Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

LES MICMACS

No description
by

Alina Hu

on 30 April 2014

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of LES MICMACS

Habitation
Les Explorateurs
Alina
Social
MICMACS
Par:
Projet
Région Géographique
Vêtements
Les hommes et les femmes se vêtaient peaux de caribou. Les hommes portaient un pagne de cuire, tandis que les femmes portaient leur tunique par une double ceinture
Les mocassins étaient fait de peau d'orignal ou de caribou et comportaient des lacets de cuir ou de fil. Les cheveux se portaient longs pour les femmes et les hommes
On trouvait deux types de raquettes pour marcher dans la neige : les plus grandes étaient utilisées pour la neige poudreuse, les plus petites pour la neige compacte et durcie. Lors des premiers contacts avec les Européens, les hommes et femmes allaient nu-tête, mais bientôt ils ont adopté le bonnet, fait de fourrure ou d'écorce, qui permettait d'établir une distinction selon l'homme et femme et le rang social.
micmacs@gmail.com
Les Micmacs sont un des premiers nations de l'Amérique du Nord à entrer en contact avec les Européens. Ils ont rencontré ce peuple pour la première fois quand Jean Cabot a ramené en 1497 trois Micmacs en Angleterre.
européens@gmail.com
La Nourriture

Le gras était soigneusement récupéré en le faisant fondre ou en le séparant à l'aide d'une pierre suffisamment chauffée, puis on le mettait dans une enveloppe faite d'écorce de bouleau ou on le mélangeait de bile animale pour sa conservation.
Merci d'avoir écouté à ma présentation!
LES MICMACS
Au 16e siècle, les Micmacs occupaient l'ensemble du Canada au sud et à l'est de l’embouchure du fleuve Saint-Laurent, qui comprend les provinces maritimes du Canada et la Gaspésie. Ces terres étaient densément boisées, avec de nombreux lacs et de rivières.
Les hivers étaient rigoureux et les étés étaient courts. Mais le réseau de rivières permettait de traverser rapidement le pays en canoë.
Culture
La Langue

Les Micmacs parlent le français et de l'anglais. Quelques groupes Micmacs parlent encore la langue Micmaque
Le Mariage
Autrefois, pour épouser une femme, un jeune homme devait d'abord se mettre au service de son futur beau-père pendant environ deux ans : au cours de cette période, il travaillait et chassait selon les ordres du beau-père, et devait démontrer ses capacités. Les rapports avec sa future femme étaient strictement interdits.
La Religion
Les chefs spirituels micmacs s'appellent « puoin ».On croyait que les puoins pouvaient guérir les maladies en se servant de plantes. Ils demandaient également l'aide des bons génies pour guérir. Les Micmacs avaient les mêmes croyances que les autres communautés algonquines: ils croyaient aussi que tout ce qui vivait avait un esprit -- les plantes, les animaux et les êtres humains -- et traitaient toutes les formes de vie avec respect.
Certains Micmacs sont devenus chrétiens. Aux environs de 1610, le chef micmac Membertoo est devenu le premier Micmac catholique romain. Il en a résulté une longue relation entre les Micmacs et l'Église catholique qui existe encore aujourd'hui.

commercedufourrure@gmail.com
La chanson du chasseur micmac
Chant de bienvenue pour les Micmacs
Avec le poisson et la viande, les Micmacs se nourrissaient de toutes sortes de fruits secs, de légumes et de baies sauvages qu'ils pilaient puis faisaient sécher pour en faire des galettes rondes.
L'essentiel de leur alimentation reposait sur la chair animale, mangée crue ou fumée.
Le poisson et les anguilles étaient rôties à la broche. Le poisson était servi en plat ou en tourte dans de grands bacs de bois qu'on découpait dans le tronc d'arbres morts.

À compter de l'an 1501, les Micmacs entretenaient des contacts réguliers non seulement avec les Anglais, mais aussi avec les pêcheurs Espagnols, Français et Irlandais qui venaient toucher les côtes de Nouvelle-Écosse chaque été.
Le commerce des fourrures a commencé en 1519 : les Micmacs manifestaient un grand attrait pour plusieurs biens manufacturés des Européens, notamment les ustensiles en métal comme les couteaux, les haches et les chaudrons.
Avant le contact avec les Européens, les matières premières pour la fabrication des outils étaient le bois, la pierre, les os, coques et ligaments d’animaux ou de coquillages, matériaux qui ont disparu bientôt au profit des métaux, tout comme les javelots et les arcs furent remplacés par des mousquets. Les pots et vases que les femmes micmaques fabriquaient avec de l’écorce de bouleau et du bois étaient décorés avec beaucoup de soin et ornés d’épines de porc-épic.
Les Micmacs vivaient dans les wigwams fait d'un treillis de bois couvert d'écorces de bouleau, de peaux, de draps cousus et de branches de sapins. Il pouvait abriter dix à douze personnes et était utilisé surtout l'hiver.
L'été, on montait un wigwam plus vaste, fait pour recevoir de vingt à vingt-quatre individus.Le sol était couvert de feuillages, et ils dormaient sur les fourrures.
Les JAVELOTS
PEUPLE MICMAC
LES flèches
Hachet
Le pain était inconnu des Micmacs. Lorsque les colons français leur en a montré la préparation, ils ont adapté la pratique de le cuire dans le sable sous le foyer. Ils ont échangé volontiers leurs fourrures contre des ustensiles métalliques, des pois secs, des fèves et des prunes.
Pour la chasse, les Micmacs se servaient autrefois de javelots, de lances et d’arcs, mais aussi de pièges et de frondes. Ils se servaient de chiens pour pister le gibier.
La Nourriture (2)
Full transcript