Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Copy of Evolution d'un objet technique: L'Appareil Photographique

Exposé Oral
by

omar guevara

on 20 July 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Copy of Evolution d'un objet technique: L'Appareil Photographique

La Chambre Photographique ( 1827-1830)
Appareil Folding (1830)
Appareil stéréoscopique (1839-1840)
Reflex bi-Objectif (1925)
Stigmomètre (1943)
Télémètre (1930)
La chambre photographique ou chambre technique des grands formats apparue en 1827 est le système inventé par Mr. Niepce à l’origine des premiers appareils photos qui utilisaient des négatifs sur plaques de verre (support utilisé).
La chambre photographique ne permet qu’une prise de vue unique.

C’est un peu le même principe que la chambre photographique mais la chambre est plus petite ; c’est une boîte ou est accroché un pliant d’où son nom « folding ».
Ils sont composés de deux chambres photographiques complètes.
Il s’agit d’une chambre noire avec d’un côté un minuscule trou pour faire entrer la lumière émise par la scène à photographier et de l’autre une surface sensible pour enregistrer la lumière.
Dans ce système il y a deux objectifs pour une plus grande précision, copiant le système de l’appareil stéréoscopique.
-L’un servant à la visée : (souvent celui du haut pour les appareils verticaux) La lumière qui le traverse est réfléchie vers le haut, en direction d'un verre dépoli servant à la mise au point.
-L’autre sert à la prise de vue : (souvent celui de bas pour les appareils verticaux) Il retient la lumière sur le film servant de support. C'est le plus souvent un objectif de haute qualité à quatre lentilles et parfois cinq lentilles.

La mise au point télémétrique se base sur un instrument se trouvant dans l'appareil photo : le télémètre.
Le télémètre est constitué de deux fenêtres de visée dont la distance forme la «base». Les images de ces deux fenêtres sont amenées sur le même oculaire par un jeu de miroirs. Lorsque on vise un objet ou une personne, on voit par l'oculaire deux images décalées de l'objet ou de la personne.
Inventé par le savant Dodin en 1943 le stigmomètre est ce dispositif qui offre un cercle coupé en deux au milieu de la visée.
L'image du point visé est décalée vers la droite et vers la gauche par deux prismes (demi cylindre) fixés sur le verre de visée.


L'assemblage de deux images,

Donne une seule image fusion des deux autres !
Explication:
Assemblage des deux cylindres

L’appareil photographique jetable,ou le « prêt à photographier » (1980)
C’est un appareil photographique en matière plastique vendu avec un film déjà chargé à l’intérieur, et une simple lentille en plastique pour objectif.
Appareil photo numérique compact
(1990)

Il capte la lumière sur un support de type électronique, plutôt que sur un film argentique, et qui convertit l'information reçue par ce support pour la coder numériquement.
Un appareil photo numérique enregistre les images sur une carte mémoire de petit format
Appareil photographique mono-objectif (1910)
Il était composé d’une bague de mise en point, d’une manivelle de rembobinage rapide, un levier d’armement, un retardateur, bouton de débrayage.
Appareil photo argentique compact ( XXème siècle)
Son principe consiste à ce que les molécules de sels argentiques qui sont répartis uniformément sur le film (la pellicule) reçoivent la lumière au moment de la prise. Ces molécules subissent ensuite une réaction chimique qui colorie le film. Le cliché est alors sur celle-ci.
Full transcript