Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Gras Savoye Jeunes Afriques

No description
by

Rémi Gros

on 9 June 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Gras Savoye Jeunes Afriques

I. L'accès à la santé

Que ce soit dans le cadre d'une couverture d'entreprise ou d'une couverture individuelle, l'accès à la santé est revendiqué de plus en plus fortement par les populations africaines

Si les classes moyennes rentrent assez bien dans un schéma comparable à ce que nous connaissons en Europe, deux populations représentent des défis importants en
termes d'inventivité :
3 voies dans le partenariat :

Les partenaires qui traitent le risque.

Les produits qui appellent les partenaires.

L'affinitaire.



Introduction : les membres de l'équipe et leur contexte
Babacar Gueye
Directeur Général
Faits marquants sur le marché nigérien :
25 Mds FCFA
de primes émises en 2014.
Taux de pénétration de
0,2% en IARD
et de
0,06 % en vie.
Thématique n°1 : Comment les consommateurs africains achèteront-ils de l'assurance en 2025?
Rémi Gros
Functional Business Analyst
That's all Folks!!
3 façons
de toucher la future clientèle :

La présence numérique

La présence physique

La diaspora

Pourquoi la présence numérique ?

Comment faire de la présence numérique ?


I.A.1. La présence numérique
Dans 10 ans la poplation numérique de l'Afrique aura
quintuplée !
1. Comment toucher la future clientèle ?
3. Quels produits proposer?
Par la création de
sites internets
et d'
applications mobiles et tablettes
pour chaque filiales permettant de :

Trouver l'information utile ou prendre un rendez-vous (
conseil
).

Trouver les meilleurs tarifs/création de comparateurs d'assurances (
intermédiation
).

Souscrire des assurances en ligne (
gestion
).
I.A.2. La présence physique

Soit par des points à
vocation unique
(GS Santé, GS GUCE).




Soit par des p
oints services GS Shop
(conseil/production/encaissement/sinistres) implantés dans des
lieux fréquentés par la classe moyenne.
I.A.3. La diaspora : le consommateur oublié

Tous les ans, ce sont environ 40 Mds USD

qui sont envoyés par la diaspora africaine vers le continent
(source ONU).


Comment bénéficier de cette manne?

GS dispose d'un
atout sous-exploité
: des filiales dans les pays de départ et de destination des migrants.

Des solutions de
paiement de services
(et non d'envoi d'argent) depuis l'étranger vers l'Afrique se développent.

Chaque filiale devrait donc sensibiliser les diasporas présentes (ivoirienne, camerounaise et autres en France, Congolaise et autres en Belgique...) sur la possiblité d'assurer la famille restée au pays.

En commençant par l'
assurance santé
: motif fréquent d'envoi de fonds.


2. Comment gérer les flux monétaires?
La prévention ou comment limiter le coût de la santé
I.B. Les produits qui appellent les partenariats

Identifier dans chaque secteur les pratiques qui s’apparentent à de l’assurance (mutualisation d'un risque contre paiement d'une prime ou d'une caution) mais qui ne sont pas transférées au marché faute de produits.


Une fois le produit imaginé, les partenaires se dégageront naturellement.


Exemple de l'assurance location conteneurs au Cameroun.




II. C. L’affinitaire

L'affinitaire, notamment la bancassurance, sont des vecteurs de croissance forts en France et ailleurs dans le monde.

En Afrique également, ces voies de diffusion de l'assurance doivent être privilégiées à tavers l'identification des
partenaires distributeurs d’assurances
et notamment les deux acteurs clés que sont :
Les banques
Les opérateurs de téléphonie mobile
Les concessionnaires
Les diffuseurs télé
Les établissement d'enseignement
...
Herman N'zi
Chargé de Clientèle


Faits marquants sur le marché Ivoirien:

1er Marché de la CIMA avec
235 726 884 327 FCFA
levés en 2013.

Taux de pénétration:
2 %
.

Dorian Buono
Chargé de développement
L'évolution de nos métiers


Valorisation par la création d'une structure conseil. Human Capital existant déjà pour l'assurance de personnes.

Des implications à définir:
En termes de segment
En termes de rémunération (honoraires, comissions)
En termes de recrutement








Conseil :
L'évolution de nos métiers


Des produits nouveaux

Des taux plus intéressants par l’apport de capacités plus importantes.

Cette action sera particulièrement valorisable sur des marchés où la concurrence est faible (2 ou 3 compagnies d’assurance).

Nouvelles façons de souscrire : courtier souscripteur.

Evolution de l'assurance, l’ouverture des marchés, le rôle de l’OMC…








Intermédiation :
L'évolution de nos métiers

o l’enjeu de la massification :
Améliorer nos systèmes de gestion pour gérer un volume d'affaire toujours plus important grâce à la Numérisation
Rester performant par rapport aux assureurs
Simplifier nos processus afin de former nos gestionnaires rapidement


o L’enjeu de la simplifciation :
Date d’effet unique avec du prorata obligatoire
des CG uniques mises en ligne chaque année et signées électroniquement par l’assureur et l’assuré
Gestion
Faits marquants sur le marché sénégalais:

1,5 %
du
PIB
dépend de l'assurance.

Entre
1% et 1.5%
de
taux de pénétration
des assurances.
Thierry Labbé
Directeur Afrique Francophone
Sub-Saharienne
Dans le cadre de notre réflexion stratégique
à horizon 2025 j'ai demandé à un panel de jeunes collaborateurs de Gras Savoye International de réfléchir en commun sur l'avenir de notre métier en Afrique autour des thématiques ci-après :

- Comment les consommateurs africains achèteront-ils de l'assurance en 2025?
- Qui seront les partenaires de GS Willis dans 10 ans?
- Quel sera le poids relatif de nos trois métiers?
- Comment faire accéder le plus grand nombre à la santé?
- Quelle gestion des ressources humaines?

C'est la restitution de leur réflexion que je vous propose de découvrir.

Clément Chadeau
Responsable grands comptes et développement
Faits marquants sur le marché camerounais :

160,7 Mds FCFA
de primes émises en 2013.

Environ
500 000 assurés santé
pour 23 millions d'habitants.
Mathieu Bonfils
Responsable commercial
Faits marquants sur le marché congolais :

Rétention locale :
50%.

Primes nettes émises 2013 :
30 000 000 000 FCFA.
Eric Anani
Chargé de clientèle
Faits marquants sur le marché togolais :

44 600 000 000 FCFA
de primes émises en 2014.

Taux de pénétration
inférieur à 2%.
Faits marquants sur le marché RDC :

Un seul assureur en situation de
monopole légal
.

Lancement de la branche
santé en 2015.
I.B. Comment gérer les flux monétaires?

Il n'y a pas de particularité africaine dans l'utilisation des technologies.

Le consommateur cherche des moyens simples, rapides et sûrs de manipuler de l'argent.

La manipulation d'espèces ou de chèques, bien que présentant des
inconvénients connus
:
espèces
: encombrantes et
vulnérables aux vols.
chèques
: lenteur de l'encaissement
+ inceritude sur la provision du compte.

, continue à être la norme tant pour le paiement des primes que pour le règlement des sinistres.

Des moyens existent pourtant pour une gestion plus moderne des flux d'argent :
Soit par
virements bancaires
(notamment sinistres, ristournes et grosses primes)
Soit
Orange Money
(pour le paiement des petites primes)
I.C. Quels produits proposer ?

En termes de produits, notamment ceux liés aux personnes, l'Afrique a une spécificité liée à sa transition démographique et à la forme de ses économies.

L'enjeu se situe donc sur les
produits IARD
dans l'adaptation à la taille et aux capitaux des exploitations (aussi bien industrielles qu'agricole) tenant compte :
De leur caractère informel la plupart du temps,
De leur moyens financiers limités,
De leur dépendance forte au fondateur (homme-clé).

Sur les
assurances de personnes
il s'agit :
De rendre les produits accessibles.
De les centrer sur :
Les soins,
L'éducation,
La retraite.
Les adapter aux familles nombreuses.
Thématique n°2 : quels partenaires en 2025?
I.A. Les partenaires qui traitent le risque

La notion de risk management est récente dans les Groupes africains mais la volonté est manifeste pour s'entourer de compétences dans la gestion des risques.

Gras Savoye a donc intérêt :
à
identifier les différents acteurs traitant du risque
:
- avocats
- commissaires aux comptes
- cabinets de conseil
- ...

pour
se positionner en sous-traitant de l'analyse de risques
et se servir de ces partenaires comme relais dans l'acquisition de nouvelles affaires.
Thématique n°3 : Le poids relatif de nos trois métiers dans 10 ans?
III.A. Le conseil

Le conseil est une des
valeur ajoutée fondamentale
de GS, surtout dans les pays avec une faible culture de l'assurance, mais n’est que très peu valorisé.

La création d'un marque
GS Conseil
, pour les Grands Comptes, lui donnerait-elle plus de visibilité?

Cette marque regrouperait d’un côté l’IARD et de l’autre le capital humain avec une marque déjà existante
GS Human Capital
.

Avec quelles implications ?
En termes de
segment
(Grands Comptes plutôt que PME
En termes de
rémunération
: rémunération sériée sur nos trois métiers
=>
opportunité ou menace?
En termes de
recrutement
(plus d’ingénieurs avec les risques industriels ou de juristes) exemple de Marsh sur le conseil en stratégie.



III. B. L'intermédiation

Coeur de métier de Willis, le rachat amènera inévitablement des changements venant augmenter l'
avantage compétitif de Gras Savoye
notamment :







l'accès à des produits nouveaux (notamment sur les produits pétroliers et miniers),
L'apport de capacités additionnelles,
De nouvelles façons de souscrire :
- On peut imaginer de négocier chaque année une capacité donnée avec un réassureur sur une ligne de métier et, dans un cadre déterminé par un accord de coopération, une latitude en termes de tarification.
- L’assureur laissant à GS la capacité de souscription et de règlement des sinistres avec un reporting purement financier et des audits ponctuels.
Ces actions seront particulièrement
valorisables
sur des marchés à
faible concurrence.
Demeure une
incertitude
sur la façon dont la législation sur la
réassurance
va évoluer (notament en zone CIMA).
Si la réassurance devient également soumise à rétention, cela ne risque-t-il pas de limiter cet avantage compétitif?
III.C. La gestion

La gestion, si elle est le moins rentable de nos trois métiers, nous permet cependant de conserver un avantage sur les assureurs en les rendant captifs de nos modes de gestion.

Il est donc déterminant d'améliorer de manière continue nos outils et processus de gestion.

Les deux défis à relever pour les filiales d'Afrique étant ceux de:

La massification

La simplification
III.C.1. L'enjeu de la massification

L'affinitaire, la bancassurance et la
gestion des particuliers induisent
une massification de gestion de la
production et des sinistres.

Pour relever ce défi nous devons autant que faire se peut:

Améliorer nos processus de souscription et de déclaration sinistres
(création d'extranet pour tous les risques, regroupé en un seul espace client internet).
Numériser
autant que possible
la documentation contractuelle
.
Généraliser les paiements
de primes et les règlements sinistres
par virements
.
Adapter nos modes de gestion
de sorte à les rendre assimilables en une semaine maximum par l'opérateur (pour tenir compte d'un turn-over important).

III.C.2. L'enjeu de la simplification

La massification induit la simplification!!

Un gros travail sera à faire à la fois vis-à-vis
des assureurs mais aussi du législateur afin
d'obtenir la possibilité :
de gérer en ligne de toute la documentation contractuelle,
d'une signature électronique des documents d'assurance.
d'une franchise d'expertise pour les sinistres de faible montant (notamment en automobile)
...

Cet ensemble de mesures venant lui-même alimenter le taux de pénétration de l'assurance.


Thématique n°4 : L'accès à la santé
GS Afrique Jeunes :
Vision 2025

Les population fortunées

Les masses à faible
pouvoir d'achat
IV.A. Les populations fortunées

Ces populations à fort pouvoir d'achat recherchent avant tout :
la qualité des soins,
dans le cadre d'un parcours de santé facilité.

Pour cela le
réseau GS
représente à nouveau un
avantage de taille
car il permet un relais dans la prise en charge des soins quasiment partout où l'assuré en a besoin.

Il est donc nécessaire de capitaliser sur ce réseau en :
créant une
carte santé internationale
permettant à l'assuré de bénéficier du même parcours de soins dans son pays d'origine et à l'étranger.
une application permettant de géolocaliser
les prestataires santé tiers-payant GS les plus proches, dans tous les pays où GS est présent.
IV.B. Les masses à faible pouvoir d'achat

Un triple défi : comment assurer ces populations
à un coût abordable,
dans le cadre de police pérennes
et en luttant contre la fraude?
Charge à Gras Savoye de :
sélectionner des centres fiables
pour éviter les fraudes et
de mettre en place un
système
permettant l’
identification de l’assuré
,
tout en donnant au centre de soins les
montants de soins auquels l’assuré à droit
.

Chaque filiale sélectionnant, dans les bassins de population principaux des grandes villes, un centre de santé complet (soins/analyses/opérations) agréé par GS auquel chacun des assurés pourrait, sur la base d’une carte de soins, se faire soigner sans besoin de prise en charge ni de contre-expertise pour permettre de faciliter dans l’accès aux soins.

Thématique n°5 : La gestion des ressources humaines
V.A. L'adaptation de nos trois métiers

Nos fonctions vont être soumises aux évolutions de nos métiers :
Spécialisation,
Complexification,
Massification.


Gras Savoye possède déjà en son sein des personnels techniques et commerciaux de grande qualité.

Ces ressources doivent permettre d'augmenter le niveau général de qualification des collaborateurs.

La plupart des assureurs en Afrique subsaharienne ne prennent pas en charge le coût des soins préventifs.


Or, ces soins sont le meilleur moyen de
diminuer le coût des sinistres
sur moyen et long terme.

Tous les acteurs assurés, assureurs, courtiers ont donc intérêt à ce changement.

Dans les pays où cela est nécessaire, Gras Savoye devrait donc mener ce
travail de conviction
auprès des assureurs.
V.B. Comment?

Dans le cadre des hubs :
formation et assistance des filiales les moins biens dotées en ressources techniques et commerciales (cas du Hub Afrique Centrale avec soutien aux filiales du Tchad et de la RCA).

Dans le cadre de

cessions de
formation interfiliales
: cas des séminaires continentaux thématiques tenus en Côte d'Ivoire.

Au sein du Groupe, grâce aux moyens
pédagogiques modernes :
création de
MOOC
pour la formation ou le
perfectionnement des collaborateurs.

Dans le cadre de
challenges au sein des filiales internationales
(meilleur commercial, meilleur décompteur santé, meilleur gestionnaire sinistre...) avec comme récompense des cessions de formation au Siège.
Full transcript