Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Souvenirs d'enfance

No description
by

Etienne Carteron

on 18 June 2014

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Souvenirs d'enfance

Le Stade Rochelais en TOP 14 !!!
Je me souviens de ce jour fantastique où le Stade Rochelais remportait sa finale d'accession au top 14 contre Lyon. L'évenement se déroulait à Brive. Mon père et moi, ainsi que quelques milliers de supporters rochelais, étions partis très tôt (vers sept heures je crois) de La Rochelle en bus (il y en avait des dizaines). Le voyage semblait très long et l'atmosphère était un peu tendue. J'avais ressenti une étrange sensation de déjà vécu. Ce "déjà vécu" était en fait le voyage pour aller à ma première compétition nationale. Dans le bus, on nous avait distribué des bandanas aux couleurs du club, sur lesquels était inscrit l'affiche de cette finale: La Rochelle - Lyon ; bandanas que je garde toujours aujourd'hui en guise de souvenir. En arrivant à Brives, un pique-nique géant avait été organisé dans un parc de la ville. La pelouse de ce parc était devenue jaune et noire, en l'espace de quelques instants, envahie par les supporters. Cet air de tension avait vite laissé place à une humeur festive et conviviale. La télévision était là, elle interviewait certaines personnes, et aussi le président du club, Vincent Merling, qui était passé nous voir. En tout début d'après-midi, nous nous sommes dirigés vers le stade. J'étais très bien positionné: quasiment au niveau de la ligne médiane et presque tout en bas de la tribune. Il faisait très beau et extrêmement chaud cette journée là, plus de trente degrés durant tout l'après-midi. Bien que ces conditions soient difficiles, cela rendait cette journée encore plus festive. Tout le monde attendait avec impatience l'entrée de joueurs. Le match se jouait à guichets fermé. Le stade était comble. Côté tribune, c'était La Rochelle qui remportait le match: près de douze mille jaunes et noirs contre deux mille supporters lyonnais tout au plus. Et le moment tant attendu arriva. Les joueurs entraient sur le terrain dans une ambiance de folie. Je criais "Ici, ici, c'est La Rochelle!" à en perdre la voix. J'étais impressionné par l'ambiance. C'était magnifique, j'en avais les larmes aux yeux. Je sentais que La Rochelle allait faire quelque chose. Et effectivement, après une entame de match difficile, les Rochelais sont revenus au score, poussés par son publique. A environ dix minutes de la fin, Ferrou marquait l'essai libérateur, l'essai du match, l'essai de la saison ; propulsant ainsi le Stade Rochelais en TOP14. Le match n'était pas fini mais tout le monde avait compris que les Lyonnais ne pourraient pas revenir. L'ambiance redoublait d'intensité, c'était incroyable. A la sirène, les joueurs firent exploser leur joie, vite rejoints par les supporters qui avaient envahi le terrain. Je me souviens très bien de ce sprint, drapeau à la main, pour rejoindre le centre du terrain où les joueurs étaient portés en héros. Plus tard, quand les choses s'étaient un peu calmées, on avait pu prendre des photos avec les joueurs, tous aimables et souriants. Nous sommes repartis de Brive en fin d'après-midi et nous sommes arrivés à La Rochelle vers 22 heures. Nous nous sommes ensuite rendus sur le vieux port où l'on devait fêter le résultat. Le monde qu'il y avait était inimaginable, le vieux port était rempli de monde. L'ambiance était indescriptible. C'était tout un peuple qui accueuillait ses héros.
Ma première compétition deux étoiles
Je me souviens de cette première compétition de roller deux étoiles à Pornichet. Une compétition deux étoiles est une compétition nationale qui permet d'obtenir des points au classement national, et aussi de se qualifier aux championnats de France. Nous étions partis très tôt en minibus avec le club des "Sauterelles". Le voyage avait duré une éternité, je stressais de plus en plus au long du voyage. En arrivant sur place, j'étais tout tremblant. Ma première épreuve, le "slalom classic", avait lieu vers douze heures trente je crois. C'est l'épreuve que je redoutais le plus car il fallait passer, seul, sur trois lignes de slalom devant tout un public pendant une minute quinze. Une minute quinze qui semblait en réalité durer des heures. J'apréhendais. Ma musique était prête. Je me lançais... Finalement, j'étais assez satisfait de ma prestation, bien qu'elle ne soit pas parfaite. Au final, en étant le plus jeune de ma catégorie, j'avais fini quatrième. Vers seize heures, ce même samedi, il y avait la hauteur pure. Cette épreuve consiste à sauter le plus haut possible une barre. Là aussi j'avais fini quatrième de ma catégorie en sautant une barre à quatre-vingt quinze centimètres mais en échouant de peu à la barre à un mètre. Cette première journée s'achevait donc sur une petite déception. Le soir, après un petit détour au skatepark, nous sommes allés au camping où nous avons passé la nuit (le club avait réservé trois ou quatre mobiles-home). Le lendemain, la compétition commençait par le speed (ou slalom vitesse). J'ai fini neuvième de cette épreuve, où il faut passer le plus vite possible sur une ligne de vingt plots espacés de quatre-vingt centimètres. Je n'ai donc pas été qualifié pour les phases finales. Enfin, il y avait la battle. Je n'avais aucune chance car pour cette épreuve, toutes les catégories étaient mélangés (je me retrouvais donc avec des compétiteurs de plus de vingt ans). Et effectivement, j'ai fini dernier de ma poule de quatre compétiteurs.
Aujourd'hui, à force de faire des compétitions, je ne stresse plus du tout. J'ai appris à me concentrer sur ce que je devais faire, sans penser aux gens qui me regardent. Et depuis, je prends plus de plaisir en compétition.
Mes dix ans
Je me souviens de tous ces séjours à Disneyland quand j'étais petit. Sur cette photo, je dois avoir dix ans. Je me souviens particulièrement de ce jour car c'est le jour de mon anniversaire, mes dix ans justement. Plus jeune, je considérais ce jour comme le plus beau de ma vie. C'est à cette époque que le Stade Rochelais évoluait en TOP 14, à la suite d'une finale victorieuse face Lyon. Sur la photo, je pose devant le château de Disney que l'on ne distingue à peine, car son illumination aura lieu quelques minutes plus tard, quand la nuit serait complètement tombée. L'effet de contre-plongée (par mon père je crois) est très réussi. Je revenais alors de l'attraction Rock'n'Roller Coaster, que je venais de faire pour la première fois. Comme il y avait peu de monde, j'avais même fait deux tours. Je me souviens d'ailleurs très bien de ce deuxième tour: je croyais que mon harnais de sécurité était mal attaché et j'étais terrifié à l'idée de tomber dans les loopings. Finalement, je suis ressorti sain et sauf de cette épreuve. Je crois aussi me souvenir qu'au début de cette attraction, l'accélération était tellement rapide que j'en avais le souffle coupé. Je revois ma tête, sur une autre photo achetée à la sortie de l'attraction, la bouche grande ouverte, cherchant désespérément de l'air. Pour revenir au cliché, je devais être très fatigué après cette longue journée. C'était la deuxième sur un séjour de quatre jours. J'aimais toutes les attractions, certaines plus que d'autres évidemment. Je pense notamment à "Pirates des Caraïbes", "Big Thunder Mountain", ou encore "Peter Pan". Il y avait aussi les parades Disney qui m'ont toujours fait rêver, surtout celle de noël. J'attends donc cette cérémonie de l'illumination du chateau, les yeux pétillants par la fatigue mais aussi et surtout par l'émerveillement.
Mon univers
Je me souviens de la première fois où j'ai vu Soprano
Je me souviens des livres Harry Potter que je lisais inlassablement
Je me souviens de ma première note en-dessous la moyenne
Je me souviens que j'ai failli mettre feu à une cabane en bois
Je me souviens de cet instant où je suis monté pour la première fois sur des rollers
Je me souviens de cette défaite sur le fil de la France face aux All Blacks en finale de coupe du monde de rugby
Je me souviens du jour où je me suis fait piquer par une méduse
Je me souviens de mon premier ballon de rugby
Je me souviens que je me suis fait courser par un chien
Je me souviens que j'ai fait du canoë dans les Gorges de l'Ardèche
Je me souviens de mon premier CD. C'était l'album "La Colombe" de Soprano
Je me souviens des chaussures bleu que je portais à Europa Park, lorsque j'avais six ans
Je me souviens de m'être perdu à Lille
Je me souviens de ces deux magnifiques demi-finales de TOP 14 à la Beaujoire
Je me souviens de la première fois où j'ai vu un match du Stade Toulousain
Je me souviens de ce pull vert que je ne voulais jamais mettre
Je me souviens que j'avais le rôle principal dans la pièce de théâtre en CM2
Je me souviens de cette photo avec Mickey à Disneyland
Full transcript