Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Rapport de stage

Stage effectué au sein du laboratoire de l’ONEP à Oujda au niveau du service « Contrôle de la qualité des eaux »
by

lamri alaeddine

on 30 June 2011

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Rapport de stage

Rapport de stage Université Mohammed I
Ecole supérieure de technologie Oujda Stage effectué au sein du laboratoire de l’ONEP à Oujda au niveau du service « Contrôle de la qualité des eaux » Encadré pas :
Mr. SISSANI Kadour Réalisé par:
LAMRI Alaeddine
SALAH Hanae
SARABO Adnane plan introduction

I.Présentation générale de l’ONEP

Service contrôle qualité

II.Les taches effectuées au cours du stage

III.La salle de bactériologie

IV.Salle d’analyses physico-chimique

V.Salle d’absorption atomique

Conclusion Introduction I.Présentation générale de l’ONEP 1) Historique

Créé 1972, l’ONEP est un établissement public à caractère industriel et commercial doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière.


2)Les différentes activités de l’ONEP:

Etudier l’approvisionnement en eau potable

Gérer la production et assurer la distribution de l'eau potable

Contrôler la qualité des eaux produites et distribuées et la pollution des eaux potables 3) Laboratoire régionale:

Ce laboratoire comprend 4 salles :
Salle d’absorption atomique.

Salle d’analyses physico-chimiques.

Salle d’analyses bactériologiques.

Salle de lavage et stérilisation. 2.Les taches effectuées au cours du stage II. La salle de lavage, séchage et stérilisation:

a)Lavage et séchage de la verrerie :

- Trempage de la verrerie
- Nettoyage
- Rinçage
- Egouttage
- Séchage

Controle de qualité:
Vérification du pH -> bleu de bromothymol
6.5<pH<7.3 (couleur vert). II. La salle de lavage, séchage et stérilisation:

Lavage des verreries et les flacons de prélèvement :

- Trempage de la verrerie
- Nettoyage
- Rinçage
- Egouttage
- Séchage

Controle de qualité :
Vérification de la neutralité du Ph -> bleu de bromothymol
6.5<pH<7.3 (couleur vert). Lavage flacon plastique :
_ Utilisé pour les analyses d’absorption atomique:
- Lavage
- Trois rinçages à l’eau froide du robinet
- Trois rinçages avec une solution de HNO3 25%
- Trois rinçages à l’eau distillée
- Egoutter puis ranger
- Utilisé pour les analyses physico-chimique :
- trempage des flacons
- Trois rinçages
- Egoutter puis ranger
Controle de qualité:
- Remplir les flacons de l’eau distillée
- Laisser séjourner 16 Heures
- conductivité : 8us Stérilisation :
a)stérilisation par voie sèche :

La stérilisation par voie sèche se fait par une étuve poupinel réglée sur une température de 170°c.
Stérilisation des tubes :
-Boucher les tubes avec du Coton
-Mettre les tubes dans des paniers contenant un ruban.
-Inscrire la date et le numéro du lot.
-Placer les paniers à l’autoclave à une température de 170° C pendant 1h 30minutes.  Stérilisation Des flacons de prélèvement bactériologique d’eau brute ou traitée :

- Introduire 1 ml de thiosulfate de sodium à 3 % dans chaque flacons de prélèvement.
- Boucher les flacons avec du coton.
- couvrir les flacons avec du papier KRAFT.
- Mettre un ruban indicateur sur le lot a stérilisé.
- Inscrire le numéro du lot, date et le terme T (traitée) ou B (brute) sur Chaque flacon.
- Mettre les flacons au four à 170° C pendant 1h30min. Contrôle de stérilisation par voie sèche :

Mouiller les parois intérieures des flacons de prélèvement ou de tube on utilise le bouillon tryptone soya (TSB) puis incuber à 22°c pendant 3 jours et l’autre à 36°c pendant 2 jours.

- Absence de turbidité du bouillon indique une stérilisation adéquate
- Observation de turbidité sur un lot de flacon ou de tube.
referons la stérilisation et la vérification une deuxième fois. b) Stérilisation par voie humide :
La stérilisation par voie humide se fait dans un autoclave pendant 15min a une température 121 °c avec utilisation d’indicateur(RUBAN).

 Contrôle de stérilisation par voie humide :

Ce contrôle se fait par une ampoule de stérikon qui est placée au fond de l’autoclave pendant la stérilisation, après on met l’ampoule dans le four de pasteur avec une autre ampoule (témoin) non stérilisée.
- Si la stérilisation est suffisante les spores de stérikon stérilisé sont détruites, la couleur du contenu de l’ampoule reste violette et limpide.
- Si non le contenu devient jaune.
ce contrôle se fait une fois par mois. III. Salle d’analyses bactériologiques:

1)Présentation :
Les analyses bactériologiques se font sur les eaux brutes et les eaux traitées et alors demandent deux méthodes différentes :
- La méthode MF (membranes filtrantes) pour les eaux traitées.
- La méthode NPP (le nombre le plus probable) pour les eaux brutes. 2) Analyses bactériologiques des eaux traitées (par la méthode MF):
Germe recherchés :
- microorganismes revivifiables :
- Bactéries coliformes :
- Escherichia Coli
- Entérocoques intestinaux :
- Spores de microorganismes anaérobies sulfito-réducteurs (clostridia) : 1 - Filtration de 100ml
Récupération de la membrane
3 - Dépôt sur un milieu gélosé approprié
4 incubation à la température requise
5 dénombrement des colonies typique
6 expression des résultats :
UFC/100ml = nombre de colonies dénombrées x 100/ volume d’échantillon analysé en ml  Les germes recherchés :

- microorganismes revivifiables :
Toute bactérie aérobie capable de former une colonie.

- préparation du milieu ;
fondre la gélose a l’extrait de levure et la maintenir liquide a 47°C+/- 1°C dans un bain marie.

Dans une boite petrie a 90mm on met 1ml de l’échantillon puis on verse 15 a 20ml de la gelose ,  incubation a à 22°c/68h et à 36°c/48h.
30<colonie a denombrer<300. - Bactéries coliformes :

Se sont des micro-organismes aérobies et anaérobies facultatifs, en forme de bâtonnets, gram -. Oxydase négative.

dénombrement -> Gélose lactosée au TTC et au tergitol 7 (milieu sélectif pour les gram-)
->36°c±2°c/21h±3h jusqu’à 48h.

Confirmation :

Étalement de la colonie sur le TSA
-> 36°c pendant 24h + 2 goute de réactif a l’oxydase.

_ si il ya une coloration bleu /violette le test est négatif.
Nombre de colonies UFC/100ml qui ont une réaction negative. - Escherichia Coli
Les E. Coli sont des bactéries coliformes. Elle est capable de produire de l’indole à partir du tryptophane dans les 21±3heures à 44±0,5°C.

Dénombrement:
-> gélose lactosée au TTC et au tergitol 7 (milieu sélectif pour les E.colie (gram -).-> 44°c ±0.5/21h ±3h jusqu’à 44h ±4h.

. TTC 12.5mg est un supplément qui permet d’effectuer la différence entre Escherichia Coli et les autres microorganismes présentant des colonies rouges.

Confirmation :

Isolement sur TSA + incubation à 36°c ±2°c/21h ±3h  transfet de la colonie vers l’eau peptonée + incubation à 44°c ±0.5°c/21 ±3h ajout de 0,2 à 0,3 ml de Kovacs  couleur rouge = E.colie - Entérocoques intestinaux :
Ce sont des bactéries en forme de cocci ou ovoïdes, à gram négatif, ils font partie de la flore intestinal normale de l’homme.

Dénombrement :

gélose de slanetz et bartley -> 36°c±2°c/21h±3h à 44h ±4h  -> dénombrement colonies rouge, marron ou rose.

Confirmation :

Utilisation de gélose BEA incubation à 44°c/2hà4h  dénombrement des colonies brun ou noir. - Spores de microorganismes anaérobies sulfito-réducteurs (clostridia) :

largement répandues dans l’environnement, elles sont présentes dans les matières fécales humaines et animales ; ainsi que dans les eaux usées et le sol.

Les spores résistent à l’action des facteurs chimiques et physiques => une survie dans l’eau.

Dénombrement :

Membrane filtrante à 0.2 µm -> milieu TSC + jarre d’anaérobiose -> incubation à 37°c±1°c/20h ± 4heure à 40h±4h  comptage de colonies noirs.

Dans le milieu TSC on ajoute un supplément qui inhibe la flore contaminante (D-cycloserine 200mg) est favorise le dénombrement de clostridium. Coliformes totaux:

Dénombrement:

Milieu lauryl sulfate-tryptose (6 tubes à simple concentration et 3 tube a double concertation avec cloche) -> Incubation à 36°C+/-2°C pendant 48 H 

-> le tube présente une coloration trouble + production gaz le test est positif.

Confirmation :

Ensemencement d’une quantité des tubes positif dans le milieu sélectif vert brillant -> incubation à 36°C/48H

-> dénombrement des tubes positifs puis sur table de Mac Graddy en NPP/100ml. - Coliformes fécaux :

Dénombrement :

Il est similaire à celui appliqué pour les coliformes totaux.

Confirmation :

Encemencement d’une quantité des tube positifs dans le milieu EC medium -> incubation à 44°C/24h

->dénombrement des tubes positifs puis sur table de Mac Graddy en NPP/100ml. Streptocoques fécaux :

Utilisation du bouillon glucose à l’azid de sodium -> incubation a 37°c/48h.

Confirmation :

Repiquage des milieu positifs sur milieu litsyk
-> incubation 36°C/48h -> dénombrement des tubes positifs(trouble+pastille violette éventuellement au fond du tube), puis sur table de Mac Graddy en NPP/100ml. Identification des bactéries par coloration gram :

- nettoyage de lame de verre.
- Sur la lame on met 1 à 2 gouttes d’eau distillée stérile, puis létalement de la bactérie.
- Fixation de la bactérie à la chaleur.
- Couvrons la lame avec une solution violette(violet de gentiane), laissons une minute (colore les 2 gram +/- en violet). - Rinçage avec une solution lugol, laissons une minute.
- Rinçage avec l’eau distillée .
- Rinçage avec une solution décolorante. (l'alcool+acétone) (les gram – vont apparaître incolore).
- Rinçage avec de l’eau distillée.
- Couvrons la lame avec fuchsine, laissons une minute (coloration rose des gram – qui sont incolore).
- rinçage avec l’eau distillée.
- Séchage.
- Observation sur microscope.  Contrôle de qualité :

 _ Contrôle qualité de l’environnement :

surface de travail :
réfrigérateur, incubateur et les paillasses qui sont menées d’une fiche de suivi de control.

- Contrôle de surface : se fait par écouvillonnage
- nettoyage de sol : utilisation du désinfectant une fois par semaine.
- Qualité de l’air ambiant : exposition d’une boite petrie sans couvercle contenant du MTC à l’air pendant 17min. - Entonnoir de filtration:
Filtration d’eau de dilution stérile, le papier filtre est introduit dans un tube qui contient le milieu TSBIncubation à 37°c/48h. (Cinq entonnoirs par lot).

- Membranes filtrantes et milieux de cultures :
Le laboratoire régional ne dispose pas des souches de référence respective
 Etuve est muni d’une fiche de suivi de température(2fois/jour) et de l’humidité (1fois/jour)
 Le réfrigérateur est muni d’une fiche de suivi de la température(2 fois par jours). III. Salle d’analyses physico-chimique :

1) Mesure de la conductivité :
La conductivité électrique d’une eau est la conductance d’une colonne d’eau comprise entre deux électrodes métalliques. Les résultats sont exprimés en µS/cm.

• Contrôle de qualité :
- Blanc
- Matériaux de référence
- Duplicata 2) Mesure de la turbidité :
La turbidité est un paramètre organoleptique. Elle permet d’exprimer des propriétés optiques d’une eau à absorber et/ou à diffuser de la lumière.

L’appareil de mesure est le turbidimètre. Les résultats sont exprimés en NTU(unité néphélométrie de turbidité).

• Contrôle de qualité :
- Blanc
- Matériaux de référence
- Duplicata 3) Mesure du PH :
Le PH d’une eau est l’indice de sa tendance à être acide ou alcaline et il est fonction de l’activité des ions hydrogène présents dans cette eau.

• Contrôle de qualité :
- Matériaux de référence
- Duplicata  La mesure de PH se fait soit par :

- Colorimétrie : méthode utilisé pour des eaux naturelles, mesuré sur terrain
- Potentiomètre : méthode utilisé pour les types d’eau, mesuré sur terrain qu’au laboratoire.
- Etalonnage du pH-mètre avant la mesure de Ph. 4) Détermination de l’alcalinité de l’eau (TA) et (TAC) :

a) TITRE ALCALIMETRIQUE (TA) :
Le TA correspond à la neutralisation des ions hydroxydes (OH¯) et à la transformation des ions carbonates (CO3 2¯) en hydrogénocarbonates (HCO3¯) par un acide fort (acide chlorhydrique de 0.1N).

b) TITRE ALCALIMETRIQUE COMPLET (TAC) :
le (TAC) correspond à la neutralisation des ions hydroxydes, carbonates et hydrogénocarbonates par un acide fort.

 Contrôle de qualité :
- Blanc
- Matériaux de référence
- Duplicata
- Ajout dosé 5) Dureté Calcique :
Titrage des ions calcium avec une solution aqueuse d’EDTA à pH compris entre 12 et 13. Le HSN(acide calcone carboxylique) qui forme un complexe rouge avec le calcium est utilisé comme indicateur.

Le magnésium est précipité sous forme d’hydroxyde et n’interfère pas lors du dosage.

Lors du titrage, l’EDTA réagit tout d’abord avec les ions calcium libre, puis avec les ions combinés avec l’indicateur qui vire alors de la couleur rouge à la couleur bleu clair.

Contrôle de qualité :
- Blanc
- Matériaux de référence
- Duplicata
- Ajout dosé 6) Dosage des Nitrates :

Les nitrates sont Presque quantitativement réduits en nitrites par cadmium (Cd) recouvert d’une couche de cuivre après traitement au sulfate de cuivre (CuSO4), les nitrites produits fortement avec l’acide sulfanilique un composé diazoïque, lequel couplé avec le (N-1 naphtyle diamine 1,2 éthane) NED donne une coloration rose caractéristique, dont l’intensité est mesurée au spectrophotomètre à longueur d’onde 540 nm.

Contrôle de qualité :
- Blanc
- Matériaux de référence
- Duplicata
- Ajout dosé
- Contrôle de la courbe d’étalonnage • CONTROLE DE QUALITE

-Blanc de méthode : l’analyse du blanc de méthode permet de quantifier le niveau de contamination.

-Duplicata : les duplicata sont deux parties aliquotes distinctes obtenues à partir d’un même échantillon et soumises au même processus analytique, du pré traitement au dosage.

-Ajout dosé : Un ajout dosé est un échantillon inconnu et choisi au hasard dans lequel une quantité connue d’une ou plusieurs substances chimiques recherchées ont été ajoutées avant les étapes de préparation et d’analyse. -Matériaux de référence (MR) :
composés d’eau distillée qui est fortifiée avec un ou plusieurs composés chimiques, sont utilisés pour mesurer la performance des méthodes et réaliser les cartes de contrôle.

-Matériaux de référence certifiés (MRC) :
sont des matériaux qui sont certifiés par une procédure techniquement validé, délivrés par un organisme autorise et sont accompagnés d’un certificat attestant la certification. Les MRC informant sur l’exactitude de la méthode.

-Le pH-mètre est aussi étalonné avant chaque mesure. V.Salle d’absorption atomique :
1)Principe :

L atome passe de l’état stable a un état excité a condition qu’on lui fournisse un quantum d’énergie a la différence d’énergie entre le niveau excité et le niveau fondamental. L’énergie peut être d’origine thermique, cinétique ou lumineuse.

La spectroscopie d’absorption atomique est basée sur le principe qu’une population d’atome à l’état E0 peut absorber des photons d’énergie hy et qu’une estimation du nombre de photons absorbés peut être reliée à la concentration de l’élément dans la solution à analyser. 2) Mesure des éléments par la flamme :

Le dosage se fait par spectrophotométrie d’absorption atomique (SAA). L’échantillon est aspiré automatiquement par le micro robot, sous forme de nuages par le nébuliseur autour de la flamme qui l’évaporise en laissant seuls les éléments dont on souhaite mesurer la concentration. Cette méthode est réalisée à l’aide des lampes spécifiques pour chaque élément.

NB : Lest éléments mesure par cette méthode sont : Zn, Mn, Fe, Cu, K+, Na+ 3) dosage des éléments par le four :

Le dosage se fait par SAA avec four à graffite. L’échantillon est injecté dans le tube à graffite, incinéré puis atomisé dans le four à graffite ; au cours de cette dernière phase l’absorbance est mesurée.

NB : Les éléments mesure par cette méthode sont : Al, Pb, As, Se, Cr, Cd, Ba, Ni  Contrôle de qualité :
Le contrôle qualité des analyses d’eau par absorption atomique contient comme les analyses physico-chimiques les contrôles suivants ;

- Blanc de méthode
- Duplicata
- Ajout dosé
- Matériaux de référence (MR)
- Validation de méthode
- Contrôle externe

Remarque : Le dosage proprement dit repose sur les procédés classiques impliquant le tracé des courbes d’étalonnages, ou la méthode des ajouts dosés Conclusion 3) Analyses bactériologiques des eaux brutes (par la méthode NPP) :
Germe recherchés :

- Coliformes totaux
- Coliformes fécaux
- Streptocoques fécaux


Le dénombrement des bactéries se fait sur milieux liquides. Il s’agit d’une technique de dénombrement indirecte après répartition de l’inoculum dans un milieu de culture liquide.

*NPP /100ml: c’est le nombre le plus probable de la table Mac CRADY. Contrôle qualité de matériel

- boites de pétri :
une incorporation de la gélose PCA(10boite par lot)
->incubation de trois jours à 37°c et 22°c.

- pipettes jetables :
Faire entrer et sortir le bouillon de culture nutritif le TSB (cinq pipettes par lot), puis les remettre des -> les tubes de TSBles incuber à 37°c/3jrs.
Full transcript