Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Les inégalités Hommes et Femmes dans le sport

No description
by

Jérémy V

on 17 February 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Les inégalités Hommes et Femmes dans le sport

Introduction :
Nous savons tous que la société dans laquelle nous vivons est constituée de nombreuses inégalités entre les hommes et les femmes. Que ce soit au travail par le salaire, le temps de travail ou bien dans le foyer avec la répartition des tâches ménagères. Intéressons-nous plus précisément au milieu sportif. Est-ce que les inégalités entre les hommes et les femmes dans ce milieu sont toujours présentes ? Nous verrons dans un premier temps le monde amateur avec son nombre de licenciés et les différentes compétitions puis dans un seconde temps le monde professionnel avec le nombre de sportifs, les écarts financiers ainsi que les Jeux Olympiques dans une dernière partie.
Les inégalités Hommes et Femmes dans le sport
Sommaire:
I) Un monde amateur
a) De nombreux licenciés ?
b) Des compétitions

II) Un monde professionnel
a) Peu de sportives à haut niveau ?
b) Des écarts financiers
-Au niveau des salaires
-Mais aussi des diffusions médiatiques
-Et des publicités

III) Les Jeux Olympiques
-Nombre de compétitrices ?
-Des différences dans les primes
CONCLUSION
Les JO, preuves d'une égalité probable
Effectivement lors de ces grands évènements, les femmes ont accès à tous les types de compétition et sont rémunérées en fonction de leurs résultats (médailles), au même niveau que leurs homologue masculins.

Une évolution est en train de ce faire depuis deux ans à l'initiative du CSA et de la ministre des sports Najat Vallaud-Belkacem par le biais d'un plan de féminisation.
Supériorité financière
En effet comme dans la vie active, les femmes sont moins bien payées que les hommes. Elle bénéficient moins des aides attribuées et éprouvent l'obligation d'avoir un métier parallèlement à leurs disciplines sportives.
Dominance des Hommes
Ils sont supérieurs aussi bien au niveau amateur que professionnel. D'ailleurs pour les professionelles, les femmes ont très peu accès aux postes à responsabilité. De plus elles sont peu présentes dans les compétitions.
Avantage médiatique
Les médias privilégient la diffusion des hommes lors des différentes représentations sportives mais également lors des interviews.
Ce n'est pas seulement une supériorité dans les journaux ou les magazines puisqu'ils sont aussi surreprésentés dans les publicités, notamment celles sportives.
I) Un monde amateur
a) De nombreux licenciés ?
b) Des compétitions
Dans le sport amateur, le nombre de licenciés varie fortement entre les hommes et les femmes comme le montre le graphique suivant. On peut voir qu'au total la part des licences féminines représente un peu plus d'un tiers des licences (36.8%) soit inférieure à la moitié tandis que les hommes sont 63.2% a être licenciés dans un club. De plus, ces inégalités sont plus présentent dans certains milieux du fait que ce soit des sports considérés comme "masculins". Par exemple en 2010, pour le football, les femmes représentent seulement 3% de l'effectif total contre 97% chez les hommes. Cela marche aussi pour les autres sports comme le rugby, la boxe ... où les pourcentages sont quasiment les mêmes. A l'inverse il existe aussi des sports exclusivement ou presque féminins comme la gymnastique où les femmes sont 93%, tout comme l'équitation où la part des licenciés féminines représente 81.3%.
Une fois de plus les femmes sont sous représentées dans les compétitions, en effet, comme le montre le tableau, sur les 12% des personnes licenciés en club et faisant des compétitons, 24% sont des femmes contre 76% qui sont des hommes. En revanche,les français pratiquants uniquement de la compétition sans être licencié dans un club, représente 19% dont 24% sont des femmes. De plus, comme l'indique le graphique, les femmes qui pratique la compétition représentent seulement 28% contre 72% chez les hommes soit 44 points de pourcentages d'écart. Donc cela nous montre que les femmes sont moins présentent que les hommes dans le sport amateur, surtout au niveau des compétitions mais cela ne veut pas dire qu'elles ne pratiquent pas de sport car sur 60% ayant une activité physique et sportive (APS) au moins une fois par semaine,les femmes sont représentées à 47%.
I) Un monde amateur
II) Un monde professionnel
a) Peu de sportives à haut niveau ?
Au niveau des sportifs de haut niveau, on retrouve également des inégalités entre les hommes et les femmes qui sont une nouvelle fois inférieurs. En effet comme le montre le premier tableau, les femmes sont seulement 36 % contre 64 % des hommes. Attention cependant, selon certaines catégories elles ne sont pas toujours inférieurs comme c’est le cas par exemple de la gymnastique où elles sont 55%. On voit également que dans certains sport comme la natation (48 % des femmes) , le handball ou le football ( 51 % de femmes pour ces deux sports) , les femmes et les hommes sont quasiment égaux.
Grâce au deuxième tableau, on voit que les femmes n’ont pas toujours accès (ou très peu) à des postes à responsabilité. Par exemple en 2013, 282 femmes (contre 1649) sont conseillères techniques sportifs (CTS) répartis entre 5 femmes directrices techniques nationaux contre 62 pour les hommes ; 36 sont entraîneuses nationales contre 323 et enfin 241 conseillères contre 1264 techniques régionaux. On voit également que seulement 13 femmes sont présidentes de fédérations sportives contre 118 hommes.
On remarque également que d'une année à l'autre, le nombre de filles a légèrement augmenté.
On note aussi que cette année deux femmes ont marqué l'actualité. Il s'agit d'Héléna Costa qui est devenue la première femme a entraîné une équipe de football professionnels ( Clermont- Foot) mais elle cédera sa place à Corinne Diacre.
II) Un monde professionnel
b) Des écarts financiers
-Au niveau des salaires
Il existe aussi au niveau des salaires, des inégalités entre les hommes et les femmes. En effet, dans le classement établi en 2012, on ne retrouve aucune femme dans les 50 premiers sportifs les mieux payés en France. Alors que les salaires des sportifs peut se compter en millions comme c'est le cas pour
Karim
Benzema
avec 13 millions d'Euros. On remarque donc qu'aucune femme ne figure dans ce classement, alors qu'elles ne déméritent pas puisque tout au long de l'année, elles ont réussies de très belles victoires notamment lors des Jeux Olympiques.

En revanche, on peut voir qu'en 2013 une femme a fait son apparition dans le classement, il s'agit de
Marion Bartoli
qui ce classe à la 46ème position avec 3.1 millions d'Euros. Elle reste tout de même assez loin du premier sportif français:
Tony Parker
possédant 14.2 millions d'Euros, soit un écart de plus de 11 millions d'Euros. On note qu'il s'agit de la deuxième femmes a être entrée dans le classement, 5 ans auparavant il s'agissait de
Laure Manaudou
.

Tandis qu'à l'échelle mondiale, le premier français le mieux payé est Franck Ribéry, classé 92ème sur 100, on remarque également qu'il n'y a pas de française dans ce classement mais en revanche, il y a trois de leurs consoeurs dont la première est Maria Sharapova, une Russe classée à la 44ème position avec 24.4 millions d'Euros.
-Mais aussi des diffusions médiatiques
L'Etat français pas le biais du ministère des sports organise un dispositif d'aide financière aux sportifs et sportives de haut niveau. Elles permettent à ces personnes d'évoluer.
Mais là aussi comme le montre le graphique, il y a des inégalités entre les hommes et les femmes. En effet, que ce soit en 2008 ou en 2009, les femmes en ont en moyenne moins bénéficié que les hommes. Par exemple pour l'année 2009, les hommes touchaient 3095 € alors que les femmes avaient "seulement" 2634 €.
Dans les représentations médiatiques, les femmes sont une fois de plus sous représentées. En effet d'après l'étude menée par le CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel), sur 2500 heures de retransmission de compétition diffusé sur 12 chaînes, seulement 148 heures soit 7% était des compétitions féminines. Il faut savoir que sur ces 148 heures, 7 heures sont diffusées sur des chaînes gratuites. Le reste est donc pour les représentations masculines.
Ce manque de représentation est pourtant contradictoire à l'avis du publique interrogé par HAVAS Sport Entraînement en 2013. Dans leurs études, ils montrent que 70% des français de 18 ans et plus trouvent le sport féminin tout aussi intéressant que le sport masculin. D'ailleurs 64% regarderaient d'avantage s'il était plus souvent diffusé à la télévision. De plus lors des Jeux Olympiques de Londres, 50% des meilleurs audiences concernées les épreuves féminines.
A la suite de l'enquête mené par le CSA, cette dernière va orienter ses programmes de manière à ce qu'il y est plus de représentations féminines, c'est ainsi que le programme appelé les 24
Heures Du Sport Féminin
va naître en 2014.
-Et des publicités
Les Jeux Olympiques
-Nombre de compétitrices
Un peu d'Histoire ...
Les JO au fil de l’histoire
Les JO chez les grecs antique:

En ce qui concerne les épreuves, les femmes ne pouvaient pas participer. On retrouve tout de même des noms de femmes dans les palmarès des vainqueurs de courses de chars. Cela tient au fait que l'on n’inscrivait pas le nom du conducteur, mais celui du propriétaire de l’attelage.
La nudité des athlètes lors des épreuves est parfois expliquée comme une conséquence de la victoire d’une femme lors d’une olympiade, alors que les participants participaient encore vêtus. Cette pratique serait donc une tentative pour exclure les femmes des épreuves. Mais aucunes explications sérieuses sur ce sujet n’a encore été données, les Grecs se contentant eux-mêmes d’anecdotes peu convaincantes.

Les JO a notre époque:

Les femmes vont être admises en 1900 aux JO.
"Les JO doivent être réservés aux hommes, le rôle des femmes devrait être avant tout de couronner les vainqueurs", avançait en 1912 le père des Jeux modernes. L'académie des sports,créée en 1905 par Justinien Clary,envisage d’attribuer un prix aux sportifs féminins. La première lauréate est Suzanne Lenglen - double championne olympique et multiples titres de championne du monde au tennis - en 1921.
Lors des élections au conseil d'administration du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) pour l'olympiade 2012-2016, seulement 6 femmes sont élues pour 43 postes pourvus. Au niveau de l'emploi, seules 15 % des femmes sont titulaires du Brevet d'État d'éducateur sportif (BEES) et la situation est encore plus défavorable pour les structures dirigeantes où on ne trouve que 6 % d'entre elles parmi les présidents de fédérations. En dépit d'avancées certaines, les femmes restent encore sous-représentées.

Pour les JO, le nombre de femmes faisant partis d'une délégation ne cesse d'augmenter depuis 1960. En effet, comme le montre le graphique du ministère de la santé et des sports, à cette date, les femmes étaient seulement 11,5%. En revanche, au fil du temps leur nombre a augmenté puisqu'en 2008 elles furent 42%. Soit une progression de 30,5 points de pourcentage comme l'indique le second graphique.






On note également que les femmes gagnent quand même une bonne partie des médailles (or, argent, bronze) comme le montre le document n°2 où l'on peut voir qu'en 2002, elles ont été particulièrement performantes puisque leurs taux de médailles atteignaient 54,55%. Donc en moyenne elles ont un taux de 35,06% de médailles remportées.
Femme dans la direction olympique
Hormis le nombre de compétitrices on peut observer le nombre de femmes dirigeantes comme vu précédemment mais ici c'est au niveau olympique. En 2013, sur 297 élus seulement 71 sont des femmes soit un taux de féminisation de 23,91 %. Toujours dans ce type de catégories et à cette même époque uniquement 1 femme était présidente,4 étaient secrétaires et 4 autres étaient trésorières.soit une infime partie de femmes.
Des différences dans les primes
Dans les publicités les inégalités sont très flagrantes puisque dans ce milieu les modèles très peu souvent des sportifs. En effet, on retrouve quasiment une seule femme, il s'agit de Laure Manaudou. Sinon ce sont des femmes qui sont généralement des modèles qui vendent un article de sport alors que pour des hommes ce n'est pas le cas.
On retrouve également des inégalités entre les hommes et les femmes au niveau des sponsorings dans lesquels les femmes ne convaincs pas comme le dit le figaro : en 2012, le sponsoring féminin n'a représenté que 3% des 273 millions d'euros investis par les 100 premiers sponsors.
Plus de 80% des montants investis par les 100 premiers sponsors concernent le sport masculin d'après cette même source.
Les inégalités dans cette catégorie sont très faible mais il en existe quand même, par exemple les femmes ayant moins de sponsors sont donc pénalisées puisque lors de ces événements sont versées des subventions en plus de celles déjà présentes. De plus certaines équipes féminines de foot japonais et de basket australien ont dû se rendre aux Jeux Olympiques de Londres en 2012 par avion en voyageant en classe économique, alors que leurs homologues masculins avaient le droit à la première classe. Autres exemples, certaines sportives devaient continuer leurs activités professionnels.
Le point positif est que le comité international olympique offrait des primes identiques quelque soit le sexe.
Un peu d'histoire
Lorsque l’on parle de sport, on parle d’un ensemble d’exercices physiques qui se pratique sous forme de jeux individuels ou collectifs et peut se pratiquer en extérieur comme en intérieur. Le sport a depuis toujours existé car il permet à l’homme de se divertir et d’entretenir son corps. De plus dans l’antiquité cela permet de montrer ses performances aux dieux et déesses grecs ou autres, ces représentations ont permis de donner lieux à ce que l’on appelle à notre époque les compétitions. Dans cette activité, certains sportifs sont passionnés au point d’en faire leur métier ( professeurs d’EPS voir athlètes ). Le sport prend en compte de nombreuses inégalités et notamment celle du dopage. On retrouve aussi l'Handi-sport pour les personnes handicapé.
Bibliographie
• Livre :
- Sociologie du sport de Pascal Duret
- Économie du sport de Jean-François Bourg et Jean-Jacques Gougeret.
- Les femmes dans le sport de Etienne Labrunie et Olivier Villepreux.

• Article :
-Les filles ratent la (petite) lucarne de Bruno Lesprit
-L'Allemagne, porte-drapeau du foot féminin de Cécile Boutelet
-Les filles entre en bout de piste de Anthony Hernandez.
• Site :
- sport.gouv
- Femme.gouv
- Égalités chiffre clé.
- franceinfo.fr
- Le parisien.fr
- La montagne.fr
Full transcript