Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Médiation et usage des réseaux sociaux : l'enseignant amplificateur

Communication Colloque de l'Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Etrangères, La médiation en didactique des langues, Formes, fonctions, représentations, Bordeaux,21 janvier 2017.
by

xavierfp martin

on 20 January 2017

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Médiation et usage des réseaux sociaux : l'enseignant amplificateur

Médiation et usages des réseaux sociaux : l'enseignant amplificateur
Le projet Instagram

Un carnet de voyage numérique et des interactions









l'élève apprenant "acteur social" et "utilisateur de la langue", l'enseignant tuteur et mobilisant les compétences de l'élève.
Objectifs généraux :
communiquer
,
s'informer
,
partager
.

Lancement du projet en présentiel :
création d'un compte
(paramétrage en français pour faire émerger et acquérir le vocabulaire du réseau social ("réseau social", "s'abonner", "suivre", "tweeter", "publier", "tweet", "retweeter" ...) ;
incitation à suivre le compte de l'enseignant
(non obligatoire).
Le projet Twitter
Des comptes
institutionnels
,
éditoriaux
,
pédagogiques
relayés par l'enseignant :
Xavier Martin, lycée St Benoît, Istanbul

http://filpedagogique.blogspot.com.tr
Twitter : @xavierfpmartin

Recherche-action
sur l'usage de deux réseaux sociaux (
Instagram
,
Twitter
)
Processus de recherche
jalonné de trois grandes phases :
-
identification
et
mise en perspective d'une situation
d'enseignement/apprentissage à
améliorer
,
questionner
et
évaluer
: comment, par le biais des réseaux sociaux, encourager chez les élèves apprenants la lecture de pages internet francophones, poursuivre leur apprentissage hors de la classe, les faire interagir dans des situations de communication authentiques ;
-
mise en oeuvre d'actions pédagogiques
, évaluées, analysées, régulées ;
-
évaluation finale et partagée
.

Dans [notre] monde désormais sans frontières, l’individu peut être à la fois un pseudo sur un forum, l’auteur identifié d’un blog, un personnage de jeu en réseau ou le client d’une plate-forme commerciale. Chacun d’entre nous est donc naturellement amené à épouser plusieurs rôles, à évoluer dans et selon la diversité des situations qu’il rencontre
.”
François Mangenot et Frédérique Penilla,
FDML
,
Recherches et applications
, n°45, janv. 2009)
1° Présentation du
cadre théorique
de la recherche-action : la
perspective actionnelle
, le
modèle socio-constructiviste
(Vygotsky) et le rôle de
tuteur
de l'enseignant (Bruner)

2° Description et analyse d'un premier projet (limité dans le temps), utilisant le réseau social
Instagram

3° Description et analyse d'un second projet (étendu dans le temps), utilisant
Twitter

4° Conclusions de ces deux expérimentations, qui mettent en lumière le rôle de l'
enseignant médiateur de savoirs
et
amplificateur d'informations
, dans notre monde connecté
Cadre théorique
Perspective actionnelle
:

Elle “considère avant tout l’usager et l’apprenant d’une langue comme des acteurs sociaux”. Les activités langagières “s’inscrivent [...] à l’intérieur d’actions en contexte social qui seules leur donnent leur pleine signification.” CECRL

“L’usage d’une langue, y compris son apprentissage, comprend les actions accomplies par des gens qui, comme individus et comme acteurs sociaux, développent un ensemble de compétences générales et, notamment une compétence à communiquer langagièrement. Ils mettent en oeuvre les compétences dont ils disposent dans des contextes et des conditions variés [...], en mobilisant les stratégies qui paraissent le mieux convenir à l’accomplissement des tâches à effectuer.” CECRL

Modèle socio-constructiviste
complété par l' "
interaction de tutelle
" de S. Bruner.
(
Le développement de l'enfant : savoir faire, savoir dire
, 1983)

Six "
fonctions d'étayage
" :
- l’
enrôlement
: susciter l’intérêt et l’adhésion de l’apprenant dans la tâche ;
- la
réduction des degrés de liberté
: simplifier la tâche pour éviter la surcharge cognitive ;
- le
maintien de l’orientation
: guider l’apprenant dans sa tâche
- la
signalisation des caractéristiques déterminantes
: corriger l’apprenant en lui montrant l’écart entre ce que l’apprenant a produit et ce qui était attendu ;
- le
contrôle de la frustration
: faire des erreurs un élément positif et non décourageant (sentiment d’échec) ;
- la
démonstration
: modéliser pour que l’apprenant imite.






Dans le cadre d'un séjour à Paris (
niveau A2

+
)

Objectifs généraux :
mettre en réflexion
et
en résonance
les journées des élèves à Paris,
exercer leur sensibilité esthétique
(à travers la photographie), travailler des
compétences d’écriture
par le biais des
interactions
qu’encourage le réseau social.

Dans le cadre d'un cours de conversation (
niveau B1
) : comment
enrichir l'apprentissage formel
et
développer un apprentissage non-formel
ou
informel
.
Rôle de l'enseignant dans quelques tâches demandées aux élèves ?
Production écrite
: rédiger son profil (se présenter, A2).
Sensibiliser
les élèves à leur
identité numérique
.
Production écrite en interaction
: répondre à un tweet de l'enseignant, demander une information (ex : demande du travail à faire à cause d'une absence, en utilisant la messagerie instantanée), partager un article ou une page Internet.

Guider
et
orienter
les élèves, partager des liens, des ressources, des sites, des articles, ... Faire du compte Twitter enseignant un "
cahier de texte virtuel
" : publier un document déclencheur pour une activité en classe, partager des consignes de tâches ou des messages rappelant le contenu du cours précédent, etc.
Quels comptes Twitter inciter les élèves à suivre ?
Une enquête auprès des élèves afin de mieux connaître leurs usages numériques sur les réseaux sociaux
Après cinq mois d'expérimentation, à partir d'un questionnaire
Google form
: support d'une activité de production orale (apprendre à décrire et commenter un graphique).
Large gamme de réseaux sociaux fréquentés : plébiscite de Whatsapp "plus pratique",
"plus personnel", "plus privé" ; Snapchat pour "se divertir" ; Twitter
pour "s'informer",
Facebook "pour leurs parents".
Quatre profils numériques d'élèves
Plus des tendances que des profils : rien n’est figé dans les pratiques et la culture numériques

Les
geeks
: présents sur plusieurs réseaux sociaux sans être "accros" (jusqu’à cinq : Whatsapp, Snapchat, Instagram, Twitter et Facebook) qu’ils réservent à des usages différents, actifs dans notre projet et dans les discussions sur le numérique, compétents dans la maîtrise des outils, des applications numériques, des réseaux sociaux.

Les
convaincus
: réceptifs, curieux et actifs sur Twitter, ils réalisent l’intérêt qu’il y a pour eux dans le projet et y adhèrent.

Les
suiveurs
: ils ont découvert Twitter et ils ont créé un compte, ils ont “suivi” notre compte, mais ils n’ont guère été actifs. Ils participent parce que le groupe les y encourage.

Les
sceptiques
: ils ne se sont pas créés de compte, sans pour autant avoir été silencieux dans les échanges en cours liés au projet.

Pour conclure,
trois axes de réflexion
1° Les réseaux sociaux comme levier pour utiliser la langue comme
outil d’interaction et d’action sociales
: mettre en place une
pédagogie actionnelle
dans l’apprentissage d’une langue.
Conduire l’apprenant
hors du cadre scolaire
, le placer dans un
contexte d’usage social de la langue
.


“proposer des tâches dans lesquelles l’apprenant n’est plus seulement un apprenant, mais devient un “usager” de la langue, [...] proposer des tâches qui ont un enjeu réel et dans lesquelles les aspects non langagiers retrouvent la place qu’ils ont dans la réalité.”
C. Ollivier et L. Puren, Le web 2.0 en classe de langue, 2001

Etablir
une
continuité entre apprentissage formel
(limité dans le temps, dans le cadre d’un cours institutionnalisé),
non-formel
(intentionnel chez l'apprenant, non cadré explicitement par l'enseignant) ,
informel
(non intentionnel chez l'apprenant, non limité dans sa durée, ni cadré ou dirigé par les consignes de l’enseignant).
Conduire
mes élèves sur un
web social francophone
pour qu’ils y développent un apprentissage de plus en plus informel, en autonomie.

Limite du projet Twitter
: plus d'interaction, ni d'activité chez mes élèves observables depuis la fin du projet. Cf fonctions d'étayage de Bruner : "enrôlement", "maintien de l'orientation", "démonstration".
Contact physique et relance de la motivation par l'enseignant. (enseignememt/apprentissage "hybride".

3°Rôle d'
amplificateur
de l’enseignant. Cf chercheur
connectiviste
George Siemens.
Guider
,
relancer
la motivation,
sélectionner
des ressources, s’en
faire le relais
auprès de ses élèves, via Twitter : pour accroître la visibilité et la pertinence de ces ressources,
dans un contexte d'infobésité
.
Attribuer un
label de qualité
à certaines et inviter ses élèves à agir de même, c’est-à-dire trier et sélectionner une information ou une ressource pertinente pour la partager.

Concourir à un
co-apprentissage
par l'interaction.


Full transcript