Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Stratégies de lecture

inspirées de la méthode CAFÉ
by

Josée Millette

on 19 April 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Stratégies de lecture

Après avoir lu quelques phrases,
je me demande: « Est-ce que je peux redire
dans mes propres mots ce que j'ai lu? »
Le singe mange une ban-ane.

Est-ce que cela a du sens?
Je recule et je relis
autant de fois que j'en ai besoin.

Je me demande:
«Que va-t-il arriver ensuite?»
«Que fera le personnage principal pour régler son problème?»
«Qu'est-ce que je ferais si tu étais à la place du personnage principal?»
Je raconte dans mes mots ce que je viens de lire.
Je dois suivre l'ordre chronologique de l'histoire; c'est-à-dire le début, le milieu, la fin.

Faire des inférences, c'est lire entre les lignes.
Voici plusieurs exemples d'inférences:
J'utilise mes 5 sens pour créer dans ma tête des images de ce que je viens de lire.
Un mot de substitution est un mot qui en remplace un autre.
Les mots comme
IL, ELLE, LUI, ILS, ELLES, NOUS,
VOUS, JE, TU, CELUI-CI,
remplacent un ou des noms.
Je fais le son de chaque lettre ou
groupe de lettres et je relis pour
recoller les sons.

Le garçon mange la __________ .


J'aime mon __________.
Certaines lettres font différents sons. Par exemple, la lettre «g» fait parfois le son [g] comme dans dra
g
on et parfois il fait le son [ j ] comme dans man
g
e .

Si je lis et que cela n'a pas de sens; j'essaie les autres sons.
Je me demande: Quel autre son cette lettre peut-elle produire?
Quand j'essaie les autres sons, je suis à l'écoute des mots que je reconnais.
Certains sons ont plusieurs lettres. Je dois donc regrouper les lettres lorsque je lis.
Par exemple:
Je v-o-i-s ou je v-ois \ une ban-ane ou une ba-na-ne
une feu-il-le ou une f-euille \ le so-le-il ou le sol-eil
J'utilise plusieurs indices pour être sûr et certain
de lire le bon mot.
Les ami
s
jou
ent
au ballon.
Certaines lettres nous donnent de l'information sur la quantité. Le
S
nous indique le pluriel; il y a plusieurs amis. Le
ent
indique aussi le pluriel, plusieurs personnes font l'action de jouer. Ces lettres sont ici muettes.

Certaines lettres nous donnent de l'information sur le genre, c'est-à-dire masculin ou féminin. Il est férquen
t
que

la dernière lettre au masculin est muette.

Si le
e
du féminin est présent, alors on prononce l'avant dernière lettre.


Voyons quelques exemples:
gran
d
(masculin) ou grande (féminin)
peti
t
(masculin)

ou petite (féminin)
excellen
t
(masculin) ou excellente (féminin)
un cha
t
(masculin) ou une chatte (féminin)
Le chat _______ du lait.
Je recherche des indices dans la phrase. Si je trouve des indices, je relis la phrase à la lumière de ces indices.
Les ailes
mon ami
Je prends une photo du mot. J'observe ses caractéristiques ( lettres muettes, double consonnes, graphies de certains sons...)
Je ferme les yeux et je visualise le mot dans ma tête. Est-ce que ma
photo est claire et nette? Dois-je reprendre une photo?
Je fais une pause au point.

Je module ma voix en fonction des points d'exclamation et d'interrogation.
Je lis des à mon niveau.
Je lis par groupes de mots. Je lis comme si je parlais.
Je regroupe les mots qui vont ensemble, qui ont du sens ensemble pour que ma lecture soit naturelle.
Je change ma voix. J'essaie de prendre des voix différentes pour chaque personnage. Je peux partagée la lecture avec quelqu'un d'autre.
Après avoir lu le texte, je le relis en essayant de
transmettre les émotions que les personnages vivent.

J'adapte ma vitesse de lecture en fonction du type de texte et en fonction de mon intention de lecture.
Je cherche dans le dictionnaire ou dans le glossaire.
J'essaie d'utiliser les nouveaux mots et les nouvelles expressions lorsque je parle et lorsque j'écris.
J'utilise les tableaux, les graphiques, les illustrations pour comprendre les mots nouveaux.
Je cherche le mot dans le grand mot.

J'utilise un référentiel de préfixes et de
suffixes.
Je relis lentement le passage où se trouve le mot en commençant au début du paragraphe ou de la partie qui contient le mot.

Je recherche des indices dans les phrases voisines. Si je trouve un indice, je relis la phrase à la lumière de cet indice et je réfléchis au sens.


Je poursuis ma lecture pour vérifier si le mot ou l'expression est
expliqué plus loin.
Voici des exemples.
Prenons l'exemple suivant:
Il faut faire bouillir l'eau d'érable dans une bouilloire. Le mot «bouillir » me fait penser au mot «boil» en anglais. Je relis la phrase en pensant à cette idée. Est-ce que cela a du sens?
Si je n'arrive pas à trouver la signification du mot, je peux demander de l'aide d'un camarade ou de l'enseignante.
Je cherche le mot dans le dictionnaire ou dans le glossaire.
L'élève doit se rendre compte qu'il y a bris de compréhension, que le texte n'a plus de sens.
L'élève qui continue à lire sans se préoccuper du sens est un élève à risque, car il n'a pas encore saisi le but de la lecture, c’est-à-dire comprendre le message.
Je lis quatre fois un même paragraphe. Après
chaque lecture, je m'autoévalue à l'aide du tableau
robot et rivière.
Faire des liens

Il n’y a ni bonne ni mauvaise façon d’établir un lien. La vie de chacun est remplie de souvenirs différents, car chaque histoire de vie est unique. En lisant, chacun établit donc des liens avec des éléments différents de l’histoire parce que nous sommes tous différents.




Tout au long de la lecture, il est possible de faire des liens avec…

- l’histoire : l’histoire me fait penser à _____________;
- l’image : l’image de ____________ me rappelle _____________;
- le personnage: le personnage de ________ me fait penser à __________ parce qu’il ____________;
- Le sentiment: Je me suis senti _______ quand _______ parce que _______.
contenus d'apprentissage
Programme cadre
français ALF
«Pour lire de manière fluide, tous les lecteurs ont besoin de textes qu'il peuvent lire avec un degré élévé d'adéquation et d'automatisme. Il est impossiblede lire de manière fluide un texte trop difficile.» Allington, 2009
Je lis en même temps que quelqu'un d'autre, le même texte.
En lisant, nous utilisons:
-la première vitesse, qui est la plus lente et la plus puissante, pour mémoriser de la matière;
-la deuxième vitesse pour apprendre;
-la troisième vitesse pour la plupart des lectures;
-la quatrième vitesse, la plus rapide pour balayer un texte dans lequel on cherche quelque chose.
Full transcript