Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

l'albatros - commentaire de texte

No description
by

elena molto

on 18 September 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of l'albatros - commentaire de texte

L'Albatros
Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

À peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid!
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait!

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.
Charles Baudelaire,
Les Fleurs du Mal
, 1859

1- type de texte
poème composé de 4 quatrains où les 3 premiers sont opposés au dernier
après une présentation, il y a finalement une réflexion sur le poète
volonté de créer une surprise.
• quelle est la nature/genre du texte?
• quel est le ton du texte?
sous l'aspect d'un texte descriptif> poésie lyrique
sous le couvert banal> thème existentiel
poème inscrit dans la ligne romantique.
2- quel est le but de l’auteur?
émouvoir, créer parallélisme entre albatros/poète
• de quoi parle-t-il (résumer en une phrase)
une anecdote dans laquelle les marins tournent en dérision des albatros se transforme en symbole (albatros=poète)
vous pourrez tirer parti de ce point pour établir la
problématique
du texte, et les
axes
de votre plan

conseil: cherchez une
dynamique
générale = mettez en relief une contradiction, un paradoxe, une opposition, etc., résumée en 1 phrase, et qui peut être résolue en 2 axes au moins, comme 2 réponses à ce que la problématique expose
3- approche biographique
ce que je sais de la vie de l’auteur qui soit susceptible d’éclairer la page proposée
En 1841Baudelaire voyage à l’île Bourbon qui inspirera bon nombre de ses poèmes des
Fleurs du Mal
. C’est probablement lors de ce voyage que le jeune poète aurait assisté à la capture d’albatros, scène qu’il retranscrira dans ce texte publié en 1859 seulement, lors de la seconde édition du recueil.

poème extrait de "Spleen et idéal", la deuxième partie du recueil
Les Fleurs du mal
. Cette partie évoque l'homme déchiré entre l'aspiration à l'élévation et l'attirance pour la chute, déchirement à l'origine de l'envie nommé spleen, indissociable de la condition humaine et qui finit par triompher.

Baudelaire faisait partie de la génération des poètes maudits, c'est-à-dire non compris par les gens de son époque.

première approche
lecture méthodique
4- le lexique
registre de langue, champs lexicaux
Les hommes considérés en bloc, indifférenciés, masse = société?
'les hommes d'équipage', 'l'un', 'l'autre' + verbes d'action -violence/mépris/cruauté ('prennent', 'agace', 'mime')

Albatros mis en valeur dans son univers
• Sa
pureté
('ailes blanches, azur')
• Son
amplitude
('grandes ailes, géant, vaste') permet d'imaginer d'immenses ailes recouvrant et protégeant les océans (hypallage 'vaste oiseaux des mers' = oiseaux des vastes mers)
• 'Ailes' connoté à
légèreté
, sérénité ('indolents'), sublime,
grâce
, car se laisse porter par le vent
• Sa puissance, domination,
supériorité
dans son propre univers ('rois, prince'), l'albatros majestueux règne au dessus des hommes ('grandes ailes blanches' peut même évoquer hermine impériale)
• 'Indolents compagnons' marque sa
confiance
et sa nonchalance
• Son caractère
pacifique
: aucune présence d'hostilité, il fait même preuve d'humanité : ce qui donne une impression d'égalité avec les hommes ('compagnon de voyage'); l'albatros se révélera même plus humain que les matelots.

Mais cette image valorisante s'inverse

• Oxymore 'infirme qui volait' marque transition
• Poème donne deux visions
radicalement opposées
: autant l'albatros en vol est majestueux, il a une allure souveraine, autant lorsqu'il se pose, il paraît ridicule

Les termes dévalorisant de l'Albatros sur le sol

• 'déposés' évoque roi
déchu
, voyageur ailé tombé du ciel
• Du vol royal, on passe au boitement de l'
infirme
• Perte du coté merveilleux et somptueux d'où l'adverbe 'piteusement' : les 'grandes ailes blanches' qui symbolisaient sa légèreté deviennent mécaniques,
peu nobles
, d'où la comparaison avec des avirons (rames); Beauté / Laideur
• 'Voyageur ailé' obtient des adjectif dévalorisant comme 'gauche et veule' (antithèse entre aisance/maladroit; libre / prisonnier, jouet)

'brûle-gueule' appartient au
style bas
: il accentue le mépris des marins, leur comportement barbare

"mime" et "sur les planches" introduit localement la métaphore filée du
ridicule théâtral
qui contraste avec la situation pathétique

champ lexical maritime : «hommes d’ équipage» (v.1), «albatros» (v.2), «oiseaux des mers» (v.22), «le navire» (v.4), «les planches» (v.5), «avirons» (v.8), «tempête» (v.14).

5- les images: les figures de style
.
hypallage
'vaste oiseaux des mers' = oiseaux des vastes mers. Leur amplitude ('grandes ailes, géant, vaste') permet d'imaginer d'immenses ailes recouvrant et protégeant les océans: symbiose entre l’albatros et son milieu

.
périphrases
pour désigner les albatros soulignent leur grandeur et leur majesté : « vastes oiseaux des mers » (v.2), « compagnons de voyage » (v.3), « rois de l’azur » (v.6), « prince des nuées » (v.13).

.
métaphore/personnific
.: une certaine humanité avec une initiative pacifique> 'compagnons de voyage'. On a l’impression qu'ils sont à l’égal de l’homme.

.
antithèses
qui soulignent le contraste entre la majesté des albatros dans les airs et leur piteux aspect au sol : « ces rois de l’azur »/ « maladroits et honteux ».(v.9) ; « voyageur ailé »/ « gauche et veule »(v.9), « naguère si beau »/ « comique et laid »

. l'oiseau est ouvertement
allégorique
dans le dernier quatrain en remplaçant le champ lexical maritime par celui de la difficile "marche sur le sol", terrestre et dénuée de toute fluidité. Une telle solidification qui a commencé dès le deuxième quatrain instaure donc une dégradation.

.
métaphore filée
entre l’albatros et le poète qui clôt le poème 'Ses ailes de géant l’empêchent de marcher' sens négatif du verbe 'empêcher'

.
comparaison
avec des avirons (rames): les 'grandes ailes blanches' qui symbolisaient sa légèreté deviennent mécaniques, peu nobles, perte du coté merveilleux et somptueux d'où l'adverbe 'piteusement'

.
comparaison
entre le poète et l'albatros: 'Le poète est semblable au prince des nuées'>passage de l’anecdote au symbole. La même souveraineté dans la solitude et même déchéance lorsqu'il redescend au niveau de l'humanité vulgaire.

. les 'nuées' du v.13 semblent répondre aux 'huées' du v.15. Cette association dans la dernière strophe oblige à une réinterprétation : le voyageur ailé devient le poète, les hommes d'équipage > la foule et les planches : le théâtre social. Opposition sublime/vulgaire

. métaphore
finale: l'agressivité des hommes qui se manifeste par les huées de la foule va jusqu'à une volonté de meurtre symbolisée par l'archer du vers 14. On n'hésitera pas à mettre à mort le poète symboliquement mais il reste un homme incompris.


6- analyse des vers: sonorités, rythme, vers
.
rimes
en « mers » aux vers 2 et 4 (mers/amers) qui soulignent phonétiquement l’évocation de cette scène en mer

. sonorités fluides et sifflantes dans le poème suggèrent l’harmonie du vol.
-
allitérations en « l »
(A peine les ont-ils déposés sur les planches/ que ces rois de l’azur, maladroits et honteux, laissent piteusement leurs grandes ailes blanches)

-
allitérations en « s »
(prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,/ qui suivent indolents compagnons de voyage, / le navire glissant sur les gouffres amers).

.
assonances en « en »
dont la douceur évoque la tranquillité du vol et la nonchalance ('indolents', 'compagnons') ≠
.
assonance en « eu »
dans le 2e et 3e quatrain qui font entendre la plainte des albatros (« maladroits et honteux/ laissent piteusement leurs grandes ailes blanches / comme des avirons traîner à côté d’eux/ ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule ». )

.
harmonie suggestive
du v.4 en " v ", " s " et " f "> l'aspect sublime : au-dessus de l'horizontalité médiocre (la société), l'oiseau donne une impression de majesté, fait de fluidité, comme l'eau sur laquelle vogue le navire

.
enjambement
des vers 1 et 2 > l'immensité des espaces que l'albatros a à parcourir. Cette notion de grands espaces est renforcée par l'
hypallage
du vers 2 (" vaste oiseau des mers " = oiseau des vastes mers).

.
rythme ternaire
du v.12 + gérondif détaché > une cadence plus hâchée, qui suggère le boitement

.
changement de rythme
à partir du 3e quatrain: maintenant plus saccadé, et de
ponctuation
(exclamations)> brutalité de la capture, émotions violentes

7- la syntaxe
(les propositions: comment la phrase se répartit dans le poème, les pronoms, les temps verbaux...)
mouvement des phrases à valeur descriptive
- Une
ample
phrase, bien balancée pour présenter l'oiseau en vol dans la première strophe ;
- Une nouvelle phrase dans la deuxième strophe très ample mais cette fois avec une nuance d'
ironie
pour présenter l'oiseau posé sur les planches ;
- Dans la troisième strophe, une série de trois phrases exclamatives plus courtes, au rythme plus haché pour traduire la
souffrance
de l'albatros ;
- Dans la quatrième strophe, une phrase en deux parties qui explique la dimension symbolique de la comparaison avec l'oiseau, il récapitule l'
opposition
.

articles, adjectifs, adverbes
- l’
article défini
singulier du titre du poème « L’Albatros » qui met l’accent sur la valeur générale et symbolique de l’oiseau/ De même, Baudelaire désigne le poète par un article défini singulier et une majuscule, ce qui renforce sa valeur générale et symbolique
- (idem)
locution temporelle
« souvent » en début de vers qui donne à ce récit une double valeur: habituelle et itérative.
- adjectifs dépréciatifs pour qualifier les albatros au sol fonctionnent par
paires coordonnées
: « maladroits et honteux », « gauche et veule », « comique et laid » ce qui souligne la lourdeur de la nouvelle condition de l’oiseau. Lourdeur transmise aussi par la longueur de l'adv. 'piteusement'

verbes
- au v. 2, le présent « prennent » a ici une valeur de narration mais aussi d’une certaine manière de
vérité générale
. Le complément d’objet direct « des albatros » placé à l’hémistiche, insiste sur la généralité et l’habitude de l’action sur laquelle le poète va mettre l’accent tout au long du poème.
- les albatros au sol, les marins dominent la situation. Cette domination transparait à l’étude des verbes employés. Les marins sont sujets de verbes d’actions à
sens actif
– prennent », « ont déposés », « agace », « mime » - tandis qu’une fois au sol, les albatros sont sujets de verbes qui ont un
sens passif
- « laissent », « est gauche et veule », « est comique et laid».
- "volait" du passé positif céleste répond à "est laid" du présent négatif terrestre
- opposition
passé/présent
: concrétisée au v.10 à l’hémistiche par l’adverbe temporel « naguère » et l’adverbe intensif « si » qui met en valeur l’adjectif à l’hémistiche. Cette opposition entre un passé glorieux et un présent malheureux prend tout son sens dans la formule oxymorique « l’infirme qui volait ». Après la capture, l’oiseau semble déchu

. rapprochement entre l’Albatros et le poète:
passage de l’anecdote au symbole

. l'
identification
entre l'oiseau-martyr et "le Poète" (symbolisme, allégorie). L'albatros et le poète ont la même souveraineté - supériorité morale et spirituelle de l’oiseau et donc du poète-, la même solitude, la même déchéance lorsqu'ils redescendent au niveau de la société.

. en haut/par terre:
image de la chute
. A prendre au sens physique et au sens moral du terme, la chute du poète oiseau est suggérée par des images symboliques. Comme lui, il subit:
-
exclusion
: vers 15 (« exilé au sol »)
-
inadaptation
: (« Ses ailes de géant l’empêchent de marcher ») notez le sens négatif du verbe empêcher
Sa chute a peut-être pour origine un décalage entre ce que la société exige et ce qu'il rêve de lui donner : c'est un marginal.

. insistance sur la cruauté humaine =
création poétique n’est pas comprise
. Pour cela il file la métaphore du théâtre faisant du poète l’acteur d’une pantomime désespérée puisque cette scène banale se transforme en scène tragique (les planches, comiques, mimes, les huées).

. ses ailes, c'est-à-dire
son génie, le gêne
. Le dernier vers synthétique le drame du poète: sa grandeur fait sa misère.
. insistance sur le thème du génie méprisé, incompris, solitaire, thème que les
romantiques
aimaient à développer.

8- le sens
est-ce que mise à part la lecture la plus évidente on pourrait imaginer une intention ultime de l'auteur?
le plan
I – Les albatros tournés en dérision par les hommes
A – Des oiseaux en symbiose avec le milieu marin
B – La cruauté des marins
C- La transformation des albatros



II- La valeur symbolique de l'albatros
A- Identification de l'albatros et du poète
B- Supériorité morale et spirituelle de l'albatros
C- L'Albatros inadapté et exclu

Comment fait-on le plan d'un commentaire?

Voilà une question qui n'a pas de réponse simple, cela dépend du texte, et de l'
intention
de l'auteur. Il n'y a pas de plan unique, ou vrai
(c'est + facile de dire le mauvais plan, ex: fond/forme> à éviter comme la peste)



Mais dites-vous que, quel que soit le texte, vous pourrez toujours organiser tous les éléments de la lecture méthodique en 2 axes qui répondent à la
problématique
(vous l'avez presque définie dans le résumé que vous avez fait au nº2:
"une anecdote dans laquelle les marins tournent en dérision des albatros se transforme en symbole")

comme dans ce commentaire:
I- le premier axe répond à la question COMMENT
l'auteur a fait pour rendre la scène saisissante/ intéressante/ bouleversante/ frappante/.... (ajoutez l'adjectif mélioratif que vous voudrez).

En réalité c'est un axe assez "prévisible" parce que vous pouvez vous poser cette question avec tous les textes, et c'est une bonne façon de présenter la problématique la plus évidente, comme si le correcteur du commentaire ne connaissait pas le texte.

On va du + général, du + descriptif de la façon de faire de l'auteur, du
comment
(1er axe) au + spécifique, abstrait ou littéraire sur l'intention ou le
pourquoi
de cette façon de faire, (2ème axe)
II-
Lorsque vous avez décortiqué, analysé en tous les sens COMMENT l'auteur est parvenu à nous rendre vivant/intéressant/émouvant/poignant ce texte, demandez-vous en fait
qu'est ce qu'il y a DERRIÈRE cette façon de faire
. En réalité, le
POURQUOI
? dans quel objectif, avec quelle INTENTION l'auteur a-t-il écrit comme ça...

D'accord, l'auteur nous présente une scène saisissante avec des marin et des oiseaux. C'est tout? Comme un épisode du National Geographic???? Pas du tout, cette scène lui sert à quoi? Il l'évoque POURQUOI?
Parce que cela lui permet de faire le parallélisme (le symbolisme) avec la figure du poète solitaire, maudit, incompris...

Finalement cela ne semble pas trop compliqué, n'est-ce pas?
consultez: http://prezi.com/asmeoido8yha/?utm_campaign=share&utm_medium=copy&rc=ex0share
plan et commentaire
Full transcript