Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Memoire Mairy

No description
by

fadel Toure

on 28 November 2012

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Memoire Mairy

PLAN Introduction Aspect Théorique Méthodologie Résultats et Discussion Bibliographie Conclusion et Perspectives INTRODUCTION METHODOLOGIE Echantillon: RESUTATS: Tendances EBITDA & CFO Evolution de la Moyenne de CFO et EBITDA autour de l'IPO CONCLUSION ET PERSPECTIVES CONCLUSION ET PERSPECTIVES BIBLIOGRAPHIE QUESTIONS Structure de l'actionnariat dirigeant
et
Performances opérationnelles et boursières des entreprises IPO Présenté par SY Mairy Sous la direction de Mr BOUTRON Emmanuel 80 Entreprises IPO entre 01-01-2005 et 31-12-2007.
Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne.
Tous secteurs confondus. L'introduction en bourse -> nombreuses perspectives aux:
entreprises
actionnaires
investisseurs
Aspirations de l'entreprise candidate à la cotation:
Financement de sa croissance externe
Un meilleur accès au marché des capitaux
Amélioration de sa crédibilité .[Jacquillat94]
Forte augmentation du nombre d'IPO en France.
Motivées par: l'accès à de nouvelles sources de financement.
Comment expliquer la réussite ou les échecs des entreprises entrant en bourse?
Objectif du mémoire: analyser l’évolution des performances opérationnelles et boursière des entreprises en IPO par rapport à la structure de l’actionnariat dirigeant. Répartition Par Secteur Répartition Par Période METHODOLOGIE Variable a Expliquer ΔEBITDA: aux horizons n+1, n+2, n+3.
ΔCFO: aux horizons n+1, n+2, n+3.
Rendement titre: (RJ:1e jour, RS:1er Semaine, RM: 1e Mois,et RA:1er Année). Variables Explicatives TDAD: Taux de désengagement a l'IPO.
TRA: Taux de rétention des actionnaires dirigeants.
TAILLE: Total Asset de l'entreprise.
AGE: Age de l'entreprise a l'IPO.
MB: Marge bénéficiaire a l'horizon n-1.
CM: Conditions de Marché.
VARCA: Variation du Chiffre d'affaires entre (n-1 et n-2) Evolution de la Variation par rapport a l'année n de CFO et EBITDA RESULTATS: Stats descriptives Statistiques Descriptives Corrélations entre Variables Explicatives RESULTATS: Performance Operationnelle Régression Univariée Δi (CFO)=b0+b*TDAD RESULTATS: Performance opérationnelle Régression multivariée RESULTATS: Performance opérationnelle Analyse de la moyenne: RESULTAT: Performance boursière Régression Linéaire Univariée RESULTATS: Performance boursière Analyse de la moyenne. •Résultats opérationnels très positifs à la veille de l’IPO.
•Déclinent après l’IPO (à partir de la fin de l’année n).
•Timide reprise aux horizons n+1, n+2 et n+3 •Les plus fortes variations avant l'IPO.
•CFO le reprend au dessus du niveau a l'année n.
•EBITDA ne retrouve pas son avant IPO • A l’horizon n+1 et n+3, l’information apportée par le modèle de régression expliquant le CFO (R2) est significativement différente de 0 .
• Le Taux de désengagement des actionnaires dirigeants (TDAD) a un impact (0.362) significativement (p-value=0.003 < 5%) positif sur la variation du flux de trésorerie.
=> Thèse de l'enracinement:
Faible taux de rétention de l’actionnariat dirigeant => taux de désengagement élevé=Augmentation des performances opérationnelles Δi (CFO)=b0+b1 TDAD+b2 MB+b3 TAILLE+b4 AGE+b5 VARCA Régressions toutes globalement significatives ( R2 significativement différent de zéro).
La MB a le plus fort impact sur la variation du CFO à tous les horizons.
Le TDAD a un apport significatif et positif aux horizons n+1 et n+3. Echantillon 0: firmes avec TDAD< médiane(TDAD).
Echantillon 1:firmes avec TDAD>=médiane(TDAD). L'échantillon 1 a un TDAD moyen > que celui de l'échantillon 0.
Cette différence est significative pour alpha = 10% dans les horizons n+1 et n+3 pour le CFO.
Firmes a faible taux de désengagement des dirigeants (TDAD < Médiane) = croissances du CFO moins importantes que les firmes avec un fort désengagement des dirigeants (TDAD>Médiane).
confirmation des analyses de régression et la thèse de l’enracinement. Rt=b0+b*TDAD TDAD a un impact significatif négatif sur le RA des titres des firmes (b = -78.456, p-value= 0.024 < 5%).
=> Désengagement des actionnaires dirigeants (censée mieux connaître la valeur et le potentiel réel de leur firmes) envoie un signal négatif aux investisseurs. RESULTATS: performance boursière Régression Linéaire Multivariée RA=b0+b1TDAD+b2MB+b3TAILLE+b4AGE+b5VARCA+b6CM Le TDAD reste un signal très négativement perçu par les investisseurs (b= - 0.265).

TDAD (le plus élevé et le plus significatif) nous indique qu’il constitue, parmi nos variables retenues, le facteur de désintéressement le plus important chez les investisseurs.

La CM est un signal fortement négatif pour les investisseurs. =>Confiance plus grande des investisseurs durant les années de reprise. •Le RA est significativement impacté par nos variables (R2 = 16.7%, p-v=4,1%).
Particulièrement le taux de désengagement des actionnaires dirigeants (TDAD) et la marge bénéficiaire (MB). Echantillon 0: firmes avec TDAD< médiane(TDAD).
Echantillon 1:firmes avec TDAD>=médiane(TDAD). •Pour une significativité de 10% : Les firmes de groupe 0 (à faible désengagement des dirigeants) ont en moyenne un rendement de titres (au premier mois et à la première année) significativement plus élevés que celles du groupe 1 (à fort désengagement.) L’étude a porté sur un échantillon de 80 firmes entrées en bourse entre 2005-2007 sur Euronext et Alternext.

Nous avons effectué des régressions linéaires univariées et multivariées ainsi que des études de moyenne pour expliquer les performances opérationnelles par la structure d’actionnariat.

Les résultats montrent un lien significatif et positif entre le taux de désengagement des actionnaires dirigeants et les performances opérationnelles à différents horizons de temps après l’IPO.

Cela infirme l’hypothèse d’agence mais s’explique par celle de l’enracinement.

Les résultats des régressions multivariées indiquent que le taux de désengagement à un impact positif, significatif, plus prononcé sur les performances opérationnelles post-ipo, que la plus part des variables de contrôles traditionnels. Nous avons aussi reproduit ces mêmes analyses statistiques pour expliquer les performances boursières. Les résultats indiquent que le taux désengagement des actionnaires dirigeants a un impact négatif sur le rendement des titres à la fin de la première année en bourse.
Cette étude gagnerait à être reproduite sur une plus grande période de temps, sur des échantillons plus large et par secteur pour restreindre les biais au minimum afin de dresser des conclusions plus générales et confirmer les hypothèses retenues. Mise en évidence du déclin des performances opérationnelles (indépendamment des secteurs et des marches) des firmes sur la période post-IPO. [Jain94], [Mikkelson97], [Cai97], [Kim02], [Kustsuna02], [Pagano98] et [Sentis01]. =>Diverses explications fournies par les auteurs.

Coûts d’agence: IPO=> Changement de Répartition de pouvoir=> Croissance des conflits d’intérêts entre actionnaires et dirigeants. .

Mis en cause par [Jain94], [Mikkelson97], [Kustsuna02], [Cai97].

Timing de l'IPO(Fenêtre opportunité): IPO en période de forte croissance => Retour a la valeur normale après IPO. Induction intentionnelle et avec succès des investisseurs en erreur par certaines firmes émettrices d'action.Mise en cause par: [Mikkelson97], [Cai97], [Kim02].

Pratique d'une gestion du revenus: Gestion de revenus agressive avant IPO =>Surestimation de la firme à l'IPO=>comportements excessivement optimistes à l’égard des perspectives de l’émetteur. ASPECT THEORIQUE
Un sujet peu exploré sur le marché français.

Étude contribuant au débat en mesurant puis en interprétant l’évolution des performances économiques et boursières des IPO.

Se démarque des études existantes par le choix des entreprises introduites car notre étude porte sur un échantillon d’entreprises européennes cotées sur Euronext.

Les principaux résultats empiriques proviennent d’échantillons composés de firmes Américaines et Asiatiques.

Rien ne permet d’affirmer a priori que l’impact de la structure d’actionnariat sur la performance opérationnelle et boursière est identique d’un pays à l’autre. INTERET DE L'ETUDE Intérêt de l'étude Questions [Cai 97] Cai J. et Wei J. : «The Investment and Operating Performance of Japanese Initial Public Offerings », Pacific-Basin Finance Journal, vol. 5, n° 4, p. 389-417., 1997.

[Jain94] Jain B.H. et Kini O. The Post-Issue Operating Performance of IPO Firms », Journal of Finance, vol. 49, n° 5, p. 1699-1726, 1994.

[Mikkelson97] Mikkelson W.H., Partch M.M. et Shah K., «Ownership and Operating Performance of Companies that Go Public », Journal of Financial Economics, vol. 44, n° 3, p. 281-307., 1997.

[Kima02] Kima, A. Kitsabunnaratb, P. Nofsinger, JR «Ownership Control and Operating Performance in an Emerging Market: Evidence from Thai IPO Firms », Journal of Corporate Finance, vol. 156, n° 3, p. 1-27. 2002.

[Kutsuna02] Kutsuna K., Okamura H. et Cowling M., « Ownership Structure Pre- and Post-IPOs and the Operating Performance of JASDAQ Companies », Pacific-Basin Finance Journal, vol. 10, n° 2, p. 163-181, 2002.

[Sentis01] Sentis P. (2001), «Performances opérationnelles et boursières des introductions en bourse : le cas français 1991-1995 », Finance, vol. 22, n° 1, p. 87-118.
[Paganon98] Pagano, M. Panetta, F. and Zingales, L., 1998. "Why Do Companies Go Public? An Empirical Analysis," Journal of Finance, American Finance Association, vol. 53(1), pages 27-64, 02. Novembre 2012
Full transcript