Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

richard tetu mois de l'histoire des noirs

No description
by

richard tetu

on 15 April 2011

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of richard tetu mois de l'histoire des noirs

Mois de l'histoire des Noirs sites internet Comment on peut être raciste dans le choix des mots en Martinique ? http://www.publifarum.farum.it/ezine_printarticle.php?publifarum=d8e1406c057be104df091fd660c5d0a2&art_id=53 La liberté des Noirs au Canada: Historique Six précurseurs au Canada http://archives.radio-canada.ca/politique/droits_libertes/dossiers/3709/ http://www.museevirtuel-virtualmuseum.ca/edu/ViewLoitCollection.do?method=preview&lang=FR&id=2999 http://www.black-history-month.co.uk/ Black history month in UK Au Canada Pour honorer le souvenir des esclaves http://www.crdp-nice.net/bouquet/ressources.php?rub_id=6&ssr_id=57&cat_id=719 Une compilation de liens exceptionnels sur l'esclavage sur
le site suivant http://senegalmetis.com/Senegalmetis/Accueil.html L'origine des esclaves http://www.blackhistoricalmuseum.org/ Black history month in US Pour commémorer l’abolition de l’esclavage http://fr.wikipedia.org/wiki/Litt%C3%A9rature_noire_am%C3%A9ricaine#Esclavage Pour la littérature noire d'anciens esclaves Frederick Douglass Booker T. Washington Johanne Harelle Rosemary Brown Carrie Best Fergie Jenkins William Hall 1827 – 1904 1903 – 2001 1942- 1930-2003 Dany Laferrière 1953- 1953- Michaelle Jean http://www.madame.ca/loisirs_culture/personnalites/johanne-harrelle-premiere-top-modele-noire-au-quebec-n2549p1.html née en 1930 Le Sénégal en particulier http://webworld.unesco.org/goree/fr/index.shtml 1818 - 1895 1856 –1915 http://www.dailymotion.com/video/xa820t_rosa-parks_news http://www.onf.ca/partial/player/popout/17203/?ct=198.037 Fin Richard Têtu
enseignant
c.s. Des Découvreurs
Québec
Canada

richard.tetu@csdecou.qc.ca
richardtetu@fse.ulaval.ca http://forums.thefashionspot.com/f52/renee-thompson-59355.html http://www.dailymotion.com/video/x5c63m_mississipi-burning-la-vraie-histoir_news « Ici, nous travaillons tous le long du Mississippi,
Ici, nous travaillons tous tandis que les blancs s’amusent,
Tirant les bateaux de l’aube au coucher du soleil,
Sans connaître de repos jusqu’au jour du jugement dernier.
Ne regarde ni en haut ni en bas,
Tu ne peux prendre le risque de mécontenter le patron blanc,
Plie les genoux, courbe la tête,
Et tire cette corde jusqu’à la mort.
Laisse-moi partir loin du Mississippi,
Laisse-moi partir loin du patron blanc,
Montre-moi ce fleuve qu'on appelle le Jourdain,
Ce vieux fleuve que je languis de traverser.
Sacré bonhomme de fleuve, sacré bonhomme de fleuve,
Il doit bien savoir quelque chose,
Mais il ne dit rien,
Il suit simplement son cours,
Il va imperturbablement son chemin.
Il ne plante pas de pommes de terre,
Il ne plante pas de coton,
Et ceux qui les plantent sont vite oubliés,
Et ce sacré bonhomme de fleuve,
Lui, suit tranquillement son cours.
Vous et moi, nous suons et trimons,
Le corps endolori et rompu de fatigue,
Halant les chalands, soulevant les balles,
Bois un petit coup et tu te retrouves au cachot.
Je suis las et malade d’épuisement,
Fatigué de vivre et j ai peur de mourir,
Et ce sacré vieux bonhomme de fleuve qui poursuit tranquillement son chemin.» traduction de cette chanson - 1927- Old man river « I say to you today, my friends, so even though we face the difficulties of today and tomorrow, I still have a dream. It is a dream deeply rooted in the American dream.
I have a dream that one day this nation will rise up and live out the true meaning of its creed : “We hold these truths to be self-evident : that all men are created equal.”
I have a dream that one day on the red hills of Georgia the sons of former slaves and the sons of former slave owners will be able to sit down together at a table of brotherhood.
I have a dream that one day even the state of Mississippi, a state sweltering with the heat of injustice, sweltering with the heat of oppression, will be transformed into an oasis of freedom and justice.
I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character. I have a dream today!
I have a dream that one day down in Alabama, with its vicious racists, with its governor having his lips dripping with the words of interposition and nullification; one day right down in Alabama little black boys and black girls will be able to join hands with little white boys and white girls as sisters and brothers.
I have a dream today.
I have a dream that one day every valley shall be exalted, every hill and mountain shall be made low, the rough places will be made plain and the crooked places will be made straight and the glory of the Lord shall be revealed and all flesh shall see it together. » Voici le passage le plus connu. Ce message d'espoir est célèbre dans le monde entier, bien au-delà des frontières des États-Unis. Le discours fut prononcé sur les marches du Lincoln Memorial pendant la Marche vers Washington pour le travail et la liberté à Washington DC le 28 août 1963. Il illustre clairement le désir de voir à l'avenir les Noirs et les Blancs coexister en harmonie et vivre égaux. « Je vous le dis aujourd'hui, mes amis, bien que, oui bien que nous ayons à faire face aux difficultés d'aujourd'hui et de demain, je fais pourtant un rêve. C'est un rêve profondément ancré dans le rêve américain..
Je rêve qu'un jour, notre nation se lèvera pour vivre véritablement son credo : «Nous tenons pour vérité évidente que tous les hommes ont été créés égaux.»
Je rêve qu'un jour, sur les collines rousses de la Géorgie, les fils d'anciens esclaves et les fils d'anciens propriétaires d'esclaves pourront s'asseoir ensemble à la table de la fraternité.
Je rêve qu'un jour, même l'État du Mississippi, un État où l'injustice et l'oppression créent une chaleur étouffante, sera transformé en une oasis de liberté et de justice
Je rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur la valeur de leur caractère. Je rêve aujourd'hui.
Je rêve qu'un jour, dans l'Alabama, avec ses abominables racistes, avec son gouverneur qui n'a aux lèvres que les mots d'"opposition" aux lois fédérales et d'"annulation" de ces lois, que là même en Alabama un jour les petits garçons noirs et les petites filles noires avec les petits garçons blancs et les petites filles blanches pourront se donner la main, comme sœurs et frères.
Je rêve aujourd'hui.
Je rêve qu'un jour toute vallée sera élevée, toute colline et toute montagne seront abaissées. Les endroits raboteux seront aplanis et les chemins tortueux redressés. Et la gloire du Seigneur soit révélée et toute chair la verra. » En français Au Brésil Candomblé Ferguson Arthur Jenkins, C.M., né le 13 décembre 1942 à Chatham, Ontario, Canada, est un lanceur droitier de baseball ayant joué dans les Ligues majeures de 1965 à 1983. Africville en Nouvelle-Écosse Rosemary Brown est née à Kingston en Jamaïque le 17 juin 1930. Madame Brown a été la première femme de couleur noire à être élue dans une législature canadienne, en siégeant comme membre de l’assemblée législative de la Colombie-Britannique de 1972 à 1986. Elle y siégea jusqu’à sa retraite en 1986. Féministe et défenseur du bien public, Rosemary aida les autres tout au long de sa vie; elle est décédée en 2003 à l’âge de 72 ans. Africville était une petite communauté située sur la côte méridionale du bassin de Bedford, dans l'ancienne ville de Halifax, Nouvelle-Écosse. Pendant le vingtième siècle, la ville de Halifax commença à s'étendre sur la côte méridionale du bassin de Bedford, et la communauté fut finalement incluse comme une partie de la ville à travers un amalgame de municipalités. Africville était peuplée entièrement par des familles noires d'une grande variété d'origines. La communauté et ses installations furent détruites pendant les années 1960 et les habitants ont été replacés dans des logements publics au centre-ville ou dans les banlieues. L'essentiel de l'ancien site d'Africville est maintenant occupé par les autoroutes qui servent le pont de McKay, dont la construction pendant les années 1960 a fourni une des motivations pour la démolition d'Africville. Établie après la guerre de 1812, la communauté d'Africville a été officiellement fondée dans les années 1840. La ville, qui a compté environ 400 personnes, n'a ni changé en taille ou en caractère de manière significative ; du début à la fin, elle est restée une collection de maisons délabrées. La municipalité de Halifax n'y a même pas établi des services de base comme l'éclairage et l'eau. Pendant que la population de la ville de Halifax augmentait, Africville est devenu un emplacement de prédilection pour tous types d'industries indésirables -- prisons, abattoirs, et même un dépôt pour les matières fécales. Bien qu'Africville ait été une communauté extrêmement pauvre, la cohésion sociale de ses habitants était forte. Ils ont combattu et ont gagné le droit dans les années cinquante à recevoir des services municipaux, mais l'accord de principe du conseil municipal n'a jamais été traduit en action concrète. Dans les années 1960 la ville voulait construire un deuxième pont de Dartmouth à Halifax, et le site d'Africville était idéal pour sa construction. En outre, beaucoup d'habitants d'Africville étaient techniquement des squatters sans titre juridique de propriété pour leurs maisons ou leur terre, ce qui les rendait particulièrement vulnérables à la pression extérieure. Bien que ses habitants se soient amèrement battus, Africville a été détruite entre 1964 et 1967 et ses habitants ont été déplacés dans des logements publics mal construits dans le centre ville. Le programme de relocalisation a été critiqué pour sa faible planification car il n'a pas tenu compte de la manière dont la population vivait à Africville. La plupart des habitants ont simplement été relocalisée dans une ville qu'ils ne connaissaient pas, dans des appartements impersonnels. Les réseaux sociaux ont été perturbés, causant une dépression et beaucoup de détresse sociale. À ce jour les zones de reclassement ont une réputation de pauvreté, de quartiers où règne la criminalité, et d'être la scène d'autres problèmes sociaux connexes. Pour une part importante de la population de la Nouvelle-Écosse, Africville reste un symbole de discrimination raciale. Les habitants déplacés sont presque tous restés pauvres, et peu d'entre eux ont pu tirer un avantage économique de la destruction de leurs maisons. Dany Laferrière - "L'énigme du retour" (Prix Médicis 2009) http://www.lexpress.fr/culture/livre/dany-laferriere-lit-un-extrait-de-l-enigme-du-retour_785196.html
Full transcript