Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

4H2 : Lumières et révolutions

No description
by

Mikael NOAILLES

on 20 December 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of 4H2 : Lumières et révolutions

2ème partie : la période révolutionnaire (1789-1815)
Leçon 3 : La Révolution française et l'Empire (1789-1815)
Introduction

En 25 ans, les Français rompent avec l’Ancien Régime et créent un nouveau cadre politique et social.
Après l’échec d’une monarchie constitutionnelle, ils proclament une République jusqu’à l’instauration d’un nouveau régime héréditaire, l’Empire.
Quels sont les temps forts de la Révolution et de l’Empire ?

Comment se déroule la Révolution à partir de 1789 ?

I. Les temps forts de la Révolution et de l’Empire

Introduction
I. Les temps forts de la Révolution et de l’Empire
A. 1789-1791 : la rupture avec l’Ancien Régime

Comment l’Ancien Régime est-il progressivement remis en cause ?
A. 1789-1791 : la rupture avec l’Ancien Régime
5 MAI 1789 : ouverture des Etats Généraux pour régler les crises.

Le 19 juin, une partie du clergé rejoint le Tiers Etat.

Le 20 Juin 1789 : le roi fait fermer la salle de réunion des députés qui s’en vont dans la salle du jeu de paume. Serment = « ne jamais se séparer et de se rassembler partout où les circonstances l’exigeront, jusqu’à ce que la Constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides ».
« L’Assemblée […] reconnaît que cette assemblée est déjà composée des représentants envoyés par les 96 centièmes au moins de la Nation. […] La dénomination d’Assemblée nationale est la seule qui convienne à l’Assemblée dans l’état actuel des choses. »
Le 17 juin les députés du Tiers Etat se déclarent Assemblée Nationale
Dossier pp 70-71

Le serment du jeu de paume, d’après Jacques-Louis David, Musée Carnavalet

La prise de la Bastille, Paris, le 14 juillet 1789

Peinture de Dubois, 18e siècle, Musée Carnavalet, Paris

Déclaration de Camille Desmoulins aux Parisiens (12 juillet 1789).

« Citoyens, il n’y a pas un moment à perdre. J’arrive de Versailles. Monsieur Necker est renvoyé. […] Ce soir, tous les bataillons suisses et allemands (qui composent la garde royale) sortiront du Champ de Mars (à Paris) pour nous égorger. Il nous reste qu’une ressource : c’est de courir aux armes et de prendre les cocardes pour nous reconnaître ».
La Grande Peur : l’attaque des châteaux-forts

Dossier pp 72-73
Art. 1 : l’Assemblée Nationale détruit entièrement le régime féodal. Elle décrète que, dans les droits et devoirs, tant féodaux que censuels, ceux qui tiennent à la servitude personnelle, et ceux qui la représentent, sont abolis sans indemnité, tous les autres sont déclarés rachetables, et le prix et le mode du rachat seront fixés par l’Assemblée Nationale
Art. 3 : le droit exclusif de la chasse et des garennes ouvertes est pareillement aboli.
Art. 5 : les dîmes de toute nature et les redevances qui en tiennent lieu sont abolies
Art. 7 : la vénalité des offices de judicature et de municipalité est supprimée dès cet instant. La justice sera rendue gratuitement.
Art. 11 : Tous les citoyens sans distinction de naissance pourront être admis à tous les emplois et dignités ecclésiastiques, civiles et militaires, et nulle profession utile n’emportera dérogeance.

Assemblée Nationale, Décrets des 4, 6, 7, 8 et 11 août 1789

2 p 75

Introduction
I. Les temps forts de la Révolution et de l’Empire
A. 1789-1791 : la rupture avec l’Ancien Régime

Cette période voit l’affirmation de trois principes en rupture avec l’Ancien Régime :
La souveraineté populaire et la fin de la monarchie absolue : après le serment du jeu de paume, le roi reconnaît l’Assemblée constituante puis la Constitution de 1791 fixe les règles d’un régime représentatif et démocratique : la monarchie constitutionnelle
L’égalité juridique suite à l’abolition des privilèges lors de la Nuit du 4 août 1789 et avec la DDHC du 26 août 1789 : c’est la fin de la société d’ordres
Les libertés individuelles apparaissent dans la DDHC
Introduction
I. Les temps forts de la Révolution et de l’Empire
A. 1789-1791 : la rupture avec l’Ancien Régime
B. 1792-1799 : la République, la guerre et la Terreur

Comment la République gère-t-elle la violence et la répression ?
B. 1792-1799 : la République, la guerre et la Terreur
Il est signé à Coblence par le duc de Brunswick, commandant en chef des Prussiens et des Autrichiens.

" La ville de Paris et tous ses habitants sans distinction sont tenus de se soumettre sur le champ et sans délai au roi, de mettre ce prince en pleine et entière liberté, et de lui assurer, ainsi qu'à toutes les personnes royales, l'inviolabilité et le respect auxquels le droit de la nature et des gens oblige les sujets envers les souverains...
Leurs Majestés impériale et royale rendant personnellement responsables de tous les événements sur leurs têtes, pour être jugés militairement, sans espoir de pardon, tous les membres de l'Assemblée nationale, du département, du district, de la municipalité, et de la Garde nationale de Paris... déclarent ... que si le château des Tuileries est forcé ou insulté, que s'il est fait la moindre violence, le moindre outrage à leurs Majestés, le roi, la reine et la famille royale, elles en tireront une vengeance exemplaire et à jamais mémorable, en livrant la ville de Paris à une exécution militaire et à une subversion totale, et les révoltés coupables d'attentats aux supplices qu'ils auront mérités".

LE MANIFESTE DU DUC DE BRUNSWICK
(25 juillet 1792)
La prise des Tuileries, cour du Carrousel, 10 août 1792, Jacques Bertaux, château de Versailles, 1793

Les premières décisions de la Convention

Décret des 21-22 septembre 1792 : La Convention nationale décrète à l’unanimité que la royauté est abolie en France.
Le 23 février 1793, la Convention décide la levée en masse de trois cent mille hommes, pris parmi les célibataires ou veufs de 18 à 25 ans. Elle consiste à enrôler au tirage au sort des hommes de tous les départements de France. L'ennemi est repoussé hors des frontières. Le 23 août 1793, une nouvelle levée en masse des hommes de 25 à 30 ans est décrétée. L’armée de la Convention atteint un million d'hommes à la fin de l'année, chiffre considérable pour l'époque. Ces hommes sont restés appelés les Soldats de l'an II ou Armée de l'an II.
La levée en masse

Loi des suspects, 17 sept 1793

1) Tous les gens suspects qui sont encore en liberté seront mis en état d’arrestation
2) Sont suspects : ceux qui, soit par leur conduite, soit par leurs relations, soit par leur propos ou par leurs écrits, se sont montrés partisans de la tyrannie, du fédéralisme et ennemis de la liberté.
La loi du maximum général, est une loi instituant le maximum décroissant du prix des grains. Une première loi, votée le 4 mai 1793, établit la taxation du prix des grains et un droit de réquisition pour approvisionner les marchés. Le 26 juillet 1793, la Convention vote un décret contre les accapareurs des denrées et marchandises de première nécessité, menaçant ceux-ci de la peine de mort et de la confiscation des biens.
La République est sauvée

Résultats

Moyens

Objectifs

Robespierre impose sa dictature et la renforce : loi du Prairial (juin)

Réponse : arrestation et exécution

Mars 1794 : opposition de gauche
= Hébertistes : il faut renforcer la Terreur

CSP

Mars 1794 : opposition de droite = Danton et les indulgents :
doc. 6 p. 149
= il faut en finir avec la Terreur

La chute de Robespierre et des Montagnards

Le complot du 9 thermidor an II (27 juillet 1794)

Introduction
I. Les temps forts de la Révolution et de l’Empire
A. 1789-1791 : la rupture avec l’Ancien Régime
B. 1792-1799 : la République, la guerre et la Terreur

La République Française naît en septembre 1792 et donne le pouvoir à une assemblée toute puissante, la Convention.
Les difficultés économiques, les menaces contre-révolutionnaires intérieures et militaires extérieures conduisent à la mise en place de la Terreur par les Montagnards en octobre 1793. C’est le « despotisme de la liberté » qui prend des mesures radicales pour régler les problèmes : suspension des libertés, maximum des prix, levée en masse et loi des suspects.
Au final, la République est sauvée : l’invasion est repoussée et les révoltes intérieures sont arrêtées. La Terreur prend fin avec la mort de Robespierre qui est guillotiné.

En mars 1794, les Hébertistes veulent renforcer la Terreur et sont guillotinés. Les Indulgents menés par Danton veulent en finir avec la Terreur et sont guillotinés. Robespierre impose sa dictature et la renforce par la loi du Prairial (juin 1794). Le 9 thermidor an II (9 juillet 1794), un complot renverse Robespierre.
Introduction
I. Les temps forts de la Révolution et de l’Empire
A. 1789-1791 : la rupture avec l’Ancien Régime
B. 1792-1799 : la République, la guerre et la Terreur
C. 1799-1804 : du Consulat à l’Empire

Comment Napoléon stabilise-t-il l’Etat et la société ?
C. 1799-1804 : Du Consulat à l’Empire
Proclamation des Consuls de la République du 24 frimaire an VIII (15 décembre 1799)

Les consuls de la République aux Français : Une Constitution vous est présentée. […] La Constitution est fondée sur les vrais principes du Gouvernement représentatif, sur les droits sacrés de la propriété, de l’égalité, de la liberté. Les pouvoirs qu’elle institue seront forts et stables, tels qu’ils doivent être pour garantir les droits des citoyens et les intérêts de l’Etat. Citoyens, la Révolution est fixée aux principes qui l’ont commencée : elle est finie.
Après son coup d'Etat du 18 brumaire (9 novembre 1799), Bonaparte ressuscita les Intendants sous la forme des préfets. Dans le département, "le préfet sera chargé seul de l'administration ». Nommé par le Premier Consul, intermédiaire obligé entre le département et l'Etat, le préfet, qui est aussi l'organe exécutif unique du département, contrôle et anime le conseil général. Le préfet désigne les maires et les adjoints des communes de moins de 5 000 habitants et propose au Premier Consul, plus tard à l'Empereur, la nomination des autres.
Bonaparte, premier Consul, au nom du Peuple français, proclame loi de la République le sénatus-consulte dont la teneur suit :
 
Titre 1er : Dispositions relatives aux personnes des émigrés.
Art. Ier Amnistie est accordée, pour fait d'émigration, à tout individu qui en est prévenu et qui n'est pas rayé définitivement.
Art. IV. Cette déclaration sera suivie du serment d'être fidèle au Gouvernement établi par la Constitution, et de n'entretenir, ni directement ni indirectement, aucune liaison ni correspondance avec les ennemis de l'État.
Sénatus-consulte relatif aux émigrés du 6 floréal an X
Le gouvernement de la République reconnaît que la religion catholique, apostolique et romaine est la religion de la grande majorité des Français.
Art. 1 La religion catholique, apostolique et romain sera librement exercée en France, son culte sera public […]
Art. 4. Le Premier consul de la République nommera aux archevêchés et évêchés […]
Art. 5 Les évêques, avant d’entrer en fonction, prêteront directement entre les mains du Premier consul le serment de fidélité qui était en usage avant le changement de gouvernement […]
Art. 14 Le gouvernement assurera un traitement convenable
Extraits du concordat de 1801
Poser les bases d’une France nouvelle
On a tout détruit, il s’agit de recréer. Il y a un gouvernement, des pouvoirs, mais tout le reste de la nation, qu’est-ce ? Des grains de sable. Nous sommes épars, sans système, sans réunion, sans contact. Tant que j’y serai, je réponds bien de la République, mais il faut prévoir l’avenir. Croyez-vous que la République soit définitivement acquise ? Vous vous tromperiez fort. Nous sommes maîtres de la faire, mais nous ne l’avons pas, et nous, et nous ne l’aurons pas, si nous ne jetons sur le sol de France quelques masses de granit.

Discours de Bonaparte au Conseil d’Etat, 8 mai 1802
Les masses de granit
La légion d’honneur
L’organisation des lycées vers 1803

Passé 12 ans, les élèves apprennent l’exercice militaire sous la direction d’un adjudant qui commande tous les mouvements effectués dans la journée. Les élèves sont divisés en compagnies de 25 ; chaque compagnie a un sergent et 4 caporaux. Les punitions consistent en prison, table de pénitence et arrêts. Aucun livre ne devra être introduit sans l’autorisation spéciale du ministre de l’Intérieur.

Reichardt, envoyé prussien à Paris, Un hiver à Paris sous le consulat, 1896
Art. 213 – Le mari doit protection à sa femme, la femme obéissance à son mari.
Art. 371 - L’enfant, à tout âge, doit honneur et respect à ses père et mère.
Art. 373 - Il reste sous leur autorité jusqu’à sa majorité ou son émancipation.
Art. 374 – L’enfant ne peut quitter la maison paternelle sans la permission de son père, si ce n’est pour enrôlement volontaire, après l’âge de dix-huit ans révolus.
Art. 375 – Le père qui aura des sujets de mécontentement très graves sur la conduite d’un enfant, aura les moyens de correction suivants :
Art. 376 – Si l’enfant est âgé de moins de seize ans commencés, le père pourra le faire emprisonner pendant un temps qui ne pourra excéder un mois […].
Le Code civil ou code Napoléon (1804)
Qu’en pensez- vous ?
Le frère de Napoléon Bonaparte est le ministre de l ’Intérieur de l ’époque… c’est lui qui «  contrôle le dépouillement des bulletins ».
1804: « Napoléon doit-il devenir l ’Empereur des Français ? »
Oui : 3 572 329 Non : 2 569
Résultats des différents plébiscites :
1802:  « Napoléon Bonaparte sera-t-il consul à vie » ?
Oui : 3 600 000 Non : 8 374
1800: « Acceptez vous la nouvelle Constitution  » ?
Oui : 3 000 000 Non : 1 600
Observer bien ce document d ’archives….notamment ce qui est noté dans chaque colonne…que constatez-vous ?
1. Sénatus-consulte organique du 28 floréal an XII (18 mai 1804)

Art. 1er - Le Gouvernement de la République est confié à un Empereur, qui prend le titre d’Empereur des Français.
art. 2. - Napoléon Bonaparte, Premier consul actuel de la République, est Empereur des Français.
art. 3. - La dignité impériale est héréditaire dans la descendance directe, naturelle et légitime de Napoléon Bonaparte, de mâle en mâle, par ordre de primogéniture, et à l’exclusion perpétuelle des femmes et de leur descendance.
art. 9. - Les membres de la famille impériale, dans l’ordre de l’hérédité, portent le titre de Princes français. - Le fils aîné de l’Empereur porte celui de Prince impérial.

2. Constitution de 1804 : le serment

Art. 52. - Dans les deux ans qui suivent son avènement, ou sa majorité, l’Empereur, [...] prête serment au peuple français sur l’Evangile [...]
Art. 53. - Le serment de l’Empereur est ainsi conçu : « je jure de maintenir l’intégrité du territoire de la République, de respecter et de faire respecter les lois du concordat et la liberté des cultes ; de respecter et faire respecter l’égalité des droits, la liberté politique et civile, l’irrévocabilité des ventes des biens nationaux ; de ne lever aucun impôt, de n’établir aucune taxe qu’en vertu de la loi ; de maintenir l’institution de la Légion d’honneur ; de gouverner dans la seule vue de l’intérêt, du bonheur et de la gloire du peuple français ». 
MONDE RELIGIEUX

MILITAIRES

MONDE POLITIQUE

JOSEPHINE

NAPOLEON

FAMILLE

Le Sacre de Napoléon Ier, à Notre-Dame de Paris le 2 décembre 1804. Jacques-Louis DAVID (6,21 x 9,79m), 1806-1807, Louvre, Paris

L’art au service du pouvoir
Introduction
I. Les temps forts de la Révolution et de l’Empire
A. 1789-1791 : la rupture avec l’Ancien Régime
B. 1792-1799 : la République, la guerre et la Terreur
C. 1799-1804 : du Consulat à l’Empire

Après un coup d’Etat, un général réputé de la République prend le pouvoir : Napoléon Bonaparte.
Il stabilise l’Etat par la mise en place d’une République autoritaire qui lui donne quasi tous les pouvoirs, le consulat. Il crée les préfets pour le représenter dans les départements.
Il stabilise la société divisée par la Révolution en garantissant les principes de la Révolution : l’égalité des droits. Il apporte la paix civile par le Concordat avec le Pape en 1801 et l’amnistie des émigrés. Il établit de solides bases pour une France nouvelle avec les « masses de granit » : lycée, baccalauréat, légion d’honneur, code civil.
Il stabilise l’économie par la création du Franc germinal.
En mai 1804, il accentue le caractère militaire et personnel du pouvoir en créant l’Empire. Il se fait sacrer empereur des Français par le pape le 2 décembre 1804.
Introduction
I. Les temps forts de la Révolution et de l’Empire
II. La fondation d’une France nouvelle

II. La fondation d’une France nouvelle
Introduction
I. Les temps forts de la Révolution et de l’Empire
II. La fondation d’une France nouvelle
A. Le peuple et la Révolution

Comment le peuple joue-t-il un rôle dans la Révolution ?

A. Le peuple et la Révolution
Introduction
I. Les temps forts de la Révolution et de l’Empire
II. La fondation d’une France nouvelle
A. Le peuple et la Révolution

Le peuple joue un rôle central dans la Révolution. De sujet, il est devenu citoyen.
Il est acteur de la Révolution en prenant les armes et en se révoltant.
Il s’exprime à travers des gravures, des chansons, des clubs ou de la presse.
Il participe aussi à la vie politique : il vote.
Introduction
I. Les temps forts de la Révolution et de l’Empire
II. La fondation d’une France nouvelle
A. Le peuple et la Révolution
B. Les bases d’une France nouvelle

Sur quelles bases se construit une France nouvelle ?
B. Les bases d’une France nouvelle
La France des 83 Départements

Sur le plan politique et administratif, la souveraineté nationale pose la question du droit de vote et de l’apprentissage de la vie politique. De plus l’Etat garantit à tous le même cadre au niveau du département et de l’Etat.
Sur le plan social, l’engagement populaire passe par la liberté de la presse, les chansons populaires… Il ne faut oublier les nouveaux droits du citoyen et de l’homme garantis par le code civil et les masses de granit.
Sur le plan militaire, la guerre est omniprésente et meurtrière. La défense de la Nation se fait maintenant grâce au service militaire universel instauré en 1797.
Sur le plan religieux, la liberté et le respect de toutes les croyances est instauré posant la question du rapport entre l’Etat et l’Eglise.
Stabiliser l'économie
Pièce de 20 Francs-or, 1803
Pièce de 20 Francs-or, 1805
Introduction
I. Les temps forts de la Révolution et de l’Empire
II. La fondation d’une France nouvelle
A. Le peuple et la Révolution
B. Les bases d’une France nouvelle
Full transcript