Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Présentation de l'oeuvre "Une bouteille dans la mer de Gaza"

No description
by

AMIOT Rafael

on 17 March 2014

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Présentation de l'oeuvre "Une bouteille dans la mer de Gaza"

Présentation de l'oeuvre "
Une bouteille dans la mer de Gaza"


Tal ou
"la rosée du matin"
L'auteur, résumé du livre, mon avis, thèmes abordés et quelques définitions
Tal
Tal est une israélienne de 17 ans qui vit au sein d'une famille unie, elle a un frère Eytal qui fait son service miltaire, posté vers la bande de Gaza. Elle a deux amis Ouri et Efrat. Elle et sa famille sont des
citoyens
israélien qui prônent la
paix
et ses parents avaient mis tout leur espoir en la personne d'
Itzhak Rabin
et dans les accords de paix signés en 1993. Grande fut leur tristesse lors de la mort de celui-ci dans un attentat (le 04/11/1995) perpétré par un extrémiste juif.
Témoin et victime d'attentats, elle tente d'entrer en contact avec un ou une jeune palestinien, et de comprendre le monde qui l'entoure. Elle admire sa ville Jérusalem et adore le cinéma. Elle se montre volontaire et optimiste, parfois naïve aux yeux de Naïm.Elle fait preuve de beaucoup d(humour. Elle est en quelque sorte le symbole de la jeunesse israélienne qui désire la fin du conflit et de la violence.
Dans sa correspondance elle se nomme
bakbouk
, qui signifie bouteille arabe.
Morceaux choisis
De:bakbouk@hotmail.com
A:gazaman@free.com
"Jérusalem est le centre de l'univers...c'est ici que j'ai envie de vivre.
De vivre, et pas de mourir"
.
"Chez vous (palestiniens) comme chez nous (israéliens), il y a forcément des gros et des maigres, des riches et des pauvres, des bons et des cons"
"...nous (juifs) sommes les champions de
l'humour
...de l'humour noir, l'ironie...un peuple qui a souffert pendant 2000 ans a forcément appris à se fabriquer des "munitions" contre le désespoir."
"Pourquoi il n'y a jamais 100 000 palestiniens rassemblés pour réclamer
la paix
avec nous, sans haine dans les yeux?"
Images et mémoire d'Israël
Valérie Zenatti
Résumé du livre
Ce livre est un
roman épistolaire
qui commence en 2003 après la deuxième Intifada. Il s'agit d'une correspondance entre deux adolescents : l'une israélienne vivant à Jérusalem, l'autre palestinien vivant dans la bande de Gaza. Il s'agit d'une correspondance, de lettres envoyées par e-mail, ( il y a même une discussion "chat") entrecoupée de passages écrits par l'un et l'autre qui prennent la forme d'un journal intime.
C'est à l'initiative de Tal, une jeune lycéenne de 17 ans que cet échange va débuter. Tal vit avec ses parents et son frère, elle a deux amis Efrat et Ouri. Ses parents sont des israéliens engagés et en faveur de la paix entre les deux peuples, son père est guide touristique à Jérusalem. Elle vit au sein d'une famille rassurante. Son frère, Eytan, fait son service militaire , et c'est à lui qu'elle va confier cette lettre insérée dans une bouteille. Il décidera non pas de la jeter à la mer, mais de l'enfouir dans le sable, sur la plage de la bande de Gaza. Pour Tal, cette démarche de vouloir entrer en contact avec un palestinien, vient à la suite d'un attentat perpétré à Jérusalem dont une des victimes était une jeune mariée. Tal, bouleversée, éprouve le besoin d'écrire "comme s'il y avait un fleuve de mots qui devait sortir de moi pour que je puisse vivre". Ils échangent en hébreu.
C'est un jeune palestinien de 20 ans, qui par hasard découvrira cette bouteille et cette lettre. Il s'appelle Naîm et vit à Gaza. Fils unique il vit avec ses parents, son père est infirmier et sa mère institutrice. Il a franchit la frontière pour travailler à Tel Aviv dans le bâtiment, mais son rêve est de faire des études et de quitter cet univers de guerre (nous l' apprendrons à la fin du roman).
Ce n'est pas sans mal que le dialogue va s'instaurer entre eux deux, en effet, Tal a réellement envie de se rapprocher d'un habitant de Gaza afin de connaïtre son mode de vie, la réalité de la vie en territoire palestinien. Mais Naïm, (qui ne dévoilera son identité qu'à la fin du roman et se surnommera "Gazaman) ne répondra qu'après plusieurs sollicitations de Tal et souvent de manière brutale et cynique. le dialogue sera possible et il deviendront des "cybercopains", puis des "Roméo et Juliette du 3ème millénaire".
Résumé (suite) et mon avis
Ils échangeront sur leurs mode de vie respectifs et leurs relations avec leur famille. Leurs points de vue sur le conflit israelo-palestinien divergent : Tal pense que la paix est possible ,Naïm, plus pessimiste croit plutôt que l'engrenage de la guerre est inévitable et qu'il n'y aura pas d'issue possible.
Cependant, tout les deux sont témoins et victimes des affrontements : Tal partie filmer Jérusalem avec la camera de son père est victime d'un attentat et se sentira brisée, traumatisée. Naïm, lui, sera témoin de bombardements .
Leurs échanges secrets, à l'abri des regards se feront de plus en plus complices, amicaux, amoureux. Naïm, au contraire de Tal, se livrera peu à peu et fera part de ses sentiments et de ses projets à sa "cyberamie".
C'est grace à la rencontre de deux étrangers faisant partie d'une ONG, que Naïm pourra sortir de Gaza de temps en temps et aussi utiliser l'ordinateur afin d'échanger des mails sans craindre d'être découvert. Il reprendra confiance en lui et dans l'avenir en parlant avec eux.
Tal, veut dans l'aveir, comme son père, faire partager son amour pour la ville de Jérusalem, à travers peut-être le cinéma. Naïm, lui à force travail et d'espoir obtient une bourse pour partir étudier au Canada. C 'est sur cette note d'espoir dans l'avenir que ce roman se termine.

J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce livre et l'histoire de ces jeunes que tout semblait séparer. De plus, j'étais déja intéressé par l'histoire de ce conflit dont les medias parlent beaucoup.
Le style épistolaire rend cette oeuvre agréable à lire, plus vivant, dynamique.
La vie de ces jeunes dans deux mondes si proches et si lointain en même temps, nous aide à comprendre leur quotidien, souvent bouleversé par la violence du conflit. Ils ont si semblables à nous, adolesents européns, avec le même désir de liberté, de rencontre, et la crainte de l'avenir. Tal le dit ainsi en s''adressant à Naïm : "Si tu étais-au hasard- australien, et moi norvégienne, on pourrait s'écrire sans jamais se mettre en colère, aucun conflit n'oppose l'Australie et la Norvège jusqu'à ce jour à ma connaissance. Mais peut-être qu'ils ont moins de choses à se dire ces gens là..."
Le ton ironique et parfois cruel, cynique de Naïm, m'a plut aussi. Il y a beaucoup d'humour dans leur manière de se parler. Si j'ai choisi ce livre, c'est surtout que je pense que c'est grace à ces témoignages que nous pourrons peut-être éviter les préjugés sur tel ou tel peuple. C'est l'ignorance qui favorise les extrémismes.

Quelques définitions
Intifada
: est un terme arabe signifiant
soulèvement
. Employé à plusieurs reprises au Liban mais également en Irak, en Algérie, en Tunisie (voir l'intifada de Sidi Bouzid par exemple) ou au Maroc, pour désigner une
révolte contre un régime oppresseur ou un ennemi
étranger, elle désigne également deux forts mouvements d'opposition populaire contre l'armée israélienne présente dans les territoires occupés et dans certaines zones dévolues à l'Autorité palestinienne (bande de Gaza et la Cisjordanie). C'est un fait majeur au sein du conflit israélo-palestinien. On parle de la 1ère Intifada en 1987 et de la 2ème Intifada en 2000. On la nomme aussi
"guerre des pierres".
Bakbouk : bouteille en arabe
La bande de Gaza :
une bande de terre de 41 km de long sur la côte orientale de la mer Méditerranée dans le bassin Levantin, au Proche-Orient. Elle tire son nom de sa principale ville, Gaza. D'une largeur de 6 à 12 km et d'une superficie de 360 km2, son territoire est entouré au nord, à l'est et au sud-est par l’État d’Israël, et au sud-ouest par l’Égypte. Ses habitants sont appelés les Gazaouis. La bande de Gaza a la particularité d'être l'une des zones les plus densément peuplées au monde3. Environ 1,7 million de Palestiniens y vivent ce qui en fait une des régions les plus denses du monde avec 4 700 habitants/km². Elle est sous l'autorité palestinienne à travers le parti islamiste : Le Hamas
Naïm
Naïm est un jeune palestinien âgé de 20 ans qui vit à Gaza avec ses parents. Son père est infirmier à l'hopital de Gaza et sa mère est infirmière. Il est fils unique , et sa famille a pensé que si sa mère ne pouvait plus avoir d'enfant c'est que le mauvais oeil s'était abattu sur eux. Il a peu d'échanges avec ses parents: son père est harassé par son travaail et sa mère lasse des évènements qui touchent Gaza. Il décrit sa vie comme ennuyeuse : il passe son temps à essayer de s'évader de l'enfer de Gaza en fréquentant les cybercafés pour voir comment on vit ailleurs, loin de Gaza. Il a même plus jeune, participé avec des copains à des jets de pierre sur les soldats israéliens et a été témoin de drame. Il cotoye la mort.
Il a mis du temps à répondre à Tal, par pudeur, par peur e aussi par rejet des israéliens qui pour lui son la cause du malheur de son peuple. il est souvent moqueur vis à vis d'elle et très cynique. Mais peu à peu il se livre et nous découvrons un jeune homme sensible qui aspire à une vie meilleure faite de paix et de liberté. Il est intrigué par la démarche de Tal, mais peu à peu il a confiance, devient ami, s'inquiète pour elle et tombe amoureux. Il a également beaucoup d'humour.
C'est grace à deux membres d'une ONG qu'il reprend gout à la vie, décide de reprendre ses études et enfin obtient une bourse pour étudier au Canada
Morceaux choisis
De:gazaman@free.com
A:bakbouk@hotmail.com
"Et un million et demi de palestiniens qui rêvent de Palestine et un million et demi qui rêvent d'une vie normale."
"Quand on a un contact pas trop agressif avec des israéliens,ici, on est vite pris pour un collabo. Et le soupçon équivaut à une condamnation à mort."
"Ma tête c'est le seul endroit où pas un soldat du Tsahal, pas un type du Hamas, ni mon père, ni ma mère ne peuvent entrer."
"Comme il n'y a pas assez de bâtiments scolaires (à Gaza),soit les enfants vont à l'école le matin soit l"après-midi"
"...quand tu es moi, tu es condamné à l'ennui...afin de ne pas mourir d'ennui, tu cherches tous les moyens pour tordre le cou à cette drôle de bête..."
"On porte tous notre peuple sur le dos, c'est lourd, lourd, lourd, ça écrase , ça donne envie de fermer les yeux."
Accords d'Oslo : bilan 20 ans après...
Romancière
Née à Nice en 1970 dans une famille juive, Valérie Zenatti a émigré en Israël à l’âge de 13 ans. Avec sa famille, elle a vécu à Beer-Sheva, ville du sud d'Israël. De l'âge de 18 à 20 ans, elle effectue son service militaire comme toutes les jeunes Israéliennes de son âge.

« J'avais toujours cette impression de ne pas être au bon endroit. Je me sentais ashkénaze, mais ma famille était séfarade. J'ai rejeté la religion, tout en vouant une véritable passion à la Bible et au Talmud. J'adorais Jérusalem, mais je faisais tout pour aller à Tel-Aviv. » (extrait d'un entretien de l’auteur, Le Monde 27 septembre 2002)

Elle revient en France pour y suivre des études d’histoire et d’hébreu Elle est d'abord journaliste, puis passe le Capes pour devenir professeur d’hébreu, son premier poste est à Lille. Depuis 1999, Valérie Zenatti vit en France, écrit des romans pour la jeunesse et traduit en français l’œuvre de l’écrivain israélien Aaron Appelfed.

Thèmes abordés
La relation épistolaire et l'amitié possible entre une adolescente israélienne et un jeune homme palestinien sur fond de conlit géo-politique.
La vie quotidienne des jeunes issus de ces deus territoires
la complexité des sentiments entre deux êtres que tout pourrait opposer.
Accords d'Oslo pour la paix israelo-palestinienne le 13/09/1993 signé entre Itzhak Rabin et Yasser Arrafat
Assassinat d'Itzhak Rabin le 04/11/1996
Jérusalem, "le centre du Monde"
Naïm ou
"Gazaman"
Images et Mémoire de Palestine
Bande de Gaza
Intifada
Annexes
En 2012, ce livre a fait l'objet d'une adaptation cinématographique du réalisateur Thierry Binisti
La chanson utilisée en fond sonore est de
David

Broza.
Elle s'intitule
"Yihye Tov"
qui signifie "Tout ira mieux" . Il s'agit de la chanson dont Tal nous parle dans le livre et que ses parents aiment tant.
Full transcript