Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Copy of La situation de la femme à travers la boîte à merveilles

No description
by

Loving Abde Ssamade

on 24 December 2012

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Copy of La situation de la femme à travers la boîte à merveilles

Introduction Conclusion Dada Fassia Une Fassia La Femme aux Bijoux Mystérieuse Inconnue La marieuse présente dans l'oeuvre à travers Salama,
n’exerçait pas véritablement une profession. La plupart du temps, elle devenait marieuse par la force des choses. En effet, à l’époque, les femmes ne sortaient pas. Une femme ne sortait du domicile de son père que pour aller à celui de son mari et ne quittait le domicile conjugal que pour sa tombe.

Les femmes qui échappaient à cette règle étaient généralement des veuves, âgées, sans rang social qui, pour subvenir à leurs besoins, allaient de maison en maison, chez les grandes familles, où elles rendaient quelques services. Elles apportaient des tissus, aidaient à la couture, à la cuisine et transmettaient les informations qu’elles recueillaient ici et là.

C’est ainsi qu’elles savaient combien de jeunes filles il y avait dans un foyer, leur âge, la situation de la famille, etc. Elles étaient donc les mieux placées pour procéder aux rapprochements... Sachant que les époux n’avaient pas le droit de se voir avant le jour de leur mariage, on imagine l’importance du rôle de la marieuse, de ses conseils, de ses choix... La marieuse « arrangeait » donc les mariages. Choyée, gâtée, couverte de cadeaux, elle devenait la marraine des jeunes mariés, de leurs enfants...

Et, comme on se mariait très tôt, à l’époque, elle pouvait marier ainsi deux ou trois générations successives. La polygamie est le mariage d'un homme avec plusieurs épouses, c'est un mariage coutumier. L'homme doit fidélité à ses épouses de la même façon que ces épouses lui doivent fidélité. (Nous dirions un mariage ce qu'il y a de plus légal dans leur forme culturelle).
De cette manière, le mariage est un engagement de fidélité réciproque.
Le terme « polygamie » est couramment utilisé pour désigner le mariage d’un homme avec plusieurs femmes, il existe pourtant, mais beaucoup plus rarement le contraire…
Il y a donc deux subdivisions :
- La polygynie, où un homme a plusieurs épouses
- La polyandrie, où une femme a plusieurs maris.
La Polygamie Le roman s’ouvre par une soirée de transes animée par des gnaouas où se mêlent les sons des crotales et des gambris et les odeurs de benjoins et d’encens dans une atmosphère de fraternité entre le djinn et l’homme. Tout est dédié au djinn pour chercher son soutien en satisfaisant ses exigences et ses caprices. Les fumées en montent vers les ténèbres de la nuit, les danses des femmes , les couleurs vives des vêtements choisis au goût du prince de la nuit, ainsi que les youyou des femmes : tout cela pour sceller un pacte d’alliance avec les forces obscures de la nuit, une fois par mois, à Dar Chouafa où les locataires sont les acteurs, les témoins ou les spectateurs du rituel. La Chouafa , femme respectée par crainte : « Il lui fallait un nombre important de coudées de satinette noire pour calmer l’humeur du grand génie bienfaisant, le roi Bel Lahmer. Depuis quelque temps, elle sentait aussi un mal sournois, dû à l’action de Lalla Mira. Pour faire cesser le mal, une robe d’un jaune de flamme s’avérait nécessaire. Il y avait bien Sidi Moussa à satisfaire, sa couleur était le bleu roi, mais la robe de l’année dernière pouvait encore servir. » ( page 106)
Tante Kanza La Chouafa Autant il est plus simple dans ses pratiques autant la Chouafa est plus exigeante et plus spectaculaire. Il ressemble à un sage parlant par paraboles mais avec beaucoup de mystique et de mystère. Il est sincère et honnête dans ses propos et déclare dès le début que malgré le nom de ‘’voyant’’ qu’il porte ou que les gens lui font porter, il n’a rien d’une personne qui sache dévoiler l’avenir car cela relève des affaires de Dieu : « Ne vous attendez pas à ce que je vous dévoile l’avenir. L’avenir appartient à Dieu, l’omnipotent ». Sincérité loin de semer le doute dans les cœurs des deux femmes, au contraire, elle les rassérène car elles connaissent bien la Chouafa comme’’ une sorcière’’. Les deux Lalla sortent de chez l’aveugle apaisées de leurs fardeaux avec le sentiment de bientôt s'en soulager.
Sans équivoque, ces paroles. « La blessure semble profonde, pourtant la guérison est proche » ( page208) dit-il à Lalla Aïcha. Quant à Lalla Zoubida, il lui confie sur le ton de la solennité : « O ma sœur……..Souviens-toi que lorsque quelqu’un fait des vœux pour un absent, l’ange gardien lui répond : Que Dieu te rende la pareille » (page 210) Sidi Al Arafi Le pèlerinage à des lieux saints ou censés l’être est une activité exclusivement féminine. Cette croyance, véhiculée à travers les âges a fini par être admise comme une vérité intrinsèque à la nature de la femme considérée comme faible et fragile. Elle s’installe en elle et prend habitat de son corps, de sa pensée.

La femme va donc chercher secours et force là où il est : les Saints qui servent d’intermédiaires entre elle et Dieu. Elle y cherche protection et soutien, libération et réconfort mais aussi guérison du mal physique et moral dont le mauvais œil est la cause. « Lalla zoubida, dit Lalla Aïcha, c’est Dieu qui m’envoie pour te secourir, t’indiquer la voie de la guérison, je vous aime, toi et ton fils,…. » (page 22) Lalla Zoubida ne peut pas refuser « Ma mère promit de visiter Sidi Boughaleb et de m’emmener cet après-midi même »(page 22). Arrivées devant le catafalque « chacune lui exposait ses petites misères, frappait du plat de la main le bois du catafalque, gémissait, suppliait, vitupérait contre ses ennemis. »(page 26)

Le voyant aveugle recommande à Lalla Zoubida de visiter les sanctuaires des patrons de la ville « Les Saints de Dieu qui veillent sur cette ville t’accordent leur protection. Visite leurs sanctuaires »(page 210) Lalla Zoubida ne se le fait pas répéter surtout à un moment difficile de sa vie. Elle dresse un calendrier hebdomadaire des visites des Saints « Chaque Santon a son jour de visite particulier : le lundi pour Sidi Ahmed ben Yahïa, le mardi pour Sidi Ali Diab, le mercredi pour Sidi Ali Boughaleb… » (page 214-215) Les Pélerinages aux Sanctuaires Les Femmes et le Profane Femmes d'aujourd'hui et femmes d'hier
Mères éducatrices sans frontière
Enfants vous avez porté
Et toute une nation vous avez fondé

Sous le poids de la souffrance et la marginalisation
Vous avez enduré sans objection
Eduquer avec beaucoup de passion
Sans fénissement ni lamentation

Maltraitées,vous avez été malmenées
Dans l'inégalité et la discrimination vous avez vécu
Dans un monde ou femme rime avec étre dépourvu
Mais téte haute et avec pleine de fiérté

Vous marchez vers un dessein précis
Avec hargne et rage vous avez investi
Tous les domaines pour vaincre et convaincre
Qu'hommes sans femmes n'égalent société

Leurs droits doivent leur étre proclamés
Sécurité,intégrité,dignité,égalité
Droits fondamentaux pour tout étre humains
De sexe féminin ou masculin

Le monde ne peut évoluer sans ces deux pilliers
Qui forment par leur union la société
Mesdames levez-vous et pas qu'une seule fois
Et battez vous pour l'obtention de vos droits La journée internationale des droits de la femme (ou journée internationale des femmes) est célébrée le 8 mars et trouve son origine dans les manifestations de femmes au début du XXe siècle en Europe et aux États-Unis, réclamant l'égalité, de meilleures conditions de travail et le droit de vote. Elle a été officialisée par les Nations unies en 1977, invitant chaque pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes.
C’est une journée de manifestations à travers le monde : l’occasion de revendiquer l'égalité, de faire un bilan sur la situation des femmes dans la société. Traditionnellement les groupes et associations de femmes militantes préparent des manifestations partout dans le monde, pour faire aboutir leurs revendications, améliorer la condition des femmes, fêter les victoires et les avancées. La journée internationale des droits de la femme
Les travaux ménagers: B.A.M p16 1er paragraphe

Les séances du bain maure: B.A.M p12 paragraphe1 + p13 paragraphe 2

Visites des sanctuaires: B.A.M p22 le dernier paragraphe

cuisines et culinaires: B.A.M p15 paragraphe 1

Les occupation des hommes: B.A.M p177 paragraphe 2

tous ces préparatifs était pour recevoir le père le soir:B.A.M p 181 dernier paragraphe Les occupations et le role de la femme d'hier Les Tenues Vestimentaires La Marieuse D'antant Projet sur la :
La Condition de la Femme à travers La Boîte à Merveilles
vous est présenté par BOUFALJA Hajar , EL HASSNAOUI Walid , FOUNANE Salma ,
EL GOUCHI Salahdine , BENHMANI Fatime Zahra et ZERDA Leyla
Full transcript