Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Généalogie des dieux grecs

Chaos
by

Achille Lauwers

on 18 March 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Généalogie des dieux grecs

Généalogie des dieux grecs
Chaos (Faille, Béance) est une « masse informe et confuse qui n'étaient encore rien que poids inerte, amas en un même tout de germes disparates des éléments des choses, sans lien entre eux. » Le Chaos se caractérise dès lors par deux éléments principaux :
- Le gouffre sans fond où l'on fait une chute sans fin : la Terre apparaît ensuite, offrant une assise stable, qui s'oppose radicalement au Chaos
- Le milieu sans orientation possible où l'on chute dans tous les sens.
Au commencement était Chaos le premier dieu primordial à cette époque régner le néant un milieu sans orientation possible où l'on chute dans tous les sens, c’était un lieu fermé sur lui-même comme dans un gouffre. Puis Chaos se mit à s’agiter pour former un « désordre absolu », le Big Bang.

Chaos
Abysses (Grandes profondeur) est un dieu primordial, il représente les confins du monde, un monde perdu au fond d'une étendue d'eau au plus profond de la terre, mais aussi le monde entre les mondes. C'est un dieu que l'on connaît peu et qui ne fait pas beaucoup parler de lui. On le connait juste par ses enfants : avec Nyx il a Heimdall, celui qui fait passer chaque être qui le souhaite à travers les mondes et avec Gaia il a Hydros, le dieu primordial de l'eau.
Abysses
Éros (Amour) est le dieu de l’Amour et de la puissance créatrice. Le mot érotisme provient d’Éros. Il est issu de Chaos il permet aux autres divinités comme par exemple Ouranos et Gaïa d’engranger une progéniture. Il est beau, immortel, dompte l'intelligence et la sagesse. Il rend manifeste la dualité, la multiplicité incluse dans l'unité. Éros et son fils Himéros qu'il conçoit seul accompagnent Aphrodite depuis sa naissance. Éros ne réside pas seulement dans l'âme mais aussi dans la beauté, dans les corps de tous les animaux, dans les productions de la terre, en un mot, dans tous les êtres. La puissance d'Éros est renforcée par le mythe de l'androgyne. Il y a trois sexes originels : le masculin, produit par les divinités à partir d’eux même, le féminin produit par les divinités à base de terre et l'androgyne (ou transsexuelle dans nos société moderne), celui qui est composé des deux autres, par la lune. Après le sexe masculin et le féminin donneront sa forme à l’humanité d’aujourd’hui: qui la moitié des deux à moitié venant des dieux et l’autre moitié de la terre. Éros est donc la puissance créatrice grâce à qui tout cela a été possible. Éros est la force qui pousse les moitiés les unes vers les autres après leurs séparations par les Dieux. Celle, homme, qui s'unit à une moitié femme devient féconde, celle qui s'unit à une moitié homme n'accouche que de choses de l'esprit. Les hommes qui proviennent de la séparation des hommes primitifs recherchent le sexe masculin, de sorte que la sympathie, l’amitié et l'amour les saisissent l'un l'autre, et de façon à ne plus former qu’un seul être avec lui, bonheur qui n’arrive aujourd’hui qu’à très peu de gens. Il est le plus beau et le plus jeune des Dieux (même si c’est une divinité primordiale). C'est un Dieu délicat qui marche et se repose sur les choses les plus tendres et s'éloigne des cœurs durs. Il est formé d'une essence subtile, c'est la grâce qui le distingue, ne peut recevoir aucune offense, est de la plus grande tempérance. C'est le plus fort des Dieux, plus fort qu'Arès même. Il est très habile car il rend poète celui qui est inspiré de lui.
Éros
Érèbe (Ténèbres infernales) est un des dieux primordiale issu de Chaos. Il personnifie l'obscurité qui règne dans les entrailles de la terrre.
Érèbe
Éther (Air de la plus haute atmosphère) est le dieu, fils de Nyx et d'Érèbe, personnifiant le Ciel dans ses parties supérieures. L'air y est plus pur et plus chaud, c'est celui qui est respiré par les dieux.
Éther
Volupta (Plaisir) est la déesse du plaisir, de la sensualité, du bien-être et de la santé. C'est la fille née de l'amour entre la déesse Psyché et le dieu Éros. Volupta était représentée comme une jeune personne au teint pâle assise sur un trône et tenant la Vertu sous ses pieds.
Volupta
Heimdall (pôle du monde) est un des dieux primordiaux fils d’Abysses et de Nyx. Il est le gardien du pont Bifröst (l'arc-en-ciel qui relie les 6 mondes entre eux) et a pour charge de souffler dans Gjallarhorn si un danger menace un des mondes. Il est également un dieu de la lumière et certaines lunes. Il est aussi appelé Hallinskidi, ou encore Rigg. Le nom d'Heimdall, issu du vieux norrois « Heimdallr », évoquerait originellement le bienfaisant feu domestique « qui prospère (-dall) dans sa maison (heim) ». Une autre étymologie évoquée serait « pilier du monde ». Un kenning est une figure de style propre à la poésie scandinave, qui consiste à remplacer un mot par une périphrase à valeur métaphorique. Un kenning pour Heimdall est « le dieu blanc ». L'Edda en prose de Snorri Sturluson relate qu'un kenning pour « épée » est « tête d'Heimdall », car Heimdall fut frappé par la tête d'un homme. De manière similaire, un kenning pour « tête » est « épée d'Heimdall ». L'origine de ce dernier kenning peut se trouver dans un autre surnom d'Heimdall, « le Bélier ». Georges Dumézil a suggéré en 1959 que c'est en raison de ce surnom de Bélier qu'Heimdall serait appelé « dieu blanc ». Un autre surnom d'Heimdall, « Hallinskíði » (bâton courbé) est un kenning pour « bélier », peut-être en référence aux cornes courbes de l'animal. « Gullintanni » (dents d'or) serait en rapport avec la couleur jaune des dents des vieux béliers. Heimdall est probablement originellement un dieu du feu et « un dieu de la colonne du monde, c'est-à-dire le dieu du centre du monde et de l'ordre sacré ». De manière comparable à son cousin le dieu Janus, il est un dieu des commencements. Il engendre la société avec ses trois classes différenciées. Il est le dieu de l'ordre primordial. Heimdall est principalement le gardien de l’Olympe. Sa demeure, Himinbjorg (le château du ciel), est située en dehors des murailles de l’Olympe, à proximité du pont de Bifröst, qui relie l’Olympe aux autres mondes. Capable d'entendre l'herbe pousser et une seule feuille tomber, ainsi que de voir jusqu'aux confins du monde, Heimdall n'a pas non plus besoin de dormir. Son cheval est nommé Gulltopp. Sous le nom de Ríg, Heimdall voyagea par trois fois dans notre monde, profitant à chaque fois de l'hospitalité d'un couple de classe sociale différente. Dans une métaphore de l'organisation de la société scandinave médiévale, il donna ainsi naissance à la premiere classe des esclaves (Thrall), au premier homme libre (Karl) et au premier noble (Jarl).
Heimdall
Héméra (Jour) est une divinité, fille d'Érèbe et de Nyx. Sœur d'Éther, elle incarne la Lumière terrestre et personnifie donc le Jour. Le soir venu, sa mère Nyx recouvre la Terre de son voile d'obscurité entre l'Éther et l'Ær (l'Air des parties inférieures du Ciel respiré par les mortels) pour apporter la nuit aux hommes. Le matin, Héméra disperse ce voile, révélant ainsi l'Éther bleu et brillant du jour. Elle s'unit avec son frère Éther, de qui elle a Thalassa.
Héméra
Nyx
Nyx (Nuit) est la déesse de la Nuit personnifiée. Elle et son frère Érèbe (les Ténèbres infernales) sont les premières divinités issues du Chaos primordial.
Charon
Charon (Le nocher des Enfers, le nocher est celui qui conduit une embarcation), est un dieu, fils d'Érèbe et de Nyx. Il a pour rôle de faire passer sur sa barque, moyennant un péage de 3 pièces d'argent, les ombres errantes des défunts à travers le fleuve Achéron vers le séjour des morts. C'est les ombres des morts qui devaient ramer et se faisaient gouverner par Charon qui barrer la barque. Il est représenté comme un vieillard fort laid, tyrannique, irascible, barbu et couvert de haillons.
Épiphron
Épiphron (Prudence), fils d’Érèbe et de Nyx, divinité personnifiant la prudence, la sagacité, la perspicacité et la prévoyance.
Éléos
Eléos (Pitié), fille de Nyx et d'Érebe est la déesse qui personnifie la pitié et la compassion.
Moïra
Moïra (Destinée) est la déesse personnification de la loi de partition qui impose à chacun une part de bien et de mal, de fortune et d'infortune, de bonheur et de malheur, de vie et de mort, qu'il est du devoir de l'individu de respecter. Transgresser la mesure assignée par le destin est commettre l'hybris, faute fondamentale sanctionnée par la Némésis ou le châtiment des Dieux. Elle est la fille de Nyx seule.
Némésis
Némésis est la déesse de la loi morale qui réprouve tout excès, de la Justice distributive, de la juste colère des dieux, de la rétribution céleste, de l'indignation devant un avantage injuste et de la vengeance. Elle est aussi un messager de mort envoyé par les dieux comme punition. On la représenta avec une figure grave et sévère, écartant de la main droite des vêtements qui lui couvrent la poitrine, et dirigeant ses regards sur son sein. Elle tient dans sa main gauche une coquille, un frein ou une branche de frêne, et dans la droite une mesure elle a des ailes sur son dos ; il y a à ses pieds la roue de la fortune et un griffon. Elle est la fille de Nyx seule.
Les Kères
Les Kères (morts violentes), sont des divinités infernales, qui hantaient les champs de bataille pour s'abreuver du sang des mourants, s'emparer des agonisants et conduire les âmes des morts aux Enfers. Elles apportent le malheur et la destruction avec elles et souillent tous ceux qu'elles touchent, engendrant la cécité, la vieillesse et la mort. On les représente d'un aspect hideux, pourvues d'ongles acérés, les épaules recouvertes d'un long manteau rougi par le sang des corps qu'elles emmènent. Pendant les combats, les Kères parcouraient le champ de bataille avec la Discorde et le Carnage, recherchant les guerriers qui avaient atteint la limite de leur vie. Avec d’épouvantables grincements de leurs dents d’un blanc éclatant qui tranchait avec carnation noire, elles lançaient des regards effroyables ; elles suivaient les guerriers mourant, enfonçant dans le corps leurs énormes griffes, et suçant leur sang jusqu'à ce qu'elles en soient rassasiées. Puis elles jetaient le cadavre de côté, et s'empressaient de rejoindre la mêlée pour achever de nouvelles victimes. Elles sont les filles de Nyx seule.
Géras
Géras (Vieillesse), est le dieu personnifiant la Vieillesse, il est représenté comme un vieillard chétif, au sexe long et flasque, appuyé sur une canne et est le fils de Nyx seule.
Éris
Éris (Discorde) est la déesse de la discorde autrement dit du dissentiment violent et durable entre deux ou plusieurs personnes qui les porte à l’inimitié, à la haine, cependant Éris représente aussi l'aspect positif de l'émulation : au chant XI de l'Iliade, Zeus l'envoie réveiller l'ardeur au combat des chefs grecs (XI, 3-14) ; c'est elle aussi qu'Héraclès choisit lorsqu'il rencontre deux femmes au début de ses exploits selon Hésiode. Furieuse de ne pas avoir été invitée aux noces de Thétis et Pélée, elle y jette une pomme d'or portant l'inscription « Pour la plus belle ». Cette « pomme de discorde » se révélera fatale, puisque c'est elle qui provoquera indirectement la guerre de Troie. Éris et Arès seront à la tête des Lapithes lors de leur guerre contre les centaures. Elle est la fille de Nyx seule.
Philotès
Philotès (Amour sexuel) est une divinité allégorique du rapport sexuel, du Plaisir de l'Amour, du plaisir de l'Amitié, de l'affection et de l'amitié. Elle est cité avec sa mère Nyx car c'est souvent la nuit qu'on l'invoque pour avoir ces faveurs et celles de la nuit.
Momos
Momos (la raillerie) est le dieu personnifiant le Sarcasme, la Moquerie, la raillerie, les malicieuses critiques et les bons mots. Il agit comme le « bouffon de cour » des divinités olympiennes. C'est lui qui suggère à Zeus, pour réduire le nombre croissant des hommes qui commence à l'inquiéter, de donner Thétis en mariage à un mortel et d'engendrer la belle Hélène, le séduisant enjeu de la guerre de Troie. Mais après avoir raillé tous les dieux, il fut finalement prié « d'aller railler ailleurs », et s'installa chez le seul dieu capable de le comprendre : Dionysos. Il est le fils de Nyx seule.
Apaté
Apaté (Tromperie) est la déesse personnifiant la duperie, la perfidie, la fraude, la déception, la tromperie et la malhonnêteté. Son homologue masculin est dolos et elle est accompagnée des Pseudologoi (les Mensonges). Elle est fille de Nyx seule.
Dolos
Dolos (Ruse) est un des fils de Nyx seule, ce dieu personnifie la duperie, la supercherie, la tromperie, la ruse, la fourberie, la perfidie et la traitrise. Homologue féminin d’Apaté, il a été un apprenti de l'astucieux Titan Prométhée et accompagne les Pseudologoi (les Mensonges).
Moros
Moros (destin fatal et mort violente) est une divinité personnifiant l'acheminement vers un sort implacable du Destin et du Sort. Il est cité pour la première fois dans la Théogonie d'Hésiode, qui parle de l'« odieux Moros » et en fait le fils de Nyx, qu'elle a conçu seule comme de nombreuses autres divinités allégoriques. Il est l’homologue masculin des Kères.
Oizys
Oizys (Misère) est une divinité, fille de Nyx seule, personnifiant la Détresse et la Misère.
Hypnos
Hypnos (Sommeil) est le dieu du sommeil, le fils de Nyx seule, le frère jumeau de Thanatos (Mort) et aussi le père de Morphée. Il peut endormir aussi bien les hommes que les dieux. Ainsi, au chant XIV de l’Iliade, Héra lui demande d'endormir Zeus en personne, afin que Poséidon puisse aider les Grecs malgré l'interdiction du maître de l'Olympe. Elle l'appelle « maître des hommes et des dieux ». Hypnos admet qu'il peut endormir tous les dieux, même Océan. Il rappelle aussi qu'il a déjà endormi Zeus, déjà à la demande d'Héra, afin que celle-ci puisse faire périr Héraclès. Rageur, Zeus avait tenté de le jeter du haut de l'Olympe, et Hypnos n'avait dû son salut qu'à sa mère Nyx. Sur la promesse d'Héra de lui donner la main de Pasithée (Hypnos en était amoureux à cette époque), Hypnos se laisse fléchir. Il se change en oiseau et, encore une fois, endort Zeus. Hypnos est également considéré comme le gardien de la nuit, qui reste éveillé quand le monde est endormi. Hypnos, sur les tombeaux, désigne l'éternel Sommeil. Il est uni à Pasithée qui est depuis lors son épouse.
Les Oneiroi
Les Oneiroi (Songes) sont des divinités personnifiant les rêves, ce sont les fils d'Hypnos qu’il engrangea avec sa mère Nyx. Hypnos leur père les envoie visiter les mortels. Les trois plus célèbres sont Morphée, Phobétor et Phantasos : « Parmi ses mille enfants, le Sommeil choisit Morphée habile à revêtir la forme et les traits des mortels. Nul ne sait mieux que lui prendre leur figure, leur démarche, leur langage, leurs habits, leurs discours familiers. Mais de l'homme seulement Morphée représente l'image. Un autre imite les quadrupèdes, les oiseaux, et des serpents les replis tortueux. Les dieux le nomment Icélos, les mortels Phobétor. Un troisième, c'est Phantasos, emploie des prestiges différents. Il se change en terre, en pierre, en onde, en arbre ; il occupe tous les objets qui sont privés de vie. Ces trois Songes voltigent, pendant la nuit, dans le palais des rois, sous les lambris des grands ; les autres, Songes subalternes, visitent la demeure des vulgaires mortels. ». Ils sortent chaque nuit de leur sombre demeure une grotte située dans l'Érèbe.
Morphée
Morphée (forme) est une divinité des rêves prophétiques. Il est le fils d'Hypnos et de Nyx, et la principale divinité des mille Oneiroi. Il reçoit pour mission de la part de son père d'endormir les mortels. Il est représenté par un jeune homme tenant un miroir à la main et des pavots soporifiques de l’autre, avec des ailes de papillon battant rapidement et silencieusement, qui lui permettent de voler. Il donne le sommeil en touchant une personne avec ses pavots. Il lui donne également des rêves pour la nuit. Pour se présenter aux mortels, il se transforme en être de cher, permettant aux mortels l'espace d'un instant de sortir des machinations des dieux. Il est le plus apte de sa fratrie à prendre une apparence humaine. Messager des dieux, il apparaît généralement dans le sommeil des rois comme un humain sous forme de fantasme. Il est le rêve envoyé par Zeus auprès d'Agamemnon dans l’Iliade, mais dans ce passage, il n'est pas explicitement nommé. Il joue un rôle important dans l'histoire d'Alcyone et Céyx : « le Sommeil choisit Morphée pour prendre les traits de Céyx et visiter Alcyone durant son sommeil, pour lui décrire le naufrage de son époux et lui demander des funérailles ». Cette apparition fait croire à Alcyone en la réalité de ce récit.
Phobétor
Phobétor (l'Effrayant) est l'un des Oneiroi, les fils d'Hypnos et le compagnon de ses frères Morphée et Phantasos. Phobétor imite les quadrupèdes, les oiseaux, et les serpents des replis tortueux, donc tous les animaux dans les rêves des hommes.
Phantasos
Phantasos (Apparition) est l’un des Oneiroi, les fils d'Hypnos et de Nyx et le compagnon de ses frères Morphée et Phobétor. Phantasos apparait dans les songes des hommes sous la forme de terre, de pierre, d’onde, d’arbre. Il occupe donc tous les objets qui sont privés de vie.
Éris seule
Ponos
Ponos (Peine) est un esprit enfanté par Éris symbolisant la peine et de la peine que cause le dur labeur et le travail.
Léthé
Léthé (Oubli), fille d’Éris, est l'esprit personnifiant l'Oubli. Elle est souvent confondue avec le fleuve Léthé, un des cinq fleuves des Enfers, parfois nommé fleuve de l'Oubli mais elle ne lui donne que son nom. Après un grand nombre de siècles passés dans les Enfers du royaume d'Hadès les âmes des justes et celles des méchants qui avaient expié leurs fautes aspiraient à une vie nouvelle, et obtenaient la faveur de revenir sur la terre habiter un corps et s'associer à sa destinée. Mais avant de sortir des demeures infernales, elles devaient perdre le souvenir de leur vie antérieure, et à cet effet boire les eaux du Léthé, qui provoquaient l'amnésie. Le Léthé coulait avec lenteur et silence : c'est, disent les poètes, le fleuve d'huile dont le cours paisible ne fait entendre aucun murmure. Il sépare les Enfers de ce monde extérieur du côté de la Vie, de même que le Styx et l'Achéron les en séparaient du côté de la Mort. La porte du Tartare qui ouvrait sur cette rivière était opposée à celle qui donnait sur le Cocyte. Léthé est représenté sous la figure d'une vieille femme qui d'une main tient une urne et de l'autre la coupe de l'Oubli.
Limos
Limos (famine) est l'esprit personnifiant la faim et la famine. C'est un enfant d'Éris.
Algea
Algea (Douleur) est l'esprit qui est la personnification des douleurs et des souffrances de l'humanité.
Hysminai (Mêlée) sont des esprits personnifiant les mêlées et surtout les mêlées dans les combats. Elles sont les homologue féminin des Makhai.
Hysminai
Makhai
Makhai (Combat) sont des esprits des batailles et des combats homologue masculin des Hysminai.
Phonoi
Phonoi (Meurtre) sont les esprits fils d'Éris personnifiant les meutres, les assassinats, les carnage, les hécatombes et les massacres.
Androktasiai
Androktasiai (Tuerie) sont des esprits, filles d'Éris personnifiant les homicides volontaire et involontaires et les tueries. Elles sont les homologue féminin des Phonoi.
Nikea
Nikea (Querelle) sont des esprits, filles d'Éris qui personnifie les querelles dans leurs ensemble, autant les arguments que les déchirements dû aux querelles
Amphilogiai
Amphilogiai (Dispute) sont des esprits, filles d'Éris pesonnifiant les disputes.
Dysnomia
Dysnomia (Anarchie) est une déesse, fille d'Éris personnifiant l'Anarchie. Elle est généralement accompagnée d'Adicie (l'Injustice), d'Até (la Fatalité) et d'Hybris (la Démesure). Son opposée est Eunomie (l'Ordre civil).
Até
Até (Désastre) est l'esprit incarnant la Faute et l'Égarement fille d'Éris, déesse de la Discorde, engendrée au commencement du monde. Elle est réputée pour avoir égaré Zeus lui-même, sur l'ordre d'Héra : lorsqu'il fait l'annonce qu'un héros de son sang (Héraclès) doit naître, et qu'il régnera sur tous ses voisins, Héra l'oblige à en faire le serment. Puis, après qu'il s'est exécuté, la déesse va précipiter la naissance d'Eurysthée, fils de Sthénélos (descendant de Zeus). Fou de colère en découvrant le subterfuge, Zeus empoigne Até par les cheveux et la projette hors de l'Olympe, lui interdisant à jamais d'y remettre les pieds. Até chute en Phrygie, sur une colline qui prend son nom, et où Ilos fondera par la suite Troie. La légende d'Até tentant d'interférer, afin de complaire à Héra, sur le destin d'Héraclès avant même la naissance de ce dernier, apparaît comme un doublon de celle, plus tardive, présentant Ilithyie, déesse de l'Enfantement, tentant d'empêcher Alcmène de mettre son fils au monde. Até tient un rôle d'auxiliaire des vengeances d'Héra en provoquant la fin d'Ampélos, le satyre éromène de Dionysos, qu'Héra traite en ennemi juré.
Horkos
Horkos (Serment) est un esprit des Enfers, punisseur des parjures, proche d’Hadès et est un des esprits des morts, par conséquent proche de Thanathos. Son nom est donné à son côté maléfique et vengeur, le dieu qui tourmente les criminels après leur mort. Il est représenté comme un géant barbu et poilu.
Pseudeis Logoi
Pseudeis Logoi (Mot menteur) sont des esprits, fils d'Éris personnifiant les mensonges.
Psyché
Psyché, en tant qu'allégorie de l'âme, est représentée avec des ailes de papillon. Psyché est la fille d'un roi. Elle est d'une beauté si parfaite qu'elle excite la jalousie de Aphrodite, à laquelle on la compare. Elle a deux sœurs aînées, d'une grande beauté également, mais sur lesquelles Psyché l'emporte de loin ; toutefois, contrairement à ses sœurs, elle ne trouve pas d'époux, car les foules se contentent de venir la contempler comme une œuvre d'art et la vénérer comme une déesse. Aphrodite, jalouse de cette rivale et offensée par un tel sacrilège, ordonne à Éros de la rendre amoureuse du mortel le plus méprisable qui soit. Cependant, alors que le dieu s'apprête à remplir sa mission, il tombe lui-même amoureux de Psyché en se blessant avec l'une de ses propres flèches. Le père de Psyché, désespéré de voir que sa fille ne trouve pas d'époux, se rend à Didymes pour supplier Apollon de permettre à Psyché de se marier. L'oracle est catégorique : Psyché doit être abandonnée sur un rocher au sommet d'une colline, où viendra la chercher son futur époux, un monstrueux serpent volant. Désolé mais résigné, le père de Psyché exécute les ordres divins et abandonne Psyché à son funeste destin. Cependant, Zéphyr, le doux Vent de l'ouest, emporte la jeune femme jusqu'à une merveilleuse vallée. Il dépose délicatement la princesse dans l'herbe tendre, non loin d'un magnifique palais. Psyché y pénètre et y découvre un savoureux festin qui l'attend ; elle est servie par des personnages invisibles, dont elle entend seulement les voix. Elle s'endort ensuite dans une chambre somptueuse. Plus tard dans la nuit, son mystérieux époux, Éros, la rejoint, lui demandant de ne jamais chercher à connaître son identité, cachée par l'obscurité de la chambre. Toutes les nuits, il lui rend visite puis la quitte avant l'aurore. La jeune femme apprécie de plus en plus les étreintes et les mots doux qu'ils échangent alors. Rien ne manque au bonheur de Psyché, si ce n'est de connaître le visage et le nom de son amant nocturne, et de revoir sa famille. Ses deux sœurs, amenées au palais par Zéphyr, sont folles de jalousie face à tant de richesse et de bonheur. Elles cherchent à persuader Psyché que son époux n'est rien d'autre qu'un horrible monstre qui finira par la dévorer. Terrifiée à cette idée, elle profite du sommeil de son amant pour allumer une lampe à huile afin de percer le mystère. Elle découvre alors le jeune homme le plus radieux qu’elle n’ait jamais vu. Mais une goutte d'huile brûlante tombe sur l'épaule du dieu endormi, qui se réveille aussitôt et s'enfuit, furieux d'avoir été trahi. Folle de chagrin et de remords, Psyché se jette dans une rivière. Mais la rivière, compatissante, la dépose sur la berge, où est assis le dieu Pan. Ce dernier conseille à Psyché de tout faire pour reconquérir l'amour de Cupidon. Alors la princesse part à la recherche de son amant. Elle erre de temple en temple, rencontrant Déméter et Héra, déesses qui refusent de l'aider dans sa quête. Enfin, elle parvient au palais d’Aphrodite, qui la soumet à toutes sortes d'épreuves, comme une esclave :
1) D'abord, elle doit trier, en une soirée, un énorme tas de grains de variétés différentes. Par bonheur, des fourmis, prises de pitié, l'aident à accomplir sa tâche, et le tas est trié à temps.
2) Ensuite, elle est contrainte de rapporter à Aphrodite de la laine de moutons à la toison d'or, qui paissent dans un pré au-delà d'une dangereuse et profonde rivière. Un roseau, ému par l'infortune de la jeune femme, lui indique la marche à suivre.
3) Puis elle doit rapporter de l'eau du Styx, puisée à même la source. Cette dernière se situe au sommet d'une haute montagne gardée par des dragons. Cette fois, c'est l'aigle de Zeus (le roi des dieux) qui vient au secours de Psyché tandis qu'elle gravit la montagne. L'aigle va remplir une fiole avec de l'eau du Styx, et la remet à Psyché.
4) Enfin, la jeune femme doit mettre dans une boîte une parcelle de la beauté de Perséphone, la reine des Enfers. Épuisée, Psyché est à nouveau tentée de mettre fin à ses jours. Elle est sur le point de se jeter du haut d'une tour quand, soudain, la tour commence à lui parler, la convainc de rester en vie et lui indique même comment réussir cette épreuve. Ainsi, elle parvient à récupérer une parcelle de la beauté de Perséphone. Mais sa curiosité la perd : pensant que la beauté de la déesse l'aidera à reconquérir Cupidon, Psyché ouvre la boîte et, aussitôt, plonge dans un profond sommeil, pareil à la mort.
Entre-temps, Éros s'est échappé du palais d’Aphrodite, qui l'y avait enfermé. Toujours épris de Psyché, il la ranime doucement avec la pointe d'une de ses flèches. Puis il l'emmène devant Zeus en personne, qui convoque les dieux de l'Olympe (dont Aphrodite, enfin apaisée), et annonce publiquement le mariage d’Éros et Psyché. Celle-ci est invitée à consommer l'ambroisie, ce qui lui confère l'immortalité. Le dieu et la nouvelle déesse sont alors unis en présence de tout le Panthéon, et un merveilleux banquet s'ensuit. Quelque temps plus tard, Psyché donne à Éros une fille, nommée Volupta (Plaisir). L'amour (Éros) et l'âme (Psyché) sont ainsi réunis pour l'éternité.
Thanatos
Thanatos (Mort) est la personnification de la Mort. Ce dieu est le fils de Nyx, qui l’a engendré seule. Thanatos est également le frère jumeau d'Hypnos la personnification du Sommeil, de Moros (fatalité) et des Kères. Ennemi implacable du genre humain, il séjourne dans le Tartare. Thanatos avait un cœur de fer, des entrailles d'airain et une âme de bronze. Les attributs communs à Thanatos et à la Nuit sont les ailes et le flambeau renversé, mais Thanatos est encore distingué par une urne et un papillon. L'urne est censée contenir des cendres, et le papillon prenant son essor est l'emblème de l'espoir d'une autre vie. Thanatos est armé d'une épée et se désaltère du sang répandu sur les tombes. Il apparaît avec un visage défait et amaigri, les yeux fermés, couverte d'un voile, et tenant, comme Chronos, le Dieu du Temps, une faux à la main. Cet attribut semble signifier que la vie est moissonnée comme le blé. Certaines fois il est représenté par un squelette tenant une faux à la main.
Thalassa
Thalassa (mer), fille d'Éther et d'Héméra, est une divinité qui incarne les Mer et plus particulièrement chez les états la mer qui borde cet état (chez les grecs c'est la personnification de la Mer et de la mer Méditerranée. Elle est l'équivalent féminin de Pontos. Elle engendre avec Pontos les Telchines, les poissons et la nymphe Halia. Elle est fécondée par les organes génitaux d'Ouranos tranchés par Cronos et tombés dans la mer, et engendre ainsi Aphrodite.
+ Pontos
Les Telchines
Les Telchines sont des divinités inférieures rattachées à l'île de Rhodes. Doués d'aptitudes créatrices et techniques, ils apparaissent assez semblables aux Dactyles. Ils sont au nombre de 4 et ce sont les 4 premiers fils de Thalassa et de Pontos. Ils sont mentionnés comme « Rhodiens » qu'Athéna récompense pour avoir façonné des statues. Ils sont les premiers habitants de Rhodes, qui élèvent Poséidon que Rhéa leur a confié ; ils se livrent à la métallurgie et à la magie, sculptent des statues des dieux et sont des inventeurs bénéfiques. Ils auraient ainsi forgé le trident de Poséidon et la faux de Cronos. Ces magiciens peuvent en arrosant la terre avec de l'eau du Styx la frapper de stérilité ou provoquaient la peste. Pour cette raison, on peut aussi les nommaient « Destructeurs ». A la fin, Zeus les ensevelit sous les flots et les changea en rochers. Ils n'en étaient pas moins honorés dans l'île de Rhodes où leur culte, d'un caractère mystérieux, devint célèbre. Ils ont le don de métamorphose et peuvent prendre l'apparence d'un oiseau, d'un monstre, d'un homme ou d'un insecte.
Les poissons
Les poissons sont des animaux vertébrés aquatiques à branchies, pourvus de nageoires et dont le corps est le plus souvent couvert d'écailles. On les trouve abondamment aussi bien dans les eaux douces que dans les mers : on trouve des espèces depuis les sources de montagnes (omble de fontaine, goujon) jusqu'au plus profond des océans (grandgousier, poisson-ogre). On en découvre encore aujourd'hui, on ne sait pas combien il y en a en tout dans le monde. Ils sont conçus par Pontos et Thalassa.
Halia
Halia, fille de Thalassa et de Pontos, est une Haliade de l'île de Rhodes. Divinité inférieure qui personnifie la mer salée. Aimée du dieu Poséidon, elle en eut une fille, la nymphe Rhodé et six fils, les Dieux de l'Ouest. Ses fils ayant refusé l'hospitalité sur leur île à Aphrodite quand elle navigue sur les mers juste après sa naissance, elle les rend fous. Ceux-ci violent leur mère et de honte, Halia se jette dans la mer tandis que ses fils sont enterrés par leur père dans des cavernes des fonds marins sous l'île. Elle est liée à Himalia, une nymphe qui est séduite par Zeus.
Rhodé (rose) est une divinité mineure marine associée à l'île de Rhodes, à qui elle donne son nom. Fille de Poséidon et de Halia. Elle est l'épouse d'Hélios, divinité tutélaire de Rhodes, de qui elle a sept fils et une fille, sages législateurs des premiers habitants de cette île. L'un d'eux engendra d'abord Ialysos, ensuite Camiros et Lindos. Les sept fils (Ochimos, Cercaphos (le père d'Ialysos et ses frères), Macarée, Actis, Ténagès, Triopas, Candalos) et sa fille, Électryone. C'est également d'après elle que l'île de Rhodes aurait reçu son nom. Une inscription rhodienne votive, datée de la fin du IIIe siècle av. J.-C., est dédiée à Hélios, à la déesse Rhodé, à tous les êtres divins, dieux, déesses, archégètes, héros, qui protègent la ville et le territoire des Rhodiens.
Rhodé
+ Poséidon
Les dieux de l'Ouest
Les dieux de l'Ouest sont six fils d'Halia et de Poséidon. Ce sont six dieux mineures. Ils ont refusé l'hospitalité sur leur île à Aphrodite quand elle navigue sur les mers, elle les rend fous pour cela. Ceux-ci violent donc leur mère, ce qui provoqua la mort d'Halia qui de honte se jette dans la mer et se laisse mourir. Ces dieux de l'Ouest sont enterrés par leur père, Poseidon, dans des cavernes des fonds marins sous leur île.
Les sept fils de Rhodé
Ochimos, Macarée, Actis, Ténagès, Triopas, Candalos, Cercaphos (le père d'Ialysos et ses frères) sont les sept fils de Rhodé et d'Hélios. Sept fils qui sont des sages législateurs, les premiers habitants de l'île de Rhodes.
Ialysos, Camiros, Lindos et ses frères se sont eux qui créent les premières cités de l'île. Leurs descendants sont les habitants de l'île de Rhodes.
Électryone
Électryone est la fille de Rhodé et d'Hélios habitant de l'île de Rhodes elle met au monde avec ses frères, les Rhodiens d'aujourd'hui, elle reçoit donc des Rhodiens les honneurs héroïques dû aux anciens.
Tartare
Tartare (le gouffre des Enfers) est le nom d’une des divinités grecques primordiales. Il s’agit d’un lieu à la porte de fer et au seuil de bronze, où l’on expie ses fautes, où toutes les formes de torture physique ou psychologique sont représentées. À l’intérieur de lui-même, il renferme les plus grands criminels. Région aride, brumeuse, sans vie et monotone avec parfois des étangs glacés, des lacs de soufre ou de poix bouillante. L’endroit est entouré par des fleuves aux eaux boueuses, des marécages à l’odeur nauséabonde, qui forment un rempart pour que nulle âme n’échappe à sa peine. La distance du Tartare jusqu’à la surface est égale à celle qui sépare les cieux de la surface. Il soutient en outre les fondements des terres et des mers. Dans cette vaste région s'élevait également le palais d’Hadès, pourvu de nombreuses portes et peuplé d’autels innombrables. Le Tartare est l’endroit le plus profond des Enfers, où quelques criminels mythiques célèbres reçoivent leur punition (les Danaïdes, Ixion, Sisyphe, Tantale, etc.) C’est aussi la prison des dieux déchus comme les Titans et des Géants, et tous les anciens dieux qui s’étaient opposés aux Olympiens. À l’issue de la Titanomachie, Zeus emprisonna les Titans au Tartare pour les punir. Le Tartare est une prison située dans les Enfers, protégée par un triple rempart d’airain autour duquel coule le Phlégéthon et bouclée par une porte en fer fabriquée par Poséidon. Ceux qui ont péché durant leur vie sont condamnés à y subir des châtiments éternels. Tantale est dans les Enfers il est sans cesse tourmenté par la peur de mourir une fois de plus, on ne retrouve que des criminels et meurtriers puissants dans le Tartare, mais non de simples mortels, si méprisables soient-ils. Y sont notamment enfermés Tantale, Sisyphe, Ixion, Tityos, les Danaïdes, les Titans, les Hécatonchires (deux fois : une fois par Ouranos puis par son fils Cronos, après la Titanomachie, Zeus les y renvoya mais en tant que gardiens) et les Aloades.
+ Gaia
Gaia
Échidna
Femme et serpent à la fois, Echidna fut engendrée par Tartare et Gaia. Elle vivait dans une caverne en Cilicie au pays des Arimes en compagnie de Typhon. L'aconit, une plante vénéneuse, est issue de la bave d'Échidna. Médée s'en sert lorsqu'elle veut empoisonner Thésée. Dans la région du Pont-Euxin Hérodote raconte qu'Héraclès mit ses chevaux aux pâturages pendant la nuit et qu'au matin il ne les retrouva pas. Il aurait alors découvert Echidna dans sa grotte qui lui aurait promis de lui restituer ses chevaux à condition qu'il lui fasse un enfant. Manifestement Héraclès tenait beaucoup à ses chevaux puisque qu'il s'exécuta et Echidna eut trois fils qui donneront leur nom à trois puissantes nations. Le héros laissa un arc à Echidna et lui recommanda de le transmettre à celui de ses fils qui serait capable de le tendre. Scythès fut le seul à pouvoir le faire: - Agathyrsos,l'aîné, donna son nom aux Agathyrses, peuple des Carpates.
- Gélonos donna son nom à la ville Gélonos et au peuple des Gélons.
- le benjamin, Scythès, donna son nom aux Scythes.
Elle a donné le jour avec Typhon et Orthros aux créatures fabuleuses de la mythologie grecque comme Chimère ou Sphinx sans qu'on ne sache pas très bien qui sont les géniteurs. On est sûre de la filiation de la Sphinx, c’est de Typhon et d’Echidna. Parmi cette dangereuse progéniture on trouve : le chien à plusieurs têtes Orthros, le dragon à cent têtes qui gardait les pommes du jardin des Hespérides, le dragon de Colchide, la Sphinx, Cerbère, Scylla, Gorgone, l'Hydre de Lerne, l'aigle (ou le vautour) du Caucase qui dévorait le foie de Prométhée, et le lion de Némée. Malfaisante à cause de sa progéniture et parfois même dévoreuse d'infortunés voyageurs, elle fut tuée par Argos aux-cent-yeux, qui l'avait surprise dans son sommeil.
Typhon était un être monstrueux, géant de l'orage immortel, fils de Tartare et de Gaia qui naquit dans la grotte corcienne située en Cilicie. A la fois mi homme mi fauve, il était ailé et ses yeux lançaient des flammes. Sa tête touchait aux étoiles, ses bras étendus touchaient l'Orient et l'Occident, et au bout de ces bras il avait cent têtes de dragons. Le bas de son corps était entouré de vipères. Typhon fut élevé à Delphes par le serpent Python. Il attaqua les Olympiens qui s'enfuirent tous sauf Athéna et Zeus. Un combat eut lieu : Typhon réussit à couper les muscles et les tendons de Zeus qu'il enferma dans une peau d'ours et le réduit ainsi à l'impuissance. Hermès et Pan les récupérèrent cependant, et Zeus emprisonna Typhon sous le volcan l'Etna. A chaque fois que le géant bouge l'Etna gronde ou entre en éruption. On attribue à Typhon et à Echidna une descendance de plusieurs monstres comme le chien Orthros, L'Hydre de Lerne et Chimère.
Typhon
+ Hélios
Cerbère
Cerbère, monstre gardien des enfers est le fils de Typhon et d'Échidna. C’est un chien à trois têtes. Ses dents noires et tranchantes, pénétraient jusqu'à la moelle causant une douleur atroce. Il est représenté avec une queue de dragon, et des têtes de serpent sur l'échine. Il était enchaîné à l'entrée des enfers et terrorisait les morts eux-mêmes qui devaient l'apaiser en lui apportant le gâteau de miel qu'on avait placé dans leur tombe en même temps que l'obole pour Charon déposée dans la bouche. Mais Cerbère était encore plus terrible pour ombres qui auraient voulu en sortir et pour les vivants qui essayaient de forcer la porte des enfers comme :
• Pirithoos et Thésée, qui cherchaient à enlever Perséphone.
• Orphée, venu chercher son Eurydice, le calma en lui jouant de la lyre.
• Psyché qui était venue chercher la boite à cosmétique de Perséphone sur l'ordre d'Aphrodite l'endormit avec un gâteau trempé dans du vin drogué.
• Enée fit de même avec un gâteau soporifique à base de miel et de pavot préparé par la Sibylle.
• Lors de son douzième travail, Héraclès réussit à le dompter seul, sans armes ni artifice comme le lui avait demandé Hadès et le ramener à Mycènes pour le montrer à Eurysthée. Comme d'habitude celui-ci ne brilla pas par son courage et exigea qu'Héraclès ramène immédiatement le monstre aux enfers.
A sa demande le monstre fut donc ramené aux enfers mais sa bave répandue sur le sol donna naissance à l'aconit qui est une plante toxique dont le suc servait à empoisonner les pointes des flèches et des lances et à fabriquer les filtres des magiciennes.
Vents malfaisants
Les vents malfaisants sont des fils de Tyhon seul, sortit de sa dépouille après avoir été vaincu par les olympiens mais en particulier par Athéna et Zeus. Ils sont donc sortit de l'Etna pour souffler sur la terre. Et personnifient les vents violents, mal-sain et malfaisants pour les hommes.
Typhon seul
Hybris
Hybris (Démesure) est une divinité allégorique personnifiant l’hybris. Il fait partie des enfants de Nyx et d'Érèbe. Elle fait du commerce amoureux avec Zeus et elle obtient de Zeus un fils nommé Coros, le dieu personnifiant la Satiété.
+ Zeus
Coros
Coros (Satiété) est le dieu personnifiant la Satiété, l'insolence, le mépris et la surabondance, il nait d’Hybris (la Démesure) assez proche en ce sens de deux autres divinités mineures faisant l'une et l'autre partie du cortège de Dionysos, Comos (la bonne Chère) et Silène (l’ivresse).
Dyssebia
Dyssebia (impiété) est la déesse de l'impiété. Elle est une fille d'Hybris et de Zeus. Elle est la sœur de Coros (Satiété).
+ Héraclès
Héraclès voyageant dans le cadre de ses travaux pour se rendre auprès d’Eurysthée après avoir réussi à capturer les juments de Diomède, passe une nuit dans la Scythie alors déserte. À son réveil, son attelage avait disparu. Mais Échidna, un monstre mi femme mi serpent qui vivait dans les parages, lui promet de lui rendre si le héros partageait sa couche. De cette union naissent trois fils : Agathyrsos l’ainé, Gélonos le cadet et Scythès le benjamin. Avant de prendre congé, Héraclès laisse un arc à Échidna, avec comme consigne que ses fils parvenus à l’âge adulte tentent de le bander : seul le plus fort restera sur place, les autres devront s'établir dans d'autres pays. Agathyrsos et Gélonos échouent, mais Scythès réussit l’exploit, donnant ainsi son nom au pays (la Scythie) et au peuple qui l’occupe (les Scythes). Agathyrsos, l'aîné, donna son nom aux Agathyrses, peuple des Carpates.
Agathyrsos
Gélonos est un des trois fils d’Héraclès et d’Échidna, frère d’Agathyrsos et de Scythès, et l’éponyme de la ville de Gélonos et du peuple scythe hellénisé des Gélons. Héraclès voyageant dans le cadre de ses travaux pour se rendre auprès d’Eurysthée après avoir réussi à capturer les juments de Diomède, passe une nuit dans la Scythie alors déserte. À son réveil, son attelage avait disparu. Mais Échidna, un monstre mi femme mi serpent qui vivait dans les parages, lui promet de lui rendre si le héros partageait sa couche. De cette union naissent trois fils : Agathyrsos l’ainé, Gélonos le cadet et Scythès le benjamin. Avant de prendre congé, Héraclès laisse un arc à Échidna, avec comme consigne que ses fils parvenus à l’âge adulte tentent de le bander : seul le plus fort restera sur place, les autres devront s'établir dans d'autres pays. Agathyrsos et Gélonos échouent, mais Scythès réussit l’exploit, donnant ainsi son nom au pays (la Scythie) et au peuple qui l’occupe (les Scythes). Agathyrsos et Gélonos quittent la Scythie selon la volonté d’Héraclès, et donnent leur nom l’un au peuple Sarmate des Agathyrses, l’autre à la ville de Gélonos et au peuple des Gélons.
Gélonos
Scythès
Scythès est le fils cadet d'Héraclès et d'Échidna, un monstre hybride (mi-femme mi-serpent), frère d'Agathyrsos et de Gélonos. Il est le héros éponyme des Scythes (sous ce terme, on désigne tous les peuples vivant à l'est et au nord de l'Europe, Russie comprise). Héraclès voyageant dans le cadre de ses travaux pour se rendre auprès d’Eurysthée après avoir réussi à capturer les juments de Diomède, passe une nuit dans la Scythie alors déserte. À son réveil, son attelage avait disparu. Mais Échidna, un monstre mi femme mi serpent qui vivait dans les parages, lui promet de lui rendre si le héros partageait sa couche. De cette union naissent trois fils : Agathyrsos l’ainé, Gélonos le cadet et Scythès le benjamin. Avant de prendre congé, Héraclès laisse un arc à Échidna, avec comme consigne que ses fils parvenus à l’âge adulte tentent de le bander : seul le plus fort restera sur place, les autres devront s'établir dans d'autres pays. Agathyrsos et Gélonos échouent, mais Scythès réussit l’exploit, donnant ainsi son nom au pays (la Scythie) et au peuple qui l’occupe (les Scythes). Les rois chez les Scythes descendent tous de lui.
Le Sphinx
Le Sphinx est la fille d'Orthos et d'Échidna. Elle est représentée avec un buste de femme, un corps de chat et des ailes d'oiseau. Le Sphinx, envoyée par Héra en Béotie à la suite du meurtre du roi de Thèbes, Laïos, commence à ravager les champs et à terroriser les populations. Ayant appris des Muses une énigme, elle déclare qu'elle ne quittera la province que lorsque quelqu'un l'aura résolue, ajoutant qu'elle tuera quiconque échouera. Le régent, Créon, promet alors la main de la reine veuve Jocaste et la couronne de Thèbes à qui débarrassera la Béotie de ce fléau. De nombreux prétendants s'y essaient, mais tous périssent. Arrive Œdipe, la Sphinx lui demande : « Quel être, pourvu d’une seule voix, a d’abord quatre jambes le matin, puis deux jambes le midi, et trois jambes le soir ? ». « (…) Œdipe trouva la solution : il s’agissait de l’homme. De fait, lorsqu’il est enfant, il a quatre jambes, car il se déplace à quatre pattes ; adulte, il marche sur deux jambes ; quand il est vieux, il a trois jambes, lorsqu’il s’appuie sur son bâton ». Furieuse de se voir percée à jour, la Sphinx se jette du haut de son rocher (ou des remparts de Thèbes selon les auteurs) et meurt. C'est ainsi que, Créon tenant sa promesse, Œdipe devient l'époux de Jocaste, contractant ainsi avec sa mère une union incestueuse.
Tyhon + Échidna
L'Hydre de Lerne
L'Hydre de Lerne est une créature monstrueuse possédant au moins cinq têtes, dont une immortelle. Celles-ci se régénèrent doublement lorsqu'elles sont tranchées, et l'haleine soufflée par les multiples gueules exhale un dangereux poison, même durant le sommeil du monstre. Héraclès doit tuer l'Hydre de Lerne pour le deuxième de ses douze travaux. L'Hydre fut engendrée par Typhon et Échidna, puis élevée par Héra sous un platane à proximité de la source Amymoné et du lac de Lerne, en Argolide (approximativement face à Nauplie). Lors de sa naissance elle ne possédait qu'une tête, l'immortelle, qui se dédoubla ensuite pour former toutes les autres. Le monstre à un corps de dragon et entre cinq et neuf têtes. La tête centrale, « tête intelligente » faite en partie d'or, dirige le corps et est immortelle. Cette redoutable créature habite les royaumes aquatiques et les marais. Héraclès, recouvert de sa peau de lion pour se protéger des morsures, attira la bête hors de son repaire en lui décochant quelques flèches enflammées. L’Hydre de Lerne apparut accompagnée d'un crabe géant envoyé par Héra dans le but de distraire Héraclès lors du combat. Agacé par les pincements du crabe, Héraclès le tua vite fait. Zeus fera du crabe une constellation : celle du Cancer à côté de celle du Lion. Débordé par les multiples régénérations céphaliques, Héraclès appela Iolaos, fils d'Iphiclès, à la rescousse. Sur l'ordre de son oncle, il enflamma quelques arbres et utilisa des brandons afin de cautériser les moignons de cou. Quant à la tête immortelle, elle fut tranchée et enterrée, encore sifflante, sous un rocher. Héraclès trempa ses flèches dans le venin de la bête, de manière à rendre mortel chacun de leurs traits. Et depuis lors, la moindre blessure est mortelle. Eurysthée refusa de considérer cet exploit comme valable, car Héraclès avait bénéficié de l'aide de Iolaos.
La truie ou laie de Crommyon est une créature monstrueuse, fille de Typhon et d’Échidna, et mère du sanglier de Calydon. Sauvage et féroce, elle est décrite comme une tueuse d'hommes, et terrorise les habitants de Crommyon en Corinthie, où elle vit. Elle est cependant terrassée par Thésée lors de sa traversée du golfe Saronique. Sur les céramiques la représentant, la laie de Crommyon est systématiquement opposée à Thésée, et souvent accompagnée d'une vieille femme.
Laie de Crommyon
Sanglier de Calydon
Le sanglier de Calydon est une créature monstueuse, qui ravageait la région de Calydon, en Étolie. Il est enfanté par la laie de Crommyon. Il est envoyé par Artémis pour punir Œnée, roi de Calydon ; celui-ci avait en effet oublié de faire une offrande à la déesse comme il l'avait faite aux autres dieux lors de la fête des Thalysies. C’est un sanglier sauvage, un solitaire aux dents blanches. Il est si énorme que l'Épire herbeuse n'a pas de taureaux plus grands et à des soies aussi raides que des javelines [qui] hérissent son cou ; tandis qu'il pousse de rauques grognements, une écume brûlante coule de ses larges épaules ; ses dents égalent celles d'un éléphant ; la foudre sort de sa gueule ; son souffle embrase le feuillage. Afin de débarrasser la région de ce fléau, Œnée demande l'assistance de nombreux héros provenant de toute la Grèce antique dont Méléagre son fils. Une chasse est alors organisée, qui réunit notamment Atalante, Thésée, Pélée, Télamon, Castor et Pollux, Jason, Amphiaraos, Admète, Ancée fils de Lycurgue, Cénée, Dryas, Échion fils d'Hermès, Énésime, Hippase, Hippothoos, Idas, Iolaos, Lyncée, Phénix fils d'Amyntor, Pirithoos et Toxée. C'est Méléagre lui-même qui porte à la bête le coup fatal.
Seule
Orthos
Orthos (droit) est le chien bicéphale de Géryon, le géant aux trois corps, qui garde son troupeau de bœufs. Il est le fils des monstres Typhon et Échidna. Il a engendré le Sphinx et le lion de Némée avec sa mère Échinda. Il fut tué par Héraclès.
Le lion de Némée est une créature monstrueuse tuée par Héraclès lors du premier de ses douze travaux. Le lion est le fils d'Orthos (le chien de Géryon) et d'Échidna, à l'instar du Sphinx de Thèbes. Élevé par Héra, il fait régner la terreur dans la région de Némée, en Argolide. Il présente la particularité d'avoir une peau impénétrable aux armes. Tuer ce monstre et le ramener à Eurysthée est la mission qu'Héraclès doit accomplir. À son arrivée à Cléones, le héros s'arrête dans la hutte d'un laboureur, nommé Molorchos, qui veut lui offrir un sacrifice, comme à un dieu. Refusant pareil honneur, Héraclès lui demande d'attendre un mois. Ce mois écoulé, ou bien il méritera un sacrifice au titre de héros mort, ou bien il aura tué la bête, auquel cas Molorchos pourra alors offrir le sacrifice à Zeus. Un soir, Héraclès surprend le lion sur le versant d'une colline, après le repas de la bête. Dissimulé, il tire sur elle à coup de flèches. Mais il s'aperçoit rapidement que le monstre est invulnérable. Ses flèches, offertes pourtant par Apollon, rebondissent sur son cuir. Le lion charge, Héraclès évite l'assaut. Il combat armé seulement de sa massue en bois d'olivier. Il en frappe le lion, puis l'étouffe, brisant sa massue dans la mêlée. Il l'écorche en utilisant les propres griffes du monstre pour entamer la peau coriace. Il nettoie la peau (que ni le feu, ni le fer ne peut entamer) et s'en revêt. Zeus met le lion dans le firmament, au nombre des constellations. Molorchos est en train de sacrifier au héros lorsque soudain Héraclès arrive à Cléonae. À son retour à Tirynthe, le héros lance la peau aux pieds d'Eurysthée, qui en est si terrifié qu'il saute dans une jarre pour s'y cacher. Il ordonne à Héraclès de déposer dorénavant ses trophées à l'extérieur de la ville et de ne communiquer avec lui que par l'intermédiaire de son héraut, Coprée.
Lion de Némée
Renard de Teumesse
Le renard de Teumesse est une créature monstrueuse rattachée au cycle thébain. Destiné à ne jamais pouvoir être attrapé, il est envoyé par les dieux principalement Dionysos pour terroriser les Thébains du temps de la première régence de Créon. Son rôle apparaît donc assez semblable à celui du Sphinx. Créon demande à Amphitryon de s'en charger. Celui-ci demande alors à Céphale d'intervenir avec Lélaps, un chien divin destiné à ne jamais manquer sa proie. Lors de la poursuite qui s'ensuit, Zeus change les deux animaux en pierre pour résoudre la contradiction (un chien infaillible contre un renard insaisissable).
Chimère
La chimère est une créature monstrueuse malfaisante. Elle est décrite comme un hybride avec un corps entier de lion sans queue, une autre tête de chèvre sur le dos du lion, une queue de serpent et capable de cracher le feu et dévastait le pays en harcelant le bétail, car elle était un être unique avec la puissance des trois bêtes. C'est la tête de chèvre qui crachait le feu. Fille de Typhon et d'Échidna, ce monstre fut élevé à Patara, en Asie Mineure, par le roi de Carie, Amisodarès. Elle ravageait la région de Lycie (en Asie mineure), quand le héros Bellérophon reçut du roi Iobatès l'ordre de la tuer. Il y parvint en chevauchant le cheval ailé Pégase. En effet, le héros Bellérophon avait reçu du roi Iobatès l'ordre de tuer ce monstre terrible, et ne pouvait pas reparaître avant que ce soit fait, sous peine de mort. Le jeune héros se mit à errer en brûlant du désir de capturer Pégase, le seul animal à être plus rapide que les flammes du monstre. Une nuit, il s'endormit sur un autel consacré à Athéna et fit un rêve où la déesse lui apparut en tenant une bride d'or entre ses mains. Bellérophon se réveilla en sursaut pour voir la déesse apparaître bien réelle à ses yeux et prononcer ces paroles : « Prends cette bride, seule capable de charmer le coursier que tu convoites. Après l'avoir offert à Poséidon, ton père, immole un superbe taureau à ce dieu si habile à dompter les coursiers. » Bellérophon se leva aussitôt et saisit la bride que la déesse lui tendait. Il se rendit chez le fils de Coeramus, devin de la région, pour lui raconter sa vision. Le devin lui ordonna d'obéir et d'élever un autel à Athéna après avoir immolé un taureau à Poséidon. Bellérophon le fit et se rendit à Ephyre où il trouva Pégase, le maîtrisa, puis, s'élançant sur le dos du cheval ailé revêtu de ses armes, le dressa au combat à venir. Pégase devint la monture de Bellérophon et le héros vainquit la Chimère grâce à son aide en la criblant de flèches.
Ladon est un reptile monstrueux, fils d'Échidna et de Typhon. Il est doté de cent têtes, chacune parlant dans une langue différente. Envoyé par Héra pour protéger les pommes d'or du jardin des Hespérides, il est tué par Héraclès lors d'un de ses douze travaux. Pour le remercier de ses loyaux services, Héra place sa dépouille dans le ciel, là où se trouve désormais la Constellation du Serpent.
Ladon
Cet énorme serpent, fils de Typhon et d'Échidna, gardait la toison d’or en Colchide. Il ne dormait jamais et demeurait toujours les yeux ouverts. C’est un dragon toujours éveillé, impressionnant avec sa crête, ses trois langues et ses dents en forme de crocs, gardien redoutable de l'arbre aux reflets d'or. Il fut endormi par la sorcière Médée qui jeta dans ses yeux des drogues magiques, afin de permettre à Jason de s'emparer de la toison.
Le dragon de Colchide
On désigne par le nom d’aigle du Caucase, dit « le chien ailé de Zeus » le rapace qui, sur l'ordre de Zeus, rongeait chaque jour le foie de Prométhée alors que celui-ci était enchaîné. Ce dernier subissait ce calvaire pour avoir donné le feu aux hommes. L'aigle du Caucase est le fils de Typhon et d'Échidna. Il fut tué par Héraclès, qui délivra ensuite Prométhée. Il porte le nom d’Éthon (l'aigle Éthon).
Aigle du Caucase
Chronos
Chronos (Temps) est un dieu primordial personnifiant le Temps et la Destinée. Il est est issu du néant. Chronos est uni à la déesse Ananké, la personnification de la Nécessité. C’est un vieillard possédant une paire d'ailes noires ainsi qu'une faux et un sablier rappelant ainsi sa fonction. Les deux autres principaux concepts du Temps en Grèce ancienne sont Kairos (l'instant opportun) et Aiôn (Éon : ontologie).
Ananké
Ananké (Nécessité) est la personnification de la destinée, la nécessité inaltérable et la fatalité. Nait du Néant, elle s’unit à Chronos après avoir eu deux filles de Mélissé. Elle est la mère d'Adrastée et d’Ida.
+ Mélissé
Adrastée
Adrastée (de qui on ne peut échapper) est une nymphe qui, par Rhéa, a été chargée, avec sa sœur Ida, de la protection de Zeus enfant contre Cronos. C'est la fille d'Ananké et de Mélissé, ainsi que la sœur d'Ida.
Ida est une nymphe, fille de Mélissé (roi de Crète) et d’Ananké, c’est la sœur d'Adrastée. Rhéa, qui avait accouché de Zeus dans une grotte sur le mont Lyctos, confie le nouveau-né au soin des deux sœurs, afin qu'elles l'élèvent en secret de son père Cronos. Sous la garde des Curètes, celles-ci nourrissent le jeune dieu avec le lait de la chèvre Amalthée. Griffée au sein par un framboisier (Rubus Idaeus, ronce du Mont Ida), la nymphe Ida en saignant colora définitivement les framboises, qui étaient auparavant blanches.
Ida
Adicie (l'Injustice) est un esprit, fille d'Éris comme les autres fléaux et la personnification du Tort, de la Faute, de l'Injustice et de l'Iniquité. Elle est généralement accompagnée de Dysnomie (l'Anarchie), d'Até (la Fatalité) et d'Hybris (la Démesure). Elle est représentée par une femme barbare brute et laide, et de la peau sur les épaules. Son opposée est Dicé (la Justice), souvent représentée la frappant avec une massue.
Adicie
Les Arai sont des déesses des malédictions ayant l'aspect de sorcières fripées aux ailes de chauve-souris, aux griffes de cuivre et aux yeux rougeoyant. Elles sont les filles de Nyx, déesse de la nuit.
Arai

Elpis
Elpis est la personnification de l'espoir et de l’attente, fille de Nyx et mère de Pheme (la gloire, la renommée et la rumeur). Cette déesse avec les autres divinités enfants de Nyx et d’Éris ont été piégés dans une jarre par Zeus et confié à la garde de la première femme de l’humanité : Pandore. Quand elle a ouvert la jarre, appelé boite de pandore, tous les divinités emprisonnée dedans se sont échappés sauf Elpis, qui resta seul à l’intérieur. Nyx délivrera ensuite sa fille plus tard. Elpis est dépeint comme une jeune femme portant des fleurs dans ses bras et une corne d'abondance dans ses mains. Son homologue est Moros, esprit du désespoir et du malheur.
Pheme
Pheme (rumeur) était un esprit, elle est la personnification de la gloire, de la renommée et de la rumeur, si elle est en bon terme avec vous, vous aurait ses faveurs qui vous seront bénéfiques. Mais si vous déclenché sa colère vous aurez des rumeurs scandaleuses. C’est une fille d’Elpis et elle est décrite comme ayant plusieurs langues, plusieurs yeux, plusieurs oreilles et des plumes. Elle est représentée avec des ailes et possède deux trompettes : la courte est consacrée aux ragots, la longue à la renommée. Elle vit dans une maison avec 1000 fenêtres afin qu'elle puisse entendre toutes paroles dans le monde. Elle a ses pieds sur le sol et la tête dans les nuages, ce qui rend le petit grand et le grand encore plus. Elle est aussi décrite comme celle qui initie et favorise la communication. Elle peut fabriquer des formidables potins, Pheme fouille dans les affaires des mortels comme dans celles des dieux et répète alors ce qu'elle a appris, en commençant d'abord avec juste un murmure sourd, mais le répète plus fort à chaque fois, jusqu'à ce que tout le monde sache.
+ sang d'Ouranos
Lyssa est la divinité personnifiant la folie furieuse, la frénésie destructrice et la rage chez les animaux. Elle est l’homologue des Maniae, les déesses de la folie. Lyssa est la fille de Nyx, née du sang d'Ouranos provenant de son émasculation par Cronos. Elle est utilisée par Héra pour infliger au héros Héraclès un accès de folie. Elle prend une approche tempérée, mesurée de son rôle, professant ne pas utiliser ses pouvoirs dans la colère contre ses amis, ne pas avoir quelque joie en visitant les maisons d'hommes. Elle conseilla Héra contre le fait de prendre Héraclès comme cible mais, après y avoir échoué, fléchit aux ordres de la déesse et envoya au héros une folie furieuse qui lui fit assassiner sa femme et ses enfants. Lyssa participe dans le mythe d'Actéon, le chasseur mis en pièces par des chiens enragés comme punition pour avoir regardé la déesse Artémis nue. C’est un agent envoyé par Dionysos pour rendre folles les filles impies de Minyas, qui démembrèrent Penthée.
Lyssa
Nyx seule
Épiales
Épiales est l’un des Oneiroi, les fils d'Hypnos et de Nyx. C'est le quatrième plus connus des Oneiroi, après ses frères Morphée, Phobétor et Phantasos. Il personnifie les cauchemars.
Gaia (Terre) est l’une des six divinités primordiales issues de Chaos et donc l’une des plus anciennes divinités, elle personnifie la Terre. Elle engendra d'abord, sans intervention d'élément mâle, Ouranos, le ciel couronné d'étoiles, « qu'elle rendit son égal en grandeur, afin qu'il la couvrît tout entière », les hautes montagnes (Ourea) et Pontos, la mer stérile, aux flots harmonieux. Elle s’unit ensuite avec Ouranos, puisque le ciel recouvre la terre, comme un amant sa bien-aimée, pour engendrer des êtres monstrueux : - les Hécatonchires : Kottos, Briarée (qui interviendra pour libérer Zeus attaché par Héra et quelques révoltés) et Gyès. « Cent bras invincibles s'élançaient de leurs épaules et cinquante têtes attachées à leur dos s'allongeaient au-dessus de leurs membres robustes ». - les Cyclopes : Brontès, Stéropès et Argès. « Qui ressemblaient aux autres dieux, mais n'avaient qu'un œil au milieu du front ». - Et les Titans et les Titanides qui étaient au nombre de douze : 6 Titans et 6 Titanides. Ouranos considérait ses enfants avec horreur, il contraignit Gaia à garder leurs enfants dans son sein ou il les précipita dans le Tartare. Gaia en gémit d'abord, s'irrita ensuite et médita contre son époux une terrible vengeance. Elle tira de son sein un silex tranchant, fabriqua une faucille acérée, ou "harpè", et instruisit ses enfants du projet qu'elle avait formé. Tous hésitaient, frappés d'épouvante ; seul, le courageux Cronos, son dernier-né, osa seconder sa mère. Lorsque le soir fut arrivé, Ouranos, accompagné de Nyx (Nuit), s'abandonna, sans méfiance, au sommeil, Cronos, posté par sa mère, s'arma de la faucille, émascula son père et jeta les sanglants débris dans mer. De l'affreuse blessure dégoutta un sang noir, qui s'infiltra dans la terre et donna naissance aux redoutables Erinyes, aux Géants monstrueux et aux nymphes des arbres, les Méliades. De son accouplement avec un autre de ses fils, Pontos, elle engendre les divinités marines : Nérée, Thaumas, Phorcys, Céto et Eurybie. Avec Tartare, elle donne naissance à Typhon et à Échidna. Plusieurs autres maternités lui sont également attribuées tel le géant Antée, le serpent Python et bien d'autres monstres. Par son ancienneté (elle est l'ancêtre maternel de nombreuses races divines et de monstres) Gaia veille également à l’ordre du monde et à l’équilibre entre les divinités. En effet, en tant que divinité première, Gaïa est, d'une certaine manière, la gardienne du pouvoir divin : c'est elle qui provoque la rébellion de Cronos contre Ouranos et celle de son petit-fils Zeus contre Cronos, en une certaine quête du souverain parfait ; mais elle dresse aussi ses fils monstrueux, les Géants et Typhon, contre les olympiens, mutineries vouées à l'échec. De cette façon, elle représente les deux aspects de la nature : capable de créer la beauté harmonieuse, mais également capable de faire resurgir le chaos originel. Gaia est adoré comme la Terre-Mère (déesse-mère). Gaia "déesse à la large poitrine", est une des déesses suprême, dont la majesté s'imposait non seulement aux hommes, mais aux dieux mêmes. Sortie après Chaos et les autres divinités primordiales (Nyx, Érèbe, Éros, Tartare) mais avant Abysses. Quand la dynastie des Olympiens se fut établie victorieusement le prestige de Gaia fut un peu amoindri. La puissance de Gaia se manifestait encore par le don de divination qui lui était dévolu. En effet, l'oracle de Delphes, avant de passer aux mains d'Apollon après que celui-ci eut percé de ses flèches le dragon Python, gardien du sanctuaire de Gaïa, né de cette dernière et du dieu-fleuve Nil juste après le déluge, avait appartenu d'abord à Gaia. Par la suite, le rôle de cette déesse alla s'amoindrissant, à mesure que d'autres divinités furent plus vénérées par les hommes. Cependant son culte subsista toujours en Grèce. Elle présidait aux mariages et était honorée comme la prophétesse par excellence. On lui offrait des céréales et des fruits ; mais on lui immolait une brebis noire quand on l'invoquait comme gardienne du caractère sacré et inviolable du serment. On la représente sous les traits d'une femme gigantesque. Les humains doivent utiliser le nom et l'image de la déesse mère Gaïa, personnifiant la Terre, comme un être vivant. La Terre est un système intelligent, s'autorégulant, et voulant permettre le développement de la Vie, objectif permis au moyen des lois gaïennes.
Ouréa
Ouréa (Montagnes), second fils de Gaïa qu’elle engendra à partir d’elle-même, est une divinité primitive personnification des Montagnes, gracieuses retraites des nymphes divines qui habitent les monts aux gorges profondes, en particulier des oréades. Chaque montagne a sa propre divinité tutélaire, c’est-à-dire que chaque montagne abrite un dieu mais qui ne la personnifie pas.
Pontos
Pontos (le Flot), troisième fils de Gaïa qu'elle engendra à partir d'elle-même, est une divinité primitive, personnification mâle de la Mer, du flot marin symbolisant l’élément liquide en tant que tel. C’est le mari de Thalassa, la Mer féconde, avec qui il a les Telchines, les diverses espèces de poissons et Halia. Mais s’est aussi uni à sa mère, avec laquelle il engendre plusieurs divinités marines primordiales : Nérée, Thaumas, Phorcys, Céto et Eurybie.
Ouranos
Ouranos (ciel) est une divinité primordiale personnifiant le Ciel, le ciel étoilé, le firmament et l'esprit démiurgique. Sa mère et épouse est Gaïa. Il est le frère aîné d'Ouréa, personnification mâle des Montagnes, et de Pontos, personnification mâle du Flot. Il a le cheval pour animal symbolique. Perpétuellement uni à Gaia, il engendre les Titans et les Titanides, les Cyclopes et les Hécatonchires, géants aux cent bras. Ouranos craint et hait ces enfants : il emprisonne les Hécatonchires dans le Tartare, et les Cyclopes et les Titans emprisonné dans le sein de Gaia. Gaia persuade alors son fils Cronos de renverser son père. Celui-ci émascule Ouranos et, du sang qui jaillit, Gaïa engendre une autre race de monstres, les Géants, les trois déesses vengeresses : les Erinyes, ainsi que les Méliades. Quant aux organes génitaux tranchés, ils tombent dans la mer où ils donnent naissance à la déesse de l'Amour, Aphrodite. De douleur, Ouranos se retire et les êtres vivant peuvent enfin sortir. Certains font également naître de Gaïa fécondée par le sang d'Ouranos mutilé le peuple Phéacien tout entier dû au fait qu’il descende tous de Péribée fille d'Eurymédon (le roi des géants) et mère de Nausithoos. Il n’y a pas eu de culte précis d’Ouranos par les humains au cours des temps.
Les Oréades
Les Oréades sont des nymphes des montagnes, ces nymphes sont particulières. Cortège d'Artémis, elles n'hésitent pas à franchir les cols, gravir les cimes, mais aussi chasser le cerf, le sanglier ou tirer à l'arc sur les oiseaux de proie. Elles se rapprochent des Corycides; Nymphes des grottes, lesquelles vivent plus en bas dans les vallées ou au pied des falaises. Elles jouent avec les Néphélées; Nymphes des nuages, qui les frolent lors de leur passage près des sommets. Ces nymphes sont filles d'Ouréa et de Gaia.
Écho
Écho est une oréade, nymphe des sources et des forêts du mont Hélicon, et la personnification de l'écho acoustique. Elle fut élevée par les nymphes. Elle était très prolixe et inventait de nombreuses histoires : c'est ainsi qu'elle distrayait Héra pour favoriser les amours de Zeus. Elle est associée à Narcisse qu’elle aime. On utilise aussi la figure de la nymphe Écho et le phénomène de l'écho pour désigner la voix et l'activité poétiques.
Nérée
Thaumas
Phorcys
Céto
Eurybie
Eurybie (la vaste violence), fille de Pontos (le Flot) et de Gaïa (la Terre), est une divinité marine primordiale (avec Nérée, Thaumas, Phorcys et Céto). Elle est l'épouse du Titan Crios, de qui elle conçoit Astréos, Pallas et Persès. On la surnomme Eurybie au cœur d'acier car elle frappe en mer au hasard sur n’importe quelles personnes qui se trouve sur un bateau avec ses violentes tempête.
Céto (la bête marine), fille de Pontos et de Gaïa, est une divinité marine primordiale. Unie à son frère Phorcys, elle engendre de nombreux monstres marins. Les enfants de Phorcys et de Céto sont les Gorgones (Sthéno, Euryale et Méduse), les Grées (Ényo, Pemphrédo et Dino), ainsi que Thoosa (la mère de Polyphème) et Scylla (monstre du détroit de Messine). Cetus est le nom que l’on donne à la constellation de la baleine en l’honneur de Céto. Il ne faut pas confondre Céto avec Cétos le monstre marin qui fut envoyé par Poséidon pour dévorer Andromède qui lui est sacrifié à la place des Éthiopiens après que sa mère, Cassiopée, ait dit qu'elle était plus belle que les Néréides, chéries de Poséidon. Mais Persée arrive à temps pour la sauver et tue le monstre marin. Il eut un culte de la « légendaire Céto » à Joppé (actuelle Jaffa). Céto
Phorcys (le Monstrueux) est une divinité marine primordiale. Il est l'un des fils de Pontos et de Gaïa. Marié à sa sœur, Céto, il en a de nombreux enfants, tous des monstres hideux attachés à la mer connus sous le nom de Phorcydes. On y retrouve la nymphe Thoosa, les Gorgones (Euryale, Sthéno et Méduse), les Grées (Dino, Ényo et Péphrédo) et Scylla. Dans l’Odyssée est mentionnée l'existence d'une « rade de Phorcys » sur l'île d'Ithaque, identifiée à l'actuelle rade de Port-Vathy. C'est là qu'Ulysse débarque sur l'île. Phorcys est le dieu tutélaire de la lune Phorcys.
Thaumas (le Merveilleux, le Prodigieux), fils de Pontos et de Gaïa, est une divinité marine primordiale personnifiant les merveilles de la mer. Uni à l'Océanide Électre, il a pour enfants des monstres, les Harpies, Arce et Iris, la très aimée messagère des dieux.
Nérée (nager) est un dieu marin primitif surnommé le « vieillard de la Mer ». Il est le fils aîné de Pontos et de Gaïa, le mari de l’Océanide Doris et le père des cinquante Néréides. Il réside dans les eaux de la mer Égée. Hésiode et Pindare célèbrent sa justice bienveillante, d'où ses épithètes : véridique, bienveillant et sans mensonge ni oubli.
Dôris est une Océanide, fille d’Océan et de Téthys. Elle est mariée à Nérée, de qui elle eut cinquante filles, connues sous le nom de Néréides.
Dôris
Les Néréides
Les Néréides sont des nymphes marines, filles du dieu marin Nérée et de l'Océanide Dôris. Elles sont au nombre de cinquante et forment le cortège de Poséidon. Elles sont associées particulièrement à la mer Égée, elles résident avec leur père dans les profondeurs d'une cave argentée. Elles sont représentées comme de très belles jeunes filles à la chevelure entrelacée de perles, portées sur des dauphins ou des hippocampes, et tiennent à la main tantôt un trident, tantôt une couronne, tantôt une victoire, tantôt une branche de corail, cela dépend de leur caractères. On les représente mi femmes mi poissons, c'est pourquoi elles sont souvent présentes avec les tritons sur les peintures et sculptures antiques. Certaines Néréides sont plus connues que d'autres, telles Amphitrite (épouse de Poséidon), Thétis (mère d'Achille), Galatée (aimée du Cyclope Polyphème) et Psamathée (mère de Phocos). Lorsque Thétis pleure en sympathie de la douleur d'Achille pour la mort de Patrocle, ses 49 autres sœurs apparaissent. Opis est une autre de ces Néréides, elle est appelée par la déesse Artémis pour venger la mort de la guerrière Camille (femme guerrière Volsques, Latium), tuée par Arruns (jeune étrusque allié des Troyens). Armée par Diane, Opis transperce Arruns d'une flèche. [Voir l’Énéide]. Les Néréides sont fières de leur beauté. Lorsque la reine d'Éthiopie Cassiopée prétend que sa fille Andromède est plus belle que les Néréides, elles exigent que Poséidon les venge. Celui-ci envoie le dragon marin Cétos ravager les côtes du pays. Paniqué, Céphée (père d’Andromède) cherche conseil auprès de l'Oracle d'Ammon en Libye, lequel lui répond que la seule façon de sauver son royaume est de sacrifier sa fille Andromède au monstre Cétos. Il y a 50 Néréides et elles sont toutes les Néréides tutélaire de la lune Néréide et du genre Néréis.
Iris (Arc en ciel), fille de Thaumas et de l'Océanide Électre, donc la sœur des Harpies et d'Arce, était la messagère des dieux, et principalement d'Héra, comme Hermès était le messager des dieux et principalement de Zeus. Elle est la messagère de tous les dieux immortels. Thaumas étant fils de Gaïa (la Terre), Iris, à cause de son origine, doit être considérée comme aussi antique que les plus anciens dieux. Toujours assise auprès du trône d'Héra, elle est prête à exécuter ses ordres. Lorsqu’Héra revenait des Enfers dans l'Olympe, c'est Iris qui la purifiait avec des parfums. Héra avait pour elle une affection sans bornes, parce qu'elle ne lui apportait jamais que de bonnes nouvelles. On la représente sous la figure d'une gracieuse jeune fille, avec des ailes brillantes et dorées de toutes les couleurs réunies. L'arc-en-ciel est la trace du pied d'Iris descendant rapidement de l'Olympe vers la terre pour porter un message. C'est pourquoi on la représente le plus souvent avec un arc-en-ciel. Ce phénomène céleste se désigne aussi poétiquement par le nom d'Iris. On utilise les épithètes homériques suivantes pour désignées Iris : (Iris aux ailes d'or), (Iris aux pieds aériens), (Iris aux pieds légers), (Iris aux pieds prompts), (Iris aux pieds rapides), (Iris aux pieds tourbillonnants).
Iris
Électre
Électre (Nuages teintés d'ambre) est une Océanide, fille d'Océan et de sa sœur Téthys. De son union avec Thaumas, elle conçut Iris Arce et les Harpies.
Arce
Arce est une fille de Thaumas et d’Électre. Elle est donc la sœur d’Iris et des Harpies. Elle est le deuxième arc en ciel délavé, qui vient après l’arc en ciel entier, sa sœur Iris. Elle a des ailes irisées, comparativement aux ailes brillantes et dorées d'Iris. Pendant la Titanomachie, elle a rejoint les Titans devenant la messagère déesse des Titans et a donc trahi les dieux de l'Olympe dont sa sœur Iris. Lorsque les Olympiens ont remporté la victoire, Zeus a privé Arce de ses ailes et l'a jetée dans le Tartare, avec les autres Titans vaincus. Les ailes de Arce ont ensuite été récupérées est donnés à Thétis et Pélée (les parents d’Achille) comme un cadeau le jour de leur mariage. Plus tard, Thétis les a donné à son fils Achille, d’où la provenance de son nom de famille Podarcès.
Les Harpies
Les Harpies sont les filles de Thaumas et de l'Océanide Électre. Elles sont u moins trois : Aello (Bourrasque) ou Nicothoé (Pieds rapides), Ocypète (Vole-vite) et Podarge (Pieds légers) ou Céléno (Obscure). Ce sont des divinités de la dévastation et de la vengeance divine. Plus rapides que le vent, invulnérables, caquetantes, elles dévorent tout sur leur passage, ne laissant que leurs excréments. Elles ont un corps ailé d'oiseau, des serres d'oiseau de proie et des visages de fillettes. Elles sont aussi des divinités des tempêtes, semblables à des cavales sauvages, par opposition avec les vents plus doux, qui sont assimilés à des chevaux dociles. Chiennes de Zeus, elles volent les âmes et les enfants : c'est ainsi que les Pandarides furent données comme esclaves aux Érinyes. Elles habitaient les îles Strophades, dans la mer d'Ionie, sur la côte du Péloponnèse. Mais plus tard elles s’installeront à l'entrée des Enfers avec d’autres monstres. Zéphyr s'unit à une des Harpies, Podarge (Pieds légers), qui avait pris la forme d'une jument et de cette union naquit les célèbres chevaux immortels Xanthe et Balios qui seront offerts à Achille ainsi que Phlogéos et Harpagos, les chevaux des Dioscures. Les Harpies tourmentent des damnés suicidés dans les Enfers. De plus, on rendait les Harpies responsables de toutes les disparitions dans la Grèce antique, ce qui n’aient plus vrais à partir du moment où elles s’installent près de la portes des Enfers et comme exécuteurs du jugement des trois juges. Même les dieux ne sont pas à l'abri de leurs méfaits puisque Aphrodite, Héra et Athéna, qui avaient élevé les filles de Pandaros depuis sa mort, en firent les frais. Profitant de l'absence des déesses qui étaient allées sur l'Olympe discuter du mariage des jeunes filles, elles enlevèrent leurs protégées pour les donner aux Érinyes comme servantes. En Thrace, le roi Phinée, possédait des dons de prophétie ; mais Zeus lui avait envoyé les Harpies, car il avait découvert certains secrets concernant la race humaine. Le dieu l'avait rendu aveugle, et les Harpies venaient saisir les mets déposés sur sa table ou les souiller. Le roi accueillit les Argonautes, les informa de l'avenir du voyage, puis les pria de l'aider, sachant que deux d'entre eux, ses beaux-frères ailés, Calaïs et Zétès, pourraient chasser les Harpyes. Un banquet fut préparé et, dès que les Harpies arrivèrent, les fils de Borée les pourchassèrent jusqu'en Acarnanie. Puis Calaïs et Zétès, pourchassèrent les Harpies jusqu'aux Strophades, îles de la mer Ionienne où, Iris (qui était la sœur des Harpies) leur apparut et leur demanda d'abandonner leur poursuite sur l'ordre de Zeus car elles participaient à l'ordre divin. En contrepartie, les Harpies laisseraient désormais Phinée en paix. Elles s’installèrent ensuite sur les îles. Énée rencontre une Harpie, Celaeno, dans les Strophades qui lui prédit que les Troyens n'atteindraient leur nouvelle patrie que lorsque la faim les obligerait à manger leurs tables. Quelque temps plus tard, alors qu'Énée et ses compagnons se trouvent à l'embouchure du Tibre on leur sert la nourriture sur des galettes qu'ils mangent aussi, ce qui provoque la réflexion d’Iule, le fils d'Énée : « Hé, nous avons même mangé nos tables ! » Alors Énée se souvient de la prédiction de Celaeno et laisse éclater sa joie : « Salut, terre promise par les destins, et salut à vous, ô fidèles Pénates de Troie. Voici notre demeure, voici notre patrie. »
Amphitrite
Thétis
Galatée
Psamathée
Opis
Actée
Agavé
Gaia seule
Amphitrite est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris, femme de Poséidon. C’est une divinité de la mer, maîtresse des monstres marins et Néréide du genre Amphitrite, de l'ordre des Terebellidae. Amphitrite apparaît dans l’Hymne homérique à Apollon délien comme l'une des déesses ayant présidé à la naissance de ce dieu, contre l'avis d’Héra. Elle est unit avec Poséidon dont elle enfante le monstre Triton et Benthésicymé. La rencontre d'Amphitrite et de Poséidon est la suivante : le dieu tombe amoureux alors qu'il voit danser Amphitrite sur l'île de Naxos, mais celle-ci le fuit et va se réfugier auprès du Titan Atlas. Poséidon dépêche alors de nombreux serviteurs à sa recherche. L'un d'eux, Delphinos, la retrouve et plaide si bien la cause de son maître qu'Amphitrite accepte de l'épouser. Pour récompenser son messager, Poséidon le transportera par la suite au ciel où il devient la constellation du Dauphin. L'iconographie d'Amphitrite est relativement peu répandue dans l'art grec. Elle apparaît entre autres aux côtés de Poséidon dans la procession nuptiale du Vase François, un cratère à volutes de 570 av. J.-C. qui représente les noces de Pélée et de Thétis. Contemporaines également, les pinakes (plaques de céramique, souvent à usage votif) de Penteskouphia la représentent fréquemment aux côtés de Poséidon, invoqué ici en tant que divinité des morts. De manière générale, elle ne peut être identifiée qu'aux côtés de son mari, ou lorsqu'elle est explicitement nommée par une inscription. Il arrive cependant qu'elle ait pour attribut un poisson qu'elle tient à la main. Amphitrite apparaît également lors du voyage sous-marin de Thésée. Elle est souvent représentée accompagnée de dauphins et de tritons, parfois d'autres Néréides, dans des scènes évoquant un cortège marin. Là encore, et en particulier dans l'art de la mosaïque, elle est souvent associée à Poseidon, soit en étant figurée à ses côtés, soit dans le programme décoratif d'une maison, par exemple dans le triclinium d'été de la maison dite de Poséidon et d'Amphitrite, à Herculanum, et éventuellement dans les Thermes de Poseidon à Ostie.
Thétis est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle ne doit pas être confondue avec sa grand-mère Téthys, une divinité marine primordiale. Elle est la mère du héros Achille. Elle est élevée par Héra. Désirée par Zeus et Poséidon, Zeus songe à l'épouser, mais Thémis prédit qu'elle donnerait naissance à un fils plus fort que son père, et les dieux se hâtent de la donner en mariage à un mortel. Mariée ensuite contre son gré à Pélée, roi de Phthie en Thessalie, elle déclare dans l’Iliade :
« Seule entre les déesses de la mer, Zeus m'a soumise/À un mortel, l'Éacide Pélée, et fait entrer/Malgré moi, au lit d'un mortel, qui traîne en son palais/Une vieillesse amère. »
Thétis, se métamorphosant sans cesse pour lui échapper, c'est Chiron, qui a élevé Pélée, qui lui explique comment gagner Thétis : il doit la maintenir fermement pendant qu'elle change d'apparence jusqu'à ce qu'elle cède de fatigue, et finit par lui promettre d'exaucer son vœu de l'épouser. S'ensuit la cérémonie des noces sur le mont Olympe, durant lesquelles Éris, déesse de la discorde, furieuse de ne pas avoir été invitée, lance une pomme « à la plus belle », ce qui causera le jugement du mont Ida de Pâris. Mère de sept fils, elle les plonge dans le feu pour les défaire de leur nature mortelle. Six n'y résistent pas, Achille, le septième, est sauvé par son père. Par la suite, elle se consacre à son fils, tentant de le préserver de sa nature mortelle en le plongeant dans le Styx pour le rendre invulnérable et en l'empêchant de partir pour Troie, où elle sait qu'il mourra, selon un oracle consulté à sa naissance. Bien qu'elle lui ait expliqué le choix qui l'attendait : vivre vieux et inconnu ou mourir jeune mais couvert de gloire, elle échoue. Elle continue d'aider son fils en terre troyenne : elle intervient auprès de Zeus pour qu'il accorde l'avantage aux Troyens, quand Achille se retire dans sa tente. Elle demande ensuite à Héphaïstos de lui forger de nouvelles armes, après qu'Hector a enlevé les anciennes de la dépouille de Patrocle. Elle tente une dernière fois de le dissuader d'affronter Hector, lui prédisant une mort proche s'il y va, mais encore une fois, elle n'y parvient pas. Plusieurs dieux sont redevables à Thétis : Dionysos d'abord, qui enfant se réfugie auprès d'elle, poursuivi par Lycurgue. Elle recueille également Héphaïstos, quand il est jeté du haut de l'Olympe. Enfin, elle sauve Zeus des chaînes quand Athéna, Héra et Poséidon veulent l'emprisonner, en faisant appel à Briarée, l'un des Hécatonchires, pour le délivrer.
Galatée (la beauté) est une des Néréides, fille de Nérée et de Dôris. Elle habite un rivage de la Sicile. Son nom signifie : à la peau blanche comme le lait. Elle est donc la Néréide des femmes habitant près de la mer à la peau blanche et au genre Galathea, qui est un genre de crustacés décapodes, de la famille des Galatheidae. Elle est aussi la Néréide tutélairede la lune Galatée. Polyphème est associé à l’histoire de Galatée. Le cyclope n'est plus le géant cannibale de l'Odyssée. Polyphème est un amoureux transi qui exhale son amour pour Galatée. Le cyclope n'exclut pourtant pas de trouver consolation auprès d'autres nymphes qui ne le dédaigneront pas. Mais la nymphe aime et est aimée du berger Acis (jeune berger de Sicile, fils du dieu Pan et de la nymphe Symaethis). Mais ce dernier est victime de la jalousie du cyclope Polyphème, également amoureux de Galatée mais disqualifié par ses traits monstrueux. Polyphème, ayant surpris les deux amants, arrache un rocher de l'Etna et le précipite sur Acis. Galatée, voyant des filets de sang sourdre sous le rocher, les change en rivière, afin de pouvoir s'y baigner tous les jours. Cela sera repris par de nombreux poètes comme un des exemples de l'amour non partagé conduisant à la folie destructrice. Puis Polyphème séduit finalement Galatée par son talent à jouer de la syrinx (flûte de Pan).
Psamathée (le sable du bord de mer) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la première femme d'Éaque, avec qui elle engendre Phocos. Puis elle est épouse de Protée dont elle lui donne une fille Idothée, surnomée Ido. Elle est la Néréide tutélaire de la lune Psamathée.
Opis est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est appelée par la déesse Artémis pour venger la mort de la guerrière Camille, une Volsques du Latium, tuée par Arruns, un jeune étrusque allié des Troyens et donc un compagnon d'Énée. Armée par Diane, Opis transperce Arruns d'une flèche.
Actée (le rivage) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris.
Agavé (la lumière) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris.
Cymothoé (la vitesse des vagues) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide personifiant la vitesse des vagues de la mer.
Cymothoé
+ Éaque
Phocos fils d'Éaque
Phocos est le fils d'Éaque le roi d'Égine et de la Néréide Psamathée. Il est le père de Panopée et Crisos, qu'il a de son épouse Astérodia. Il est tué par ses deux demi-frères, Pélée et Télamon. Les motifs de ce meurtre ne sont pas bien définit, soit que Pélée et Télamon étaient jaloux de ses performances athlétiques, soit qu'ils agissent sur l'ordre de leur mère Endéis, soit que cela soit un simple accident. Le meurtre découvert, Éaque exile les coupables d'Égine. La tombe de Phocos se trouvait près de l'Éacion, temple dédié à son père.
Astérodia fille de Déion
Astérodia est une fille de Déion, roi de Phocide et de Diomédé (fille de Xouthos). Mariée à Phocos fils d'Éaque, elle est donc la mère de Crisos et de Panopée
Panopée est un Phocidien. Il est fils de Phocos et d’Astérodia, et le père d'Épéios. Il est donc le cousin d'Achille. Compté parmi les chasseurs du sanglier de Calydon, il est également l'ami d'Amphitryon, avec lequel il combat les Taphiens pour venger les frères de la future compagne de son ami : Alcmène. Il laisse son nom à la cité de Panopée.
Panopée fils de Phocos
Crisos
Crisos est le fils de Phocos et d’Astérodia. Il est le frère de Panopée et donc le cousin d'Achille. Avec Antiphateia, la fille de Naubolos, il devient le père de Strophios ; il devient donc par la suite le grand père de Pylade. Il a fondé la ville de Crissa, d’où le nom de la ville provient de son nom à lui.
Strophios fils de Crisos
Strophios, est le fils de Crisos et d'Antiphateia. C'est un roi de Phocide. Il est le père de Pylade, conçu avec Anaxibie. Après le meurtre d'Agamemnon, Électre, craignant pour son frère Oreste, le confie à Strophios. Celui-ci l'élève alors comme son propre fils.
Antiphateia
Antiphateia est la fille de Naubolos de Phocide et la sœur de l'argonaute Iphitos de Phocide. Elle se marie à Crisos, dont elle engendre Strophios (roi de Phocide).
Naubolos de Phocide, fils d’Ornytion (arrière-petit-fils de Sisyphe), et le roi de Tanagra. Avec Perineike, fille de Hippomachos, il est le père de l'Argonaute Iphitos, et aussi d’Antiphateia qui a épousé Crisos.
Naubolos
Perineike
Perineike est la fille Hippomachos (ascendance inconnu) et la femme de Naubolos avec qui elle engendre l'Argonaute Iphitos, et aussi Antiphateia qui a épousé Crisos.
Iphitos de Phocide
Iphitos de Phocide était le fils de Naubolos et roi de la Phocide. Il recevait Jason quand il a consulté l'oracle de Delphes et il se joint aux Argonautes après cette rencontre. Ses fils Épistrophe et Schédios conduisent les Phocéens dans la guerre de Troie.
Épistrophe et Schédios, ils ont pour père Iphitos de Phocide et pour mère Hippolyte. Ils sont des meneurs achéens de la guerre de Troie. Comptés parmi les prétendants d'Hélène, ils apparaissent dans le Catalogue des vaisseaux comme commandants des Phocidiens. Schédios meurt au combat, tué par Hector d'un coup de lance.
Épistrophe et Schédios
+ Protée
Épéios est le fils de Panopée et de mère non connue est un héros grec de la guerre de Troie. Il est et se décrit lui-même comme un piètre guerrier au combat, mais il dispute et remporte contre Euryale l'épreuve de pugilat, discipline où il excelle, aux jeux funéraires de Patrocle. Il est surtout connu pour être un des guerriers qui construit le cheval de Troie suivant les instructions d’Ulysse. Il fait également partie des guerriers présents dans le cheval. Épéios figurait sur une fresque de Polygnote réalisée à Delphes et illustrant la prise de Troie : il était montré nu, rasant le mur d'enceinte de la ville.
Épéios fils de Panopée
Idothée est une divinité marine, fille de Protée et de Psamathée. On la surnomme Ido, puis étant parvenue à l'âge mûr pour les noces on la surnomme Théonoé. C’est elle, la fille de Protée qui aide Ménélas lorsqu'il est encalminé sur l'île de Pharos. En effet elle dit à Ménélas comment faire parler son père qui a des dons de divination.
Idothée fille de Protée

Gaia + Ouréa
Gaia + Pontos
Cymodocé
Cymodocé est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la divinité des Cymodocea qui est un genre de plantes monocotylédones sous-marines de la famille des Cymodoceaceae.
Doris
Doris (donne en abondance) est la Néréide, fille de Nérée et de Dôris, de la générosité de la mer qui donne en abondance et de l'eau saumâtre. Elle est aussi la Néréide du genre Doris qui est un genre de mollusques de l'ordre des nudibranches, au sein de la famille des Dorididae.
Doto
Doto (donner en abondance) est la Néréide, fille de Nérée et de Dôris, des voyages sûrs et des captures généreux. Elle avait un sanctuaire dans la ville de Gabala.
Dynamène
Dynamène (puissante) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide de la puissance de la mer et des Dynamena pumila
Glaucé
Glaucé (la lumière) est la Néréide, fille de Nérée et de Dôris, de la lumière dans l'eau et des eaux bleu-gris.
Haliè
Halié (la marine) est la Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide de le mer et de l'eau saumure.
Limnoreia
Limnoreia est la Néréide, fille de Nérée et de Dôris, des marais salants et du genre Limnoria qui rassemble de petits crustacés de l’ordre des isopodes.
Mélité
Mélité (douce comme le miel) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide de la mer calme d'où son épithète : douce comme le miel.
Némertès
Némertès (la véridique) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide du jugement infaillible et des avocats de la mer. Elle est donc aussi la plus sages de toutes ses sœurs. Elle est la Néréide des Némertes qui sont un embranchement de vers aquatiques trochozoaires.
Nésée
Nésée est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide des îles de la mer.
Panope
Panope (voit tout) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide du panorama de la mer qui voit tout ce qui se passe sur et sous la mer. Elle est aussi la Néréide des Panopea abrupta, dit le Panope du Pacifique qui est un mollusque bivalve marin de grande taille qui vit enfoui dans le sable.
Phéruse
Phéruse est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide des marins secourus et du transport des poissons pêchés.
Proto
Proto (pousse sur les flots) est une Néréide fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide du premier voyage en mer, du mal de mer et des voyages maritimes des souverains.
Spéio
Spéio est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide des grottes et des cavités sous-marines. Elle est aussi la Néréide du genre Spio.
Thalie
Thalie (la jeune végétation florissante et abondante) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide de la végétation maritime épanouie, abondante et fleurissante.
Thoé
Thoé (vitesse) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide des voyages en mer rapides, du mouvement des vagues et de la rapidité de celle-ci.
Ianira
Ianira est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. On ne la connait pas beaucoup, on sait juste qu'elle était avec ses soeurs et surtout Thétis pour pleurer la mort de Patrocle avec Achille, puis de pleurer Achille lui-même.
Amphithoé
Amphithoé (tiré du flot qui jaillit autour du navire) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide des courants marins et du genre Amphithoé qui est un genre de Crustacés-Amphipodes.
Apseudès
Apseudès (ne ment pas) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide de la justice marine, des lois coutumière et du genre des Apseudès.
Callianassa
Callianassa (la belle reine) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide du bleu roi et des Callianassa qui est un genre de crevettes de la famille des Callianassidae.
Klymène
Klymène (écoute et exauce) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide de la célébrité dans la marine et sur les mers. Elle est aussi la Néréide des prières en mers.
Déxamène
Déxamène (la force de la main droite) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide de la force en mer et des marins les plus fort.
Erato
Erato (adorable) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide de la beauté de la mer et de l'Erato qui un mollusque.
Halimède
Halimède (dame de la saumure) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide tutélaire de la lune Halimède et des animaux vivant dans l'eau saumâtre.
Polynomé
Polynomé (pleine d'intelligence) est la Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide du genre Poloynoe, de l'intelligence des animaux marins et de l'intelligence des marins.
Sao
Sao (sauve les marins) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide des voyage maritime en sécurité et du sauvetage des marins, aussi bien par les hommes que par les animaux. Elle est aussi la Néréide tutélaire de la lune Sao.

Cydippe
Cydippe est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide du genre Cydippe, qui est un genre de cténophores (organismes marins carnivores transparents et à symétrie radiaire). Elle est aussi la Néréide du bleu Klein et marine.
Laomédie
Laomédie (chef du folklore) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide des folklores et des fêtes liés à la mer. Elle est aussi la Néréide tutélaire de la lune du même nom.
Néso
Néso est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide des îles et de la mer. Elle est aussi la Néréide de la lune du même nom.
Phyllodocé
Phyllodocé est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est a Néréide du bleu Pastel, Guède et Turquin. Elle est aussi la Néréide du genre Phyllodoce, qui un genre de vers qui contient 120 espèces dont la plus connus des espèces est Phyllodoce lineata.
Galène
Galène (calme de la mer) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide du calme de la mer, de la mer d'huile, du calme des marins et du bleu azur.
Amathée
Amathée (le sable du bord de mer) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide du sable dans la mer, de la naissance et du soin des animaux marins. Elle est aussi la Néréide du bleu céleste
Autonoé
Autonoé (volonté propre, intelligence en soi) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide de la navigation intelligente, de la liberté de mouvement et de voyage sur les mers du globe.
Cymo
Cymo (la vague, fin de vagues) est un Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide du calme des vents et de la mer.
Éioné
Éioné (la lumière) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide de la lumière marine, de la rive et des plages éclairés
Eucrante
Eucrante (souveraine) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide des pêches et des voyages réussis.
Eudore
Eudore (donne en abondance) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide des beaux cadeaux de la mer et du bleu mers du sud.
Eulimène
Eulimène (offre un bon port) est la Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide des bons ports et des bons refuges. Elle est aussi la plus fière de toutes ses sœurs et c'est elle qui est la porte-parole de ses sœurs et qui demande le plus la vengence auprès de Poséidon dans l'affaire Andromède.
Évagoré
Évagoré (bonne parole publique) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide du bonne ensemble des poissons, des navires de la marine, des mises à bas des espèces marines et des projet en rapport avec la mer.
Glauconomé
Glauconomé (la lumière) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide de la couleur bleu ardoise et prusse, de la maîtrise des mers grise et de la lumière qui arrive juste après ce phénomène.
Hippothoé
Hippothoé (vitesse des chevaux) est une Néréide, fille de Nérée et de Dôris. Elle est la Néréide de la vitesse des chevaux (créé par Poséidon, le protecteur des Néréides) et des hippocampes. Elle est aussi la Néréide de la vitesse des vagues.
Les 50 Néréides dans l’ordre alphabétique :
1) Actée (le rivage),
2) Agavé (la lumière),
3) Amathée (le sable du bord de mer),
4) Amphithoé,
5) Amphitrite (femme de Poséidon),
6) Apseudès (ne ment pas),
7) Autonoé (volonté propre, intelligence en soi),
8) Callianassa,
9) Cydippe,
10) Cymodocé,
11) Cymo (la vague),
12) Cymothoé (la vitesse des vagues),
13) Déxamène,
14) Doris (donne en abondance),
15) Doto (donne en abondance),
16) Dynamène (puissante),
17) Éioné (la lumière),
18) Érato,
19) Eucrante (souveraine),
20) Eudore (donne en abondance),
21) Eulimène (offre un bon port, la fière),
22) Eunice,
23) Évagoré (bonne parole publique),
24) Galatée (la beauté),
25) Galène (calme de la mer),
26) Glaucé (la lumière),
27) Glauconomé (la lumière),
28) Haliè (la marine),
29) Halimède,
30) Hippothoé (vitesse des chevaux),
31) Ianira,
32) Klymène (écoute et exauce),
33) Laomédie,
34) Limnoreia,
35) Mélité (douce comme le miel),
36) Némertès (la véridique),
37) Nésée,
38) Néso,
39) Opis,
40) Panope (voit tout),
41) Phéruse (porte),
42) Phyllodocé,
43) Polynomé (pleine d'intelligence),
44) Proto (pousse sur les flots),
45) Psamathée (le sable du bord de mer),
46) Sao (sauve les marins),
47) Spéio,
48) Thalie (la jeune végétation florissante et abondante),
49) Thétis,
50) Thoé (la vitesse).
Autre nom de certaines Néréides :
Amathée (le sable du bord de mer) = Léagore (croissance des animaux marins).
Amphitrite (femme de Poséidon) = Amphitrite Eupompe (procession religieuse pour les divinités maritimes).
Autonoé (volonté propre, intelligence en soi) = Pronoé (pense avant, prudente et prévoyante).
Cymo (la vague) = Cymatolège (apaise les vagues).
Doris (donne en abondance) = Dioné (abondance et gloire des dieux marins).
Eucrante (souveraine) = Pontoméduse (reine de la mer).
Eudore (donne en abondance) = Pasithé (toutes les divinités).
Évagoré (bonne parole publique) = Évarné (riche en troupeaux).
Galatée (la beauté) = Callianira (la beauté).
Galène (calme de la mer) = Pleuxaure (abat le vent).
Hippothoé (vitesse des chevaux) = Ménippé (force des chevaux).
Klymène (écoute et exauce) = Eumolpe (chant de marins)
Némertès (la véridique) = Thémisto (loi coutumière)
Panope (voit tout) = Pontoporie (qui parcourt la mer).
Polynomé (pleine d'intelligence) = Poulunoé (riche d’esprit).
Proto (pousse sur les flots) = Ploto (la navigation) et Protomédie (première reine).
Thoé (la vitesse) = Nausithoé (la vitesse des navires).
Autre orthographe de certaines Néréides :
Panope (voit tout) = Panopaé.
Autres personnage cité comme des Néréides mais c’est erroné :
Béroé (Océanide), Calypso (Titanide, fille d’Atlas), Céto (fille de Gaia et de Pontos), Ligie (une des sirènes).
Autres (?) :
(Néoméris ?), (Lycorias ?), (Leucothoé ?), (Ioné ?), (Eurydice ?), (Éphyra ?), (Drymo ?), (Déiopé ?), (Déro ?), (Crénéis ?), (Clio ?), (Aréthuse ?), (Asia ?).
Le monstre Scylla
Scylla est une nymphe fille de Phorcys et de Céto, elle est donc une Phorcyde. Elle fut changée en monstre marin par Circé. Elle est souvent associée à Charybde, près de qui elle réside de part et d'autre du détroit de Messine. L'expression « tomber de Charybde en Scylla » signifie de nos jours « éviter un danger en s'exposant à un autre pire encore ». La fougue d'Ulysse le mène à
Full transcript