Prezi

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in the manual

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

La relation maître-valet

No description
by Exposé Français on 24 February 2014

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of La relation maître-valet

Au XIIIe siècle, le valet change de position et acquière un rôle plus important que son maître dans la pièce, il devient ainsi l’allégorie du comique dans le théâtre.
C’est ainsi que le comique repose sur le renversement de la réalité sociale. En l’espace d’une scène ou plus, le valet prend le dessus sur le maître. Il le manipule et mène ainsi le jeu par la ruse, en outre, il fait de son maître sa victime. Cette inversion de rôle crée un comique de situation, de gestes et bien plus. La confrontation maître/valet fait rire les spectateurs, en effet :

Le contraste entre les costumes des deux personnages opposés socialement suscite le rire dès l’ouverture de la pièce :

ex : Dans l’
Ile des esclaves
de Marivaux, le raffinement d’Iphicrate est opposé à la grossièreté de l’habit traditionnel d’Arlequin (conçu avec des pièces bariolées, donc voyantes), ce contraste est également visible avec l’opposition entre l’épée d’Iphicrate (signe de noblesse) et la flasque de vin brandie par Arlequin.
Le contraste dans les attitudes des personnages crée un comique de caractère :

ex : Dans l’
Ile des esclaves,
ce comique est suscité par l’opposition entre la logorrhée de Cléanthis et le mutisme d’Euphrosine. 

Les deux personnages ont des niveaux de langages opposés, ce qui crée un comique verbal :

ex : Dans
l’Ile des esclaves
, Arlequin est grossier (« je m’en goberge ») tandis que son maître a un niveau de langue soutenu est utilisé des formes verbales comme le subjonctif imparfait ou des rythmes ternaires, très rhétoriques.


Le retournement de situation crée un effet comique :

ex : Dans la même œuvre de Marivaux, Arlequin s’affranchit de son maître avec une insolence de plus en plus marquée tandis qu’Iphicrate a du mal à contenir sa colère, ou encore, dans Le Malade Imaginaire de Molière, Toinette s’oppose à Argan comme si elle était sa femme, ne le laisse pas parler (négations et exclamations) et maîtrise ainsi le discours, elle se place alors au même niveau que lui mais Argan ne l’accepte pas et s’énerve ce qui renforce l’effet comique.

Tout est explicite, il n’y a pas de quiproquos, ce qui renforce l’effet comique de la scène

ex :
Le Mariage de Figaro
, de Beaumarchais

Or, en plus d’être comique, l’inversion des rôles se révèle être satirique, en effet :

Elle fait de la pièce une comédie de mœurs assez fine :

ex : On retrouve chez Molière et Marivaux la satire du poids de la société qui pervertit l’Homme, ou encore le fait que les valets endossent les même défauts que leurs maîtres une fois qu’ils portent leurs habits (ex : Dans ç, Arlequin se doit d’être insolent car c’est lui le maître à présent).

En conclusion, l’opposition Maître/Valet est source de comique car elle met en scène l’écart des conditions sociales contemporaines à l’auteur, cependant le renversement des rôles est un facteur prépondérant dans l’engendrement de situations drôles.
L'inversion des rôles au service du comique
EDC : Scapin, figure traditionnelle du valet
EDC : Figaro, figure du valet qui s'émancipe
Figaro représente le valet qui s’émancipe, personnage pré révolutionnaire qui dénonce les privilèges des nobles.
Dans
le Barbier de Séville
, on remarque une relation très complice entre Figaro et Almaviva. En effet, Figaro aide son maître à conquérir Rosine.
Mais dans le
Mariage de Figaro
, Figaro s’impose beaucoup plus en revendiquant une place pour les valets. Il se place au niveau du compte et se considère même supérieur à Almaviva. « Et qu'avez-vous fait, vous? Vous vous êtes donné la peine de naître, voilà tout ».De plus, c’est la première fois qu’un valet est personnage principal,en effet l’intrigue tourne autour de Figaro et Suzanne.
Au début de cette comédie, Figaro et Almaviva sont encore en bon terme. Le Comte lui offre une chambre Figaro accepte et le respecte "Monseigneur", ce qui rassure le Comte. Mais au fil de l’intrigue, et surtout après les révélations de Suzanne, Figaro découvre le véritable visage d’Almaviva, qui lui a légué cette chambre pour se rapprocher de Suzanne. Figaro se rend compte que le comte est un manipulateur, un libertin et de "grand trompeur".
Le comte essaye par la suite d’apitoyer Figaro en lui rappelant leur ancienne complicité évidente dans le Barbier de Séville, pour faire parler Figaro. Mais le valet est rusé et ne se laisse pas prendre au piège. L’intelligence de Figaro apparaît dans ses répliques, en effet il répond du tac au tac en utilisant les antonymes aux mots d’Almaviva et en reprenant les mêmes structures : « autrefois tu me disais tout » réponse : « Et maintenant je ne vous cache rien »
On observe donc tout au long de cette pièce des duels verbaux remplaçant les duels physiques, et qui illustrent la maîtrise du langage et l’intelligence de Figaro. C’est le combat entre la ruse oratoire et le pouvoir de l’autorité. Figaro sait que le comte a besoin de lui et il connaît ses intentions, ce qui lui permet de dominer les duels en créant des comiques, notamment en coupant la parole au comte et en retardant ses conclusions. Sa fameuse tirade de God-dam fait diversion et crée une atmosphère absurde qui fait de Figaro le comédien de cette comédie. De plus, il y a de très nombreux apartés qui ont pour but de créer une complicité avec le public et de pour le comte comme pour le valet,le rallier à sa cause.Le public connaît tout,et ces apartés servent à monter le jeu de chacun des personnages qui essaie de duper l’autre.
La force de Figaro vient justement du fait que cette ruse oratoire soit extrêmement subtile. En effet, il cache bien son jeu en vouvoyant le comte et donc en donnant l’impression qu’il le respecte réellement alors qu’il le dévalorise grâce à son beau- parler. Figaro est en rivalité avec son maître pour Suzanne,il répond à tout. Le comte est donc déstabilisé et agacé par cette insolence,il a l’habitude qu’on lui obéisse et ne veut pas admettre que Figaro est plus rusé que lui. Il essaye donc de rabaisser son valet en le tutoyant alors qu’il avait l’habitude de le vouvoyer et en le critiquant (« une réputation détestable »).Mais Figaro ne se laisse pas abattre,il juge son maître et affirme sa personnalité car il ne veut plus être soumis. Il joue sur les implicites en utilisant des vérités générales avec « on » : "Vous lui donnez, mais vous êtes infidèle. Sait-on…". Figaro a donc une position dominante.
Derrière cet affrontement verbal se cache en fait un affrontement en deux classes sociales différentes. Le comte symbolise la noblesse alors que Figaro représente le peuple, qui dans cette comédie s’opposent. Le valet va imposer ses idées, courageux et rusé en revendiquant la liberté du peuple. Il défend les valets et les ouvriers en rappelant que tous les domestiques sont des êtres humains. Le comte se montre libertin et dominateur, il défend les privilèges de la noblesse qui peut acheter les services de valets, que celle-ci considère inférieurs. Ici, les deux personnages convoitent la même femme et chacun veut duper l’autre. L’enjeu personnel du comte et de Figaro devient un enjeu social avec un valet qui se place en porte parole du peuple.
Dans les
Fourberies de Scapin
, le comique est de type classique, grotesque, et proche de la farce. Le comique de gestes est très présent dans cette pièce. On étudiera la scène 2 de l'acte III caractéristique de cette relation.
Dans cet extrait que nous allons étudier, Scapin fais croire à son maitre, Géronte, qu'un prétendant poursuivant les recherche. Grâce à cette ruse, celui-ci va pourvoir imiter le prétendu poursuivant, et ainsi frapper sur le sac, où s'est dissimuler son maître. Il s'agira ici donc d'étudier le comique de cette scène.
Le jeu des acteurs peut être imaginé grâce aux didascalies
"il donne plusieurs coups de bâton dans le sac"
ainsi que l'enthousiasme du valet et les sauts du maître dans le sac.
Scapin fait rire en exagérant une douleur fictive
"se plaignant et remuant le dos"
, et le maître se ridiculise en sortant la tête du sac "mettant la tête hors du sac". Les nombreuses expressions de la violence
"ah je suis roué", "mort"
soulignent la violence sociale des rapports maîtres-valets.
On observe aussi des comiques de caractères, comme la naïveté de Géronte, qui visent à ridiculiser les maîtres. On trouve aussi le comique de langage qui naît du décalage entre le rôle du valet et de l'agresseur avec son faux accent :
"cé fat de Géronte, cé maraut, cé vélître".
Cette scène est donc caractéristique de la mise en abyme de la comédie, qui inverse les rôles et rapports de force entre maîtres et valets, ce qui fait rire le public populaire.
Géronte représente un défaut humain gross typique : la naïveté et la stupidité, de plus que c'est un vieillard. En effet, il ne réagit pas lorsqu'il reçoit les coups de bâton et ne se rend pas compte que l'accent de Scapin est fictif. Mais le public ne peut pas le prendre en pitié à cause de son égoïsme car il méprise son valet.
Mais Scapin profite de cette situation et la tire à son avantage pour se venger. Il lui donne des ordres en prétendant lui être fidèle.
"Prenez garde. En voici un autre qui a la mine d'un étranger."
Il lui remet la tête dans le sac, ce qui montre à quel point Géronte devient marionnette dans les mains de Scapin. Il prend même plaisir à élaborer cette tromperie, et feint de faire l'éloge de son maître. "Je défend, comme je dois, un homme d'honneur qu'on offense." De plus, la supercherie est renforcée par l'imitatin de la souffrance grâce aux cris soit disant causés par les coups.
Scapin se moque de son maître est prouve que les valets sont plus rusés et peuvent inverser les rôles.

L'inversion des rôles au service de la dénonciation
Comme nous l’avons vu, l’inversion de rôles se révèle être satirique mais également porteuse de leçon. En effet elle dénonce la société par le rire car :

Elle dévoile une société hiérarchisée où l’on abuse du pouvoir, dénonciation que l’on peut percevoir lorsque les inversions de rôles évoquent la cruauté des maîtres.
Elle fait la satire d’une société basée sur les apparences qui étouffe la vérité des êtres : ex : Dans L’Ile des Esclaves, de Marivaux Euphrosine évoque « l’attitude mondaine » des Maîtres.

Cependant toutes ces dénonciations provoquent le rire et son incitation « souriante » à plus d’humanisme, en effet :
La société n’est pas contestée jusqu’au bout car à la fin de la pièce les maîtres et les valets reprennent leur place
La pièce s’achève par un respect mutuel développé par le maître et le valet ex : Dans L’Iles des Esclaves, Iphicrate admire Arlequin et voit en lui un exemple à suivre, ou encore Arlequin éprouve du respect pour la souffrance d’Iphicrate

Comme elles incitent les gens à vivre en « chrétien » :
Les dénonciation présentent l’amour du prochain comme valeur suprême
Les personnages reconnaissent leurs fautes (contrition), et demandent le pardon après la pénitence

Par Inès Tiyal, Meriam Rhallab, Amine Manali, Jihane Benamour, 1ère S2
La relation maître-valet
Une relation d'inter- dépendance
Par leur statut social et parce qu’ils payent leurs valets, les maîtres considèrent avoir un droit de propriété sur ces derniers. C’est ainsi que les valets se rendent indispensables, font en sorte de satisfaire les moindres besoins de leurs maîtres, et retrouvent ainsi un certain équilibre dans leur relation avec eux.
La plupart des comédies mettant en place de telles relations maître/valet, révèlent les deux personnages comme étant indispensables l’une comme à l’autre, complémentaires .
ex : Dans Fin de Partie de Beckett Hamm, aveugle paraplégique, entretient avec son valet une relation d’interdépendance avec son valet et fils adoptif Clov, il est dépendant de tous ses déplacements.

Un miroir de la société
L’image traditionnelle du valet présente ce personnage comme un homme soumis à l’autorité de son maître. Le rapport entre maître et valet est marqué par des inégalités entre les deux classes et l’infériorité de la figure du domestique. Marivaux présente dans
L’ile des esclaves
un rapport dans lequel le domestique était traité 
« comme un pauvre animal »
. Cette expression dénonce la condition misérable et soumise du valet, à travers une animalisation. Le mépris et la déconsidération du valet de la part du maitre sont souvent au centre de leur rapport. Par exemple Molière dévalorise la figure de la servante à travers des insultes du maître : 
« chienne »
dans
Le malade imaginaire
.

Mais la relation entre maître et valet présente aussi des éléments d’opposition et de conflit entre les deux. Beaucoup d’auteurs ont choisi de créer une nouvelle figure du valet qui refuse d’obéir à son maître. L’opposition se traduit souvent avec une révolte de celui-ci qui met en place une révolution pour revendiquer ses droits. Victor Hugo, par exemple, propose dans son œuvre
Ruy Blas
, une révolte tragique et extrême du valet qui arrive à tuer son maître Don Salluste. Comme le démontre le titre, Ruy Blas, c’est le valet qui occupe une place centrale dans la pièce et non plus le maître. Le valet est devenu un personnage actif, dynamique, qui agit et cherche à changer les choses. De même, Beaumarchais dans l’acte III du
Mariage de Figaro
, présente la rébellion du valet qui critique son maître, la noblesse, les inégalités, les injustices et domine le comte à travers la parole.
Enfin le renversement des rôles est souvent employé pour montrer l’opposition maitre/valet. Dans
l’île des esclaves,
Marivaux propose un intéressant renversement des rôles, accompagné par la rébellion du valet et la perte du pouvoir du maître. Arlequin, le valet, est entouré sur l’île de valets qui ont décidé de dominer leurs maîtres et d'en faire leur esclave. Le maître est seul, il n’a plus de pouvoir car tout dépend de la société et des valeurs des hommes.

On peut constater que le rapport entre maître et valet au théâtre est présenté comme soumission du plus faible, mais aussi opposition et révolte contre les inégalités. Deux forme de relation qui sont restées une constante dans l’inspiration théâtrale de la comedie.

INTRODUCTION
Le duo maître-valet est un couple que l'on rencontre souvent dans les comédies, essentiellement celles de Molière, Marivaux, Beaumarchais...
Le valet est une figure importante de la comédie. Il représente le peuple, et sa relation avec son maître est particulière et évolue au cours du temps et des différentes visions des auteurs.

Comment se caractérise la relation maître-valet au théâtre et comment évolue-t-elle?

Il serait alors question d'analyser la nature de la relation entre le maître et son serviteur, et de voir de quelle façon évolue la figure du valet, notamment à l'aide de deux études de cas : Scapin et Figaro, pour y rechercher la manière dont évolue ce lien entre les deux personnages du maître et du valet.

CONCLUSION
Nous avons donc vu que la relation entre le maître et son valet évolue au cours des différentes oeuvres.
Le valet est présenté comme étant un serviteur dévoué, mais qui s'émancipe petit à petit, et devient maître du jeu au dépends de son supérieur.
Le valet est une figure importante de la comédie, et l’action s’organise et progresse autour de lui. Le valet maître du jeu (comme Scapin) orchestre les projets et les sorties des personnages. Il peut aussi jouer un autre rôle et se jouer de leur maître, ce qui engendre une mise en abîme dans le théâtre. Il représente le peuple et sa relation avec son maître est un miroir de la société contemporaine.
See the full transcript