Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

PATHOLOGIES RESPIRATOIRES 1

No description
by

paul dupont

on 2 December 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of PATHOLOGIES RESPIRATOIRES 1

PATHOLOGIES tumorales
PATHOLOGIES: obstructives
PATHOLOGIES traumatiques
PATHOLGIES infectieuses
PATHOLOGIES RESPIRATOIRES
symptomatologie
Insuffisance respiratoire et rôle A.S.

Pathologies

Pathologies obstructives
Asthme
Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive

Pathologies traumatiques
Fractures de côte

Pathologies infectieuses
Pneumopathies Bactériennes et Virales
grippe
Tuberculose

Pathologies tumorales (cours spécifique)


Technique

Oxygénothérapie et rôle A.S
aérosolthérapie et rôle A.S
assistance respiratoire et rôle A.S
drain thoracique et rôle A.S

Insuffisance respiratoire
Définition:

Incapacité de l’appareil respiratoire
a assurer une hématose normale.

Elle peut être chronique
ou
Elle peut être aiguë.

Causes

Rétrécissement du calibre des bronches
qui freine le passage de l’air.

Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive.

Mucoviscidose

Asthme

Causes

Incapacités des poumons à assurer une élimination suffisante du CO2.

Asthme

Anomalies de la pompe respiratoire entrainant une réduction des volumes d’air mobilisés, donc difficulté d’évacuation du gaz carbonique.

Affection neuromusculaires
Cyphoscolioses
Fibrose pulmonaire
Insuffisance cardiaque entrainant un œdème.




Réduction des possibilités physiques:
Dyspnée d’effort
Fatigue
Périmètre de marche limité

Céphalées matinales

Encombrement respiratoire

Bronchites à répétition

Somnolence

Manifestations

Normalement lors d’un déficit ventilatoire ou
une consommation d’oxygène augmentée il y a:

Une hyperventilation

Une tachycardie

Dans l’insuffisance respiratoire cette réponse est
limitée, voir impossible.
Le déficit en oxygène impose un ralentissement de
l’activité cellulaire.
L’insuffisance respiratoire retentit par conséquent
sur l’ensemble de l’organisme:

La fonction cérébrale est préservée tant que les apports en oxygène sont suffisants.
Les autres fonctions sont ralenties.
Evolution

Cycle auto aggravant
Faiblesse musculaire
Réduction de l’amplitude pulmonaire
Baisse de souplesse thoracique et pulmonaire
Difficulté de mobilisation des muscles respiratoires
Surcharge de travail qui génère fatigue s’ajoutant à la faiblesse initiale et aggrave l’état fonctionnel du patient.

L’hypoventilation alvéolaire retentit sur la fonction cardiaque

respirer
Dormir
se
reposer
Boire
et
manger
Éliminer
Se mouvoir
se maintenir
dans une
bonne posture
Vétir
se
devêtir
Maintenir
la température dans les limites normales
Être propre, soigner protéger ses téguments
Eviter
les
dangers
communique
avec ces
semblables
Agir
en fonctions
de ses
valeurs
et
croyances
S’occuper
en vue de
se réaliser
Se récréer
Apprendre
Observation :
Surveillance de la couleur des téguments cyanose
De la
F
réquence respiratoire
De l’
A
mplitude respiratoire.
Du
R
ythme respiratoire.
Du bruit de la respiration.


Prévenir l’infirmière si vous constatez un changement.



La cyanose est l'apparition d'une coloration bleuâtre de la peau, par manque d’oxygénation
Bradypnée < 16 a 20 mvts/mn > tachypnée
superficielle normale profonde
Régulier, irrégulier
Silencieuse ou bruyante, sifflante….

Veiller au repos du patient,
observation respiratoire
lors du sommeil
Fatigabilité,
attention au fausse route,
risque de surinfection.
Ralentissement générale,
surveillance du transit.
Position semi assise,
aide aux transferts
Aide à l’habillage,
lever les bras,
se pencher devient difficile
Surveillance de la température, peut indiquer une surinfection.
La toilette assise, stimulation, adaptation au ralentissement
Courant d’air.
Accompagner les actions risque d’essoufflement
Altération de la communication liée à l’essoufflement
et/ou appareillage, masque, sonde, trachéotomie.

Angoisse d’étouffement, sentiment de mort imminente.
Changement du rythme de vie et d’activité
Adaptabilité d’un nouveau mode de vie transitoire ou définitif.

Réappropriation du temps, de l’anxiété, d’un rythme de vie.


et aux déplacements
Asthme
Dyspnée due à un rétrécissement diffus des bronches, résultant de 3 problèmes.

Spasme de la musculature bronchique.

Hypersécrétion des muqueuse.

Œdème inflammatoire de la muqueuse bronchique.

La dyspnée est une
difficulté respiratoire

Signes
La crise dure de ½ heure à 1 heure, précédée par
un prodrome respiratoire.
(éternuement, écoulement nasal clair……)

Éclate souvent la nuit en 2 phases

Phase sèche
marqué par.
Une dyspnée caractérisée par une
bradypnée expiratoire sifflante.
Position demi assise
Pâleur, en sueurs, distension du thorax
Pas de fièvre.

Phase catarrhale
La dyspnée se calme
La toux ramène une expectoration peu abondante du mucus filant, translucide.


La bradypnée est une respiration anormalement lente
moins de 12 a 16 mouvements respiratoire par minute pour un adulte

La bradypnée expiratoire
l'expiration est sifflante, prolongée, difficile et généralement incomplète le rétrécissement bronchique fait obstacle à la sortie de l'air et oblige le malade à "pousser" pour chasser l’air ce qui ne se produit jamais normalement.

Causes

Hypersensibilité allergique

Autres facteurs: environnement, pollution, tabac…….

Asthmes non allergiques tels que l’asthme d’effort

Rôle du psychisme sur l’asthme

Rôle des infections des voies aériennes supérieures


Traitement

Vise à abréger et diminuer l’intensité de la crise.

Consiste en inhalation de broncho dilatateur.
Asthme aigu
Crise inhabituelle non calmé par traitement classique
C’est un véritable état d’asphyxie:
Cyanose
Sueurs
Agitation
Troubles de la conscience
Evolution en bradycardie et troubles respiratoires

L’hospitalisation est une
urgence
pour pouvoir traiter le patient par oxygénothérapie et
traitement injectable.

Prise en charge par l’aide soignant
Chambre calme

Position assise, buste penché en avant

Surveillance des constantes: pulsation et fréquence respiratoire.

S’assurer auprès de l’infirmière du débit
d’oxygénothérapie

Contrôler le bon positionnement de la
sonde ou lunettes à oxygène.

Que la tubulure ne soit pas coudée.

Fournir au patient crachoir, mouchoir ou papier doux pour s’essuyer.

Assurer les soins d’hygiène aussi souvent que nécessaire en tenant compte de l’état de fatigue et d’autonomie du patient.

Apres la crise respecter le repos du patient.

Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive
B.P.C.O
Obstruction généralisé des bronches de petit calibre.

L’obstruction des voies aériennes est
la résistance à l’écoulement de l’air
pendant l’expiration
Facteurs de risque

Facteurs exogènes:




Tabagisme.




Polluants
professionnels
.

pollution
urbaine

Pollution domestique

Infections respirat
oires.

conditions socioéc
onomique
défavorables.






TECHNIQUES
oxygenotherapie
aerosoltherapie
assitance respiratoire
drain thoracique
et rôle aide soignant
Facteurs endogènes:

Hyperactivité bronchique.





Prématuré.

Prédisposition familial.

Reflux gastro-eosophagien
.

La maladie évolue en 4 stades, les signes:

Stade 1 précoce:

Une toux chronique avec expectoration
3 mois par an moins 2 années consécutive.
On parle de bronchite chronique
Stade 2:
S’ajoute au stade précoce une dyspnée pendant les efforts intenses.


Stade 3:
La dyspnée apparait lors d’efforts
de plus en plus modéré.
On parle d’insuffisance respiratoire

Stade 4:
La dyspnée devient constante même au repos
on parle d’insuffisance respiratoire et cardiaque

Le rythme est régulier mais il y à une dyspnée
permanente à type de polypnée, les amplitudes
sont faibles.
Il y a des signes de tirage.
La polypnée correspond à une respiration saccadée,
accélérée, avec des inspirations de volume réduit.
Tirage dépression anormal de la cage thoracique, les tissus mous de la cage thoracique sont « aspirés » vers l'intérieur de celle-ci lors de l’inspiration
.

Une toux chronique

Les expectorations sont collantes, la toux est
plus ou moins productive perturbant le besoin
d’éliminer les déchets.

Les expectorations sont opaques, quand elles
Sont infectées elles sont vertes ou jaunes.

Il y a des signes de cyanose.

Avec une tachycardie associée.

Parfois des troubles du comportement.

Apathie, sommeil plus long plus fréquent ou agitation

Cette dyspnée très invalidante avec une incapacité à accomplir les gestes de la vie quotidienne, comme:
Faire sa toilette.
S’habiller.
Ouvrir les opercules.
Découper les aliments.
Risque de fausse route.
Perte d’appétit.
Amaigrissement.
Cette dyspnée très invalidante entraîne une mobilité réduite avec:
Risque d’escarre.
Risque de constipation.
Risque de thrombose veineuse.
Risque infectieux surtout pulmonaire et aussi urinaire.

Cette dyspnée diminue la capacité à soutenir de longue
conversation (écriture aussi difficile).

La dyspnée produit des douleurs thoraciques, bronchiques
et trachéales entrainant des du troubles du sommeil (repos)

L’impact est aussi psychologique avec:
Anxiété.
Peur de mourir.
Repli sur soi, évite les autres, peut nécessiter la prescription
d'antidépresseurs compatibles avec la fonction respiratoire
.

La thrombose veineuse désigne la formation d'un caillot de sang au sein d'une veine, entravant la circulation sanguine.

Traitements

Arrêt du tabac
Traitements médicaux symptomatiques
Bronchodilatateurs
Corticoïdes
Exercices journalier et kinésithérapie
Oxygénothérapie de longue durée
Aérosolthérapie pour fluidifier les sécrétions
bronchiques.

Full transcript