2.0 et ramènent à un élément central. La mise en marché va être d’autant plus efficace qu’en rayonnant, elle rejoint les différentes niches de publics sur leur structure favorite : Le référencement
Self Promotion : le faire soi-même : http://selfpromotion.com
Search Engine Watch : conseils et informations : http://searchenginewatch.com
Tutoriel gratuit pour SEO: http://www.webconfs.com/seo-tutorial
Google Adwords et Google Adword Keyword Tool: http://bit.ly/hX7WkT
Informations sur les mots-clés en vogue : Word Tracker: https://freekeywords.wordtracker.com/

Les tendances
Gigaom: http://gigaom.com/
Mashable : http://mashable.com/
Digital Trends: http://www.digitaltrends.com
Tech Crunch: http://techcrunch.com


Les plateformes de création et de gestion de contenu
WordPress : http://wordpress.com
Drupal : http://drupal.org
Joomla : http://www.joomla.fr
Good Web Practice pour organiser sa plateforme Word Press de manière appropriée: http://www.goodwebpractices.com
Joomla SEO pour optimiser Joomla: http://www.joomlaseo.net
Drupal Tools pour optimiser Drupal http://drupal.org/project/seotools

Suivi des visiteurs
Google Analytics : http://www.google.com/analytics
Pour apprendre à se servir de GA: http://www.tubetorial.com/getting-started-with-google-analytics
http://clicky.com Annexe : Les ressources

Stratégies et conseils:
Know Your Own Bones http://colleendilen.com
Occam’s Razor http://www.kaushik.net/avinash
Click Z : http://www.clickz.com/

Analyses quantitatives et études:
ComScore : http://www.comscore.com
Nielsen : http://www.nielsen.com/us/en/insights/reports-downloads.html
Les chiffres du Net: http://www.journaldunet.com/chiffres-cles.shtml

Les plateformes de publication gratuites:
Blurb : http://fr.blurb.ca
Calameo : http://fr.calameo.com

Les éditeurs conseils virtuels
Votre Histoire : http://votrehistoire.net
Mille et une vies : http://www.1001vies.ca/

Les plateformes sociales
Linkedin: www.linkedin.com
YouTube: www.youtube.com
Facebook: www.facebook.com
Twitter: www.twitter.com
Tumblr: www.tumblr.com
MySpace: www.myspace.com
Pinterest: www.pinterest.com
Storify: www.storify.com
Libertree: plateforme sociale communautaire gérée par les membres: http://libertreeproject.org
Diaspora: idem: http://diasporaproject.org
Meetup: pour trouver et former des groupes d’intérêt :http://www.meetup.com/
Pour installer des plateformes sociales http://status.net/ Utilitaires complémentaires à l’usage des réseaux sociaux :
Add This : pour partager ses contenus en mode réseau social:http://www.addthis.com
Facebook Share : pour afficher un bouton vers Facebook sur sa page : http://developers.facebook.com/docs/reference/plugins/like-box/
AllTop : pour trouver des blogues ou sujets similaires: http://alltop.com
Similaire mais davantage axé sur Twitter: http://addictomatic.com
Problogger : pour savoir comment bloguer:http://www.problogger.net
Tubemogul : pour gérer la distribution des videos sur plusieurs comptes de réseaux sociaux: http://www.tubemogul.com
Comment utliser Twitter: http://www.socialmediaexplorer.com/social-media-marketing/26-twitter-strategy-tips
Twellow : Trouver sur Twitter ceux qui partagent les mêmes intérêts: http://www.twellow.com
Klout : Mesurer l’influence sociale: : http://klout.com/home
Bubble Tweets : pour produire des tweets vidéo: http://www.bubbletweet.com/
Cueler permet de publiser sur Facebook un video mis sur YouTube: http://apps.facebook.com/mytubechannel
Ning : pour concevoir un site de socialisation: http://ca.ning.com

Autres utilitaires:
Gérer un calendrier enligne: http://doodle.com
Trouver des ressources : http://lifehacker.com
Logiciel de publication gratuite en ligne: http://mediagoblin.org

Ressources générales
Pour trouver des tutoriels: Tutorial Lounge www.tutoriallounge.com
Même chose en français: http://www.commentcamarche.net/faq/3045-liste-des-tutoriels-des-nombreux-logiciels-les-plus-demandes
http://www.framasoft.net/rubrique4.html

Pour trouver liens et info sur la manière de mettre en marché des contenus culturels :
http://www.ipf.ca/FIP/downloads/FIP-Doc-de-travail.pdf
Pour trouver de l’information en français sur des manières de faire et des tendances en éducation et formation: Thot Cursus : cursus.edu

Ressources en main-d’oeuvre:
L’AQIII: Association Québécoises des Informaticiens et Informaticiennes du Québec
La SOFAD
Full transcript