Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Assèchement de la mer d'Aral

No description
by

Ève Galaise

on 27 November 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Assèchement de la mer d'Aral

photo credit Nasa / Goddard Space Flight Center / Reto Stöckli
L'ASSÈCHEMENT DE LA MER D'ARAL
SITUATION GÉOGRAPHIQUE
C'EST QUOI LE PROBLÈME ???
HISTORIQUE
ET AUJOURD'HUI ??
SOLUTIONs ENVISAGEABLES...
CONSÉQUENCES ENVIRONNEMENTALES
CONSÉQUENCES
SOCIO-ÉCONOMIQUES
Localisation : Asie centrale, partagée entre le Kazakhstan (Sud-Ouest) et l’Ouzbékistan (Nord-Ouest)
Superficie : 10 033km2
La mer d'Aral est alimentée par 2 affluents principaux : le fleuve Syr-Darya et Amou-Darya Débit : 2 à 5 km3/ an
Cinq pays se partagent le bassin du lac d’Aral : Kazakhstan, Tadjikistan, Kirghizistan, Turkménistan, Ouzbékistan.
Richesse économique: Un géant bassin d’eau peu salée provenant des glaciers et des montagnes. On y pratiquait la pêche, aujourd’hui l’eau est irriguée massivement pour la culture de coton
Climat: Continental désertique l'été
L'hiver entièrement pris dans les glaciers
1918 : Le parti bolchévique planifie le développement de la mer d’Aral
1960 : les planificateurs soviétiques à Moscou ordonnent l’irrigation massive de l’eau et imposent des quotas minimum à produire
L'affaire du coton ouzbek = De lourdes conséquences pour les dirigeants ouzbeks en 1983
1960 à 1980 :En seulement 20 ans, la mer perd 75% de sa surface, 14m de profondeur et 90% de son volume
Pesticides + insecticides + sel laissé par les eaux en se retirant = une forte
hausse
du
TAUX DE MORTALITÉ INFANTILE
, augmentation du nombre des cancers et des cas d’anémies, le développement d'autres maladies respiratoires directement reliés à l’exposition à des produits chimiques
PROBLÈMES AIGUS DE SANTÉ
: De 1983 à 1998, il y a eu une augmentation de 3’000 % des cas de bronchite chronique et de maladies des reins et du foie, en particulier le cancer, tandis que l’arthritisme a augmenté de 6’000 %
CHÔMAGE
: 50 millions de personnes dépendent du bassin-versant de la Mer d’Aral pour leur activité . 2006, on estime que 80% de la population active est au chômage. La pêche représentait plusieurs centaines de milliers de tonnes dans les années 50 ; ces dernières années, les chiffres sont estimés à 4000. Toutes les activités de pêche commerciale ont cessé en 1982.
PROBLÈMES SANITAIRES
: Karakalpakie, l'eau potable est saline et polluée, à forte teneur en métaux - tels que le strontium, le zinc et le manganèse - qui cause des maladies comme l'anémie.
L’ancien port prospère de Mouinak est devenu une ville empoisonnée (Mortalité infantile 118 pour 1000). Sur les 48 000 habitants, 20 000 sont atteints de maladies graves.
Les femmes font des fausses couches à répétition et mettent au monde des enfants malformés ou mort-nés
L’île de Barsa-Kelmes est une des réserves naturelles les plus précieuses des déserts de l’Asie centrale. Elle abrite une flore spécifique comprenant environ 257 espèces, en particulier des armoises et des Anabasi. Quelques espèces d’antilopes ou encore d’onagres ont été introduites sur l’île il y a plusieurs années. Certaines de ces espèces ont dû être ajoutées dernièrement à la liste rouge des espèces menacées.
La teneur en minéraux de l'eau a quadruplé rendant impossible la survie de la grande partie des poissons de mer et de la faune sauvage.
Aujourd’hui, les 28 espèces endémiques de la mer d’Aral ont disparu. Seule subsiste une espèce de raie importée et sélectionnée pour survivre à de tels taux de salinité. Sa survie à long terme n’est pas assurée, même dans la Petite mer.
Sur les animaux :
Sur le climat :
La période de végétation ne dure plus que 170 jours
par an en moyenne, tandis que -
les tempêtes de sable
font rage pendant plus de
90 jours par an
. Sur ces nouvelles terres désertiques, le climat s’est modifié. Les pluies plus intenses causent des dommages, les hautes températures augmentent et l’agriculture consomme 10% de plus d’eau. (
CERCLE VICIEUX
)
Transformation du climat : Initialement température moyenne de -25°C (hiver) à 35°C (été), maintenant, ça peut passer de - 50°C (hiver) à 50°C (été)
Succession des plantes sur le sol marin asséché de la mer d’Aral et aux possibilités d’améliorer la fertilité du sol pour le rendre propice à l’agriculture
La technique de la phyto-amélioration consiste à améliorer les propriétés du sol en y plantant des espèces résistantes aux dures conditions du désert et en provoquant la succession de la végétation
Améliorer la qualité et la fertilité du sol afin d'avoir moins besoin d'irriguer et de vider la mer d'Aral. ( Cultiver sans autant irriguer )
L’Ouzbékistan a planté 300 000 hectares de saxaoul (arbuste), qui produisent 167 000 tonnes d’oxygène en absorbant 230 000 tonnes de CO211. Ces plantes ne sont pas seulement une aide contre l’érosion, elles jouent également un autre rôle essentiel : elles permettent de réduire l’effet de serre.
Une seule tentative couronnée de succès à ce jour fut la construction d'une digue au sud de l'embouchure du Syr-Daria, pour barrer un détroit entre la Petite mer et la Grande mer (Bolchoïé, ce qui reste du sud de la grande mer). Achevée en 1996, elle permit de faire remonter le niveau de la Petite mer.
Depuis 2006 , les observateurs constatent que le niveau de la Petite mer Septentionale est remonté de six mètres.
Retour du clapotis des vagues ??
Construction de la digue. Un retour en force de l'opération en 2005 (Banque mondiale)

2006 : Pêcheurs ramènent plus de 2000 tonnes de poissons dans leurs filets


Deuxième phase de l'opération déjà débutée.

- Prévoit une nouvelle digue pour le bassin d'Aralsk

- Nouveaux travaux pour encore augmenter le débit du Syr Daria
Sur l'environnement :
L’érosion s’accélère, le vent soulève 200 millions de tonne de poussière salines qui vont se déposer sur les glaciers et accélèrent encore leur assèchement
En 1990, plus de 95 % des marais et terres humides avaient été remplacés par des déserts de sable et plus de 50 lacs du delta, couvrant 60 000 ha, s'étaient desséchés.
Le plus grand désastre écologique de l'homme ait causé
Mer presque complètement assèchée depuis 1960:
- Perdu 75 % de sa surface
- 14 mètre de profondeur
- 90% de son volume
-Niveau de la mer baisse de 20 à 60cm/an
En 1960 = Union soviétique décide intensification de la culture du coton
- Irrigation = Détournement de l'Amur-Dar'ya et du Syr Dar'ya.
- Irrigation + pompage excessif = désertification + déséquilibre complet de leur écosystème.
-Débit des deux fleuves détournés : Passé de 50 à 60 km3 d'eau/ an de 2 à 5 km3/an.

Eaux se retirant = Augmentation de la salinité = Tuer quasiment tout quasiment toute forme de vie
-Problèmes de santé
-Déplacement de population puisque pratique de l'agriculture traditionnelle impossible + pêche
-x eau potable
Syndrome de la mer d'Aral
1988: Zone de désastre
2006 : reprise de la pêche
2003 : la banque mondiale finance le projet d’un barrage et d’une digue pour éliminer l’excès de sel et augmenter le niveau de l’eau
1991 : l’effondrement de l’URSS, on commence à voir des politiques apparaissent pour restaurer la mer
1989 : on distingue 2 parties à la mer
1982 : la pêche est impraticable
Full transcript