Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

HISTOIRE DE FRANCE

No description
by

Luis Vallecillo

on 25 May 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of HISTOIRE DE FRANCE

HISTOIRE DE FRANCE
Luis Vallecillo 20121006268
428-1515
LE MOYEN AGE
Charles Martel maire du palais auprès des Mérovingiens d'Austrasie meurt en 741, son fils Pépin le Bref devient roi des francs en 751, il sera le fondateur de la dynastie des Carolingiens.Charlemagne fils de Pépin le Bref est le souverain carolingiens qui marquera le plus son époque, agrandissement du royaume, fondation de l'Empire, unification d'une grande partie de l'Europe. Charlemagne découpe son Empire, crée des Duchés et confit les frontiaires à des hommes de confiance qui deviendront des Marquis.

Suite aux invasions des Vikings qui remontent les cours d'eau, la défense du pays est exercé par des autoritées locales : Comtes et riches propriétaires, car le roi n'a pas d'armée pour surveiller les estuaires et les fleuves. Le Comte est un fonctionnaire qui exerce le pouvoir militaire et judiciaire, il lève les taxes pour son souverain et il est assisté par un Vicomte.
DYNASTIE DES CAROLINGIENS 751-987
1500-1789
LES TEMPS MODERNES
LE 20EME SIECLE
DYNASTIE DES MEROVINGIENS
428-751 ap. JC
Les Francs saliens : peuple germanique qui vivait à l'origine sur la rive droite du rhin. Lors des invasions barbares (entre 100 et 500 ap. JC), les Francs saliens viennent s'installés au nord de la France. La dynastie des mérovingiens est issue des peuples de Francs saliens et doit son nom au roi Mérovée, ancètre de CLOVIS.

Apres avoir vaincu à la Bataille de Soissons en 486 SYAGRIUS, général Romain qui a régné en Gaulle du Nord, CLOVIS est baptisé premier roi des Francs vers 500. Il élargie son royaume à l'Est en Alemanie et Sud-ouest en Aquitaine (alors occupé par les Wisigoths) et installera sa capitale à Paris vers 507.

Après la mort de CLOVIS, la tradition germanique veut que le royaume soit partagé entre les héritiers ceci entrainant des luttes fratricides et assassinats. Après plusieurs années de troubles CLOTAIRE II, réussit à réunifier le royaume : l'Austrasie à l'Est, la Neustrie au Nord-Ouest et la Burgondie au Nord de la vallée du Rhône et le Centre (Orléans).

A partir de 639, l'autorité des mérovingiens s'affaiblit, les maires du palais prennent le pouvoir : période des rois fainéants. En 750 PEPIN LE BREF demande l'autorisation auprès du pape Zacharie de mettre fin au règne des mérovingiens, le pape accepte la déposition de CHILDERIC III au motif : "celui qui exerce véritablement le pouvoir porte le titre de roi", Childéric est enfermé dans un monastère et son fils Thierry envoyé dans une abbaye.

Pepin le Bref est sacré roi en 754 dans l'abbaye de St-Denis, La dynastie des Carolingiens est née.
Mais le pouvoir des carolingiens s'affaiblit. En 888, un premier Robertien nommé Eudes monte sur le trône et en 922 Robert 1er (grand-père de Hugues Capet) est élu roi. En 987 la mort de Louis V marque la fin des Carolingiens, Hugues Capet est élu Roi de France (fils de Hugues le Grand qui existait un descendant de Charlemagne au 6e degré par sa mère Beatrice de Vermandois). La dynastie des Capétiens est née.
Trois branches de Capétiens (capétiens directs - les valois - les bourbons) ont régné en France mais aussi dans d'autres pays d'Europe de 987 à 1848 avec une interruption lors de la révolution française et du 1er empire.
La dynastie des Capétiens a été fondée par Hugues Capet en 987 instituant la dynastie héréditaire par ordre de primogéniture mâle. Face aux invasions et famines une société féodale se met en place, elle se divise en trois groupes : ceux qui travaillent, ceux qui combattent et ceux qui prient.

Cette période connaîtra deux longues guerres principales :
En 1095, le pape urbain II lance depuis la ville de Clermont un appel aux Chrétiens et leur demande d'aller délivrer Jérusalem, la ville sainte où le Christ est mort sur la croix, dont les Turcs ont pris le contrôle : début des croisades.
DYNASTIE DES CAPETIENS
985-1515
En 1328, Charles IV, dernier fils de Philippe le bel meurt sans héritier, la couronne passe alors à un neveu de Philippe le Bel : Philippe de Valois. Mais en 1337, le roi d'Angleterre Edouard III petit-fils de Philippe le Bel déclare être l'héritier du trône de France, une nouvelle guerre commence, elle durera 100 ans.

Depuis 1392, Charles VI le Fou du fait de sa maladie ne dirige plus directement la France. Philippe III de bourgogne et Henri V roi d'Angleterre forment une alliance contre le dauphin Charles VII (fils du roi), ils convainquent le roi Charles VI le Fou de signer le traité de Troyes en 1420, prévoyant qu'après sa mort il aurait pour successeur le roi d'Angleterre Henri V. En 1422 suite à ce traité la France à deux souverains : l'anglais Henri VI agé de 9 mois et le français le dauphin Charles VII, le trône de France est menacé car les anglais occupent presque toute la France. En 1429, Jeanne d'Arc délivre Orléans assiégé par les Anglais puis elle sera brûlée en 1431 à Rouen vendue aux Anglais par les bourguignons.
LA RENAISSANCE
1500-1598
DYNASTIE DES VALOIS
Les guerres d'Italie sont coûteuses mais permettent de diffuser en France les raffinements de la Renaissance. C'est en Italie qu'est apparu cet art nouveau inspiré de l'Antiquité grecque et romaine « la re-naissance ».

En 1516, Léonard de Vinci part travailler en France aux côtés de son protecteur François 1er qui l'installe au manoir : le clos Lucé près du château d'Amboise, Vinci est nommé premier peindre et architecte du Roi, d'autres artistes italiens viendront ensuite. Beaucoup de châteaux de la Loire seront édifiés à cette époque. François 1er fonde en 1530 le collège de France et ordonne aux notaires et juges de rédiger leurs actes non plus en Latin mais en Français.

En 1517, un moine Allemand Martin Luther critique l'Eglise de vivre dans le luxe, il fonde la réforme protestante. En France en 1536, c'est Jean Calvin qui reprend les idées de Luther.
En 1534, Jacques Cartier découvre le Fleuve St-Laurent et au nom du Roi baptise le Canada du nom de Nouvelle-France.

En 1562 à Wassy, des catholiques tuent des protestants ; début des guerres de religion. Le 24 Août 1572 : Massacre de la Saint-Barthélemy, 3000 protestants sont tués à Paris. Les villes de province organisent aussi leurs propres massacres.
En 1589, Henri III meurt assassiné par un moine fanatique Jacques Clément. Henri III n'ayant pas d'héritier, la couronne passe à son cousin Henri IV branche des Capétiens Bourbon. Henri IV chef des protestants est sacré roi de France à condition de se convertir au catholicisme "Paris vaut bien une messe".
LE GRAND SIECLE
1600-1700
DYNASTIE DES BOURBONS
Les Bourbons règnent de 1589 à 1792 et de 1814 à 1830 et les Bourbons-Orléans de 1830 à 1848. Henri IV annule son mariage avec Marguerite de Valois (fille de Catherine de Médicis) pour épouser Marie de Médicis. Il réussi à redresser les finances royales avec l'aide de son ami et ministre le Duc de Sully. Henri IV est poignardé en 1610 rue de la Ferronnerie à Paris par Ravaillac.

Lors de son assassinat son fils aîné, Louis XIII a 9 ans, la régence est confiée à sa mère Marie de Médicis. Les affaires de l'Etat sont dirigés par un couple d'italiens Concini et Leonora. En 1614, Louis XIII est majeur, mais la situation de la France est critique, il fait assassiner Concini et exile Marie de Médicis à Blois. C'est le Cardinal de Richelieu qui prend en main la politique intérieure et extérieure du royaume.

A la mort de Louis XIII, son fils Louis XIV est âgé de 5 ans, la régence est confiée à la reine-mère Anne d'Autriche qui gouverne avec le cardinal Mazarin. La Fronde éclate en 1648 : révolte des grands seigneurs et magistrats qui contestent l'autorité de Mazarin et de la reine. Mazarin meurt en 1661, Louis XIV gouverne seul. Colbert est nommé contrôleur général des finances, il instaure une économie cherchant des bénéfices par l'exportation. En 1682, La Cour s'installe à Versailles. Révocation de l'Edit de Nantes en 1685, le roi souhaite une seule religion pour la france. Deux cent mille protestants immigrent vers la Hollande.
LE SIECLE DES LUMIERES
1700-1789
DYNASTIE DES BOURBONS
En 1715, le Roi-Soleil meurt et son arrière-petit-fils Louis XV n'a que 5 ans. C'est son grand-oncle, le duc Philippe d'Orléans neveu de Louis XIV (fils de Philippe de France : dit Monsieur, titre attribué au frère cadet du roi) qui est le régent et dirige le royaume jusqu'en 1723. Louis XV épouse la fille du roi de Pologne en 1725: Marie Leszczynska et confie son gouvernement au Cardinal de Fleury.

Au XVIIIe siècle, la France connaît un rayonnement exceptionnel, ses écrivains répandent les "lumiières", des idées et des connaissances nouvelles qui s'appuient sur la raison, l'experience et l'observation. Les écrivains français contestent la monarchie absolue, aussi Voltaire et Montesquieu vantent les mérites du régime constitutionnel des Anglais.

Le commerce maritime se développe, les ports de Nantes et Bordeaux font fortune. Un commerce triangulaire est mis en place, des esclaves Africains sont vendus aux Antilles en échange de produits recherchés. En 1763, le traité de Paris met fin à la guerre de sept ans contre la Prusse et l'Angleterre. La France perd ses possessions : au Canada, en Louisiane et aux Indes. La Corse est achetée à l'Italie.

Louis XV meurt en 1774, son petit-fils Louis XVI monte sur le trône il a 20 ans. Alors que le peuple manque de tout la jeune reine Marie-Antoinette dépense sans compter. Malgré les difficultés financières, la France apporte son aide aux colons Américains qui luttent pour leur indépendance contre l'Angleterre. En 1788, la France est au bord de la faillite, Louis XVI convoque les Etats Généraux, assemblée exceptionnelle qui compose la nation : la noblesse - le clergé et le tiers état. Un rendez-vous est fixé au mois de mai 1789.
LA REVOLUTION FRANCAISE
1789-1799
- Le 5 Mai 1789 Louis XVI ouvre la séance des Etats Généraux, à Versailles. trois ordres sont présents :
(270 députés pour la noblesse, 291 pour le clergé et 584 députés du tiers état représentant le peuple). Les députés représentant plus de 96 % demandent qu'on vote par tête et non par ordre. Le roi fait évacuer la salle des Menus Plaisirs.
- Le 17 juin 1789, les députés du tiers état se considérant comme la grande majorité du pays se proclament "Assemblée Nationale".
- Le 20 juin 1789, le matin les députés du tiers état se heurtent à la fermeture de la salle des Menus Plaisirs, ils vont se réunir dans la salle du jeu de paume, Bailly lit le Serment du jeu de Paume, les députés du tiers états jurent de ne se séparer qu'après avoir donné une constitution à la France, soit un texte organisant les relations entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés.
- Le 23 juin 1789, le roi se rend dans la salle du jeu de paume et déclare le maintien des trois ordres, il accepte quelques réforme comme la réforme fiscale. Mirabeau s'apotrophe : "Nous sommes ici par la volonté du peuple et nous n'en sortirons que par la force des baillonettes".
- Le 27 juin 1789, le roi renonce aux trois ordres et accepte l'Assemblée constituante.
-Le 11 juillet 1789, renvoit de Necker créant un mécontentement dans Paris. le lendemain, Camille Desmoulin fera son premier grand discours devant la foule réunie dans les jardins du Palais Royal.
- Le 14 juillet 1789, prise de la Bastille, après s'etre emparés des fusils aux Invalides, n'ayant pas de poudre à canon ni de balles pour leurs fusils les émeutiers se rendent à la Bastille, la poudre y serait stockée.
- les 5 et 6 octobre 1789, l'Assemblée obtient du roi la signature des premières articles de la constitution et de la déclaration des droits, les Parisiens ramènent la famille royale aux tuileries à Paris.
- Le 4 août 1789, abolition des privilèges et du système féodale.
- Le 26 août 1789, déclaration des droit de l'homme et du citoyen.
- Le 14 juillet 1790, fête de la fédération sur le champ de mars, pour consacrer l'unité de la nation et des Français. Le roi jure de respecter la future constitution.
- Juin 1791, la famille royale tente de s'enfuir hors de la France, elle est arrêtée à Varennes, ramenées au palais des Tuileries. Louis XVI perd la confiance des Révolutionnaires.
- Septembre 1791, la Constitution est appliquée, le roi gouverne avec une Assemblée législative, qui propose et vote les lois. Les rois et empereurs des autres pays s'unissent contre la France révolutionnaire de peur de voir la révolution gagner leur pays.
- Avril 1792, la France déclare la guerre à l'Autriche, la Prusse se ralie à l'Autriche.
- Le 10 Aôut 1792, découverte au Palais des Tuileries de l'Armoire de fer où Louis XVI cachait ses papiers secrets, la correspondance du roi avec les ennemis de la révolution provoque son procès. Les Parisiens sont convaincus que le roi veut les trahir, la famille royale est arrêtée et emprisonnée à la prison du Temple.
- Le 20 septembre 1792, les troupes révolutionnaires remportent leur 1ère victoire contre la Prusse à la bataille de Valmy.
- Le 20 septembre 1792, la Convention nationale succède à l'Assemblée législative.
- Le 22 septembre 1792, cette nouvelle assemblée proclame la république. La convention nationale est dominée par deux groupes : les Girondins et les Montagnards. Ils pensent que pour maintenir la république, il faut pendre certaines mesures. La convention veut exporter la république dans les autres pays de l'Europe.
- Le 21 janvier 1793, Louis XVI est guillotiné. Effrayés par l'exécution du roi, l'Angleterre, la Hollande, l'Autriche, la Prusse et l'Espagne s'unissent contre la France. La convention enrôle 300 000 hommes pour défendre la France. Attaquée de toutes parts, la république se sent en danger, les Montagnards rendent responsables les Girondins qui sont guillotinés.
- septembre 1793, la Convention met la Terreur à l'ordre du jour, Robespierre a tous les pouvoirs, grâce à la loi des suspects, ceux qui sont opposés au régime et proche des Girondins sont condamnés à mort.
- Le 16 octobre 1793, Marie-Antoinette est guillotinée place de la Concorde anciennement place Louis XV.
- Avril 1794, les indulgeants estiment que la terreur doit prendre fin. Danton, Camille Desmoulins et leurs amis sont guillotinés.
- Juillet 1794, Robespierre durcit encore la Terreur, une coalition finit par se liguer contre lui, il sera guillotiné le 28 juillet 1794 , (aujourd'hui place de la Concorde). La chute de Robespierre met fin à la convention montagnarde.
- Le 5 octobre 1795, le général Bonaparte écrase une insurection à Paris organisés par les royalistes, un décret leur a enlevé l'espoir d'être députés.
- Le 26 octobre 1795, le Directoire succède à la Convention.
LE 19EME SIECLE
1800-1899
LE PREMIER EMPIRE
1800-1815
DU DIRECTOIRE AU CONSULAT :
La bourgeoisie républicaine met fin à la terreur. Le 26 octobre 1795, une nouvelle constitution met en place le Directoire : constitué de 5 Directeurs et de 2 Assemblées. Le régime est attaqué par les royalistes et par les Jacobins (ordre catholique, connu sous le nom de ordre Dominicain) qui veulent poursuivre la révolution.

Ayant écrasé le 5 octobre 1795, une insurrection royaliste à Paris, le jeune général Bonaparte est nommé à la tête d'une armée par le Directoire et part combattre les Autrichiens en Italie. En 1797 Bonaparte signe la paix de compo formio avec l'Autriche. En 1798, Bonaparte part en campagne pour l'Egypte, reçoit le commandement de l'expédition.

La France occupe l'Egypte afin de couper l'Angleterre de ses positions sur la mer Rouge et en Inde. En novembre 1799, apprenant que l'Autriche a repris la guerre, Bonaparte rentre à Paris et renverse le Directoire. Le 18 brumaire (10 novembre 1799) coup d'Etat, les directeurs sont remplacés par trois consuls dont Bonaparte qui a le réel pouvoir. Le Consulat remplace le Directoire.

L'EMPIRE :
Une fois la paix rétablie avec l'Autriche en 1801 et avec l'Angleterre en 1802. Le général Bonaparte, héros de l'armée révolutionnaire, est nommé consul à vie sous la constitution de 1802. La constitution de 1804, proclame Napoléon Empereur des Français et la dignité impériale héréditaire dans sa famille. Le sacre aura lieu le 2 décembre 1804 à Notre Dame de Paris, sous le nom de Napoléon Ier, il se couronne lui-même et couronne Joséphine de Beauharnais qui devient impératrice. En 1809, il épouse Marie-Louise d'Autriche et se sépare de Joséphine qui ne peut lui donner d'héritier. Il sera l'instigateur du Code civil, de la création des préfets, du franc germinal, de la banque de France, de la Légion d'honneur.

Les guerres avec l'Angleterre et l'Autriche reprennent. Octobre 1805, au large de Trafalgar, la flotte française est anéantie par la flotte anglaise dirigée par l'Amiral Nelson. Victoire d'Austerliz, le 2 décembre 1805 contre les Russes et les Autrichiens, la paix sera signée. D'autres victoires comme : Iéna, Eylau, Wagram. En 1812, l'armée de Napoléon a envahi la Russie, surprise par l'hiver, elle est anéantie par le froid et les cosaques. Les rois européens saisissent l'occasion de s'unirent, ainsi la Prusse et l'Autriche déclarent la guerre en 1813, Napoléon est vaincu à Leipzig.

N''ayant pu empêcher l'invasion en France, Napoléon abdique le 6 avril 1814. Exilé sur l'île d'Elbe, il s'échappe et en mars 1815 reprend le pouvoir durant Cent-Jours, Louis XVIII s'enfuit à Gand. Vaincu le 18 juin 1815 à Waterloo, Napoléon abdique le 22 juin et se rend aux Anglais qui l' exilent à Sainte Hélène où il meurt le 5 mai 1821.
LA RESTAURATION
1815-1830
Après l'abdication de Napoléon 1er en avril 1814, Talleyrand dirige un gouvernement provisoire (du 3 avril au 14 avril 1814) et penche en faveur de Louis XVIII.

Louis XVIII (frère de Louis XVI) monte de nouveau sur le trône en Juin 1815 : c'est la Restauration. Une constitution appelée ; "la Charte" limite le pouvoir du roi qui gouverne avec deux assemblées : la chambre des députés et la chambre des pairs.

Des partis se créés : à gauche les libéraux (attachés au libertés de 1789), au centre les constitutionnels (qui souhaitent une application loyale à la charte), à droite les ultras-royalistes (qui veulent rétablir certains privilèges).

Septembre 1824, Charles X, chef des ultras, succède à son frère Louis XVIII. En 1829, il nomme des ministres Ultras-royalistes très impopulaires. En Juillet 1830, il supprime la liberté de la presse et limite le droit de vote.
A Paris, le 27 Juillet 1830, la révolte éclate, des barricades se dressent. Cette révolution dure 3 jours, elle est appelée : "Les trois glorieuses". Charles X abdique et s'enfuit.
LA MONARCHIE DE JUILLET
1830-1848
Louis-Philippe, duc d'Orléans et cousin de Charles X est proclamé roi des français (non plus roi de France, liant la nouvelle monarchie avec son peuple) par la chambre des députés (soutenu également par Adolphe Thiers).

Un nouveau régime auquel on donne le nom de "Monarchie de Juillet" succède à la Restauration. La monarchie est constitutionnelle et le drapeau tricolore remplace le drapeau blanc de la Restauration. Louis-Philippe 1er est proche des riches bourgeois et règne modestement. Au début, il est aimé et appelé "le Roi citoyen", mais quand son gouvernement est perçu comme de plus en plus conservateur, sa popularité s'affaiblit. Il se heurte à l'opposition des ultra-royalistes, des républicains et des royalistes modérés comme Adolphe Thiers, pour lesquels "le Roi règne mais ne gouverne pas".

Le 20 Octobre 1840, le ministère d'Adolphe Thiers est contraint à la démission et remplacé par le ministère Soult. François Guizot, conservateur libérale prend les fonctions de président du conseil en 1847. Le 14 février 1848, Guizot interdit la réunion d'un banquet, organisés par les républicains qui souhaitent une réforme du système électorale : soit un suffrage universel au lieu d'un suffrage censitaire réservé aux riches. Le 22 février, la foule manifeste. Le 23 février, le roi Louis Philippe renvoie Guizot. Le peuple de Paris se soulève et monte des barricades, c'est la Révolution française de 1848. Le 24 février, Louis-Philippe abdique et s'enfuit en Angleterre. Les députés Lamartine et Ledru Rollin forme un gouvernement provisoire républicain.
LA DEUXIEME REPUBLIQUE
1848-1852
La deuxième République est un régime politique institué après la révolution du 22 au 25 février 1848, ayant entraîné l'abdication du roi Louis-Philippe 1er. Le 25 février 1848 la Deuxième république est proclamée par Alphonse de Lamartine entouré des révolutionnaires parisiens, un gouvernement provisoire du 24 février au 9 mai 1848 se forme, représentés par les gens du peuple.

Le régime applique pour la première fois le suffrage universel masculin (vote des citoyens) et abolit définitivement l'esclavage dans les colonies françaises.Mais lors des élections les conservateurs l'emportent et les ouvriers sont écartés du pouvoir. Le peuple de Paris se révolte à nouveau en Mai et Juin 1848. L'armée intervient, des milliers de gens sont tués.Le 10 décembre 1848, a lieu la première élection d'un président de la République au suffrage universel. C'est Louis Napoléon Bonaparte neveu de Napoléon 1er qui l'emporte.

Le 2 Décembre 1851, Louis Napoléon Bonaparte organise un coup d'état ceci lui permettant de prolonger son mandat présidentiel de 10 ans. Les pouvoirs de Louis Napoléon devant expirés en mai 1852. L'Assemblée refuse aux Bonapartistes le prolongement du mandat présidentiel. Pour son coup d'Etat, Louis-Napoléon choisit le 2 décembre 1851, date anniversaire du sacre de son oncle Napoléon 1er . Paris est couvert d'affiches annonçant la dissolution de l'assemblée législative, le rétablissement du suffrage universel masculin et la préparation d'une nouvelle constitution. Pour que le complot réussisse, l'armée occupe de nuit le siège de l'assemblée au Palais Bourbon et tous les endroits stratégiques notamment l'imprimerie nationale. Arrestation de personnes : des républicains tel-que Cavaignac, des royalistes tel-que Adolphe Thiers ou des généraux tel-que Changarnier. Exil de Victor Hugo.
LE SECOND EMPIRE
1852-1871
Un an après son coup d'Etat, le 2 décembre 1852, Louis Napoléon Bonaparte est proclamé Empereur des Français sous le nom de Napoléon III . Il gouverne de façon autoritaire avec une police très présente qui contrôle la presse, les réunions et les opposants. De nombreux républicains sont arrêtés ou contraints d'exile comme Victor Hugo.

Après 1859, afin d'obtenir plus de popularité Napoléon III assouplit son régime pour un Empire libéral. En 1864, le droit de faire grève est accordé aux ouvriers. Les écoles primaires laïques (non religieuses) se développent. Les députés obtiennent le pouvoir de proposer des lois.

Dès 1852, la révolution industrielle s'accélère, la campagne se dépeuple et les villes vont doubler leur population. De grandes banques, comme la société générale ou le crédit lyonnais sont créées, ouvertes à l'épargne public et permettant de financer les grands chantiers. On construit depuis Paris des routes et réseaux de chemins de fer à travers la France pour faciliter l'économie.

Le traité de Paris du 30 mars 1856, met fin à la guerre de Crimée (1853-1856) opposant l'Empire Russe à l'Empire Ottoman, à l'Empire Français, au Royaume Uni et au Royaume de Sardaigne. Il déclare la neutralité de la mer noire et interdit la navigation aux navires de guerre. En 1859, victoires des troupes franco-italiennes à Magenta et Solferino chassant les occupants Autrichiens. En 1862, Napoléon III envoie des soldats au Mexique pour forcer cette nation indépendante depuis 1821 à payer ses dettes. Mais les Mexicains se soulèvent, les troupes françaises se retirent en 1867.

En 1870, afin de réunifier les Etats Allemands à la Prusse, le chancelier Bismarck ministre du roi Guillaume 1er de Prusse fait circuler une fausse nouvelle dans la dépêche d'Ems espérant une guerre contre la France. Napoléon III se laisse influencer par les partisans de la guerre et le 1er septembre 1870 il déclare la guerre à la Prusse. Défaite de l'armée française à Sedan, Napoléon III est fait prisonnier, cet échec entraînant la formation du second Reich. A Paris, le 4 septembre 1870 le député Léon Gambetta proclame la république. Alors que les prussiens et leurs alliés occupent le nord de la France. Un gouvernement de la Défense nationale succède à l'empire, il souhaite continuer la guerre contre la Prusse. Le général Trochu gouverneur de Paris démissionne le 22 janvier mais il fait une déclaration dans laquelle il préconise en réalité la capitulation de la France.

Les élections du 17 février 1871 favorables aux monarchistes, élisent Adolphe Thiers, réfugié à Bordeaux, chef du pouvoir exécutif, alors que le roi de Prusse proclame l'Empire Allemand dans la galerie des glaces de Versailles où il réside.Le gouvernement de Thiers installé à Versailles, décide d'assiéger Paris et de récupérer armes et canons entreposés à Montmartre et Belleville. Les parisiens sont furieux car ils ont eux-mêmes payé ces 227 canons de plus, les Allemands occupent toujours Paris. Craignant une nouvelle restauration monarchique, un soulèvement se créé le 18 mars 1871, ouvriers « communards » contre soldats versaillais du gouvernement de Thiers : c'est le début de la commune de Paris : une insurrection qui durera 2 mois jusqu'à la semaine sanglante du 21 au 28 mai 1871 où les soldats versaillais ont écrasé les communards.

Le 10 mai 1871, Thiers signe avec Bismarck le traité de Francfort prévoyant la capitulation de Paris assiégés par les Allemands depuis plusieurs mois. La France perd Alsace et la Lorraine et doit une indemnité de 5 milliards de francs-or.
LA TROISIEME REPUBLIQUE
1873-1900
Présidents de la troisième république
Le 15 mars 1873 est signé la convention d'évacuation des troupes allemandes, Adolphe Thiers démissionne le 24 mai 1873, face à une Assemblee Nationale majoritaire et favorable au retour de la monarchie.
Adolphe Thiers
1871-1873
Patrice de Mac-Mahon
1873-1879
Le général Patrice de Mac-Mahon est élu Président de la République le soir même de la démission de Thiers (avec un mandat de 7 ans ) par la majorité royaliste de l'époque. Il soutenait le retour du roi. En 1876, de nouvelles élections ont lieu avec une grande majorité de députés républicains. Mac-mahon sera contraint de démissionner en 1879.
Jules Grévy
1879-1887
En 1879, Jules Grévy un républicain, avocat de profession, est élu président de la république. Lors de l'élection présidentielle de 1885, Jules Grévy est facilement réélu, mais en 1887, éclate le scandale des décorations : son gendre, Daniel Wilson est accusé de trafic d'influence. Il vendait des nominations dans l'ordre de la légion d'honneur. Les chambres appellent alors Grévy à la démission.
Sadi Carnot
1887-1894
Sadi Carnot est élu président de la république le 3 décembre 1887, il était particulierement haï dans les rangs anarchistes pour avoir refusé la grâce d'Auguste Vaillant, auteur de l'attentat de 1893 à la Chambre des Députes. Sadi Carnot est assassiné d'un coup de poignard par l'anarchiste italien Sante Géronimo Caserio le 24 juin 1894.
Jean Casimir Périer
1894-1895
Soutenu par la droite, Jean Casimir Périer est élu président de la république le 27 juin 1894. Critiqué par la gauche du fait de son appartenance à la haute bourgeoisie. Propriétaire de la majeure partie des actions des mines d Anzin il est surnommé : Casimir d Anzin. Sa présidence ne dure finalement que six mois, il démissionne le 15 janvier 1895.
Felix Faure
1895-1899
Felix Faure élu le 17 janvier 1895. Il poursuit l'expansion coloniale et le rapprochement franco-russe. Sous sa présidence éclate l'affaire Dreyfus. Son mandat ne dure que 4 ans, il meurt au Palais de l'Elysée d'une congestion cérébrale dans les bras de sa maitresse Marguerite Steinheil.
LA TROISIEME REPUBLIQUE
1900-1947
Présidents de la troisième république suite
Emile Loubet 1899-1906
Emile Loubet élu le 18 février 1899. Son septenat est marqué par plusieurs décisions : grâce du capitaine Dreyfus, lois de la séparation des Eglises et de l'Etat, Loi des associations de 1901 et l'alliance franco-russe : accord stipulant que les deux pays devaient se soutenir s'ils étaient attaqués par l'un des pays de la triple alliance ou triplice (l'allemagne, l'autriche-hongrie et l'italie)..
Armand Faillières
1906-1913
Armand Faillières élu le 18 février 1906. Opposé à la peine de mort, durant le début de son mandat il grâcie les condamnés. Il travail au renforcement de la Triple Entente soit après l'alliance franco-russe, le royaume-uni vient se rallier à la France et la Russie. Fallières ne se représente pas pour un second mandat et déclare : "la place n'est pas mauvaise, mais il n'y a pas d'avancement".
Raymond Poincaré
1913-1920
Raymond Poincaré élu le 17 janvier 1913. En opposition à Jean Jaurès, il soutient la loi des 3 ans du service militaire instaurée en vue de faire la guerre à l'Allemagne. Il est à l'origine de la formation du mouvement de l'Union Sacrée rapprochant les socialistes et syndicalistes. Le 28 juin 1914, l'héritier du trône d'Autriche : l'archiduc François-Ferdinand est assassiné à Sarajevo par un nationaliste Serbe. Le 28 juillet 1914, l'Autriche déclare la guerre à la Serbie, en août l'Allemagne déclare la guerre à la Russie et la France. Durant la grande guerre de 1914-18, Poincaré se rend sur le front. En autonne 1918, l'Allemagne et ses alliés s'effondrent face à la France et ses alliés sous le commandement du général Foch. L'armistice est signé le 11 novembre 1918 et par le traité de Versailles de 1919 l'Alsace-Lorraine est rendu à la France.
Paul Déchanel
Fév. 1920 - Sept 1920
Paul Déchanel, homme de lettres élu à l'Académie Française. Lors des élections présidentielles de 1920, il devance le populaire Georges Clémenceau. Il est cependant contraint de démissionner au bout de sept mois, en raison de problèmes de santé.
Alexandre Millerand
1920- 1924
Alexandre Millerand est l'origine des "décrets Millerand" soit la réduction du temps de travail tout en garantissant un temps de repos hebdomadaire. D'abord socialiste puis de plus en plus orienté à droite. Président du Conseil de Paul Déchanel, il lui succède le 23 septembre 1920. En 1922, Raymond Poincaré, revient en tant que président du Conseil, il lui refuse la réforme de la Constitution de 1923, donnant une importance réelle au chef de l'Etat. Il démissionne au bout de quatre ans, à la suite de la victoire des élections législatives de 1924 du cartel de gauche regroupant les radicaux et les socialistes qui souhaitent s'unir contre le Bloc républicain national (droite et centre).
Gaston Doumergue
1924- 1931
Premier président protestant, Gaston Doumergue est élu président de la république le 13 juin 1924 face à Paul Painlevé (premier candidat communiste se présentant aux élections présidentielles). Le radical Edouard Herriot prend le poste de président du conseil mais il se heurt à de grandes difficultés financières (fuite des capitaux à l'étranger). En 1926, Raymond Poincaré rétablit la situation financière de la France et stabilise le franc. Doumergue se déclare partisan d'une politique de fermeté vis-à-vis de l'Allemagne et face au nationalisme renaissant. Mais une crise économique mondiale atteint la France en 1931, les élections de 1932 favorise la gauche.
Paul Doumer
1931- 1932
La gauche radicale et socialiste unie dans un nouveau cartel emporte les élections legislatives de mai 1931. Membre du parti radical, Paul Doumer est élu au second tour de scrutin, après avoir dépassé; le pacifiste Aristide Briand. Son mandat ne durera qu'un an, il est assassiné le 6 mai 1932, lors d'une exposition consacrée aux écrivains de la Grande guerre. L'assassin Paul Gorgulov avait utilisé un pistolet conservé au Musée de la Préfecture de Police.
Albert Lebrun
1932- 1940
Albert Lebrun élu président de la république en mai 1932 puis réélu en 1939 son second mandat est suspendu avec l'arrivée au pouvoir du Maréchal Pétain. La crise économique fait 300 000 chômeurs, le mécontentement augmente et favorise le développement de mouvements d'extreme droite. En 1936, socialistes, communistes et radicaux s'unissent pour former le front populaire. Un socialiste : Léon Blum prend la tête du gouvernement, des mesures sociales sont adoptées : salaires augmentés, semaine de 40 h et congés annuels de 2 semaines payés. Mais la crise persiste et aussi en europe, ce qui favorise la montée au pouvoir de dictateurs fascistes : en Espagne : Francisco Franco, en Italie : Benito Mussolini et en Allemagne : Adolf Hitler. En Septembre 1938, un accord franco-allemand de non agression est signé avec Hitler en échange de l'invasion de la Tchécoslovaquie. Septembre 1939, les troupes allemandes envahissent la Pologne. Défendant leur allié, la France et Grande Bretagne déclarent la guerre à l'Allemagne. Dans un premier temps, il se passe pas grand chose sur le front c'est "la drôle de guerre", mais au printemps 1940 c'est "la guerre éclair" l'armée française est vaincue. Le 14 Juin 1940, les Allemands sont à Paris.
Régime de Vichy
1940- 1944
Maréchal Philippe Pétain (1856-1951) Chef militaire et vainqueur de la bataille de Verdun avec Clémenceau lors de la première guerre mondiale 1914-18. En 1926, il s'oppose à la construction d'une ligne défensive appelée "la ligne maginot" fortifications construites à l'Est de la France qui sera contournée par l'armée allemande en 1940 après avoir envahit les pays nordiques et avant d'arriver à Paris.

En 1940 ministre de la défense nationale, dans la nuit du 16 au 17 juin Pétain demande l'armistice, le 22 juin l'armistice est signée avec l'Allemagne. La France est coupée en deux zones : l'armée allemande occupe le nord tandis que le sud reste libre (jusqu'en 1942).

Juilet 1940, Pétain s'octroie le titre de Chef de l'Etat Français et installe un nouveau gouvernement à Vichy en zone libre. La 3ème république n'existe plus, les syndicats sont supprimés avec une Devise : "Travail, Famille, Patrie". Le régime de Vichy de Pétain collabore avec l'Allemagne nazie et adopte ses lois antisémites. En avril 1942, Pierre Laval devient chef du gouvernement. La police française arrête les juifs, qui sont déportés vers les camps d'extermination allemands. Jugé à la libération en 1945 pour haute trahison, Pétain meurt en détention sur l'Ile d'Yeu.
Gouvernement Provisoire
1944- 1946
Général Charles de Gaulle (1890-1970), le 17 juin 1940 après la constitution du gouvernement de Pétain, Charles de Gaulle décide de s'exiler à Londres. Officier peu connu, le premier ministre britanique Winston Churchill met à sa disposition la radio BBC de Londres. Le 18 juin 1940, il lance un appel à la résistance et invite les soldats français à continuer le combat contre l'armée allemande au côté de l'Empire Britanique. Une guerre des ondes régulières va s'organiser. De 1940 à 1944, alors que Hitler a envahi l'URSS en 1941 et que le Japon s'est allié à l'allemagne, De Gaulle parvient à réunir les français : d'une part les forces française libres (FFL) comme celles du général Leclerc en Afrique et d'autre part les résistants en France.
Le 3 Juin 1944, à Alger De Gaulle créé le gouvernement provisoire de la république française prêt à assumer les responsabilités du pouvoir dès que la France sera libérée. Le 6 juin 1944, débarquement des alliés sur les cinq plages de Normandie commandé par le général américain Eisenhower. 25 août 1944, libération de Paris. 8 mai 1945, capitulation de l'Allemagne, Hitler se suicide. Le 14 août 1945, le Japon capitule après que les américains aient lancé deux bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki.
Dès septembre 1944, le gouvernement provisoire de la République française dirigé par le Général de Gaulle entreprend des réformes importantes :
- Le 4 octobre 1944 création de la sécurité sociale pour tous les salariés et des comité d'entreprises. L'Alsace et la Moselle conserveront le système d'assurance maladie instauré par Bismark.
- Le 5 octobre 1944 les femmes obtiennent le droit de vote.
- Nationalisation des grandes entreprises comme Renault et des banques.
Après la guerre, la vie politique est dominée par les partis socialiste, communiste et un nouveau parti soutenu par De Gaulle le Mouvement républicain populaire. Mais en désacord avec le projet en préparation d'une nouvelle constitution, de Gaulle démissionne en janvier 1946.
LA QUATRIEME REPUBLIQUE
1947-1953
Après la démission en janvier 1946 du Général de Gaulle qui souhaitait un régime bicaméral avec deux chambres (assemblée et sénat) et un président de la république puissant au dessus des partis, la vie politique est dirigée par le "tripartisme" MRP - SFIO et PC.
Après l'échec d'une première proposition de constitution, la quatrième république est approuvée le 13 octobre 1946 par le vote des français et françaises. Elle est constituée d'un régime parlementaire bicaméral (assemblée nationale et conseil de la république), d'un chef d'État faible et d'un gouvernement (les ministres) exerçant l'essentiel du pouvoir exécutif.

Le socialiste Vincent Auriol est élu président de la quatrième république le 16 janvier 1947 par le Parlement (les députés et les conseillers), pour une durée de sept ans. Son rôle est essentiellement représentatif mais il nomme le président du Conseil des ministres et il a le pouvoir de dissoudre par décret la chambre des députés (assemblée nationale). Un nouveau gouvernement dit de la "3e force", se forme : SFIO, MRP, radicaux et modérés opposés aux communistes et gaullistes.

Après la libération, pour sa reconstruction la France bénéficie du plan Marshall, une aide financière apportée par les Etats Unis d'Amérique aux pays européens (1948-1952). A cet occasion, sont créés les Charbonnages de France : EDF et GDF. La population augmente (40 millions en 1946) avec de nombreuses naissances qu'on l'appellera le "baby boom".
En 1951, la France, l'Allemagne, l'Italie et le Benelux se réunissent pour créer une Communauté européenne du charbon et de l'acier, en 1957, ces pays signent le traité de Rome pour fonder la Communauté économique européenne CEE, afin d'assurer une libre circulation des marchandises entre les Etats membres.

La second guerre mondiale s'achève à peine que les relations entre les Américains et les Soviétiques se dégradent : c'est la guerre froide.
Dès 1946, les colonies française d'Afrique et d'Asie, réclament leur indépendance du fait de leur participation à la guerre. La guerre éclate en Indochine, le conflit s'achève en 1954 par la défaite française. Le nouveau président du conseil Pierre Mendès France, signe la paix à Genève et le Vièt Nam, séparé en deux, devient indépendant. Le Maroc et la Tunisie accèdent aussi à leur autonomie.

Mais en 1954, c'est l'Algérie qui se soulève contre la présence française. La situation en Algérie s'aggrave, René Coty élu président de la république en décembre 1953, fait appel au Général de Gaulle en juin 1958, et le nomme président du conseil, menaçant l'Assemblée nationale de démissionner en cas de refus de l'intégration du Général de Gaulle. La constitution de la cinquième république est promulguée le 4 octobre 1958, et René Coty transmet ses pouvoirs au général de Gaulle le 8 janvier 1959.
LA CINQUIEME REPUBLIQUE
de 1953 A 1995
Présidents de la cinquième république
De nouveau au pouvoir en mai 1958, en qualité de chef de gouvernement, le général Charles de Gaulle fait aussitôt rédiger la 5e constitution, qui sera approuvée par le vote des Français. Cette nouvelle constitution instaure un régime parlementaire mais le président de la république est élu pour 7 ans, ses pouvoirs sont étendus : il nomme son 1er ministre, il peut dissoudre l'Assemblée nationale, organiser un référendum (vote par oui ou non sur une question) et il peut obtenir les pleins pouvoirs en cas de circonstances exceptionnelles.En décembre 1958, le général de Gaulle est élu président de la république par le parlement, il choisit Michel Debré comme 1er ministre. Le nouveau franc est mis en circulation en janvier 1960.

Après la guerre d'Algérie en 1962 et ayant échappé de peu à l'attentat du "petit clamart", Charles de Gaulle souhaite renforcer son pouvoir présidentiel. Il demande par référendum à être élu au suffrage universel par le vote des français, Georges Pompidou succède à Debré. En décembre 1965, pour la première fois les français élisent leur président. Charles de Gaulle est réélu président de la république au suffrage universel. Il obtient 44,65 % des suffrages, contre 31,72 % du candidat de la gauche François Mitterrand. Souhaitant que le monde ne soit plus divisé en deux blocs et que la France devienne indépendante des Etats-Unis et de l'URSS : En janvier 1963, il s'oppose à l'entrée de la Grande Bretagne dans la CEE (Communauté Economique Européenne), jugée trop liée aux Etats-Unis. Partisan d'une Europe des nations, il signe le traité de l'Elysée avec le chancelier Adenauer un Traité d'Amitié franco-allemand. En 1964, il noue des liens diplomatiques avec la République Populaire de Chine, conduite par Mao Zedong. Il développe l'arme nucléaire, (la 1ère bombe française explose en 1960) et en 1966, il annonce le retrait de la France du dispositif militaire de l'OTAN fondé en 1949 autour des Etats-Unis.

Après une période d'expansion économique (depuis la fin de la guerre 1945), on parle de société de consommation qu'on nomme "les trente glorieuses". Dès 1967 c'est la récession, le chômage augmente et les salaires baisses, les jeunes sont les plus touchés, le gouvernement doit créer l'ANPE. De nombreuses grèves et manifestations ont lieux dans toute la france. La plus grande manifestation a lieu dans la nuit du 10 au 11 mai 1968, cette période sera nommée "Mai 68". Le 30 mai 1968, De Gaulle rétablit la situation par son discours radiodiffusé annonçant la dissolution de l'Assemblée Nationale. Suite aux manifestation de mai 68, De Gaulle avait pensé que la France avait besoin d'une démocratie plus direct et plus proche du peuple. Le 27 avril 1969, Charles de Gaulle s'engage à rester au pouvoir sous la condition d' un référendum, soit que les français votent pour son projet de loi relatif à la création de régions et à la rénovation du Sénat. Le "non" l'emporte, Charles de Gaulle démissionne, Alain Poher assure la présidence de la République par intérim jusqu'aux élections suivantes.
Charles de Gaulle
1958-1969
Georges Pompidou
1969-1974
Georges Pompidou, ancien premier ministre de Charles de Gaulle, Georges Pompidou l'emporte aux élections présidentielle du 15 juin 1969. Il nomme son premier ministre Jacques Chaban-Delmas puis contraint de démissionner en 1972, le président de la République n'apprécie pas son projet de "nouvelle société" trop progressiste.
En 1969 :
- passionné d'art, Georges Pompidou annonce sa volonté de créer au cœur de Paris un centre d'art culturel, le centre sera inauguré en 1977.
- Il inaugure la première ligne de RER (Nation-Boissy St-léger).
Avril 1972, acceptation des français par référendum organisé par Georges Pompidou approuvant l'élargissement de la CEE au Danemark, Royaume-Unis, Irlande et Norvège.
En 1973, la CEE devient l'Europe des neuf.
Avril 1973, inauguration du périphérique parisien.
Octobre 1973, premier choc pétrolier causé par la décision des pays exportateurs de pétrole (OPEP) d'augmenter fortement le prix du pétrole brut pour embarrasser les Etats-Unis, alliés d'Israel pour le déclenchement de la guerre de Kippour. En décembre, les pays arabes diminuent de 25 % les exportations de pétrole et augmentent le prix du baril de 17 %. La facture française passera de 17 à 123 milliards de francs.
Mars 1974, décision du gouvernement de développer les investissements dans le programme nucléaire afin d'assurer son indépendance énergétique.
Atteint de la maladie de waldenstrom, Pompidou meurt le 2 avril 1974, deux ans avant la fin de son mandat. Alain Poher, toujours président du Sénat, assure une nouvelle fois l'intérim de la présidence de la République.
Valéry Giscard D'Estaing
1974-1981
Valéry Giscard D'Estaing, ministre de l'économie et des finances sous la présidence de Georges Pompidou, pendant lequel il met en place l''emprunt Giscard suite au premier choc pétrolier de 1973, afin de compenser le déficit budgétaire causée par la baisse de la TVA (pour 7,5 milliards de francs emprunté pour 15 ans, l'état dut rembourser en intérêts et capital plus de 90 milliards de francs).
Le 19 mai 1974, Giscard d'Estaing est élu président avec 50,81 % des voix face au candidat de gauche François Mitterrand. Lors de leur débat télévisé de l'entre deux-tours de l'élection présidentielle, Giscard aura cette fameuse phrase : "vous n'avez pas le monopole du coeur" venant en réplique à la phrase de François Mitterrand "c'est une affaire de cœur et non pas seulement d'intelligence".
Valéry Giscard d'Estaing nomme Jacques Chirac Premier ministre, mais ce dernier démissionne en 1976, car les deux hommes ne s'entendent pas. Il est remplacé par Raymond Barre.
16 juillet 1974, création d'un secrétariat d'Etat pour les femmes. Quatre femmes feront partis de son gouvernement dont une ministre à part entière, Simone Veil à la Santé. La journaliste Françoise Giroud, devient la première secrétaire d'Etat à la condition féminine auprès du premier ministre.
D'importantes réformes législatives seront mis en place :
- En 1974, vote de la loi fixant la majorité civile à 18 ans au lieu de 21 ans.
- Simone Veil fait adopter son projet autorisant le recours à l'interruption volontaire de grossesse pour les femmes en situation de détresse, la loi permet de subir une IVG en milieu hospitalier dans les 10 premières semaines de la grossesse (en 1967, le député gaulliste Lucien Neuwirth avait fait adopter une loi autorisant la contraception).
- En 1975, le code civil reconnaît que désormais le lieu de domicile du couple est choisi d'un commun accord.
- 1975, Loi instituant le divorce par consentement mutuel.
- 1976, fondation de la COGEMA (Compagnie Générale des Matières Nucléaires) et de l'Institut de protection et de sûreté nucléaire (IPSN). La COGEMA est remplacée ensuite par AREVA.
- Mars 1979, pour stabiliser les monnaies européennes il créé le système monétaire européen SME (c'est le succésseur du serpent monétaire européen créé de 1972 à 1978).
- En 1980, la loi considère que le viol est un crime.
1979 deuxième choc pétrolier. On parle de « second choc pétrolier » pour qualifier le second cycle de hausses des prix. Sous les effets conjugués de la révolution iranienne, de la fuite du Shah et de la guerre Iran-Irak, le prix du pétrole est multiplié par 2,7 entre 1978 et 1981.
Le pays compte à la fin de l'année 1980 plus de 1,5 million de chômeurs. La dette publique de la France représente 20,8 % du PIB. (elle a été évaluée pour la fin du troisième trimestre 2011 à 85 % du PIB).
François Mitterand
1981-1995
Le 10 mai 1981, candidat du parti socialiste, il obtient 51,76 % des suffrages exprimés contre 48,24 % pour le président sortant Valérie Giscard d'Estaing. Il est le premier socialiste à occuper les fonctions de président sous la Ve république et à faire deux septennats.
Son premier septennat de 1981 à 1988, durant lesquels trois gouvernements se succèderont :
Premier gouvernement avec Pierre Mauroy comme premier ministre de 1981 à 1984, avec une politique économique de relance par la consommation. Période durant laquelle plusieurs lois sociales seront votées, on notera notamment : - l'abolition de la peine de mort - l'augmentation du SMIC - l'autorisation des radios privées - création de l'impôt sur les grandes fortunes - 5e semaine de congés payés - semaine de 39 heures - retraite à 60 ans - blocage des prix et des revenus - première fête de la musique créée par le ministre de la culture Jack Lang...
Mars 1983, la situation économique de la France se détériore, le cap des 2 millions de chômeurs est dépassé. Changement de politique pour une politique de rigueur.
1984, un million de manifestants défilent contre le projet Savary qui menace les écoles privées. Mitterrand retire le projet, Alain Savary ministre de l'éducation nationale et Pierre Mauroy démissionnent. Laurent Fabius prend le poste de premier ministre et poursuit le plan de rigueur.
À la suite de la victoire de la droite aux élections législatives de 1986, il nomme Jacques Chirac Premier ministre, inaugurant ainsi la première cohabitation. Jacques Chirac modifie certaines mesures socialistes : - Privatisation des entreprises nationalisées en 1981 - Abolition de l'impôt sur les grandes fortune - Suppression de l'autorisation administrative de licenciement.
On notera aussi :
- 1986 inauguration du Musée d'Orsay.
- 1987 Inauguration de l'institut du monde Arabe.
- 1988 Inauguration de la pyramide du Louvre.
Son second septennat de 1988 à 1995, durant lesquels quatre gouvernements se succèderont :
Le 8 mai 1988, François Mitterrand est réélu en remportant l'élection présidentielle contre son premier ministre Jacques Chirac avec 54,02 % des voix.
Premier gouvernement avec Michel Rocard comme premier ministre de 1988 à 1991.
Période où l'on notera : - la création du RMI (Revenu Minimum d'Insertion) en 1988 - l'inauguration du Grand Louvre, de l'Opéra Bastille et de la Grande Arche de La Défense en 1989 - signature de la convention Shengen (ouverture des frontières entre les pays signataires pour les étrangers) en 1990 - Création du CSG (Contribution Sociale Généralisée) - Participation à la guerre du Golfe - chute du mur de Berlin en 1989.
Second gouvernement avec comme première ministre Edite Cresson de 1991 à 1992, pour la première fois une femme est nommée premier ministre. Période où l'on notera : la Loi Evin contre le tabac et l'acool - Signature du traité de Maastricht (constituant l'Union Européenne)...
Troisième gouvernement avec Pierre Bérégovoy de 1992 à 1993.
Mais suite aux élections législatives de mars 1993, nouvelle victoire de la droite, une deuxième cohabitation s'impose. Edouard Balladur est nommé premier ministre de 1993 à 1995. Période marquée par l'inauguration de la Bibliothèque Nationale de France - l'inauguration du pont de Normandie - le génocide du Rwanda - le retour à la privatisation - la révélation au grand public de la maladie de François Mitterrand et de l'existence de Mazarine sa fille cachée.
FRISE CHRONOLOGUIQUE
http://oratory.free.fr/frise.php
Full transcript