Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

La République, trois républiques

Travail collaboratif réalisé par la classe de 1ère 3, lycée des Chaumes, Avallon.
by

De Joie Cécile

on 6 October 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of La République, trois républiques

Les salopards en vacances
Ce tract a été publié clandestinement pendant la deuxième guerre mondiale en France, par le Parti Communiste : "1941 région PCF Paris Nord".
France Allemagne 1933
Du côté de la France (à gauche de l'image), nous pouvons observer le marteau et la faucille, symbole du communisme, balayé avec un nuage de poussière. Celui-ci étant créé par le balai d'un SA du côté allemand. La bande centrale représente la frontière entre ces deux pays. D'où le titre : "Le voisin fait son ménage" issu du journal "
L'Ami du peuple
" créé en 1928. Ce quotidien est populaire, nationaliste et xénophobe. Le dessin exprime l'hostilité face à l'arrivée de réfugiés communistes chassés d'Allemagne (comparés à des poussières), et aussi approuve cette chasse aux opposants.
Charonne
La République, trois républiques
Tract <<L'insigne du maréchal, c'est la hache du bourreau>> de 1941
Pol Ferjac,
Le Canard enchaîné
, 12 août 1936
Cette caricature, de Pol Ferjac, est publiée par
Le Canard enchaîné
, journal satirique, en 1961.
Soit, sous la V° république, dirigé par Charles de Gaulle et Michel Debré, le chef du gouvernement, et auteur de la constitution de la Ve République.
La Chalou-Paix
1962
Avec la loi de 1881, renforcée par l'ordonnance de 1944, l'Etat autorise la liberté d'expression, ainsi que le pluralisme de la presse. Il reconnaît la légalité du métier de journaliste.
Cependant, dans cette période, la radio et la télévision sont des médias d'Etat, et sont donc plus contrôlés que la presse.
L'évènement caricaturé ici, est la réunion du FLN, du GPRA, de Bourgiba et de De Gaulle.
Le GPRA est le gouvernement provisoire de la République Algérienne (1958-1962)
Le FLN est le front de libération national. Il combattait contre la France pendant la guerre d'Algérie.
Bourgiba est le premier président de la République Tunisienne (1957-1987). Il essayait de jouer le rôle d'intermédiaire entre la France et l'Algérie pour signer un accord de paix.
Le 8 janvier 1961, un référendum a été proposé aux Français sur le droit des Algériens à disposer d'eux-mêmes.

Les accords d'Evian ont finalement été signés le 18 mars 1962, et avec eux, la paix de la guerre d'Algérie, avec son indépendance vis-à-vis de la France.
Le Chambard
Le Chambard socialiste
est un journal hebdomadaire d'opinion et de satire. Il évolue dans un contexte de liberté de la presse affirmée.

Voici la "Une" datant du 8 septembre 1894.


Les lois scélérates
La personne qui pend les libertés sur le dessin est Jean Casimir Perrier, président du conseil, sous la 3éme république.
Le voisin fait son ménage,
L'Ami du peuple
En 1933, la France est dirigée par Albert Lebrun, un président de la IIIème République. Le chef du gouvernement est alors Edouard Daladier Président du parti radical de 1927 à 1930. A cette période, la presse était libre grâce aux lois de 1881.
Albert Lebrun
Edouard Daladier
Après la nomination d'Hitler en janvier 1933, une dictature se met rapidement en place. De ce fait, la presse est censurée, et l'Allemagne se débarrasse de ses opposants politiques, notamment les communistes après l'incendie du Reichstag.
Hitler
Les communistes étant des opposants politiques aux nazis, ils sont chassés de l'Allemagne. La plupart d'entre eux vont se réfugier en France. C'est pourquoi le marteau et la faucille sont balayés vers la France par le SA. Cette image est publiée dans un journal nationaliste français, opposé également aux communistes.
Conclusion :

Ce dessin caricature la longue négociation entre le gouvernement français et le gouvernement algérien, pour un accord de paix dans la guerre d’Algérie.

Au bout de deux ans de négociations, les accords d’Evian ont été signés et l’indépendance de l’Algérie acquise.
La Zizanie
Le Petit Journal
est un quotidien parisien républicain et conservateur, fondé par Moïse Polydore Millaudi. Il a paru de 1863 à 1944 et était accessible à tous grâce à son faible prix, les personnes n’avaient pas besoin d’abonnement. Il proposait, à côté de l'information nationale et internationale, un contenu distrayant comprenant faits divers, feuilletons, horoscopes et chroniques. Ce journal se déclarait sans parti politique.

Le
Supplément du Dimanche
utilisait les illustrations couleurs pour la "Une".
Le Petit Journal
est l'un des trois principaux journaux français de la fin du XIXe siècle. Ce journal de presse populaire expédie 80 % de son tirage en province.
Le Petit Journal
Une classe dissipée
Cette caricature de la Chambre des Députés sous la forme d’une salle de classe ayant pour professeur Marianne est parue le 10 juillet 1898 dans
Le Petit Journal
.
On peut observer ici plusieurs grandes figures de la politique française de 1898 comme le président de la troisième république Felix Faure , Jules Méline qui se trouve être le Président du Conseil et d’autres députés de différents bords politiques. La zizanie de cette salle de classe indisciplinée est causée par de nombreux débats houleux liés à l’affaire Dreyfus (http://www.dreyfus.culture.fr/fr/les-francais-et-dreyfus/la-formation-de-l-opinion/la-presse.htm), les lois scélérates, les troubles liés au mouvement anarchiste et l’incompétence du président.
Cette caricature fait écho au lois scélérates . Les « lois scélérates » sont une série de lois votées en France sous la III ème république entre 1893 et 1894. Elles ont été proposées à la Chambre des Députés par Jean Casimir Perrier. Elles visaient à réprimer le mouvement anarchiste, responsable de nombreux attentats.
Une liberté remise en cause
Ces lois visant à restreindre les libertés de la presse, de réunion et d'expression des groupes anarchistes, ont en réalité limité, voire supprimé, des libertés individuelles, remettant en cause un principe républicain.
Auteur
Pol Ferjac (1900-1979) est un caricaturiste et dessinateur français. Il a publié ce dessin de presse dans
Le Canard enchaîné
, un journal hebdomadaire satirique fondé en 1915 pour dénoncer la censure.
Le Canard enchaîné
est l'un des plus anciens journaux français avec
Le Figaro
notamment (1826).

"Les Corbeaux" est un journal satirique diffusé en 1904 à Saint-Josse-Ten-Noode en Belgique, puis le 2 avril 1905 en France. C’est un hebdomadaire dont le dessinateur principal est Asheverus.
Diffusé le 1/12/1907 sous la IIIème République. Le président était Armand Fallières et le chef du gouvernement était Georges Clémenceau. A cette époque, la presse est libre grâce à la loi du 29/06/1881. Cette caricature a été dessinée pour dénoncer l’ancien système éducatif, c’est le passage de l'enseignement religieux à l’école laïque avec les lois Ferry.

Cette caricature permet de montrer l’ancienne éducation religieuse. C’est une caricature péjorative du clergé. On force les jeunes à apprendre sans réfléchir. On le voit grâce aux entonnoirs reliés aux cerveaux des enfants qui sont remplis par le professeur. Le professeur est un cardinal, ce personnage montre la puissance de l’Eglise. Les enfants ne seront pas très intelligents mais ils seront de bon chrétiens.
Le Front Populaire
"Le pain, la paix, la liberté"
Le Front Populaire est issu de l'alliance de 3 partis de gauche : le SFIO, le parti radical-socialiste et le parti communiste.
Le Front Populaire remporte les élections législatives d'avril-mai 1936 grâce à un contexte favorable : crise économique de 1929, émergence des idées d'extrême droite, montée d'Hitler …
Il est resté au pouvoir de 1936 à 1938, sous la IIIème République (1870-1940).
Léon Blum, dirigeant de la SFIO, a été président du Conseil des ministres (chef du gouvernement français) du 4 juin 1936 au 29 juin 1937 et du 13 mars au 10 avril 1938.
Les accords de Matignon
Suite à la victoire du Front Populaire en 1936, de nombreux travailleurs font grève. Ils retrouvent enfin de l'espoir et espèrent obtenir une meilleure reconnaissance. Ce sont des véritables "grèves de la joie" du fait de leur atmosphère particulière.
A la suite de ces grèves qui commencent à se généraliser dans tout le territoire français, sont signés les accords Matignon dans la nuit du 7 au 8 juin 1936. Ils prévoient une importante hausse de salaire et la mise en place du droit syndical. La semaine de 40h et les 2 semaines de congés payés pour les ouvriers suivent peu après. Cependant, tous les ouvriers ne partent pas en 1936.
Cette caricature intitulée "Les salopards en vacances" est en noir et blanc.
Au premier plan, on peut voir une femme dans une baignoire tenant des lunettes. Un homme en maillot de bain se tient à côté d'elle, debout, avec une cigarette allumée dans la main.
Ils sont tous les deux sur une plage. Une cabine de plage rayée nous indique que c'est probablement une plage du nord de la France. De par leur attitude, on peut penser que ce sont des bourgeois. Ils se tiennent à l'écart des autres vacanciers.
Les autres vacanciers, en second plan, appartiennent probablement à la classe ouvrière. Ils profitent de leurs premiers congés payés et découvrent la mer, principalement les plages du Nord. Certains bronzent et d'autres jouent dans l'eau.
Les deux bourgeois les surnomment les "bolcheviks", en référence au communisme et au Front Populaire. On perçoit le mépris des bourgeois pour la classe ouvrière, débarquant sur "leurs" plages. De façon générale, les bourgeois ne voient pas d'un très bon œil le fait de partager avec ces "communistes".
Cette caricature a été dessinée par Bobb en 1908 avant de paraître sans doute dans un journal. Emile Zola est décédé en 1902, et la chambre des députés a voté son entrée au Panthéon le 13 juillet 1906, au lendemain de l' annulation de la condamnation de Dreyfus par la cour de cassation. Zola entre au Panthéon le 4 juin 1908.
Zola au Panthéon?
En effet, au cours de sa vie,
l'écrivain
Emile Zola s'est engagé dans l’affaire Dreyfus, où il dénonce l’injustice qu’a subi Alfred Dreyfus notamment par une lettre adressé au président de l’époque, Félix Faure, nommée
« J’accuse »
qui a été publiée dans le journal,
L’Aurore
.

Pendant l'Affaire, deux clans se forment, les dreyfusards et les antidreyfusards.
Cette caricature est classée d’antidreyfusarde, nous pouvons y percevoir différents symboles qui permettent de le justifier. La citation de
Drumont
(http://www.dreyfus.culture.fr/fr/bio/bio-html-edouard-drumont.htm ) dans le texte,
l'antisémitisme
avec la mention "tribu d'Israël".
Le dessin reprend
la francisque
, symbole de l’Etat français sous Vichy, pour dénoncer notamment la condamnation à mort, par des tribunaux français de Jean Catelas, Adolphe Guyot et Charles Woog, guillotinés à la prison de La Santé en septembre 1941.
On y voit également une hache sanglante, représentant le sang des communistes résistants, morts exécutés sur les ordres d’un gouvernement au service de l’ennemi, dans la collaboration avec l'Allemagne nazie.
Les étoiles de la hache représentent, le grade du Maréchal Pétain, 7 étoiles normalement.
Pour en savoir plus : http://www.histoire.presse.fr/recherche/lois-scelerates-01-09-1995-91136
Ce dessin traite d'une des principales réformes du Front Populaire : Les 2 semaines de congés payés, mais aussi du faible coût des vacances pour les ouvriers, grâce aux billets de train "Lagrange", qui offrent d'importantes réductions sur le prix du billet de troisième classe.
La caricature ironise sur la victoire du front populaire sur le patronat.

Cette caricature a été publiée dans le "Populaire de Paris" , un périodique quotidien, le 2 août 1936.
La France est alors sous la IIIe République. Le gouvernement de Front Populaire est dirigé par Léon Blum, membre de la SFIO, et son 1er ministre Edouard Daladier, radical socialiste. A l'époque, la presse est libre.
L’union des travailleurs fera la paix du monde.
Ce document est une affiche du parti communiste, dont le dessinateur se nomme Jean Rouppert. La date supposée de cette affiche est entre 1919 et 1920, aujourd’hui celle-ci est conservée au RIZE à Villeurbanne. Lorsque cette affiche a été faite, la France sort d’une guerre qui aura coûté beaucoup d’argent, celle-ci a des dettes. Début 1919 il y a énormément de grèves, puisque les salaires n’augmentent pas alors que les prix sont en hausse, en raison de l'inflation. A cette époque, le président est Georges Clémenceau, la presse est redevenue libre, après une période de censure pendant la guerre.
Sur cette affiche nous pouvons voir les dates 1914, date du début de la première guerre mondiale et 1919. Le squelette d’un soldat, qui a participé à celle-ci, est écrasé. En effet les soldats ont l’impression d’avoir donné beaucoup pour leur patrie en participant à la guerre, de leur côté les patrons de certaines industries ont gagné énormément d’argent dû à l’activité de celles-ci entre 1914 et 1918 : "profiteurs de guerre". Cette frustration des soldats va donner lieu aux grèves de 1920. Le slogan « on croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels » nous confirme que cette affiche est favorable aux travailleurs, et est donc une affiche communiste.
Deux d'un coup!
La cohabitation :
une expérience difficile!
Il s’agit ici d’une caricature de Plantu publiée dans
Le Monde,
le 10 novembre 1986.
Le journal
Le Monde
est un journal hebdomadaire généraliste. Il a été créé en 1945 après la Libération, sous le gouvernement provisoire.
Cette caricature représente la première cohabitation au sein du gouvernement, qui consiste à avoir par exemple dans le cas ci-dessus, un président de gauche et un gouvernement de droite.
Sous la Vème république, François Mitterrand, lors de son premier mandat, est obligé de nommer un premier ministre de droite, la gauche ayant perdu les élections législatives de mars 1986. C’est ainsi qu’il a choisi Jacques Chirac, qui était président du Rassemblement pour la République : parti politique de droite.

Cette caricature montre Jacques Chirac, qui présente une loi au conseil des ministres. Tous les ministres qui sont de droite approuvent la loi, et sont tous d’accord pour aller présenter la loi au parlement, alors que François Mitterrand alors président de la République n’est point d’accord.
Plantu montre l’impuissance du président pendant une période de cohabitation ce qui prouve que cette période est difficile d’un point de vue politique, cette caricature est donc une critique de cette période qui dure de 1986 à 1988.

Ce dessin est paru en 1902 dans le journal « l’Assiette au beurre ». C’est un dessin satirique de Gustave-Henri Gossot.
Le journal
L’Assiette au beurre
est un journal hebdomadaire satirique en Français qui est sensible aux idées socialistes et anarchistes. Il a existé de 1901 à 1936. Ce journal est réputé pour être un journal satirique le plus polémique qui prend pour cible les institutions de la IIIème République, ici l’armée avec cruauté. Le niveau des ventes des premiers numéros se situe entre 25.000 et 40.000 exemplaires, en 1902, il enregistre même des ventes approchant les 250000.
Sur cette caricature il y a deux militaires qui sont représentés. Un de ces militaires a un fusil avec au bout de celui-ci deux enfants embrochés. Les couleurs qui dominent sur ce dessin sont le rouge et le noir. Gustave Gossot, le dessinateur, critique la situation en inscrivant : « Deux d’un coup ! C’est superbe ! Tu auras la croix ! ». En 1902 on est au cœur de la 3ème République. A cette date il y a les lois sur les libertés publiques et les lois scolaires sont apparues. Mais la France est aussi engagée dans la colonisation. La France s’intéresse au Maroc à l’époque du dessin. A cette époque la conquête coloniale est presque achevée, et ce n’est pas étonnant que des militaires soient représentés ici puisqu'il y a eu des rivalités et des combats violents lors des conquêtes. Ce dessin est insolite car il faut savoir que peu de personnes sont contre la colonisation à l’époque
Aux urnes, citoyennes!
Ce document est une couverture du supplément en couleur du célèbre quotidien Le Petit Journal qui paraît seulement le dimanche. Le journal proposé est paru le dimanche 17 mai 1908. Ce journal et le supplément ne coûtent pas chers, seulement 5 centimes chacun, donc tout le monde peut l’acheter.
La couverture illustre le combat des femmes pour obtenir le droit de vote. Les femmes luttant pour le droit de vote sont appelées les suffragettes comme la célèbre Hubertine Auclert.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hubertine_Auclert

La personne qui renverse l’urne est Hubertine Auclert. C’est une suffragette comme Mademoiselle Laloé qui s’est présentée dans un bureau de vote à Paris dans le quartier Saint-Georges, mais a été rejetée car c’est une femme et les femmes n’ont pas le droit de voter à l’époque. C’est pour cela que les suffragettes ont manifesté leur désaccord en renversant l’urne.
1958 : La Ve République
Cette image met en scène le général de Gaulle sur un cheval squelettique à la façon de Dalí avec son œuvre Le cavalier de la mort (1935). A la droite du General, il y a un personnage c’est une caricature de Michel Debré qui a dirigé les travaux de rédaction de la constitution de la Vè République dont il tient un rouleau. Le cheval sur lequel se tient le Général De Gaulle est squelettique et il porte un bonnet phrygien avec le numéro 5 en référence à la 5éme République. A gauche un diablotin représentant Peyrefitte qui était un député gaulliste et ami de De Gaulle. Le Général est accoutré avec des habits médiévaux. A la gauche du général on peut apercevoir un crocodile avec un chapeau symbole du pape. A l’arrière de ce crocodile, on peut observer la croix de Lorraine symbole de la résistance gaulliste. Les représentations des fleurs de lys donnent un coté monarchique à cette scène en plus de la représentation du pape.
Le Don Quichotte, un journal satirique très populaire.
Ce journal date du 29 août 1879 et a donc été publié sous la IIIème République. Pendant cette période, le chef du gouvernement était Jules Grévy, et la presse n’était pas libre puisque la loi date de 1881. Cette image témoigne du début de l’annulation des contrats avec les congrégations, amenant à la séparation de l’Ecole et de l’Eglise selon les lois Ferry.
Ce dessin de Gilbert-Martin se nomme « Ouverture de la chasse » et est paru dans le n°271 du
Don Quichotte
. Au premier plan, on peut voir des corbeaux et au second plan une école sur laquelle l’inscription «congréganiste» est barrée et remplacée par «Laïque». Cela représente le passage d’une école religieuse à une école séparée de l’Eglise.
La couleur noire des corbeaux symbolise les membres du clergé qui portent des soutanes noires. La représentation des membres du clergé sous la forme de ces charognards permet de leur donner une image péjorative. La femme en rouge brandissant un balai est sans doute une figuration de la République. En effet, elle porte un bonnet phrygien, un symbole révolutionnaire.
http://www.aleph99.info/IMG/webm/caricature.webm
Full transcript