Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

CANARD ENCHAÎNÉ

No description
by

Emma Tarragó

on 4 October 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of CANARD ENCHAÎNÉ

Pour la patrie!
Nos ennemis aussi!
Nous avons parlé avec certains soldats qui ont pu éviter la censure: Quand il pleut, les tranchées s'innondent complètement, les soldats vivent entre la boue et les rats. Ils ne peuvent pas se sécher et sont tremblotants blottis au fond de la tranchée. Le ravitaillement est très irré
Mutineries
Voici un autre témoignage, cette fois-ci d'un soldat allemand: Les tranchées sont horribles, l'odeur à putréfaction des soldats français (nos soldats!!) morts s'élève dans l'air. Quand le vent se lève, on sent une odeur à soufre et phosphore venant des armes insupportables. Pendant la nuit, ils entendent les batteries qui reprennent et sont angoissés, ils craignent la mort.
SAVONS-NOUS CE QUI SE PASSE RÉELLEMENT?
Les lettres pendant la guerre.
Le Canard Enchaîné
JOURNAL HUMORISITIQUE
Paraissant tous les mercredis
LA GLOIRE DES TRANCHÉES
ET VIVE LA PATRIE!
Les tranchées, protection des soldats mais aussi enfer entre deux murs de terre. Les soldats passent leurs temps cachés des bombardements. Les tranchées sont des énormes et larges trous maintenus par des sac de terre. Là-bas, tout n'est que froid, maladie et peur. C'est un environnement même plus sale que les pires quartiers de notre chère France. Nos vaillants poilus, soutenant notre patrie doivent donc se confronter a un entourage sale, et côtoyer la mort tous les jours. Des cuisines et des lits improvisées sont construits sans aucune hygiène.
Cadavres, mort, désespoir, les tranchées sont la définition de l'enfer à la guerre.
Quelques témoins ont pus nous expliquer les horreurs que se produisent à la guerre. En effet, après l'honteuse défaite au Chemin de Dames, l'armée française est en crise. Cette offensive désastre a été une massacre. Les soldats espéraient que cela servirait de leçon au commandants pour qu'ils ne renvoient plus de soldats en batailles-suicide. Les mutins apparaissent, ne voulant pas être un sacrifice en van. 3500 mutins sont condamnés, 600 condamnés a morts et 57 tués. C'est une honte. C'est pour cela que nous faisons cette article. Vous rendez-vous compte? nos soldats, pères, maris sont tués sans aucune pitié juste parce qu'ils ne veulent pas mourir.
10 milliards de lettres échangés pendant la
guerres ont souvent permis à des hommes de rester en vie.
Les soldats savaient le risque d'être lu par un fonctionnaire indiscrets d'un contrôle postal.
Par exemple Louis Barthas préferait se confier dans un carnet comme ça il évitait d'être lû.


Les assauts dans la peau d'un soldat:
Un autre soldat français nous raconte les assauts: Les batteries battent pendant quelques minutes, puis les soldats sortent des tranchées et courent vers la tranchée ennemie, ils se font tirer par les mitrailleuses et se font piéger par les barbelés. Ceux qui arrivent à la tranchée ennemie commencent alors un dur combat corps-à-corps, ils saignent, deviennent fous.
Il y avait des soldats comme le soldat Marison qui écrivait à sa bien aimé en lui disant:"Je ne songe à que t' écrire, t 'aimer à noyer mes bras dans ton cous et à sentir tes baisser".Dans ce petit texte nous pouvons apercevoir le manque qu' avaient les soldats.

Les 7 jours repos!
Juin 1917 des milliers de soldats rentre chez eux leurs accordant 7 jours de repos.
Gaston la Ville à fait verdir quand il arrive à Paris il dit:"Ils s'en fichent de nous ils nous traitent comme les sacrifiés les PCDF (pauvre qui ont du front)comme s'ils étaient des étrangers inconnue.La guerre enrichie les profiteurs à l'arrière c'est le festin:"Ceci c'était les sentiments qu'avais Gaston la Ville après la guerre.
Full transcript