Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Plan

No description
by

Jonathan Vieu

on 5 December 2017

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Plan

Introduction
Expression des émotions dans le dessin d'un homme chez l'enfant de 5 à 11 ans
Partie théorique
Ekman (1982) : 6 émotions primaires : la joie, la surprise, la peur, la colère, le dégoût et la tristesse.
Les enfants s'appuient sur trois types d'indices afin d'exprimer et de reconnaître une émotion

-> Très peu d'études s'intéressent à l'expression émotionnelle au travers des dessins :

Études de la production d'indices graphiques
-La taille (Burkitt, Barrett & Davis, 2003a, 2004 ; Cox, 1993).
-La couleur (Burkitt, Barrett & Davis, 2003b, 2004).

Étude de la production d'indices graphiques
au travers d'un dessin joyeux et d'un dessin triste.
(Jolley, Fenn & Jones, 2004).

-> Cependant : Études basées seulement sur les émotions de joie et tristesse. Et ne portent pas sur le dessin de l'homme.
C. Brechet, D. Picard, R. Baldy
But
: Examiner la capacité des enfants de 5 à 11 ans à
exprimer différentes émotions dans le dessin de l’homme.


Ils postulent :
- Une augmentation avec l’âge de l’expressivité des dessins.
- Que la joie et la tristesse seront exprimées plus précocement
dans les dessins que la colère et la surprise.
- Que le nombre d’indices graphiques devraient être de plus
en plus conséquent avec l’âge.


I- Introduction

II- Partie théorique

III- Méthodologie
1. Participants
2. Matériel
3. Procédure
4. Mesure

IV- Résultats/ Discussion

V- Critique
1. Points positifs
2. Points négatifs

VI- Conclusion
Claire Brechet
Maître de conférence,
docteur en psychologie du développement.

Université Montpellier III

Delphine Picard
Professeur de psychologie
du développement.

Université Aix-Marseille

René Baldy
Professeur du développement, spécialisé dans le dessin chez l’enfant.

Université Montpellier III

Expression faciale
Grâce notamment au FACS

Facial action coding system

Unités d'action

Ekman & Friesen, 1978
Expression corporelle et émotionnelle
Se développe la reconnaissance
(Boone & Cunningham, 1998)


Ainsi que l'expression émotionnelle
(Camras & al., 2002)
Le contexte
Indice pour reconnaître les émotions.
(Barden, Zelko, Duncan & Masters, 1980)
Méthodologie
Participants
60 enfants répartis en 3 groupes d’âge :
5 ans, 8 ans, 11 ans.

Ils étaient tous d’âge scolaire normal, sans aucun
problème psychomoteur particulier.

Ils avaient un niveau de développement graphique
normal (échelle de Goodenough)

Un groupe de 20 adultes étudiant à l’université
(volontaires)

Matériel
Dessin avec un crayon à papier.

Feuilles individuelles A4.

5 espaces graphiques délimités (taille = 8 × 8 cm).

Procédure
Temps : 15 minutes

Consigne n°1 : « Voici une feuille et un crayon. Peux-tu dessiner ici un homme ? »

Consigne n°2 :
« Maintenant, imagine que cet homme est très joyeux (triste/en colère/surpris), je voudrais que tu dessines ici l’homme de sorte qu’on voit qu’il est très joyeux (triste/en colère/surpris) ».

Les différentes émotions sont demandées dans
4 ordres différents.



Mesure
24 juges adultes : « neutre », « triste », « heureux », « en colère », « surpris », « autre émotion ».

4 séries de 80 cartes.

L’évaluation dure 50 minutes par juge.

24 nouveaux juges : choix libre.
Résultats
Nombre de dessins évalués positivement augmente entre 5 et 11 ans puis se stabilise entre 11 ans et l’âge adulte.

Le nombre d’indice graphique augmente entre 5 et 11 ans.
-> 5 ans : 1 seul indice graphique
-> 8 ans : 2/3 indices graphiques
-> 11 ans : 3 indices et plus (comme adultes)
Joie : la bouche concave est utilisée à tout
âge.
- 8 ans : indices postures et contexte
- 11 ans : ces indices diminuent
Tristesse : Tous utilisent les larmes et la bouche
convexe.
- 5/8 ans : augmentation indices de posture
Colère :
- 8 ans : indices de posture (poings serrés)
- 8/11 ans : indices de contexte (mots...)
- 11 ans : expressions faciales ( dents visibles)
Surprise :
- 5 ans : expressions faciales (bouche
ouverte).
- 11 ans : indices de posture et contexte
Ainsi, reconnaissance plus
précoce de la joie et de la
tristesse (8 ans) par rapport à la
colère et la surprise (11 ans).


Critique
Points positifs
Vérification capacités des enfants (âge scolaire,
développement psychomoteur et graphique).

Dessin du bonhomme (à la fois simple et complexe).

Deux méthodes de jugement : résultats cohérents
-> généralisation.

4 émotions : évite confusion entre surprise et peur.

Résultats explicites et illustrés par des dessins

Lien entre les indices graphiques présents et le FACS

La production du dessin (plus complexe) assure la
compréhension de l'émotion.

Les auteurs sont spécialisés dans le domaine.
Points négatifs
Dessins trop peu nombreux (5 ans)
-> justifié par les contraintes de publication.

Généralisation en France et autres cultures.

Cadre du dessin trop limité (taille/couleur non pris en compte) -> (Burkitt, Barett & Davis).

Malgré la justification d'une possible confusion surprise/peur, l'émotion peur manque.

Échelle de Goodenough ancienne (1926), plutôt utiliser celle de Harris (1963)

Contextualisation de la consigne pertinent pour les plus petits (5 ans). Gross et Ballif (1991)

Manque d'explication du choix de l'adulte, surement pour observer si l'évolution après 11 ans continue.

Mais la raison de la réduction des indices chez
l'adulte n'est pas exlpicitée.




Conclusion
Les américains utilisent le dessins.
Au contraire des anglais qui trouvent cette technique peu fiable et qui tient de la psychologie du sens. Car manque de preuves scientifique.

Or ça ne doit pas dissuader à l'usage du dessin, car il présente au moins deux avantages :

- Elle recourt peu au langage
- Elle demande une compréhension précise, analytique et explicite des émotions, et de leur expressions faciales
Sarah Elorza, 21200614
Estelle Sibra, 21500966
Ornella Volckaert, 21500121
Full transcript