Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

CR Route Innovation J4

No description
by

Scrl Trame

on 20 November 2017

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of CR Route Innovation J4

Un
collectif multi-acteurs
pour co-construire de nouveaux systèmes agricoles pour demain
La Route de l'Innovation du RwDR
Qu'entend-t-on par "Innovation"?
Types d'innovation

technique, organisationnelle, sociale, institutionnelle
Étapes?
Identification de problème, Conception, Adaptation aux usages, Diffusion --> pas de chemin prédéfini
Des processus
discontinus
Réalité multi-dimensionnelle/systémique

(alimentaire, semencière, énergétique, fertilité de sols et intrants, décisionnelle, etc.)
Ré-appropriation/meilleure maîtrise
des facteurs de production, de décision et du
système de connaissance
nécessaire au pilotage de son exploitation (nouveau référentiel)
Ré-appropriation de la chaîne de valeur
par l'agriculteur et meilleure maîtrise des coûts

Agenda
La Ferme Champignol
Reprise de la ferme, biométhanisation et réseau de chaleur

Un chemin parcouru, une recherche d'amélioration qui conduit à l'innovation
Qui sont nos 6 agriculteurs témoins?
Ensemble, co-construisons les systèmes agricoles de demain!
Retrospective
Prospective
Actions!
Introspective
Le RwDR
La mission de courtier en Innovation du RwDR
Analysons, comprenons, évaluons les systèmes!
Objectifs du jour

Découvrir, comprendre
Mettre compétences et connaissances en commun
Identifier les préoccupations des agriculteurs pour innover
Co-analyser et évaluer
Produire des idées
Co-construire des réponses
Identifier des pistes d'action collective
Quels systèmes agricoles innovants pour répondre aux défis d’aujourd’hui et de demain?
Faire connaissance !!
Minutes!
Avec quels dispositifs ?
La mission "Innovation" du RwDR
Selon vos attentes et préoccupations
Activités du RwDR en Innovation
De 2012-2014 - GT thématique
Visite en Flandre - Innovtiesteunpunt
Atelier "Innovation" - Innovatech et B.Degrange
Séminaire européens "Entrepreneuriat et créativité"
De 2015 - 2016 - GT thématique transversal
Atelier régional "Innovation en agriculture"
Enquête auprès du Pool des partenaires
Participation à des événements EIP Agri
CP spéciale Innovation : identifier les champs d'action possibles et les prioriser
Pourquoi avoir choisi l'autonomie comme axe de travail?
Qu'est-ce qui fait l'innovation?
Les relations entre partenaires
: co-construire l'innovation, pluri-compétences
Susciter un
milieu innovateur/des collectifs innovateurs
« Courtier de l’innovation » :
Identifier, capitaliser, vulgariser et diffuser des pratiques novatrices
Mise en réseau et fédération d'acteurs
Les enjeux de cette mission
Susciter la création de partenariats et de projets innovants par la mise en réseau, la fédération d'acteurs et la mise en place d'un dispositif pour stimuler l'innovation
Soutien aux "ambassadeurs de l'innovation"
Se concentrer au niveau où l'innovation se produit
Ne pas se substituer aux acteurs et réseaux existants
Commission Permanente
Conseil scientifique
Pool de partenaires
GT transversal « Innovation » + site web
Rencontres créatives « Thinking out of the box »
Collaborations Europe (EIP AGRI, ENRD, H2020…)
La Route de l'innovation
En groupe de trois et en deux mots (un par post-it), répondez à la question suivante:

Une agriculture innovante, c'est quoi pour vous?
Noyau dur
Interactions

Etape 1
Etape 2
Etape 3
Conclusions et perspectives
6 étapes

6 systèmes
innovants à identifier et découvrir
La Route
Un système innovant :
La Ferme des Noyers
Le 13 juin 2017
Les objectifs de la Route de l'innovation
Identifier des
systèmes agricoles innovants
Analyser
ces systèmes,
évaluer
leur performances
Favoriser les échanges et le dialogue entre les acteurs de l'innovation en agriculture,
susciter la mise en commun des connaissances et la création de nouvelles collaborations
Pour finalement,
renforcer la capacité des agriculteurs à innover
Avec le collectif multi-acteurs :
Le collectif multi-acteurs : un pilier de "la Route"

Les échanges entre acteurs d'horizons différents enrichissent
les réflexions et renforcent les connaissances de chacun!
Les agriculteurs
sont
au centre
du système!
"
Le progrès ne vaut que s'il est partagé par tous
"
, Aristote
Comprendre la logique d'innovation des agriculteurs
, leurs réalités,
leurs besoins pour innover
: les processus et dynamiques, blocages, leviers, catalyseurs et moments clés, compétences et ressources mobilisées, ...
La route de l'innovation réunit
son propre collectif multi-acteurs.

Elle évolue
selon les attentes et besoins
du collectif
Le "
système wallon d'innovation en agriculture
" est composé d'un collectif d'acteurs/opérateurs diversifiés
La Ferme Champignol à Surice
Une démarche innovante
Fiche d'identité complète de la ferme à télécharger
: http://www.reseau-pwdr.be/document/route-de-linnovation-fiche-didentité-de-la-ferme-champignol
Unité de biométhanisation 200 kW avec cogénération
Matières premières : tontes de pelouse, issues de céréales, amidon de pomme de terre, fumier …
Production de digestat bio 5000 T/an (2000 T pour la ferme)
Réseau de chaleur qui alimente 16 logements voisins (400 m)
Électricité partagée entre ferme et revente sur réseau commun
Chauffage de serres (valorisation de la chaleur de la biometh)
Projet de séchage de foin en grange (qualité de lait stabilisée et différenciée + chaleur de la biomethanisation)
Transformation des produits laitiers
Magasin à la ferme (produits maraîchers et laitiers + ceux d’autres producteurs)
Projet de salle pour réalisation d’atelier de transmission des savoir-faire
Lien vers
la vidéo intégrale de la matinée
reprenant le témoignage de Dimitri et Marie :
Vos observations de "reporter d'un jour" :
Ce qui a suscité l'innovation à la ferme Champignol

La biométhanisation
Reprise de la ferme et 1er projet
Développement du maraîchage
Le passage au bio
5 ème étape en
février 2018
Lors de cette journée axée sur
le smart farming
,
plusieurs agriculteurs/rices témoigneront de leur parcours vers l'innovation!
Nous poursuivons notre Route de l'Innovation !
Développement des circuits de commercialisation
Le séchage de foin en grange
Lien vers la page "Route de l'innovation" reprenant les cartes d'identité de leurs fermes:
http://www.reseau-pwdr.be/news/route-de-linnovation
Retrouvez les compte-rendus des 5 sous-groupes de l'Agricafé via ce lien :
http://www.reseau-pwdr.be/news/route-de-linnovation


4ème étape de la Route de l'innovation :
Un système innovant :
La Ferme Champignol
Le 12 octobre 2017
9h45 -10h00: Retour sur les 3
1ère étapes de la Route, Marc Mormont
10h00 - 12h15 : Analyse du
parcours de la Ferme Champignol - Dimitri Burniaux et Marie Etienne
12h15 - 13h25:
Repas
au Football club de Surice -
rue du Curiat, 40
13h25 - 15h45 :
Agri-café autour des préoccupations de 6 agriculteurs -
biométhanisation et séchage de foin en grange
16h00 - 16h30 : Mise en commun et conclusions de la journée
Les intervenants de la matinée
La Ferme Champignol
Dimitri Burniaux,

Agriculteur

Le collectif multi-acteurs
et vous tous!
"
Le progrès ne vaut que s'il est partagé par tous
" Aristote
Marie Etienne,
Maraîchère

Développement du maraîchage et des circuits de commercialisation, passage au bio
Nouvelles collaborations et projets en cours ou futurs :
Séchage de foin en grange, Tristan Ratz - fromages, ...
Agenda de l'après-midi
Trombinoscope
: présentation de chaque agriculteur et explication de la question en 2'
AgriCafé
: échanges en 6 sous-groupes d'environ 8 personnes autour des préoccupations de 7 agriculteurs témoins
Mise en commun, conclusions
et perspectives

L'AgriCafé
3 tours
: 30' + 20' + 30'
Chaque
agriculteur est le promoteur de sa question
et change de table à chaque tour. Sa mission : mettre sa question en débat
Les participants
restent à leur table entre chaque tour (3 tours)
Leur mission : pousser l'agriculteur à aller au bout des réflexions, aller au fond des choses
L'animateur
cadre les échanges et les synthétise sur papier!
Objectif :

identifier une piste d'action innovante à mettre en oeuvre afin de répondre à une préoccupation vive
A la clé :

Soutien RwDR, EIP-AGRI (prix de l'innovation), H2020
3 tours :

L'Agri-Café
Approfondir la problématique et
reformuler la question,
la préciser : 30 min

Quels sont les freins/les leviers
rencontrés pour cette problématique dans la recherche de solutions? : 20 min

Quelles sont les pistes de solutions innovantes?
Comment contourner les freins? Activer les leviers? Quelles alternatives peut-on imaginer? : 30 min
Sélectionnez
la piste d'action qui est prioritaire :
Pertinente, bénéficiant au plus grand nombre et qui pourrait faire l'objet de recherches approfondies
Leurs précoccupations

Dimitri Burniaux :
Comment améliorer
l’intégration de la biométhanisation
dans la société, faciliter son acceptation afin qu’elle puisse se développer davantage ?
Jean-Marie Velghe 
: Comment mettre en place un système de reconditionnement du foin permettant de
créer des collaborations de séchage et revente du foin à l’extérieur de la ferme?
Marc-André Hénin 
: Comment faire
sècher son foin de manière rentable
sachant que le séchage de foin en grange est coûteux en investissement et en énergie? Existe-t-il d'autres alternatives?
Pascal Laudelout et Vincent Sépult:
Que mettre en place pour favoriser la
reconnaissance du lait issu du séchage de foin en grange
comme un produit de qualité différenciée?
Mélody Kessler :
Comment faire évoluer le
statut du digestat
de fertilisant organique à fertilisant minéral afin de favoriser son utilisation dans nos champs?
par Marc Mormont, sociologue de l'innovation
Retour sur les premières étapes de la Route
L'innovation n'est pas que technique
. Elle implique des changements : organisationnels, dans le travail, dans les relations, ...et la technique n'est pas toujours le point de départ! Des changements peuvent susciter l'innovation...
Souvent,
l'innovateur
part d'une question dont il
n'a pas la réponse
- il recherche des opportunités
Il n'y a
pas de modèle d'innovation,
pas de chemins définis
La
recherche d'autonomie
est source d'innovation et modifie le travail de l'agriculteur
L'innovateur solitaire n'existe pas!
Les communautés de pratiques sont une clé.
Le compte-rendu détaillé est accessible ici :
http://www.reseau-pwdr.be/document/intervention-de-marc-mormont-route-de-linnovation-4ème-etape
Le lien est à venir - gardez l'oeil ! - Merci
De nouvelles collaborations
Dimitri
"J’ai repris la ferme de mes parents en 1996. (...) Au début j’ai commencé par arracher 1km de haie. J’étais un phytoman convaincu. J’étais dans le trip assez conventionnel. On avait un petit quota à l’époque ce qui me freinait un petit peu. J’avais encore du temps à consacrer à mon activité professionnelle. Je n’avais pas encore d’enfants à l’époque.
En 2000 on a acheté 300 chèvres. C’était très proche de la production laitière des vaches. C'était sur un coup de tête. Je n’ai pas été voir d’autres projets pour faire cela plus intelligemment.
C’est qqch qui m’ a pris énormément de temps et d’énergie et on n’est pas arrivés à l’objectif final. On a arrêté l’activité plus ou moins en même temps que l'arrivée de l'unité de biogaz.
Dimitri
"En 2006, un projet est arrivé sur le village de Surice. (...) Il y a eu assez bien de déboires avec les locaux. Le projet a été mis entre parenthèse. Pour qu’il ne soit pas déchiré on a proposé à la Surizée de faire cela sur notre exploitation."

"Au départ les CV avaient un assez bon prix. Mais au fil du temps les intrants montaient et les CV diminuaient. On a eu des années de vache maigre. C’est là que la FEBA s’est créée : pour tirer la sonnette d’alarme au niveau du manque de rentabilité des installations alors qu’elles ont un grand intérêt au niveau sociétal."
"Vu le système des certificats verts, il y a un réel incitant pour chauffer. On a créé un réseau de chaleur. On chauffe 16 logements, il y a un bloc de 9 appartements et une dizaine de maisons aux alentours. (...) On se ponte sur leur chaudière - on réchauffe le circuit de leur chaudière à mazout. Ça fait 2 ans que l’on a plus d’arrêts majeurs."
Un réseau de chaleur
Dimitri
La biométhanisation
"Au niveau des intrants, au départ on a tourné avec du maïs. Avec le temps on utilise des sous-produits de l’agriculture déclassés : pulpe de betterave déclassée, déchets de triage de céréales, déchets de pommes de terre, tontes de pelouse, fumier, lisier, … (...) On essaie de rester dans l'équilibre qualitatif pour préserver le digestat. On doit rester cohérent pour le bio.(...) On est quasi 100% autonome avec le digestat. (...) On produit 1000 T de fumier et on consomme 2000 m3 de digestat."

"En 2015, mon père ne voulait pas recapitaliser car il prenait sa pension. (...) La 2ème partie de l’installation c’est moi qui l’ai financée. (...) On a doublé la puissance et en 2016 – 2017 - 200 kW (...) Dans la gamme des grosses on est la plus petite. (...) On a reconstruit une cuve de stockage pour optimiser l’installation par rapport à sa puissance."
Dimitri
La Surizée
"L’asbl ne se dit pas producteur d’énergie au départ. On a une participation locative qu’on rétribue à l’asbl et avec ça elle imagine d’autre chose. La deuxième partie de l’installation c’est moi qui l’ai financée. L’asbl (...) a porté le projet au départ et maintenant que c’est lancé elle essaie de trouver d’autres idées. L’asbl a de l’argent. Le challenge de l’asbl c’est de la rajeunir."
Dimitri
Marie
"En 2010, j’ai décidé de ne plus travailler à l’extérieur. J’avais envie d’élever mon enfant et de nous produire une alimentation de qualité. J’ai commencé à faire un potager pour nous. Puis, j’avais encore du temps donc j’ai agrandi un petit peu. Puis j’avais trop de légumes donc j’ai commencé à les vendre au magasin qui était à l’époque tenu par la maman de Dimitri. J’avais mon petit revenu sur le côté. (...) Petit à petit on a agrandi, on a acheté une serre et puis 2. Maintenant on cultive 40 ares et on a 4 serres."
"Je n’ai jamais voulu vendre mes légumes à Bruxelles. Pour arriver à vendre ses légumes à la campagne il faut proposer une gamme suffisante. (...) C’est pour ça que en 2014 on a décidé d’agrandir le magasin."
"C’est pour moi une conviction et Dimitri petit à petit une découverte. "
Marie
Marie
"On a fait toutes les formations que l’UNAB a organisé sur le bio. Visiter des fermes qui travaillent en bio. "
"Le passage au bio a amené une grande modification au niveau de l’alimentation du bétail et de la rotation. Avant on faisait maïs froment maïs froment. On a plus cultivé du maïs et du froment. On a cultivé des mélanges céréaliers, des prairies temporaires et d’autres céréales comme de l’épeautre. On niveau de la ration des vaches ça a aussi beaucoup changé puisqu’on est à 95% autonomes. En fonction de la qualité des fourrages parfois on rachète parfois de maïs et de pois moulu bio belge."
"En 2013, on a obtenu le label bio."
"En 2016, j'ai repris le magasin car les parents de Dimitri ont officiellement arrêté de travailler. Cela m’a permis de pouvoir prendre des risques dans les produits que je commercialisais et ne plus dépendre de quelqu’un."
"Cette année installation de 2 serres chauffées par la biométhanisation."
"Je me suis formée sur le tas. J’ai travaillé comme on fait un potager mais à grande échelle mais on n’est pas toujours très efficace. Je me suis formée pour être plus efficace."
"Le projet actuel est de produire des plants de légumes à repiquer pour le particulier. Ça demande du professionnalisme et le développement du réseau de vente."
"Un travail que j’ai beaucoup sous-estimé, c’est tout ce qui est promotion, marketing. Il faut se faire connaître et tout le temps. J’envoie une newsletter toutes les semaines à plus de 600 personnes."
"On fait des marchés de producteurs (...) ça permet les contacts avec les gens ce qui est un aspect intéressant. Quelques restaurants, (...) quelques revendeurs pour les légumes (...) On travaille avec 2 groupements d’achats à Givet et à Beauraing. (...) Une grande partie du beurre est vendue par Interbio"
Les autres collaborations
Marie
"J’ai la chance d’avoir une personne qui a travaillé avec moi toute l’année passée. Je dois voir si je l’engage ou non. On fait aussi appel, à des bénévoles. Ça marche bien. En échange de paniers de légumes, les gens peuvent venir travailler une demi-journée.
"Ça fait 15 jours que CoopESEM a été créée. L’idée c’est la vente de produits locaux. Permettre les échanges entre producteurs de l'Entre Sambre Et Meuse. Que la coopérative soit un petit grossiste pour les autres producteurs."
Le séchage de foin en grange
"Depuis quelques mois on a un partenariat avec Tristan Ratz. On avait la fromagerie qui n’était utilisée qu’un jour/sem. car de la boulette on en fait pas tous les jours. Tristan s’est retrouvé sans travail. On lui a dit on a du lait, on a du matériel, si tu veux, amuse-toi. Là ça fait 6 mois. Ça nécessitera certainement des aménagements au niveau de la fromagerie et de la laiterie car le local est assez petit. Il a pris le pli de vendre ses produits sous le nom Champignol ici au magasin. On va développer la vente chez tous nos autres revendeurs."
Marie
Du fromage
Des ateliers de cuisine
"Actuellement je fais des ateliers de vannerie. On a créé une asbl avec une amie. On avait envie d’avoir un local où on se sent bien pour le faire et où on peut accueillir les gens confortablement. Si on fait une salle pour la vannerie pourquoi pas faire autre chose : implantation d’une cuisine pour faire des ateliers de cuisine, de conserve et de transmission des savoir-faire."
Dimitri
"C’est un beau projet qui s’intègre bien avec le biogaz et le fait que Tristan fait des fromages. Je ne suis pas convaincu de la rentabilité du projet (...) à court terme. C’est des choses avec des retour à l’investissement relativement lent (certainement au-delà des 10-12 ans). Ça s’intègre tellement dans la logique que je me suis dit à un moment il faut le faire."
"La qualité fromagère augmente et vu qu’elle est augmentée il faut rechercher le créneau pour en rechercher la plus-value et la ramener. C’est là que la clé du système se trouve à mes yeux"
"Le séchoir est fait dans un silo existant, on a la chaleur. Dans les prix on est déjà assez bas. On va arriver à 120.000 € à mon avis. Je voulais quelque chose de puissant et efficace et simple.
Jean-Marie Velghe, agriculteur pratiquant le séchage de foin en grange depuis 7 ans
"La proximité est très importante. Le séchoir n’est pas mobile. Quand on doit aller chercher du fourrage à 4 km il faut faire la navette avec l’auto-chargeuse."
"Avec les mélanges graminées/légumineuses spécifiques au séchage on n’a pas eu de problème d’approvisionnement. On a une qualité extraordinaire de fourrage"
"Économiquement parlant ça ne coûte pas moins car il y a un investissement important. C’est tout autre chose par apport au système traditionnel à base de maïs et soja. Pas d’économie, mais un aspect qualitatif du produit final qui est difficile à chiffrer - fromage de qualité type "Comté" – bio ou pas. "
"Une compilation du potentiel énergétique de Philippeville montrait que la biométhanisation avait tout son intérêt "
"On reçoit régulièrement des stagiaires. (...) Ils arrivent souvent avec des idées nouvelles. Ils viennent d’un autre pays avec d’autres trucs. C'est un super échange. On voudrait faire du woofing dans un système de petite maison roulotte. Ça reste un petit projet mais c’est toujours dans le sens de s’ouvrir à l’extérieur et d’avoir une source de main d’œuvre."


Dimitri
Diversité des exploitations présentes - il n'y a
pas un modèle, chaque agriculteur innovateur invente son propre système
Complexité d'un exploitation suscite
de nombreuses questions à multiples dimensions
: économique, sociale, organisationnelle, ...
On ne peut pas innover, avancer sans créer des formes de coopération avec d'autres
: entre agriculteurs ou avec d'autres acteurs non agricoles. L'unité de biogaz de la ferme Champignol s'est créée sur base d'une collaboration!
Faire accepter l'innovation par les voisins passe aussi par la collaboration!
Territorial : il faut arrêter de penser de manière dichotomique local et global.
Il est préférable d'avoir une ouverture sur toutes les formes de coopération territoriales.
Quand on innove on se heurte à des freins, obstacles. Des questions de politiques, juridiques, de normes.
La route et les groupes opérationnels ont pour but de faire remonter l'expérience des innovateurs vers les politiques
pour
in fine
recevoir des moyens financiers, politiques et juridiques leur permettant d'exister.
Marc Mormont
Full transcript