Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Kazimir Malévitch et le suprématisme

No description
by

Jean-François Richard

on 20 November 2014

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Kazimir Malévitch et le suprématisme

Kazimir Malévitch (1879-1935)
et le suprématisme

Issue du fauvisme, puis du cubo-futurisme, la peinture de Kazimir Malévitch évolue vers une nouvelle philosophie de l’art qu’il définit dans le
Manifeste du suprématisme
(1915), dans son essai
Du cubisme et du futurisme au suprématisme
(1916) et dans ses différents écrits sur l'art.
Peint d'après Malévitch en 1913, mais plus vraisemblablement en 1915, le tableau
Carré noir sur fond blanc
marque cette rupture radicale avec la tradition picturale.
« Toute la peinture passée et actuelle avant le suprématisme a été asservie par la forme de la nature et attend sa libération pour parler dans sa propre langue et ne pas dépendre de la raison, du sens, de la logique, de la philosophie, de la psychologie, des différentes lois de causalité et des changements technique de la vie. »

Kazimir Malévitch,
Du Cubisme au suprématisme
(1916)
Peint au lendemain de la révolution de 1917, qui devait amener le communisme en Russie,
Carré blanc sur fond blanc
(1918) constitue le point suprême de la révolution picturale introduite par Malévitch.
Quelques oeuvres suprématistes de Malévitch
« Les cubo-futuristes ont rassemblé tous les objets sur la place publique, les ont cassés, mais ne les ont pas brûlés. Dommage ! »

Kasimir Malévitch,
Des nouveaux systèmes dans l’art
, 1919
Kazimir Malévitch en 1900
« Le chemin de l'homme doit être débarrassé du bric-à-brac des objets. J'ai troué l'abat-jour bleu des limites de la couleur et suis arrivé dans le blanc. (...)

L'infini, le libre espace de l'insondable est devant vous. »

-Kazimir Malévitch
Carré rouge. Réalisme pictural d'une paysanne en deux dimensions (1915)
Croix noire
(1915)
Aéroplane
(1915)
Autoportrait
(1915)
Suprématisme no 58
(1916)
Architectone Zeta (v. 1923-1927)
Théière et tasse (1923)
« Le carré du suprématisme et les formes qui s'en sont dégagées sont des dessins primitifs comparables à ceux du premier homme; leur agencement n'a rien d'ornemental, ils expriment la sensation du rythme. Le suprématisme n'invente pas un nouveau monde de sensation, il donne une formulation nouvelle, directe et absolue du monde de la sensation. »
À partir de 1919, Malévitch devient professeur à l'école artistique de Vitebsk, où il influence les jeunes artistes à suivre ses traces. Les thèses du suprématisme seront notamment appliquées dans les œuvres d’Ivan Klioune et d’El Lissitzky, disciples de Malevitch.
Ivan Klioune,
Composition
(1919)
El Lissitzki,
Proun N 89
(1925)
Autoportrait
(1908)
La Moisson
(1911-1912)
Le Rémouleur (1912)
Le Bûcheron
(1912)
Dans les dernières années de sa vie, soit de 1927 à 1935, Malévitch fait un retour à la peinture figurative. Cette nouvelle figuration reprend les thèmes de la paysannerie, sans doute pour marquer l'appartenance de l'artiste à sa patrie et au peuple russe. Il en résulte des oeuvres très schématisées, des compositions minimalistes aux couleurs primaires, des personnages souvent sans visage.
Pressentiment complexe
ou
Buste à la chemise jaune
(v. 1930)
L'Homme qui court
(1930-1931)
Femme au râteau
(1928-1932)
Filles à la campagne
(1928-1932)
Parmi les dernières oeuvres peintes par l'artiste se trouve cet autoportrait dans des vêtements de style Renaissance. Comment expliquer un tel retour à la peinture traditionnelle? Serait-ce le résultat de la censure stalinienne? ou une façon de boucler la boucle par un retour à la figuration classique? La question reste entière. À noter : la signature de l'artiste a pris la forme d'un carré noir...
Mai 1935, le cortège funéraire de Malévitch avec
Carré noir sur fond blanc
, et le cercueil suprématiste de l'artiste
Autres oeuvres influencées
par le suprématisme de Malévitch
Yves Klein,
Monochrome bleu sans titre
(1959)
Pierre Soulages,
Outrenoir
(v. 1979)
Paul-Émile Borduas, Composition 69 (1960)
Full transcript