Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Cartographie des controverses : le Très Haut Débit

No description
by

Garnier Marion

on 28 August 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Cartographie des controverses : le Très Haut Débit

http://www.01net.com/editorial/581675/free-pense-que-le-plan-tres-haut-debit-est-economiquement-inutile/
Le déploiement du THD fait-il échos à des usages existants ?
Le THD encourage des usages aujourd'hui limités par un débit plus faible
Le haut débit suffit à la majorité des usages actuels
Le THD participe de l'aménagement et de la valorisation de territoires
“Disposer d’un accès au très haut débit est en passe de devenir aussi fondamental que d’avoir avoir accès à un réseau d’eau ou d’électricité”
Les usages domestiques ne sont pas les même usages qu'en entreprise

Distinguer les usages domestiques,
des usages liés aux entreprises

La priorité n'est pas le déploiement du THD mais celui du haut débit sur l'ensemble du territoire

Le THD participe à résorber la fracture numérique
Les abonnements au THD ne décollent pas
La médiation numérique, "chaînon manquant pour l’émergence d’une économie numérique"
Les efforts dans le déploiement du THD sont-ils justifiés ?
“Ça n’a d'intérêt que pour une chose extrêmement précise c’est ce qu’on appel le “nuage” [...] alors ça ne va pas changer grand chose mais ça va vous permettre de faire payer quelques petits euros par ci par là supplémentaire qui seront bienvenu, pas pour vous …”
http://www.dailymotion.com/video/xzxs8d_le-tres-haut-debit-est-ce-vraiment-utile_tech#.UcCW2eubVsu
(16.05.2013)
Interview Michel Landaret, président du SVD plurimédia, Le très haut débit, est-ce vraiment utile ?
“Pour la plupart des utilisation de l’internet, consulter le web, le mail, facebook, ça n’a strictement aucun intérêt"
http://www.dailymotion.com/video/xzxs8d_le-tres-haut-debit-est-ce-vraiment-utile_tech#.UcCW2eubVsu
(16.05.2013)



“Les pratiques, créées grâce à de nouveaux services, utiliseront la possibilité de communiquer une quantité importante d’informations pour effacer les distances et permettre à des spécialistes d’intervenir dans les zones les plus reculées”
Faut-il privilégier la fibre optique dans le plan de déploiement du THD ?
La fibre optique est la règle. À terme, il faut penser l'extinction du réseau cuivre
mobiliser des technologies alternatives à la fibre, dont le réseau cuivre, permet de réduire le coût total
Les modes de coordination du déploiement du THD respectent-ils les attentes des différents acteurs et territoires ?
Les réseaux d'initiative publique souhaitent etre mieux pris en considération
Les opérateurs souhaitent poursuivre leur objectif de rentabilité
L'ÉTAT RENFORCE SA POSITION DE PILOTE
Et si on intégrait l'échelon européen ?
Déployer le THD sur l'ensemble du territoire n'est pas forcément pertinent.
“Le très haut débit va augmenter [la] capacité d’échange de données dématérialisées”
http://www.cite-sciences.fr/carrefour-numerique/THD/pdf/thd_dematerialisation_v5.pdf
Cité des sciences - consulté le 18.06.2013
Très haut débit : Fleur Pellerin précise sa vision du "mix technologique"
ZDnet, 25.10.2012
Le mix technologique est la solution finalement envisagée par le gouvernement, tout en considérant que la fibre optique "pour tous doit être la règle et le mix technologique l’exception".

"Même si l'accès de tous, à terme, au FTTH doit être notre horizon, il est nécessaire de recourir à des technologies comme à des solutions économiques complémentaires pour répondre au mieux aux besoins variés de chaque territoire."
Les cahiers de l'Arcep, N° 9 - TERRITOIRES NUMÉRIQUES - novembre 2012

Certains opérateurs revendiquent vouloir continuer à utiliser le réseau cuivre, rejetant l'idée de son extinction :

Free, via son directeur général Maxime Lombardini
"Il faut jouer de la complémentarité entre la fibre et le cuivre"
"Plutôt que de fibrer dans l’urgence tout le territoire, nous sommes fermement convaincus qu’il faut jouer de la complémentarité des solutions techniques ; FTTH
là où l’équation économique le permet, montée en performance du cuivre partout où c’est possible, et solutions complémentaires 4G et satellite pour l’habitat isolé."

Orange, via Pierre Louette, directeur général adjoint
"Ce n’est que par la mobilisation des différentes technologies disponibles (FTTH mais aussi montée vers le très haut débit, voire satellite) qu’il sera possible de répondre aux attentes du plus grand nombre et de garantir un aménagement numérique équitable entre les territoires"


“Autant dire que ça va changer beaucoup de chose : télévision en haute définition et en multi-flux, télétravail, peer to peer ... sans ralentissement ni interruption !”
http://www.cite-sciences.fr/carrefour-numerique/ressources/tutoriel/declic-THD_maison.swf
Cité des sciences : le Très Haut Débit à la maison - Consulté le 18.06.2013
“Actuellement, malgré la supériorité technique du THD par rapport au haut débit, les apports semblent limités en termes de services et usages potentiels au moins à court terme. En effet, si en théorie, le THD apporte de nombreux avantages techniques par rapport au haut débit, en pratique, les technologies haut débit actuelles semblent répondre aux besoins de la majorité des utilisateurs bien couverts par un réseau haut débit DSL ou câble. De plus, les offres THD actuellement proposées par les opérateurs n’amènent pas de services supplémentaires par rapport aux offres haut débit, déjà très riches fonctionnellement.
Enfin, la faible couverture actuelle du THD n’encourage pas encore les concepteurs de services à créer des services spécifiques, et les services commercialisés actuellement sont adaptés aux contraintes techniques du haut débit.”
http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/etude-Analysy-Mason-usages-THD-fev2012.pdf
(Février 2012)
Etude sur le très haut débit. (Rapport réalisé pour le groupement de commandes composé de l’ARCEP, le CNC, le CSA, la DGCIS, la DGMIC et l’HADOPI)
"les déploiements sont désormais engagés dans les zones moins denses où l’intérêt du consommateur sera plus marqué. En outre, la mise en place d’une politique publique favorable au développement des usages (e-éducation, e-santé) et la part croissante de services audiovisuels améliorés (très haute définition, 3D, …) dans les consommations renforceront la demande pour des services d’accès présentant une haute qualité de service.”
http://www.arcep.fr/index.php?id=11357
(01.03.2013)
ARCEP : Bien mesurer le développement du très haut débit
http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/rapport-parlement-thd-zones-rurales-sept10.pdf
(Juillet 2011)
ARCEP : Pourquoi aller vers le très haut débit
http://www.limeil-brevannes.fr/?p=3327
(Consulté le 18.06.2013)
Je veux la fibre optique à Limeil-Brévannes
"Pour mettre en œuvre le « droit à la fibre », la municipalité a pris la décision d’investir dans la construction d’un réseau passif en fibre optique. En fournissant aux opérateurs de service un réseau physique clé en main, elle accélère leur arrivée sur le territoire et répond au souhait des habitants d’être équipés rapidement. Avec la construction de cette infrastructure, la Ville se dote des meilleures chances de bénéficier du très haut débit sur l’ensemble du territoire dans un délai raccourci."

“Disposer d’un accès au très haut débit est en passe de devenir aussi fondamental que d’avoir avoir accès à un réseau d’eau ou d’électricité”.
http://www.region-limousin.fr/Le-passage-du-Haut-Debit-au-Tres
(14.06.2013)

« Je ne vois pas pourquoi l’intervention publique dans le domaine des réseaux en fibre optique subirait un régime différent de celui qui prévaut pour réseaux tout aussi essentiels en matière d’eau, de gaz et d’électricité » a expliqué Alain Lagarde, Président du syndicat mixte DORSAL à l’occasion du salon Odébit.
http://blog.grandesvilles.org/2232/haut-debit/tres-haut-debit/investissements-d%E2%80%99avenir-la-fronde-des-collectivites-s-etend/
(29.09.2011)

« Comme l'électricité dans les années 50 et le téléphone dans les années 70, la fibre optique est un enjeu d'avenir pour nos territoires ruraux.”
http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Les-enjeux-du-Tres-haut-debit-expliques-aux-elus-du-territoire-_35254-avd-20120712-63231888_actuLocale.Htm
(12.07.2012)
Les enjeux du Très haut débit expliqués aux élus du territoire - Amanlis
http://www.territoires.gouv.fr/spip.php?article1493
(28.02.13)
Le très haut débit : une opportunité pour les territoires
"Télévision en haute définition, vidéo à la demande, visioconférence, télétravail : autant d’usages des services internet désormais présents dans le quotidien des Français. Facteur de développement économique et de progrès social, le déploiement du très haut débit est un défi majeur pour les territoires."
(04.12.2012)

Laure de la Raudière, députée d’Eure-et-Loire, estime que « l’usage en ville est la même à la campagne » et que le déploiement du très haut débit « n’est pas uniquement un enjeu industriel et de compétitivité, mais aussi d’aménagement du territoire ».
http://www.zdnet.fr/actualites/tres-haut-debit-fleur-pellerin-precise-sa-vision-du-mix-technologique-39783918.htm


« Faire le lien entre l’équipement des ménages en fibre optique et la compétitivité du pays est abusif. Le FTTH est tiré par le loisir, à savoir regarder la télévision haute définition par fibre sur plusieurs écrans. Sur l’ensemble des autres usages domestiques – e-administration, e-learning,… - nous avons l’impression que le haut débit à 10 Mbit/s est suffisant »
http://www.01net.com/editorial/581675/free-pense-que-le-plan-tres-haut-debit-est-economiquement-inutile/
(04.12.2012)
Free pense que le plan très haut débit est économiquement inutile
http://www.arcep.fr/fileadmin/uploads/tx_gspublication/Cahiers_ARCEP_09_standard.pdf

Le réseau cuivre
Certains opérateurs
Le gouvernement
"La qualité des flux diffusés avec la fibre, contrairement au cuivre, ne souffre pas des distances. La fracture numérique sera alors réellement résorbée avec un rattrapage total des zones urbaines par les zones rurales"
http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/fichiers_joints/plan_tres_haut_debit.pdf
(Février 2013)
Ministère du Redressement productif
http://cybergeo.revues.org/22930
(Consulté le 17.06.2013)
" La fracture numérique est devenue un sujet populaire avec la diffusion de l’Internet. Pendant plusieurs années, les territoires peu denses ont été privés d’accès à Internet à haut débit. Les investissements privés et publics, stimulés par la création d’une législation ad hoc, ont contribué à résorber cette « première fracture numérique territoriale ». Le haut débit est maintenant disponible presque partout. Or, voici que l’émergence dans les centres urbains des services sur fibre optique de bout en bout – FTTH, pour fiber to the home – pourrait détruire ce fragile résultat, pour créer une « fracture numérique territoriale 2.0 »"
Réseaux de télécommunications et aménagement des territoires. Vers une « fracture numérique territoriale 2.0 » ?
Le déploiement du THD est-il un enjeu territorial majeur ?
La 4G
"Comme toutes nouvelles technologies, la fibre optique peut paraître inutiles aux entreprises disposant de solutions Haut Débit. Certes, la fibre permet des fonctionnalités identiques aux solutions cuivre (ADSL, SDSL ou EFM). Mais pas seulement. En effet, en plus de temps de réponse proche de zéro, elle permet des débits inégalés et faciles à upgrader sans intervention technique supplémentaire. Le développement des usages numériques rendent nécessaires des bandes passantes plus importantes : Cloud Computing, Téléphonie sur IP, sauvegardes de données... Du coup, l'augmentation moyenne en bande passante d'une entreprise atteint quasiment 50% tous les ans !"
http://www.journaldunet.com/ebusiness/expert/52878/mission-tres-haut-debit---pourquoi-avoir-oublie-les-entreprises.shtml
(29.11.2012)
Mission Très Haut Débit : pourquoi avoir oublié les entreprises ?
"Le problème du THD pour les particuliers repose essentiellement sur le financement du déploiement des réseaux, avec des ROI parfois trop faibles pour décider les opérateurs à se lancer dans ce type de projets. Pour les entreprises, l'enjeu du THD est bien plus structurant pour le développement économique de notre pays. "
http://www.journaldunet.com/ebusiness/expert/52878/mission-tres-haut-debit---pourquoi-avoir-oublie-les-entreprises.shtml
(29.11.2012)
Mission Très Haut Débit : pourquoi avoir oublié les entreprises ?
http://www.zdnet.fr/actualites/chiffres-cles-les-abonnes-au-haut-et-tres-haut-debit-en-france-39705469.htm
(31.05.2013)
http://www.arcep.fr/index.php?id=11710
(28.02.2013)
"Selon les derniers chiffres de l'Arcep, le nombre de foyers abonnés au haut débit progresse faiblement en France depuis 2011, tandis que les abonnements à la fibre peinent à décoller."

“Le nombre de foyers abonnés au très haut débit, c'est-à-dire à la fibre essentiellement, reste marginal. Ils représentent seulement 7,1% des abonnements totaux en 2012. Cependant, ils progressent lentement mais régulièrement, passant de 0,3 million en 2009 à 1,6 million d’abonnements en 2012.”
http://www.arcep.fr/index.php?id=11710
http://www.zdnet.fr/actualites/chiffres-cles-les-abonnes-au-haut-et-tres-haut-debit-en-france-39705469.htm
(31.05.2013)
(Consulté le 17.06.2013)
"ces parlementaires craignent à juste titre des déploiements à deux vitesse avec d'un côté des zones denses rapidement couvertes (alors que les besoins ne sont pas prégnants étant donné la bonne qualité de l'ADSL) et des zones peu denses qui devront attendre."

le sénateur de la Moselle Philippe Leroy a de nouveau tapé du point sur la table. "On est en train de voir apparaître deux France, une qui espère la montée en débit et l'autre qui entame le très haut débit. Il n'y pas de modèle, pas de vision et l'Etat est absent. Cela va nous conduire à des fractures et à de l'incompréhension"
http://www.zdnet.fr/actualites/philippe-leroy-senateur-la-mutualisation-dans-la-fibre-optique-s-apparente-a-une-entente-entre-operateurs-39767615.htm
ARCEP : Bien mesurer le développement du très haut débit
(01.03.2013)

“sur les 9 millions de foyers pouvant accéder au très haut débit, seuls 1,6 million (18%) se sont effectivement abonnés” Deux principaux facteurs peuvent expliquer cette situation. D’une part, les déploiements de réseaux à très haut débit ont logiquement démarré dans les zones denses qui disposent déjà d’un service d’accès à haut débit (ADSL notamment) de haute qualité ; d’autre part, les innovations dans les applications et services ne représentent pas encore une incitation suffisamment forte "
http://www.arcep.fr/index.php?id=11357
(22.04.2013)
“En Haute-Saône, rares sont les communes à bénéficier complètement du haut débit jusqu’à 8Mbit/s. Ce débit internet correspond aux besoins des internautes aujourd’hui.”

“Avant de penser au très haut débit, le conseil général se fixe jusqu’à l’année 2020 pour garantir le 8Mbit/s pour tous. En attendant, à Pont-de-Planche, au sortir de la réunion, on songeait sérieusement à des solutions alternatives. Car 2020, c’est un peu loin.”

http://www.estrepublicain.fr/haute-saone/2013/04/22/parent-pauvre-d-internet
Mission THD

La fibre optique est la technologie centrale pour porter le très haut débit dans la stratégie du gouvernement, car c'est la plus efficace :

"Objectif central : le Très Haut Débit partout et pour tous en 2022.

Le Président de la République avait clairement affiché son ambition pour la fibre dans le 4ème engagement de son programme : 100% de la population éligible au très haut débit en 2022. La stratégie adoptée aujourd’hui par le Gouvernement permettra d’atteindre à près de la moitié de la population et des entreprises de bénéficier du Très Haut Débit dès
2017."




La nouvelle stratégie gouvernementale pour le déploiement du Très Haut Débit sur l’ensemble du territoire.
sous l’égide du Ministère du Redressement productif et du Ministère délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Economie numérique.
20.02.2013
http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/fichiers_joints/plan_tres_haut_debit.pdf
les maires ruraux
Certains opérateurs
Le gouvernement
À la suite d'une réunion qui s'est tenue entre le commissaire européen à la concurrence et les principaux opérateurs européens, un manque d'harmonisation dans les infrastuctures a été pointé, sans aller plus loin.

Antoine Darodes, directeur de la mission THD, ne pense pas que cela aura de fortes conséquences : "Si la volonté européenne de travailler sur les incitations financières ou réglementaires est une bonne nouvelle, je reste prudent car ce n'est pas la première fois qu'il y a des idées de ce genre qui circulent. Et parfois, ce n'étaient que des écrans de fumée pour justifier certains retards."
http://www.zdnet.fr/actualites/reseaux-europeens-il-convient-de-rester-prudent-selon-le-directeur-de-la-mission-thd-39786087.htm
Réseaux européens : il convient de "rester prudent" selon le directeur de la mission THD
ZDnet, 10.01.2013

(28.03.2013)
Investissements d’avenir /FTTH : la fronde des collectivités s’étend
Free pense que le plan très haut débit est économiquement inutile
Philippe Leroy, sénateur : "La mutualisation dans la fibre optique s'apparente à une entente entre opérateurs"
Haute-Saône : Parent pauvre d'internet
Les collectivités réclament plus de place dans l'organisation du déploiement du THD.
Fibre optique partout : « Arrêtons de céder au lobby des élus ruraux »
Rue 89
20.02.2013

Philippe Estèbe, géographe, considère que l'idée même de vouloir un territoire parfaitement uniforme (bénéficiant partout du THD) n'est pas forcément souhaitable :

"L’uniformisation des territoires est un drôle d’idéal. Il me semble qu’on peut accepter d’avoir plusieurs modèles de développement dans un pays comme la France : des territoires qui vivent à des vitesses différentes, des lieux qui fonctionnent sur des logiques de niche...

Pour moi, cette histoire de fibre optique est d’un archaïsme total. Elle est liée à l’incroyable présence des élus ruraux dans le débat politique français. L’égalité des territoires, c’est d’abord la voix du monde rural qui s’exprime sur un mode victimaire. Il va peut-être falloir arrêter un jour de céder au lobby des élus ruraux, pour qui l’espace compte plus que les gens."

http://www.rue89.com/2013/02/20/fibre-optique-partout-arretons-de-ceder-au-lobby-des-elus-ruraux-239847
L'Avicca
Lobby européen
Mission THD : "l'extinction du cuivre est essentielle" pour faire décoller la fibre, juge Antoine Darodes de Tailly
ZDnet, 10.01.2013
http://www.zdnet.fr/actualites/mission-thd-l-extinction-du-cuivre-est-essentielle-pour-faire-decoller-la-fibre-juge-antoine-darodes-de-tailly-39786120.htm

Antoine Darodes, directeur de la mission THD, considère qu'il est possible de mobiliser la technologie satellite et le réseau cuivre, mais seulement en attendant l'arrivée de la fibre optique.

"On peut comprendre qu'à des échéances électorales rapprochées certaines collectivités préfèrent des solutions plus rapides" pour accorder au moins un débit convenable aux administrés qui en sont dépourvus.

"Les coûts perdus du satellite ne sont pas considérables et on peut l'envisager, notamment dans des zones plus rurales où le FTTH mettra du temps à venir. Le satellite pourrait apporter un minimum de débit acceptable en attendant le déploiement de la technologie reine."
Les cahiers de l'Arcep, N° 9 - TERRITOIRES NUMÉRIQUES - novembre 2012

Certains opérateurs soutiennent le gouvernement dans sa volonté de faire de la fibre optique la technologie majeure dans le déploiement du THD :

SFR, via Philippe Logak, secrétaire général.
"L’avenir du très haut débit fixe passe par la fibre. Les technologies alternatives, telles que le VDSL – qui est une technologie d’amélioration de la sous-boucle de cuivre – ne doivent être retenues que pour les zones non dégroupées en priorité ou non dégroupables, afin de ne pas perturber les investissements dans la fibre"

Bouygues Télécom, via Didier Casas, secrétaire général
"La réglementation devrait réserver la mise en oeuvre de la montée en débit sur cuivre aux secteurs dans lesquels un déploiement de la fibre n’est pas économiquement viable dans les dix ans à venir, et sous réserve que les travaux engagés puissent être réutilisés pour le FttH"
http://www.arcep.fr/fileadmin/uploads/tx_gspublication/Cahiers_ARCEP_09_standard.pdf

VDSL2 et aménagement numérique en 4 questions,
26.04.2013

L'Avicca (Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel) craint que la montée en débit du cuivre n'augmentent les inégalités entre quartiers :

"On peut même craindre un effet pervers (...) avec un brouillage de l’intérêt d’un passage rapide à la fibre, voire à des difficultés accrues de réunir du financement local si une partie du territoire se désolidarise au motif qu’elle a un débit satisfaisant pour les prochaines années."

"Si à court terme l’impact est négatif, le déploiement du VDSL2 va aussi avoir des effets sur l’ensemble du système. Les usages du très haut débit vont se développer plus rapidement, accentuant les inégalités territoriales, donc la pression politique sur les collectivités et l’Etat. Hors réaménagement de réseau, le VDSL2 apporte plus de débit à ceux qui en ont déjà sur le cuivre, et seulement des risques de perturbations à ceux qui sont en bout de ligne..."

http://www.avicca.org/VDSL2-et-amenagement-numerique-en.html
(31.08.2011)
«Le satellite et la 4G ne doivent pas devenir le très haut débit du pauvre»
01.net, 3108.2011

Les maires ruraux veulent avoir accès à la fibre :


«Le satellite et la 4G ne doivent pas devenir le très haut débit du pauvre»
Vanik Berberian, président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF)

"Les ruraux doivent disposer des mêmes réseaux que les citadins pour avoir les mêmes usages. Envisagerait-on de proposer aux villes de se contenter du satellite ou de la 4G ? Il ne faut surtout pas que ces solutions deviennent le très haut débit du pauvre."

http://pro.01net.com/editorial/538944/le-satellite-et-la-4g-ne-doivent-pas-devenir-le-tres-haut-debit-du-pauvre/
(25.10.2012)
Fiber To The Home Council Europe

Le lobby FTTH rejette cette idée de mix technologique :

"En élargissant sa définition du très haut débit à d'autres technologies non pérennes, le gouvernement français cherche peut-être des solutions rapides et faciles, mais celles-ci restent court-termistes. En abaisser les objectifs, ceux-ci seront sans doute plus faciles à atteindre. Mais le prix à payer sera élevé car le risque est de perdre notre compétitivité au niveau mondial. La crise économique actuelle n'est pas une raison de prendre des décisions court-termistes qui ne feront qu'aggraver la situation"
http://www.ftthcouncil.eu/home

On assiste au déploiement d'un réseau mobile 4G ("LTE advanced").

"Pour Rolland Montagne, de l'Idate, l'intérêt de la 4G se situe dans le développement de services de plus en plus gourmands en ressources et en débits. On peut penser aux services de vidéos, à la généralisation de la haute définition, aux services d'appels visio, etc… "

"le déploiement de la 4G LTE (...) n'en est qu'à ses prémices. Les opérateurs travaillent en ce moment uniquement dans quelques villes, sur les fréquences 2 600 MHz et 800 Mhz. En attendant l'arrivée en force de Bouygues, qui a obtenu l'aval de l'Arcep pour développer son réseau autour des fréquences 1 800 Mhz."

http://www.clubic.com/reseau-mobile/4g/actualite-554490-huawei-lancement-haut-debit.html
Très haut débit fixe et mobile : les opérateurs ont du pain sur la planche
Clubic.
18.04.2013
Le comité d'experts cuivre indépendant rend un avis favorable sur l'introduction de la technologie VDSL2 sur le réseau de boucle locale de cuivre de France Télécom .
Communiqué de presse de l'Arcep
26.04.2013

La montée en débit du réseau cuivre (VDSL2) peut permettre de poursuivre l'exploitation du réseau cuivre existant tout en suivant l'évolution des usages :

"Le comité d'experts cuivre, comité indépendant regroupant différents opérateurs, dont France Télécom, propriétaire du réseau de cuivre et des équipementiers, a rendu par consensus le 26 avril un avis favorable concernant l'introduction du VDSL2 sur la boucle locale de cuivre de France Télécom."

"Le VDSL2 est une technologie applicable aux lignes de cuivre et qui permet d'augmenter de façon significative le débit par rapport à l'ADSL. Toutefois, en raison de contraintes physiques inhérentes à cette technologie, le gain de performance du VDSL2 se limite aux lignes de cuivre dont la longueur n'excède pas 1 km."

http://www.arcep.fr/index.php?id=8571&tx_gsactualite_pi1%5Buid%5D=1604&tx_gsactualite_pi1%5BbackID%5D=26&cHash=3835e6a57cd29fd37202c9a29cc08586
"L’espace au service des espaces. L’internet par satellite, une opportunité provisoire au service des zones rurales."
Intervention de Michel Guillou - IRICE/CRHI, ENSAT Lannion - à l'occasion du séminaire Marsouin dédié aux usages du numérique.
24.05.2013

L'Internet par satellite peut constituer une alternative temporaire au déploiement de la fibre optique, permettant d'offrir un accès internet très rapidement aux foyers non éligibles aux autres technologies d'accès.




http://www.marsouin.labocommunicant.net/seminaire/2013/04/16/l%E2%80%99espace-au-service-des-espaces-l%E2%80%99internet-par-satellite-une-opportunite-provisoire-au-service-des-zones-rurales/
Le satellite
Lancement de l'expérimentation d'extinction du réseau cuivre de Palaiseau, qui passe en "tout fibre" :

"Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l'innovation et de l'économie numérique et François Lamy, ministre délégué chargé de la Ville, se sont rendus à Palaiseau, dans l’Essonne, pour lancer la première ville 100 % connectée à la fibre optique, le 10 octobre 2012.

Ce lancement a eu lieu en présence de Claire Robillard, maire de Palaiseau, et Stéphane Richard, président directeur général du groupe France Telecom-Orange.

Il marque l’engagement du Gouvernement et illustre parfaitement l’envie d’avancer vers le très haut débit, puissant levier de compétitivité pour les territoires et d’égalité entre les territoires."




Lancement de la première ville connectée en fibre optique
Portail du ministère du redressement productif
11.10.2012
http://www.redressement-productif.gouv.fr/lancement-premiere-ville-connectee-fibre-optique
Publication de la Cour des Comptes -
"Le financement et le pilotage des investissements liés au très haut débit"
18.04.2013

Dans son rapport sur "le financement et le pilotage des investissements liés au très haut débit", la Cour des Comptes remet en question l'extinction du réseau cuivre :

"Il ne serait pas économiquement pertinent (...) en particulier dans les zones les moins densément peuplées, de maintenir durablement deux réseaux de communication électronique parallèle."
"Outre les incertitudes relatives à la mise en oeuvre opérationnelle d'une telle extinction du réseau cuivre, se pose la question de son acceptabilité par les usagers pour lesquels elle aurait, en l'état actuel de la technologie, des conséquences significatives."

Suite à cette publication a été créée par le gouverment une "mission cuivre", qui rendra ses conclusions en fin d'année.


http://www.ccomptes.fr/index.php/fr/Publications/Publications/Le-financement-et-le-pilotage-des-investissements-lies-au-tres-haut-debit
Sénateur
Département
Municipalité
Gouvernement
Député
(28.02.2013)
"Au-delà d’une reconnaissance politique, il s’agit de mettre en place les conditions d’un soutien financier pérenne de la médiation numérique, et ce soutien passe par une décision simple, peu onéreuse et de bon sens : consacrer 1% des budgets d’infrastructure numérique et de développement local aux actions de médiation numérique. Ainsi, lorsqu’on sait que le plan Très Haut Débit pour tous repose sur un budget de près de 20 milliards d’euros sur 10 ans, cela ne représente pas moins de 200 millions d’euros pour que nos concitoyens aient une réelle place dans la société numérique"
http://www.coraia.org/?p=3198
Appel pour une véritable politique nationale de l’accompagnement aux usages numériques
(08.03.2013)
"l’Economie numérique n’est jusqu’à présent pensée qu’à travers ses seuls aspects d’infrastucture et de produits/services. Mais force est de constater que déploiement du Haut-Débit et du Très Haut Débit, la production de contenus, le soutien à la R&D ne produiront des effets socio-économiques durables et relocalisés qu’à la condition expresse que les “exploitants”, “producteurs” et “chercheurs” ne soient pas exclusivement extra-européens."
http://www.coraia.org/?p=3328
Pour une médiation numérique replacée au coeur des politiques publiques du numérique
Coordination Rhône-Alpes de l'Internet Accompagné
ARCEP
ARCEP
Presse spécialisée
" Le THD apporte une solution concrète à ces limitations dans la mesure où la bande passante proposée est bien supérieure à celle de l’ADSL, au niveau des débits descendants et montants. En outre, les réseaux THD ont la capacité d’assurer une qualité de service optimale sur la connexion Internet, même à l’heure chargée, sans dégrader certains usages par rapport à d’autres. Ainsi, le THD permettra des usages simultanés, sans ralentissement ou dégradation de l’expérience client "
http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/etude-Analysy-Mason-usages-THD-fev2012.pdf
Etude sur le très haut débit : nouveaux services, nouveaux usages et leur effet sur la chaîne de la valeur
Au niveau local, le mix technologique est expérimenté depuis longtemps.
Free conteste l'utilité économique du plan de déploiement du THD, via Laurent Laganier, directeur de la réglementation et des relations avec les collectivités chez Iliad :

« Faire le lien entre l’équipement des ménages en fibre optique et la compétitivité du pays est abusif. Le FTTH est tiré par le loisir, à savoir regarder la télévision haute définition par fibre sur plusieurs écrans. Sur l’ensemble des autres usages domestiques – e-administration, e-learning,… - nous avons l’impression que le haut débit à 10 Mbit/s est suffisant »
http://www.01net.com/editorial/581675/free-pense-que-le-plan-tres-haut-debit-est-economiquement-inutile/
Free pense que le plan très haut débit est économiquement inutile
01.net
04.12.2012
Les industriels des RIP veulent peser dans les débats concernant le déploiement du THD. Lors des états généraux de leur fédération, la Firip, ils ont présenté une étude mettant en avant les emplois qu'ils représentent :

"Cette étude prouve que notre filière est mature mais également que nous sommes des acteurs incontournables de « l’écosystème » des télécommunications en France. Pour la première fois, un aperçu de la
création de valeur réalisée par les industriels des RIP est ainsi disponible.
A l’heure des derniers arbitrages sur le Projet gouvernemental de relance par le numérique « France Très
Haut Débit », nous souhaitons montrer que les industriels des RIP peuvent constituer de réelles opportunités de croissance et de création d’emplois en France.
Etienne Dugas- Président de la FIRIP"
http://www.firip.fr/Observatoire/graphiquesA4-FIRIP.pdf
FiRip, Observatoire des entreprises intervenant
dans les Réseaux d’Initiative Publique (RIP)

Les parlementaires font écho aux critiques portées à un niveau local
Un conflit a opposé Orange et les élus porteurs d'un projet de RIP, dans le Jura. Orange souhaite développer un réseau qui entre en concurrence avec le RIP existant, coûteux en argent public :

"Du point de vue des élus jurassiens, il serait plus utile qu'Orange aille desservir d'autres communes, qui attendent le Très Haut Débit, plutôt que de venir s'adresser à des communes déjà raccordées en concurrençant un réseau public."

"Orange pourrait évidemment décider d'utiliser le RIP existant pour raccorder les abonnés à son réseau ADSL… mais encore faut-il que les conditions techniques et tarifaires soient compatibles avec son plan d'affaires. Or, comme l'indique Daniel Bonnet, délégué régional d'Orange, dans le reportage de France 3 Franche Comté que vous pouvez voir plus haut, « Nous avons pris contact avec le SIDEC pour connaître les conditions tarifaires, mais ces conditions tarifaires ne nous conviennent pas ainsi que les conditions d'exploitation » "
http://www.zdnet.fr/actualites/conflit-autour-du-tres-haut-debit-entre-des-elus-du-jura-et-orange-39790484.htm
Conflit autour du Très Haut Débit entre des élus du Jura et Orange

Les recommandations issues du rapport de la Cour des Comptes (du 18.04.2013) vont dans le sens d'une modification du statut des collectivités, prenant plus en compte les risques financiers qui peuvent peser sur ces dernières et leur accordant plus de place dans les discussions.

"« Cela arrive un peu tard, mais ça fait toujours plaisir » twittait Sylvain Valayer, directeur du syndicat mixte Ardèche-Drôme Numérique au sujet du référé rendu public le 18 avril dernier dans lequel la Cour des Comptes pointait les défaillances du Plan National Très Haut Débit."

Ces préconisations se rapprochent de celles émises par le "mémorandum des 7", porté par 7 réseaux d’initiative publique (RIP), parmi lesquels DORSAL (Limousin), qui contestaient les orientations du programme national THD et les positions de l'ARCEP (autorité de régulation des communications électroniques et des postes) en matière de partage des rôles entre opérateurs et collectivités publiques. (2011)
http://www.lagazettedescommunes.com/165351/le-financement-des-infrastructures-du-tres-haut-debit-enfin-clarifie/

http://www.auvergnecentrelimousin.eu/leurope-et-nos-territoires/55-leurope-et-nos-territoires/238-a-ruralitic-les-territoires-ruraux-veulent-le-tres-haut-debit
Donner plus de place aux collectivités dans les discussions concernant le déploiement du THD, c'est utile pour se rendre compte que de nombreuses initiatives sont déjà menées dans les territoires - initiatives à prendre en compte afin de ne pas faire doublon avec un plan national, afin d'avoir la meilleur prise en compte des spécificités locales :

Lors du Colloque Aménagement Numérique 2013 de l'Avicca, le vice-président du Conseil Général du Gers avait pu expliquer la stratégie mise en place au niveau local :

"D’emblée, parce que les Gascons sont avant tout des gens raisonnables - même si parfois un peu fougueux
sur les terrains de rugby ! -, nous avons écarté les scénarios 100% FTTH, les investissements de
350 millions d’euros initialement nécessaires pour ce déploiement étant complètement hors de portée du
Conseil général et des intercommunalités gersoises. C’est pourquoi nous avons choisi d’entrée de jeu de
privilégier un mix technologique ambitieux et adapté aux finances locales : FTTH majoritaire, plus plan de
montée en débit important, plus WiFi en s’appuyant sur le succès de ces réseaux dans le Gers, et satellite
pour les quelques habitations isolées que nous ne pourrions pas couvrir. Ces choix technologiques
répondent à une philosophie politique très simple : le bon débit au bon endroit et au bon moment !"

http://www.avicca.org/Colloque-Amenagement-Numerique,2572.html
Mise en place de "missions" permettant de reprendre la main sur les sujets, de proposer aux différents acteurs un interlocuteur privilégié.

- Mission Très Haut Débit, dirigée par Antoine Darodes.

- Mission cuivre
L'État est à l'initiative d'expérimentations et d'initiatives qui lui permettent de montrer qu'il est actif dans les dossiers :

- Expérimentation extinction du cuivre à Palaiseau
- Lancement du plan Delta fibre

Reprise en main du dossier concernant les R.I.P :

- création d'un modèle type de convention tripartite permettant de trouver des accords opérateurs - collectivités équilibrés

- proposition d'octroit de subventions aux collectivités qui mutualiseraient leur plan de déploiement du THD avec leurs voisines.
L'État suit les recommandations de la Cour des Comptes, qui pointe un manque de coordination dans le déploiement du THD.
L'État critique l'Arcep, régulateur des télécoms
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/03/18/l-arcep-dans-le-collimateur-du-gouvernement_1850113_651865.html
Entretien avec Michel Landaret, président de SDV Plurimédia
Full transcript