Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

L'Immunité adaptative.

Prolongement de l'immunité innée, elle permet d'éliminer les pathogènes.
by

Jacques florimont

on 22 September 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of L'Immunité adaptative.

L'immunité adaptative,
prolongement de
l'immunité innée

En plus de l'immunité innée, immédiatement efficace contre de nombreux pathogènes, les vertébrés développent une immunité adaptative ou acquise qui ne devient performante qu'après un premier contact avec l'antigène.
Les Ig reconnaissent des Ag libres ou des épitopes inclus dans les membranes.

Faire un schéma.

Ils sont chargé de la reconnaissance du milieu extra cellulaire.
FIN
TEST ELISA
Sigle anglais d'Enzyme Linked Immuno Sorbent Assay, dosage immuno-enzymatique.
Test immunologique (sérodiagnostic) permettant de détecter, à l'aide d'anticorps marqués, et à l'aide d'une réaction enzymatique, la présence des anticorps spécifiques d'un antigène. Le test ELISA ne s'applique pas uniquement à la recherche des anticorps anti-VIH
Les tests immunologiques.
Action du complément
Ensemble d’une vingtaine de protéines du sérum sanguin fabriquées par le foie. Ces protéines sont responsables de la formation des pores membranaires après activation liée à la formation de complexes antigènes anticorps.
c) la phase effectrice
L’injection d’anatoxine protège (immunise)contre la toxine tétanique.
Cette immunité n’est valable que pour la toxine tétanique (Immunité spécifique)
La formation au hasard des récepteurs donne naissance à des récepteurs capables de reconnaître le soi.
Les cellules qui les possèdent sont éliminées.
Seules les cellules qui possèdent des récepteurs du non soi sont conservées.
Dérèglement => maladies auto-immunes et cancers
Les Récepteurs
Les récepteurs qui sont mis en place sont spécifiques d'un antigène

a)      Les récepteurs des L.B. reconnaissent directement le non soi.

Ce sont en fait des anticorps membranaires ou immunoglobulines ou Ig.
Partie constante pour tous les L.B. d’un individu.
partie variable varie d’un L.B. à un autre chez un même individu.
2 chaînes légères et 2 chaînes lourdes reliées par des ponts disulfures.
Les deux sites de fixation sont identiques
chaque LB porte des récepteurs qui ont tous la même spécificité.
100 millions à 1 milliard de L.B. différents.
2°) Les récepteurs lymphocytaires:
Organes lymphoïdes
Schéma simplifié de l’hématopoïèse

Toutes les molécules qui sont reconnues comme différentes par rapport au soi.
écart au soi = non soi = Les antigènes.
Ce sont soit des éléments étrangers (greffes, transfusions, pollen, pathogènes (bactéries, virus...)
soit du soi modifié : cellules mutantes ou cancéreuses.
Ce sont principalement les protéines qui du fait de leur spécificité ont des propriétés antigéniques. ( capable d’induire des réactions immunitaires spécifiques).
notion de déterminant antigénique = épitope.

Schéma molécule et épitope

Un « microbe » ou une grosse molécule peut posséder plusieurs épitopes
4. Le non soi.
Ces protéines membranaires sont responsables des rejets précoces. Ils s'avèrent d'une grande variété, d'un grand polymorphisme, constituant une véritable carte d'identité de l'individu.
Ils résultent de l'expression de gènes liés au chromosome 6: les gènes du complexe majeur d'histocompatibilité (CMH), appelé HLA ( human Leucocyte Antigen) chez l'homme ( = groupes tissulaires).
Il existe deux classes de marqueurs du soi: classe I présents sur toutes les cellules et classe II présents sur les macrophages et les lymphocytes.
Le CMH des antigènes majeurs du soi biologique.
1. La vaccination
IV- Vaccins, sérums et Tests.
Destruction d'une cellule cible par les LTc
b) la phase d’amplification par expansion clonale
Les lymphocytes B sont sélectionnés directement par les antigènes.
La réponse immunitaire spécifique débute lors de la reconnaissance de l’antigène par les lymphocytes, généralement au niveau des organes lymphoïdes périphériques.
Nous avons le regret de vous annoncer que la souris dont le numéro matricule est X7, est décédée à la suite de la double injection!
A la suite de l’injection de BCG, la souris est protégée contre le bacille de Koch:
elle est immunisée.
L’immunité spécifique
1. Quelques rappels: réponse à médiation humorale et réponse à médiation cellulaire.
distribuer les polycopiés.
III- Le déroulement de la réponse immunitaire.
Le récepteur des lymphocytes T
Le récepteur des lymphocytes B
L'organisation moléculaire de la membrane plasmique
L’immunité est due au sérum; il contient des anticorps anti-toxine tétanique; c’est une immunité à médiation humorale.
Immunité à médiation humorale.
Les cellules de l
'immunité adaptative
déclenchent une réation immunitaire dirigée contre un seul antigène, c'est donc une immunité
très spécifique.
Cette immunité est assurée par les
lymphocytes:
ce sont de petites cellules plus ou moins sphériques, avec un noyau volumineux. Les leucocytes représentent 20 à 40% des globules blancs.
On distingue 2 types de lymphocytes qui diffèrent par la nature de leurs récepteurs membranaires.
I- Une immunité spécifique assurée par des lymphocytes.
Le récepteur des lymphocytes B, LB a une structure proche de celle des anticorps solubles, c'est la raison pour laquelle il est quelquefois appelé anticorps membranaire.
Le récepteur des Lymphocytes T
n'a qu'un seul site de reconnaissance.
En outre les lymphocytes T sont divisés en deux sous types, les
LT CD4
et les
LT CD8
, caractérisés par d'autres marqueurs appelés respectivement
CD4 et CD8.
Dans une réaction
immunitaire adaptative
, la protection de l'organisme contre un agresseur est donc assurée
# -
soit directement par certains lymphocytes, il s'agit de l'
immunité à médiation cellulaire
.
# -
soit par des molécules solubles présentes dans le plasma du sang ou dans la lymphe, il s'agit de l'
immunité à médiation humorale
.
II-De la détection de l'antigène à la production de cellules effectrices.
L'entrée ou l'apparition dans l'organisme d'une molécule antigénique déclenche une réaction immunitaire qui abouti à la production de cellules effectrices et qui se déroule en trois étapes:

# la
sélection clonale

# la prolifération ou
amplification clonale

# et enfin une
différenciation clonale.
Les lymphocytes B sont spécialisés dans la reconnaissance des antigènes (molécules ou antigènes à la surface de la membrane de microorganismes étrangers) circulant dans le sang et la lymphe.
Les lymphocytes B reconnaissent directement les antigènes grace à la partie variable de leurs récepteurs (reconnaissance simple, mais double).
Un LB ne peut détecter qu'un seul antigène, mais du fait de l'extrème variabilité des récepteurs il existe dans l'organisme des millions de clones de LB qui diffèrent par leurs récepteurs.
A- La reconnaissance de l'antigène ou sélection clonale.
L'immunité adaptative
L'antigène doit donc être présenté aux LT par une cellule

spécialisée dite
CPA (cellule présentatrice d'antigène)
. Il s'agit souvent d'une
cellule

dendritique,
ou d'un Lymphocyte ou d'un macrophage.
Du fait de la variabilité des récepteurs des LT, il existe des millions de
clones de LT différents
dans l'organisme =
répertoire immunologique
des LT.
Les lymphocytes T sont spécialisés dans la surveillance des membranes des cellules de l'organisme grâce à des récepteurs appelés récepteurs T.
la partie variable de ces récepteurs reconnait l'antigène associé avec une molécule du soi ou CMH.
B- L'amplification clonale.
Les lymphocytes B ou T ayant été sélectionnés par leur antigènes spécifiques sont
activés.
Cette activation se traduit par une multiplication intense par
mitoses
successives des clones., C'est ce qu'on appelle
l'amplification clonale
. Après cette étape, chaque clone de LB ou LT sélectionné est formé d'une population de nombreuses cellules qui reconnaissent toutes le même antigène.
C- La différenciation en cellules effectrices

La différenciation des LB.
Une partie des LB produits à la suite de l'expansion clonale se diiférencient en
plasmocytes,
cellules secrétrices d'anticorps.
les anticorps produits sont spécifiques du même antigène que les LB à l'origine du clone.
une autre partie des LB produits se transforment en LB
mémoire.
La différenciation des LT.
Après amplification clonale
Les LT CD8 se différencient en
LT cytotoxiques
ou LTc. Cellules à courte durée de vie, capables de "tuer" toute cellule anormale.
Les LT CD4 se transforment en
LT auxilliaires
ou LTa secréteurs d'un messager chimique:
l'interleukine.
cette
molécule
a un rôle déterminant: d'une part elle
stimule la multiplication
des LB, des LT4,et des LT8 activés par un contact avec un antigène, d'autre part elle
induit la différenciation
des LB en plasmocytes et des LT CD8 en LTc.
une autre partie des LT produits se transforment en LT mémoire.
Cette stimulation par l'interleukine est indispensable.
Chez les patients atteints du VIH (virus du SIDA) la destruction des LT4 entraîne un
effondrement des défenses immunitaires
et l'apparition de
maladies opportunistes.
Les
LT CD4 jouent donc un rôle central
dans l'ensemble des mécanismes immunitaires adaptatifs; ce sont les pivots du système immunitaire.
III- L'élimination de l'antigène et la mise en mémoire.
IV-L'acquisition du répertoire immunologique.
A- Les anticorps solubles et l'élimination de l'antigène.
Les
anticorps
(immunoglobulines solubles) libérés par les plasmocytes sont capables de se lier, grâce à leurs sites anticorps à des antigènes: c'est la
réaction antigène-anticorps.
Si l'antigène est lui même une molécule soluble (venin, toxine...), le résultat est la formation de
complexes immuns insolubles
qui précipitent.
Si les antigènes sont des marqueurs sur la membrane d'une cellule ( globules rouges, bactéries) cette dernière est recouvertes d'anticorps et il peut y avoir
agglutination.
les anticorps ont pour fonction essentielle de neutraliser les antigènes, c'est à dire de les rendre biologiquement inertes.
D'autres mécanismes, comme la
phagocytose,
intervienne
n
t ensuite pour faire disparaître les complexes immuns.
Les antigènes liés aux anticorps sont
"opsonisés"
leur phogocytose est beaucoup plus efficace.
B- La destruction des cellules indésirables de l'organisme par les LTc
Les LTC sont capables de reconnaître des antigènes (associés au CMH) présents sur la membrane de n'importe quelle cellule anormale de l'organisme.
Le contact entre le LTC et la cellule cible déclenche la libération par le LTC de substances qui en quelques heures provoquent la
mort
de la cellule:
soit par
cytolyse:
des protéines perforent la membrane de la cellule et elle se vide de son cytoplasme.
soit par
apoptose(
signaux émis par le LTC qui déclenchent une autodestruction, un suicide de la cellule cible.
La
phagocytose
assure ensuite l'élimination des débris.
De même qu'une partie des LB activés deviennent des LB à longue durée de vie:
les LB mémoire.
Certains LT4 et LT8 peuvent se transformer en cellules à longue durée de vie:
LT4 mémoire et LT8 mémoire.
Ces cellules mémoire sont beaucoup plus
nombreuses
que les LB et LT spécifiques des antigènes initialement présents dans l'organisme.
Et elles restent
capables de se diviser
si l'antigène fait une nouvelle apparition.
C- La mise en mémoire du contact avec l'antigène.
Le baiser de la mort du LTc
Notre organisme est capable de reconnaître une multitude d'antigènes différents. Cela suppose au préalable, la création d'une énorme diversité de récepteurs à la fois pour les LT et aussi pour les LB.
Toutes les cellules immunitaires se forment dans la moelle osseuse à partir de cellules souches qui se multiplient sans cesse par mitose. Parmi les milliards de clones (effectif réduit) produits:
beaucoup reconnaissent nos propres molécules (clones
autoréactionnels),
ils sont potentiellement dangereux et sont éliminés.
certains deviennent immunocompétents, soit dans la moelle LB, soit dans le Thymus LT.
L'immunocompétence
correspond à l'acquisition de récepteurs membranaires spécifiques.
L'ensemble des clones immunocompétents constitue
le répertoire immunologique
Anticorps
Plage de lyse
Full transcript